Les collisions avec des trains sont l’une des principales causes de mortalité chez les grizzlis des parcs nationaux Banff et Yoho. Pour mieux comprendre le problème et y trouver des solutions, Parcs Canada et le Chemin de fer Canadien Pacifique ont lancé un programme pluriannuel de recherche qui s’est terminé en 2016.

Le Projet de recherche Parcs Canada – Canadien Pacifique sur le grizzli a permis à des chercheurs de Parcs Canada, de l’Université de l’Alberta et de l’Université de Calgary de travailler ensemble pour trouver des réponses aux questions suivantes :

  • Pourquoi les ours fréquentent-ils l’emprise de la voie ferrée?
  • Comment pouvons-nous réduire le risque de collisions grizzlis-trains?

Ce projet de recherche nous a aidés à comprendre les facteurs qui compromettent la sécurité des grizzlis le long de la voie ferrée.

La prochaine étape | Projets de recherché | Foire aux questions | Canadien Pacifique


Quelle est la prochaine étape?

Les collisions grizzlis-trains représentent un problème complexe, et il n’existe pas de solution simple. Parcs Canada ne peut pas éliminer complètement les risques de collisions avec des ours dans le couloir ferroviaire. Cependant, en appliquant des mesures ciblées qui reposent sur des résultats scientifiques, nous croyons pouvoir réduire les risques de mortalité du grizzli le long de la voie ferrée. Voici quelles sont ces mesures :

  • Aménager et améliorer des corridors de déplacement faunique en bordure des tronçons de la voie ferrée où les risques de collisions avec les trains sont les plus élevés;
  • Procéder à des brûlages dirigés et à des travaux d’éclaircie des forêts pour améliorer l’habitat du grizzli et amener ainsi les ours à se tenir loin de la voie ferrée.

Les connaissances que nous avons acquises pourraient profiter aux ours noirs et à d’autres gros mammifères, et elles pourront aussi être appliquées au-delà des parcs nationaux Banff et Yoho.

Parcs Canada est un chef de file de la réduction des risques liés aux couloirs de transport pour la faune. Nous avons réalisé d’importants progrès pour réduire la mortalité de cause humaine chez les grizzlis des parcs nationaux des montagnes en aménageant des clôtures routières et des passages pour animaux, en faisant du travail de sensibilisation auprès du personnel et des visiteurs, en imposant des exigences saisonnières relatives à la randonnée en groupe et en installant des poubelles à l’épreuve des ours.


Projets de recherche


Foire aux questions

Pourquoi Parcs Canada et le Chemin de fer Canadien Pacifique ont-ils financé ces recherches?
Qu’est-ce qui attire les grizzlis vers la voie ferrée?
Pourquoi les ours ne s’enfuient-ils pas à l’approche d’un train?
Que fait Parcs Canada pour réduire le nombre de collisions grizzlis-trains?
Qu’en est-il des grizzlis vivant à l’extérieur des parcs nationaux?

Pourquoi Parcs Canada et le Chemin de fer Canadien Pacifique ont-ils financé ces recherches?

Parcs Canada et le Chemin de fer Canadien Pacifique sont résolus à protéger et à préserver la faune. Les grizzlis femelles des parcs nationaux Banff et Yoho ont de faibles taux de reproduction. Par conséquent, même la mort d’un seul ours devient matière à inquiétude.

Les collisions ferroviaires sont l’une des principales causes de mortalité chez les grizzlis des parcs nationaux Banff et Yoho. Parcs Canada et le Chemin de fer Canadien Pacifique recherchent activement des solutions pour en réduire l’incidence.

Qu’est-ce qui attire les grizzlis vers la voie ferrée?

Les grizzlis se déplacent constamment à la recherche de nourriture, d’espace, d’abri et de partenaires. Ils parcourent de très grandes distances pendant leur vie et sont souvent appelés à traverser des routes et des voies ferrées. Les ours sont attirés vers la voie ferrée pour diverses raisons :

  • Recherche de nourriture - Les plantes préférées des grizzlis poussent en abondance le long de la voie ferrée, et elles y sont accessibles plutôt que dans la forêt environnante.
  • Déplacements - Comme nous, les ours empruntent le chemin le plus court et le plus facile chaque fois qu’ils le peuvent. En circulant dans un endroit dégagé et nivelé, ils conservent de l’énergie.
  • Sources de nourriture facilement accessibles - Les grizzlis sont constamment à la recherche de nourriture. Le grain déversé et les carcasses d’animaux tués sur la voie ferrée représentent des repas savoureux pour un ours qui cherche à accumuler des réserves de graisse.

Pourquoi les ours ne s’enfuient-ils pas à l’approche d’un train?

Le tracé de la voie ferrée, le relief, la présence de nourriture, la saison et les lignes de vue sont autant de facteurs qui peuvent influer sur la capacité d’un ours de remarquer la présence des trains et de prendre la fuite. La physiologie, le sexe et la personnalité de l’ours peuvent aussi entrer en jeu.

Que fait Parcs Canada pour réduire le nombre de collisions grizzlis-trains?

Les routes et les voies ferrées représenteront toujours une menace pour la faune, mais nous pouvons prendre certaines mesures pour réduire les risques. La protection des grizzlis passe d’abord par la recherche. Nous avons appris que les collisions ferroviaires constituaient un problème complexe et qu’il n’existait pas de solution unique.

Pour encourager les ours à fréquenter un habitat situé à l’écart de la voie ferrée, Parcs Canada se concentrera sur les mesures suivantes :

  • Recourir à des brûlages dirigés pour améliorer l’habitat du grizzli qui se trouve à l’écart des routes et des voies ferrées.
  • Améliorer les sentiers qui passent près des zones où les risques de collisions sont les plus élevés afin de procurer aux ours des corridors de déplacements sûrs.
  • Surveiller toutes les mesures fondées sur la recherche pour pouvoir en évaluer l’efficacité.

Qu’en est-il des grizzlis vivant à l’extérieur des parcs nationaux?

Parcs Canada appuie les groupes environnementaux, les gestionnaires fonciers et les gestionnaires d’autres couloirs de transport qui cherchent à protéger le grizzli. En diffusant les résultats de ses recherches, il peut contribuer à la protection de l’espèce à l’extérieur des parcs nationaux.

Bear on the train tracks