Utilisation de colliers émetteurs GPS pour surveiller les déplacements des chèvres de montagne

Bien que les chèvres de montagne soient communes dans le parc national Yoho, elles peuvent être difficiles à repérer, même pour le personnel de Parcs Canada! Elles fréquentent de préférence les terrains les plus escarpés du parc, loin des regards indiscrets. Elles sont également sensibles aux perturbations humaines. Lorsque nous avons besoin d’informations détaillées pour gérer les activités humaines dans l’habitat des chèvres de montagne, nous les suivons virtuellement au moyen de colliers émetteurs..

En 2017, nos spécialistes ont posé des colliers émetteurs GPS à 20 chèvres de montagne dans les parcs nationaux Yoho et Banff. Les colliers émetteurs nous indiquent quand et où ces animaux se déplacent. Le portrait de l’utilisation de l’habitat des chèvres de montagne ainsi obtenu est complété par des relevés aériens, des cartes de l’habitat et des photos prises par des appareils photo actionnés par le mouvement.

Nous nous servons de ces données pour évaluer les incidences des visiteurs et des installations sur les chèvres de montagne. Ce travail permettra d’encadrer des projets comme l'élargissement à quatre voies de la Transcanadienne dans le parc national Yoho et les lignes directrices pour la station de ski de Lake Louise dans le parc national de Banff.

Moment historique

À l’été 2018, des appareils photo actionnés par le mouvement ont permis de documenter la première utilisation par des chèvres de montagne de passages fauniques aménagés dans un parc national du Canada. Les photos les montrent en train de traverser un passage inférieur et de se tenir debout sur le premier passage supérieur du parc Yoho.

Prochaine question

À quel point les chèvres de montagne sont-elles sensibles aux perturbations humaines? La réponse se trouve peut-être dans leurs excréments. C’est pourquoi un projet pilote est en cours afin d’analyser au moyen d’une nouvelle technologie les hormones de stress dans les boulettes fécales (excréments) des chèvres de montagne. Nous comparerons ainsi les boulettes recueillies dans des zones d’activité humaine et dans l’arrière-pays.