1969

Une personne marche dans un paysage de toundra, à travers la végétation basse, près du lac Artillery
Découvrir le paysage diversifié de Thaidene Nene
© David Murray, Parcs Canada

Le gouvernement du Canada entre en contact avec Pierre Catholique, chef de la Première Nation des Dénés de Łutsël K'e (PNDŁK) alors connue sous le nom de bande de Snowdrift, pour lui présenter un projet de nouveau parc national. À l’époque, la proposition ne recueille pas suffisamment d’appuis pour aller de l’avant.

1970

Pour préserver la possibilité d’un nouveau parc national, un secteur de 7 340 kilomètres carrés est mis en réserve en vertu de la Loi sur les terres territoriales.

Années 1980

Dans la deuxième moitié des années 1980, on négocie des dispositions pour la création d’un parc national dans le cadre de la revendication territoriale globale des Dénés et des Métis. Parcs Canada entreprend alors des consultations avec les Dénés et les Métis concernés; le gouvernement fédéral réalise une évaluation des ressources minérales et énergétiques (ERME) pour les terres mises en réserve en 1970; Parcs Canada et le GTNO demandent les commentaires du public sur le projet; Parcs Canada propose des limites pour le parc national.

1990

L’assemblée générale des Dénés et des Métis rejette certains éléments de l’Entente sur la revendication territoriale globale des Dénés et des Métis et le gouvernement fédéral entame une série de négociations régionales pour régler les revendications des Dénés et des Métis de la vallée du Mackenzie.

2000

Le chef de la PNDŁK, Felix Lockhart, prend contact avec le gouvernement du Canada pour reprendre les discussions sur le projet de parc national.

2001

Avec le début des négociations sur le Traité no 8 d’Akaitcho, la Première Nation des Dénés de Łutsël K'e reprend les discussions avec Parcs Canada sur le projet de parc national.

2005

Une pente couverte de fleurs aux couleurs vives, avec, en arrière plan, ce qui reste d’une forêt incendiée
L’épilobe à feuilles étroites est une fleur courante dans la région de Thaidene Nene
© Wayne Lynch, Parcs Canada

La PNDŁK demande au gouvernement du Canada de revoir les limites des terres mises en réserve en 1970. Parcs Canada lance donc une étude pour réévaluer la « zone d’intérêt » pour le parc national, y compris des terres supplémentaires autour du bras Est du Grand lac des Esclaves.

2006

La chef de la PNDŁK, Adeline Jonasson et le ministre fédéral de l’Environnement et ministre responsable de Parcs Canada signent un protocole d’entente qui définit un processus de collaboration sur les questions relatives à la création d’un parc national.

2007

De nouvelles terres sont provisoirement mises en réserve pour une superficie de 26 350 kilomètres carrés; elles s’ajoutent aux terres mises en réserve en 1970 et portent l’ensemble de la zone d'étude à 33 690 km2. Les Aînés de la PNDŁK proposent le nom de Thaidene Nene pour la zone à l’étude; cela signifie « Terre des ancêtres » en chippewyan.

2009

Parcs Canada commande une étude des valeurs associées aux paysages (Our Landscape Values) pour la zone projetée de Thaidene Nene afin de dresser la liste des biens et services écologiques, de les évaluer et de les intégrer à une analyse de rentabilité en vue de la création potentielle d’une réserve de parc national.

Le gouvernement du Canada lance sa Stratégie pour le Nord, qui comprend un projet de création d’un parc national dans la région du bras Est du Grand lac des Esclaves.

2010

Parcs Canada et la PNDŁK signent une entente-cadre et entament des négociations sur une entente de création pour le projet de réserve de parc national Thaidene Nene. Parcs Canada et la Nation métisse des Territoires du Nord-Ouest (NMTNO) poursuivent leurs discussions sur le projet et sur l’entente sur les répercussions et les avantages. On envisage également d’ajouter un chapitre sur les parcs nationaux dans l’entente sur les terres et les ressources entre la NMTNO, le gouvernement du Canada et le GTNO.

2013

Les négociateurs de Parcs Canada et de la PNDŁK concluent une entente de principe sur la plupart des éléments de l’entente de création. L’entente est sujette à un examen et à une consultation au sein de la PNDŁK et de Parcs Canada. Parcs Canada et la NMTNO entament des négociations sur l’entente sur les répercussions et les avantages, basées sur la formulation du chapitre de l’entente de principe sur les terres et les ressources portant sur les parcs nationaux.

2014

En vertu de la Loi sur le transfert des responsabilités aux Territoires du Nord-Ouest et conformément à l’Entente sur le transfert des responsabilités liées aux terres et aux ressources des Territoires du Nord-Ouest, signée par le gouvernement du Canada et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, les terres visées par le projet Thaidene Nene passent sous l’administration et le contrôle du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest à compter du 1er avril 2014. La mise en réserve provisoire des terres de Thaidene Nene, en vertu de la Loi sur les terres territoriales, est renouvelée jusqu’au 31 mars 2016.

2015

En janvier 2015, le GTNO a lancé des travaux sur la création d’une matrice de désignation des aires protégées et des outils nordiques pour les 33 600 km2 des terres de Thaidene Nene mises en réserve. Dans le cadre d’une série de réunions entre Parcs Canada, le GTNO, la Première Nation des Dénés de Łutsël K'e, la nation métisse des Territoires du Nord-Ouest et les groupes autochtones, on a convenu qu’une réserve de parc national de 14 000 km2 ferait partie de cette matrice.

Le 10 juin, les négociateurs de Parcs Canada et de la NMTNO concluent une entente de principe sur la plupart des éléments d’une entente sur les répercussions et les avantages. L’entente est sujette à examen et à consultation au sein de la NMTNO et de Parcs Canada.

Le 29 juillet, le gouvernement du Canada annonce les limites proposées pour la réserve de parc national dans le secteur Thaidene Nene, et lance des consultations officielles sur ces limites.

2019

Le gouvernement du Canada a signé des accords avec le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, la Łutsël K’e Dene First Nation, la nation métisse des Territoires du Nord-Ouest et la Deninu K’ue First Nation, ainsi qu’une entente de principe avec la Yellowknives Dene First Nation, afin d’établir Thaidene Nene comme 47e parc national du Canada.