Résumé

Contexte

La région appelée Pituamkek (île Hog et les dunes) est située dans le nord-ouest de l’Île-du-Prince-Édouard (Epekwitk), et est généralement connue en français sous le nom de l’île Hog et les dunes. Dans la langue mi’kmaq, Pituamkek (Bee-doo-um-gek) signifie « À la longue dune de sable ». Riche en histoire ancienne des Mi’kmaq, elle abrite une tradition vivante d’utilisation des terres et des ressources par ce peuple autochtone. En août 2019, le gouvernement du Canada, le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard et les gouvernements mi’kmaq des Premières Nations de Lennox Island et d’Abegweit ont annoncé le lancement d’une étude de faisabilité sur la création d’une réserve de parc national à Pituamkek. Dans le cadre de cette étude, le public a été invité à contribuer au projet au moyen d’un sondage en ligne et d’une série de séances de consultation publique coordonnées par Parcs Canada.

La création d’une nouvelle réserve de parc national offre aux gouvernements du Canada et aux Premières Nations de l’Île-du-Prince-Édouard l’occasion de renforcer leurs relations, ainsi que de contribuer au réseau croissant d’aires protégées et de conservation du Canada. Les aires protégées aident à préserver la biodiversité du Canada et la nature sauvage côtière unique de l’île, et offrent à la population canadienne des occasions sans précédent de faire l’expérience du plein air, d’en apprendre davantage sur notre environnement et de contribuer grandement à la protection et à la préservation des écosystèmes les plus vulnérables du Canada.

Collecte de données

Parcs Canada était responsable de l’élaboration, de la coordination et du bon déroulement de la collecte de données dans le cadre de l’étude de faisabilité. Le sondage a été conçu et réalisé en interne par la direction des sciences sociales de Parcs Canada. Parcs Canada a également mené des consultations sur une période de six semaines, y compris des sondages auprès du public, des séances de consultation et des réunions avec les intervenants, afin de recueillir des idées et des commentaires sur les perceptions, les préoccupations et l’intérêt à l’égard du projet de création du parc Pituamkek.

Il convient de noter que le sondage et toutes les consultations publiques organisées dans le contexte de l’étude de faisabilité ont eu lieu pendant la pandémie de COVID-19. Des mesures ont été prises pour offrir des séances de consultation publique au moyen d’une plateforme de réunion en ligne (Zoom) lorsqu’il n’était pas possible de tenir des réunions en personne. Le sondage a été diffusé sur le site Web de Parcs Canada, dans les journaux locaux, dans les stations de radio locales et dans les médias sociaux. Les répondants ont soumis les questionnaires par voie électronique ou sur papier.

Parcs Canada a réalisé un sondage en ligne, disponible dans les deux langues officielles, en juin et en juillet 2021. Le sondage contenait 13 questions dont cinq étaient des questions ouvertes qui invitaient les participants à exprimer leurs opinions et leurs préoccupations au sujet de la création d’une réserve de parc national. Au total, 214 personnes y ont répondu. Des Autochtones et des non-Autochtones canadiens ont répondu au sondage, parmi lesquels 65 % étaient des résidents de l’Île-du-Prince-Édouard. Leur âge variait de 18 ans à plus de 65 ans.

En plus du sondage, six séances de consultation publique ont eu lieu en juillet 2021. Quatre des séances ont eu lieu virtuellement, et douze personnes au total y ont participé. Deux consultations avec les partenaires mi’kmaq ont eu lieu en personne et ont rassemblé en tout 30 participants. Ces séances ont suivi les protocoles de sécurité liés à la COVID 19 établis par les responsables de la santé publique de la province.

Rapport

À la fin de la période de consultation, Parcs Canada a retenu les services d’un consultant tiers (Revolution Media) pour analyser et vérifier les résultats du sondage et résumer les thèmes communs dans le présent rapport. Les principaux thèmes synthétisés dans le rapport sont appuyés par des graphiques créés à l’aide des données brutes et soutenus par une sélection de citations de répondants au sondage.

Méthodes d’analyse

L’ensemble complet des réponses a été analysé par Revolution Media à l’aide du logiciel de statistiques SPSS. Les réponses ouvertes au sondage (questions auxquelles les répondants pouvaient répondre dans leurs propres mots) ont été regroupées en thèmes communs en fonction du nombre de personnes ayant des réponses semblables. Les notes détaillées des consultations ont également été analysées et regroupées en thèmes communs.

Résumé des conclusions

Les réponses au sondage et les notes tirées des consultations auprès des intervenants indiquent un appui massif au projet de Pituamkek. Les répondants ont indiqué que le principal avantage de la création d’une réserve de parc national dans le nord-ouest de l’Île-du-Prince-Édouard est la conservation et la protection environnementale future du paysage, de la faune et des plantes (87 % des répondants). La deuxième réponse la plus fréquente est l’hommage et le respect continu envers l’histoire et les pratiques culturelles des Mi’kmaq et leur préservation (45 % des répondants).

La principale préoccupation au sujet de la création d’un parc national est l’impact sur l’environnement découlant de l’utilisation accrue du territoire (52 % des répondants). Une deuxième préoccupation évidente est l’importance de consulter adéquatement les Premières Nations et de respecter leurs droits, leur participation, leurs pratiques et leur intendance des terres (35 % des répondants).

Dans l’ensemble, le projet de Pituamkek a reçu un appui presque unanime, selon les résultats du questionnaire et les séances de consultation du public.

Une roche solitaire sur le littoral de l’île Hog à Pituamkek. Eaux calmes sur le côté gauche de l’image le long d’une plage de sable et des forêts sur la droite.
Une pierre le long de la rive de l’île Hog à Pituamkek. Photo : © Assemblée des conseils d’Epekwitk

Résumé des données démographiques liées au sondage

Au total, 214 personnes ont répondu au sondage.

Des Autochtones et des non-Autochtones canadiens ont répondu au sondage, parmi lesquels 65 % étaient des résidents de l’Île-du-Prince-Édouard. Leur âge variait de 18 ans à plus de 65 ans.

Voici un résumé des réponses, ce qui comprend un texte de synthèse, des graphiques et une sélection de citations pertinentes note en bas de page 1.


Données démographiques

Catégorie d’âge note en bas de page 1

Les catégories d’âge étaient représentées de façon assez égale, près de 20 % des répondants s’identifiant dans chaque groupe d’âge, sauf pour la catégorie « plus de 65 ans », légèrement inférieure à 16 %.

 
Catégorie d’âge — % des réponses
Catégorie d’âge — % des réponses — Version texte
18-34 ans 35-44 ans 45-54 ans 55-64 ansplus de 65 ans
23 %22 %20 %18 %16 %

Lieu de résidence note en bas de page 1

La majorité des répondants étaient des résidents de l’Île-du-Prince-Édouard (62 %), dont 56 % des collectivités non autochtones et 6 % des collectivités autochtones.

 
 Lieu de résidence — % des réponses
Lieu de résidence — % des réponses — Version texte
Île-du-Prince-ÉdouardCommunauté autochtone sur l’Î.-P.-É Autre province du Canada atlantique Autre province du Canada
56 %6 %13 %25 %

Quelle catégorie vous décrit le mieux ou décrit le groupe auquel vous appartenez?

La catégorie grand public (« résident local non autochtone » + « membre non local du grand public ») a été choisie le plus souvent (80 %) par les répondants comme appartenance ou groupe qui les représentait. note en bas de page 3 Le tableau suivant montre l’appartenance autodéclarée des répondants par ordre croissant. note en bas de page 4

 Affiliation — % des réponses
Affiliation — % des réponses — Version texte
Membre du grand public non local49 %
Résident local non membre d’une Première Nation32 %
Résident mi’kmaq13 %
Organisme non gouvernemental7 %
Industrie du tourisme et de l’accueil5 %
Autre, préciser5 %
Propriétaire d’une résidence de vacances4 %
Gouvernement3 %
Commerce3 %
Association à vocation culturelle ou patrimoniale2 %
Association de l’industrie1 %

Comment avez-vous entendu parler du projet de création d’une réserve de parc national dans la région de Pituamkek? note en bas de page 5

Les réseaux sociaux (55 %) sont les médias les plus fréquemment mentionnés par les répondants en réponse à la question « Comment avez-vous entendu parler de la proposition de création d’une réserve de parc national dans la région de Pituamkek? ».

Comment avez-vous entendu parler du projet — % des réponses
Comment avez-vous entendu parler du projet — % des réponses — Version texte
Médias sociaux49 %
Bouche à oreille32 %
Médias imprimés, radio, télévision13 %
Communications des Premières Nations7 %
Site Web de Parcs Canada5 %
Autre5 %

Réponses au sondage – Résumé des thèmes

Une série de questions ouvertes invitait les répondants à exprimer leurs opinions et leurs préoccupations au sujet de la création d’une réserve de parc national. Parmi les 214 répondants au sondage, certains n’ont pas répondu à toutes les questions. Les principaux thèmes qui sont ressortis des réponses sont l’importance de la préservation et de la conservation du paysage, la faune et les plantes ainsi que le respect des droits et de la culture mi’kmaq tout au long du processus. L’augmentation du tourisme et des occasions d’affaires figurait en bas de la liste des priorités. Les principales préoccupations étaient les répercussions à long terme sur l’environnement en raison de l’utilisation accrue du territoire.

Voici un résumé des réponses, y compris un texte de synthèse, des graphiques et une sélection de citations pertinentes.

3A. Selon vous, quels avantages pourrait-on tirer de la création d’une réserve de parc national dans la région nord-ouest de l’Île-du-Prince-Édouard? (n=194)

Les répondants ont eu l’occasion de répondre dans leurs propres mots à la question suivante : « Selon vous, quels avantages pourrait-on tirer de la création d’une réserve de parc national dans la région nord-ouest de l’Île-du-Prince-Édouard? ».

La plupart des 194 commentaires touchaient plusieurs domaines. Le thème commun le plus souvent mentionné dans les propres mots des répondants est « Environnement, conservation et protection (faune, paysage, etc.)  », soit 168 commentaires (87 % des réponses) surlignés en orange dans le graphique suivant.

Benefits themes - % of responses

Thèmes liés aux avantages — % des réponses — Version texte

Environnement, conservation et protection (faune, paysage, etc.)87 %
Préservation et hommage à l’histoire et aux pratiques culturelles des Mi’kmaq45 %
Accroissement du tourisme18 %
Réconciliation, collaboration et renforcement des relations avec les Premières Nations16 %
Possibilités d’éducation – Nature, culture mi’kmaq15 %
Frein à l’aménagement (chalets, etc.) et à l’utilisation inappropriée des terres (VTT)11 %
Avantages économiques (création d’emplois, avantages pour les collectivités des Premières Nations)7 %
Accroissement de l’accès aux espaces extérieurs, aux parcs et aux activités de plein air (camping, randonnée pédestre, etc.)6 %
Autres3 %
Aucun avantage – désaccord1 %

Sélection de citations

Artisanat Mi’kmaq coloré en piquants de porc-épic. Oeuvre en piquants de porc épic blanc, bleu et brun en zigzag traditionnel, sous bordure brune en piquants de porc épic.
Broderie perlée/oeuvre Mi'kmaq en piquants de porc-épic du XIXe siècle, tirée de la collection de la Prince Edward Island Museum and Heritage Foundation
Photo : © Assemblée des Conseils Epekwitk

A. Environnement, conservation et protection (faune, paysage, etc.) – (168 commentaires)

« La protection du caractère écologique... »

« La conservation des ressources naturelles... »

« La préservation de la faune, de la nature... »

« La préservation de l’environnement... Un refuge sécuritaire pour les plantes et les animaux rares... »

Vue du coucher de soleil à Lennox Island. Trois immeubles sur l’île.
Coucher de soleil à Lennox Island.
Photo : © Assemblée des Conseils Epekwitk

B. Préservation et hommage à l’histoire et aux pratiques culturelles des Mi’kmaq – (88 commentaires)

« La préservation du territoire traditionnel des Mi’kmaq, la préservation des lieux de sépulture »

« Le projet permettrait de protéger nos terres et de les utiliser pour des cérémonies comme celle du jeûne pour les gens qui veulent jeûner... »

« Les avantages comprendraient la préservation du patrimoine culturel des Mi’kmaq... »

C. Accroissement du tourisme – (34 commentaires)

« Le tourisme pourrait y jouer un grand rôle. »

« Le projet pourrait attirer des touristes dans la région... »

« ...c’est une partie de l’île qui n’attire pas autant de touristes... »

D. Réconciliation, collaboration et renforcement des relations avec les Premières Nations – (30 commentaires)

« Rendez-leur leurs terres... »

« Une véritable étape dans le processus de réconciliation — un accord de nation à nation qui pourrait servir de modèle pour d’autres terres... »

« ... c’est une occasion d’appuyer les relations entre les Autochtones et le Canada »

E. Possibilités de formation Nature, culture mi’kmaq – (29 commentaires)

« Éduquer le public et nos jeunes sur l’histoire... »

« ... reconnaissance et promotion de l’histoire humaine, culturelle et naturelle de la région... »

F. Frein à l’aménagement (chalets, etc.) et à l’utilisation inappropriée des terres (VTT) – (21 commentaires)

« L’Île-du-Prince-Édouard est densément peuplée et compte tenu du nombre limité de parcs protégés, et à en juger par les analyses récentes de la liste des propriétés immobilières, il semble y avoir une quantité plus élevée que la normale de rivages vendus comme petits lots de chalets. »

« J’espère que le fait de faire des dunes (Sandhills) une réserve de parc national signifierait que la zone serait surveillée pour s’assurer que les activités humaines destructrices comme la conduite de véhicules tout-terrain et la construction de cabanes seraient interdites... »

G. Avantages économiques (création d’emplois, au profit des communautés des Premières Nations) – (14 commentaires)

« ... possibilités d’emploi pour les Mi’kmaq de la région »

« La création d’une nouvelle réserve devrait permettre à la communauté mi’kmaq locale d’en tirer les plus grands bénéfices. S’ils sont bien planifiés, les postes de gestion, d’interprétation et de protection des ressources devraient être occupés par des Mi’kmaq locaux. »

H. Accroissement de l’accès aux espaces extérieurs, aux parcs et aux activités de plein air (camping, randonnée pédestre, etc.) – (11 commentaires)

« Plus d’espaces publics en plein air dans un monde où de moins en moins de gens ont des jardins... »

« ... un plus grand accès aux parcs et aux espaces extérieurs »

Une pointe de flèche en pierre est tenue dans la paume d'une main. Un instrument de mesure se trouve à côté de la pointe de flèche et indique une longueur d'environ 5 centimètres.
Les travaux archéologiques effectués à Pituamkek nous ont beaucoup appris sur la vie des anciens Mi'kmaq de la baie de Malpeque. On voit ici une pointe de projectile provenant de Pituamkek.
Photo : © Affaires autochtones et archéologie de l'Î.-P.-É.

I. Autres – (6 commentaires)

« Il y en a trop pour pouvoir les compter!  »

« .... objectif de la recherche »

J. Aucun avantage – désaccord – (2 commentaires)

« Aucun. Des groupes de personnes sont bloqués alors qu’on ne laisse entrer que d’autres personnes. »

Dunes herbeuses avec un affaissement au milieu. Plantes vertes entourant l’affaissement et île à l’arrière plan.
Dunes herbeuses à Pituamkek.
Photo : © Assemblée des Conseils Epekwitk

3B. Avez-vous des préoccupations au sujet de la création d’une réserve de parc national dans la région? (n=195)

Les répondants ont eu l’occasion de répondre dans leurs propres mots à la question « Avez-vous des préoccupations au sujet de la création d’une réserve de parc national dans la région? » Sur les 195 répondants, 116 ont indiqué qu’ils n’avaient aucune préoccupation au sujet du projet.

Parmi ceux qui ont fait part d’une préoccupation (79 répondants), le thème le plus fréquent est l’impact potentiel sur l’environnement découlant de la construction d’installations et de la présence humaine accrue. Le deuxième thème le plus fréquent est l’inquiétude entourant la consultation appropriée des communautés des Premières Nations et leur inclusion dans le projet.

Thèmes de préoccupation – % des réponses
Thèmes de préoccupation – % des réponses — Version texte
Aucune préoccupation53 %
Répercussions sur l’environnement découlant de l’utilisation accrue (aménagement d’installations, etc.)19 %
Pleine consultation et respect de l’intendance, des droits, de l’accès, de la participation et des pratiques des Premières Nations13 %
Le gouvernement fédéral ne devrait pas avoir le contrôle des terres6 %
Perte d’accès et d’utilisation par le public (y compris pour la pêche et la chasse)5 %
La zone proposée est trop petite, échéancier du projet2 %
Autre %%
Coût d’utilisation1 %

3B.1. Sélection de citations

A. Répercussions sur l’environnement découlant d’une utilisation accrue (aménagement d’installations, etc.) — (41 commentaires)

« La circulation humaine est toujours dommageable »

«  [...] je suis préoccupé par le fait que plus d’humains visiteurs risquent de détruire cette île sacrée »

« Ma principale préoccupation concerne le développement. La région doit conserver son caractère sauvage et sa beauté... Tout développement devrait être concentré à un seul endroit sur la partie terrestre de l’Î.P.É. afin que les gens puissent le visiter tel qu’il est dans toute sa beauté. »

B. Pleine consultation et respect des Premières Nations – intendance, droits, accès, participation, pratiques – (28 commentaires)

« En tant que non-Autochtone, j’espère que les voix et les opinions de ceux qui ont des droits historiques sur la terre seront entendues. »

« Seulement que le Canada ne respectera pas vraiment l’esprit de nation à nation de cet accord à l’avenir, si le territoire s’avérait profitable pour le gouvernement. »

« Aucune, redonnez toute l’île aux Mi’kmaq. »

C. Le gouvernement fédéral ne devrait pas avoir le contrôle des terres – (12 commentaires)

« Mon premier choix serait de retourner la terre aux Mi’kmaq d’Epekwitk... S’il y a lieu de s’inquiéter, c’est que les Mi’kmaq d’Epekwitk n’auront pas le contrôle ultime de la région. »

« Ne vous souciez pas de créer un parc national... redonnez-leur leurs terres... c’est à eux de commencer. »

D. Perte d’accès et d’utilisation par le public (y compris pour la pêche et la chasse) – (10 commentaires)

« Parce que c’est si beau, pourrions-nous visiter le parc? »

« Aucune inquiétude tant que les gens pourront continuer à visiter les îles!  »

E. La zone proposée est trop petite, l’échéancier pour réaliser le projet, projet infructueux – (5 commentaires)

« Ma seule préoccupation, c’est que la zone pourrait être plus grande. Nous avons besoin de plus d’aires protégées. »

« Seulement que cela n’arrive pas... »

Un jeune autour des palombes (Accipiter gentilis) est perché au sommet d’un arbre sans feuille. L’oiseau regarde directement l’appareil photo. Les arbres à l’arrière plan ont des feuilles vertes et jaunes.
Un jeune autour des palombes est perché au sommet d’un arbre à Pituamkek.
Photo : © Parcs Canada

F. Autres — (5 commentaires)

« Oui, sur la façon dont l’érosion affecte le cordon littoral sableux. »

« Il est nécessaire d’offrir un accès facile et des services comme des toilettes sur les dunes et dans les îles »

« Ne vous souciez pas de créer un parc national... redonnez-leur leurs terres... c’est à eux de commencer. »

G. Coût (droits) d’utilisation – (2 commentaires)

« Le seul problème que je vois avec les parcs nationaux, c’est qu’un droit d’entrée pourrait être exigé, ce qui empêcherait certaines personnes d’avoir accès à la nature. À part cela, je pense que les parcs sont formidables. »

3C. Pratiquez-vous d’autres activités dans la région? Veuillez les énumérer (n=50)

Les répondants ont eu l’occasion de répondre dans leurs propres mots à la question « Pratiquez-vous d’autres activités dans la région? » La plupart des 50 commentaires touchaient plusieurs domaines. L’activité mentionnée le plus souvent dans les propres mots des répondants est la marche ou la randonnée pédestre, avec 17 commentaires (34 %) surlignés en orange dans le graphique suivant.

Les trois thèmes qui sont ressortis chez les répondants qui ont indiqué n’avoir aucune connaissance de la région ou n’y pratiquer aucune activité sont exclus de l’analyse de cette question :

  • N’ont jamais vécu à l’Î.‑P.‑É. ou n’y sont jamais allés ou n’en ont jamais entendu parler auparavant — (27 commentaires)
  • Aimerait visiter l’endroit un jour – (15 commentaires)
  • Aucune, sans objet ou ne sait pas — (14 commentaires)
Thèmes des activités — % des réponses
Thèmes des activités — % des réponses — Version texte
Marche ou randonnée pédestre34 %
Autres34 %
Activités dirigées par les Premières Nations16 %
Visites guidées par les Premières Nations – possibilités d’apprentissage14 %
Baignade14 %
Recherche ou archéologie10 %
Récolte8 %
Randonnée à vélo6 %

3C.1. Quels types d’activités pratiquez-vous dans la région et à quelle fréquence?

L’activité « Visite de points d’intérêt » a recueilli plus fréquemment les réponses « souvent » et « parfois » (14 % et 37 % respectivement) alors que l’activité « Pêche ou chasse » a été associée dans une proportion de 70 % à la réponse « jamais ». Le tableau suivant montre les indicateurs selon la fréquence de participation, par ordre croissant.

 
Types d’activités pratiquées dans la zone et fréquence

Types d’activités pratiquées dans la zone et fréquence — Version texte
Visites de points d’intérêt (Souvent)14 %
Visites de points d’intérêt (Parfois)37 %
Visites de points d’intérêt (Rarement)23 %
Visites de points d’intérêt (Jamais)27 %
Observation des oiseaux (Souvent)9 %
Observation des oiseaux(Parfois)27 %
Observation des oiseaux(Rarement)23 %
Observation des oiseaux(Jamais)41 %
Kayak (Souvent)6 %
Kayak (Parfois)24 %
Kayak (Rarement)23 %
Kayak (Jamais)47 %
Pêche ou chasse(Souvent)6 %
Pêche ou chasse(Parfois)11 %
Pêche ou chasse(Rarement)13 %
Pêche ou chasse(Jamais)70 %
Camping (Souvent)6 %
Camping (Parfois)15 %
Camping (Rarement)26 %
Camping (Jamais)54 %
Navigation de plaisance(Souvent)6 %
Navigation de plaisance(Parfois)15 %
Navigation de plaisance(Rarement)21 %
Navigation de plaisance(Jamais)59 %
Une photo prise à travers les herbes longues au sommet des dunes donne sur une plage de sable avec des dunes herbeuses à gauche et une vue sur les vagues de l'océan bleu à l'horizon.
Le tourisme est l'activité la plus fréquente des visiteurs de Pituamkek.
Photo : © Assemblée des Conseils Epekwitk

3C.2. Sélection de citations

A. Marche ou randonnée pédestre – (17 commentaires)

« Visite des lieux »

« Randonnée pédestre »

« Marche, randonnée, exploration »

B. Autre – (17 commentaires)

« Magasinage dans des boutiques touristiques »

« Repas au restaurant »

C. Activités dirigées par les Premières Nations – (8 commentaires)

« Toutes ces activités devraient être sous le contrôle des Premières nations. Après tout, c’est leur terre. »

« L’accès et les possibilités sont limités en ce moment. Centre d’accueil ou Centre d’expérience mi’kmaq, restaurants autochtones »

D. Visites guidées par les Premières Nations – possibilités d’apprentissage – (7 commentaires)

« J’aimerais visiter des sites archéologiques. Je souhaiterais être accompagné de guides touristiques autochtones afin de découvrir la région. »

E. Natation – (7 commentaires)

« Baignade!  »

F. Recherche ou archéologie – (5 commentaires)

« Recherche généalogique et historique sur les îles »

G. Récolte – (4 commentaires)

« Récolte de plantes comestibles »

H. Vélo – (3 commentaires)

« ... vélo, vélo de montagne... »