Les visiteurs sont responsables de leur propre sécurité et doivent être extrêmement prudents quand ils nagent, font du surf ou exercent une activité aquatique quelconque. Apprenez à identifier les risques et prévenir les blessures pour jouir du parc en toute sécurité.


Hypothermie

L'eau a peut-être l'air invitante, mais elle est froide. Même l'été, la température de l'océan Pacifique varie entre 7oC et 14oC et la durée de survie maximale est de deux à trois heures. Connaissez les symptômes de l'hypothermie et portez une combinaison humide en tout temps.

Prévenir l'hypothermie

  • Soyez prêt pour le temps : 
    Emportez votre équipement et des vêtements supplémentaires dans des contenants étanches. Prévoyez et renseignez-vous sur les prévisions météorologiques. Évaluez les conditions qui changent et modifiez vos plans en conséquence.
  • Emportez des vêtements appropriés :
    Emportez notamment des vêtements imperméables, des vêtements chauds même quand ils sont mouillés, un chapeau et des gants. 
  • Connaissez les aptitudes de tous les membres de votre groupe :
    La capacité de rester vigilant et de s'orienter diminue avec la fatigue. Faites des pauses, assurez-vous de ne pas avoir froid.
  • N’oubliez pas de manger :
    Le corps a besoin de l'énergie provenant des aliments pour créer de la chaleur. Ayez à portée de la main des aliments à haute teneur énergétique.
  • Surveillez les premiers symptômes d'hypothermie :
    Agissez immédiatement. 

Les symptômes progressifs d'hypothermie : 

  1. Vous avez froid et vous devez faire de l'exercice pour vous réchauffer
  2. Vous commencez à frissonner et à vous engourdir.
  3. Vous frissonnez de plus en plus.
  4. Vous avez du mal à parler.
  5. Vous avez du mal à penser.
  6. Votre coordination musculaire devient difficile.
  7. Votre pouls et votre respiration ralentissent.
  8. Vous perdez conscience.
  9. Votre rythme cardiaque est irrégulier.
  10. Le coeur, les poumons et le cerveau arrêtent de fonctionner.
  11. La mort s'ensuit.

 

Grosses vagues

Toutes les plages de Pacific Rim sont exposées à la puissance de l’océan Pacifique. Les vagues, que l’on appelle aussi la houle, peuvent être touchées par des facteurs tels que les marées, les vents et les courants, ainsi que les tempêtes et les systèmes météorologiques à des milliers de kilomètres de là.

Dans l’eau : 
les grosses vagues peuvent entraîner des changements rapides et créer des conditions dangereuses pour les surfeurs, les nageurs et les kayakistes. Par exemple, la forte houle peut augmenter les courants d’arrachement. 
Sur la plage : 
De grosses vagues peuvent déferler soudainement sur la plage et le littoral rocheux, inondant ainsi la plage et faisant flotter et rouler les billots de bois de grève. 

Soyez prêt


 

Courants d'arrachement

Un courant arrachement est un courant puissant et rapide qui peut tirer même le meilleur nageur vers le large. Les courants d’arrachement se forment lorsque les vagues apportent de grandes quantités d’eau sur la côte et que l’eau se retire vers l’océan dans des ouvertures dans des bancs de sable, derrière des îles ou à côté de promontoires rocheux.

Voici comment identifier un courant arrachement :

Cherchez une bande d’eau étroite qui s'éloigne rapidement du rivage. La surface de l’eau est clapoteuse, ridée. Des vagues se brisent de chaque côté du courant, mais pas à l'intérieur de celui-ci.

Ce que vous devez faire si vous vous retrouvez dans un courant d’arrachement :

  1. Ne luttez pas contre le courant.
  2. Sortez du courant en nageant parallèlement à la côte, puis nagez jusqu’au rivage.
  3. Si vous n’y arrivez pas, flottez ou nagez debout.
  4. Criez ou faites des signaux pour obtenir de l’aide.

 

Marées

Deux fois par jour, le rivage de Pacific Rim s’élargit à marée basse, et se rétrécit à marée haute. Les marées sont causées par l'attraction de la lune et du soleil. Elles peuvent aussi être influencées par le vent et les tempêtes.

Soyez prêt

  • Planifiez vos activités sur le rivage en fonction des marées.
  • Soyez vigilant et surveillez la marée qui monte pour vous assurer de pouvoir revenir en toute sécurité par le même chemin. 
  • Soyez conscient du temps.
  • Demandez aux employés de Parcs Canada des renseignements sur les marées.

 

Billots de bois de grève qui roulent

Les billots de bois constituent un point d’observation ou un bon endroit pour un pique-nique, mais la marée haute et les grosses vagues peuvent les transformer en danger mortel. Les billots peuvent flotter et rouler, vous faire tomber, vous emprisonner sous eux ou vous écraser. De plus, le bois est extrêmement glissant quand il pleut.

Soyez prêt


 

Tsunamis

Un tsunami est une série de vagues de taille inhabituelle provoquée par un mouvement rapide d'un grand volume d'eau. Les tsunamis sont généralement causés par un tremblement de terre, mais ils peuvent être causés également par des glissements de terrain ou des volcans sous-marins près de côtes, des explosions d’origine humaine, et même par des objets de l’espace qui entrent en contact avec des plans d’eau. Les tsunamis sont rares, mais extrêmement dangereux.

Deux types de menace en Colombie-Britannique :

  1. Les tsunamis qui prennent naissance dans l’océan Pacifique
    Ils peuvent avoir de graves répercussions sur les régions côtières extérieures de la C.-B. avec des vagues du nord, du sud ou de l’ouest.
  2. Les tsunamis d’origine locale
    Ceux-ci peuvent être causés par un tremblement de terre, un glissement de terrain à la surface ou sous-marin, et ils peuvent avoir un impact sur d’autres régions côtières de la province.

Ce que vous devez faire s'il y a un avis de tsunami : 

  • Si vous sentez de fortes secousses d’un tremblement de terre ou voyez l'eau se retirer, rendez-vous immédiatement à un point surélevé (à plus de 15 mètres de la ligne de marée haute) et suivez les trajets d’évacuation en cas de tsunami.
  • Si vous entendez un avertissement de tsunami, écoutez les renseignements et suivez immédiatement les instructions des représentants officiels des secours.
  • N’allez pas voir à la plage. N’oubliez pas : l’impact ne sera pas le même partout sur la côte. Il peut en effet varier considérablement sur une très courte distance : sur un kilomètre, les répercussions d’un tsunami peuvent avoir des dizaines de mètres de différence selon la forme de la côte et le sens de la vague.

Pour plus d’information : visitez Coastsmart.ca et PreparedBC - Tsunamis (en anglais seulement).


 

Marée rouge

L'eau salée et douce du monde contient une grande variété de plantes unicellulaires appelées microalgues. Elles sont généralement si petites qu'on ne peut les voir qu'au microscope. Lorsque les conditions sont propices, soit souvent l'été dans cette région, une espèce d'algue se multiplie en grand nombre. On appelle ce phénomène prolifération de végétaux planctoniques.

La couleur de l'eau peut changer selon l'espèce la plus commune qui prolifère. Dans cette région, l'eau prend souvent une teinte brune, rouge ou bleue. Un grand nombre des végétaux qui pullulent dans les eaux marines sont rouges, d'où le terme marée rouge.

Voici comment la marée rouge vous touche :

Tout un nombre des algues de la marée rouge produit des toxines. Différentes algues produisent différentes toxines. Certaines toxines ont une forte incidence sur les poissons, d'autres sur les mammifères. Les algues responsables de l'empoisonnement marin paralysant appartiennent au groupe des Gonyaulax. Ces algues produisent une toxine extrêmement puissante qui affecte les membranes excitables et peut entraîner une paralysie des muscles et parfois même l'asphyxie

Les animaux à sang chaud sont particulièrement sensibles à cette toxine. Les coquillages tels que palourdes, moules et huîtres peuvent se nourrir des algues sans conséquence néfaste. Leur tissu accumule cependant la toxine. Le problème survient lorsque les humains consomment des mollusques et des crustacés qui ont accumulé de grandes quantités de cette toxine. Les mollusques et crustacés qui contiennent cette toxine ont toutefois la même apparence que les autres. Dans notre région, Pêches et Océans Canada inspecte régulièrement les mollusques et les crustacés pour déceler cette toxine.

Pêches et Océans Canada fonde les autorisations et les interdictions de récolte de mollusques et crustacés sur ses méthodes de surveillance rigoureuses. Si vous envisagez de consommer des mollusques et des crustacés dans un restaurant, ceux-ci devraient avoir été inspectés et devraient être sans danger.

Si vous envisagez de récolter des mollusques et des crustacés : 

respectez tous les avis et interdictions de consommer de Pêches et Océans Canada concernant l'empoisonnement marin paralysant. Les avertissements visent la santé et la sécurité des visiteurs et non pas la conservation. Veuillez consulter le règlement sur la pêche dans les eaux salées pour connaître les limites de mollusques et crustacés dans le parc et notez que le parc national est une zone de non-récolte volontaire.