Les collectivités autochtones et locales travaillent en collaboration avec Parcs Canada pour surmonter la surabondance d’oies des neiges au parc national Wapusk

Au printemps de 2018, l’Unité de gestion du Manitoba (UGM) de Parcs Canada a collaboré avec les collectivités autochtones et les intervenants clés du parc dans la région de Churchill pour faciliter une chasse communautaire aux oies des neiges au parc national Wapusk. Ce parc se trouve à la limite de la forêt boréale et de la toundra arctique, dans une région sauvage du nord de la province. Il revêt une grande importance pour les collectivités de la région et c’est pourquoi Parcs Canada tient à ce qu’elles aient un rôle à jouer dans la gestion et la préservation de la terre, tant du point de vue écologique que du point de vue de l’expérience des visiteurs.

Depuis de nombreuses années, le parc national Wapusk subit des incidences négatives en raison de la population surabondante d’oies des neiges, au point où son écosystème général se voit menacé. Les habitudes alimentaires des oies des neiges détruisent les racines des plantes. La perte de végétation à grande échelle entraîne l’érosion, la salinité accrue du sol et des changements irréversibles à l’écosystème des lieux de reproduction nordiques de cette espèce. La population d’oies des neiges ne cesse d’augmenter et par conséquent, les changements ont continué de s’amplifier ces dernières années.

En collaboration avec les collectivités autochtones et les intervenants clés de la région, l’UGM a planifié et facilité une chasse de cinq jours dans le parc, avec quatre chasseurs autochtones et deux chasseurs locaux, et ce, dans le but de sensibiliser les gens à l’enjeu des oies des neiges et d’établir des liens entre le parc et les collectivités autochtones et locales. Les chasseurs, qui comprenaient un membre du personnel autochtone de Parcs Canada et le gestionnaire provincial du gibier à plumes, se sont rendus dans l’habitat des oies des neiges en hélicoptère, le seul moyen viable d’atteindre cette région. L’idée de la chasse aux oies des neiges dans le parc a surgi dans le cadre des consultations du plan directeur du parc national Wapusk, auxquelles divers groupes d’intervenants clés ont participé, dont des groupes des Premières Nations.

Après la chasse, Parcs Canada a organisé un concours culinaire d’oies à Churchill. Plus de 150 personnes étaient présentes. Elles ont eu l’occasion de déguster les oies et de voter pour le gagnant du prix de l’oie d’or! Cet événement a été bien reçu. Il a permis aux gens de se rapprocher et à Parcs Canada de mieux faire connaître l’enjeu des oies des neiges dans la région.

Même si des dizaines d’oies ont été abattues, la chasse n’aura pas d’incidences sur la surabondance de la population d’oies des neiges. Cette chasse avait plutôt pour but de faire prendre conscience du problème des oies des neiges qui sévit à l’échelle du continent, d’inciter les gens à considérer la chasse aux oies et d’offrir aux Autochtones une façon significative de se rapprocher du parc.

L’UGM s’affaire à planifier sa deuxième chasse dans le parc et continuera de trouver des moyens de sensibiliser les gens aux incidences négatives créées par cette espèce surabondante dans le parc et dans l’écosystème environnant.

Le parc national Wapusk est géré en collaboration avec le Conseil de gestion du parc national Wapusk composé de dix membres, dont des représentants du gouvernement du Canada, de la province du Manitoba, de la ville de Churchill, de la Nation crie de Fox Lake et de la Première Nation de York Factory.

Jill Larkin, agente de gestion des ressources de Parcs Canada. Jill Larkin, agente de gestion des ressources de Parcs Canada, avec les petites oies des neiges qu’elle a récoltées dans le secteur de la rivière Broad.
Des cuisiniers de la région distribuent des échantillons de leurs plats préférés à base d’oie en espérant remporter le Prix de l’oie d’or. Des cuisiniers de la région distribuent des échantillons de leurs plats préférés à base d’oie en espérant remporter le Prix de l’oie d’or.