CollaborationRecherche | Réalisations

Introduction

Un monument des Premières Nations

Nichée dans le ḥaḥuułi (territoire traditionnel) des Nuu-chah-nulths, la réserve de parc national Pacific Rim raconte l’histoire de ceux qui vivent ici depuis des générations.

Le terme nuu-chah-nulth, ou « le long des montagnes et de l’océan », désigne les territoires qui s’étendent sur 300 km le long de la côte ouest de l’île de Vancouver, depuis la péninsule Brooks, au nord, jusqu’à Point-no-Point, au sud, et jusqu’au chaînon de l’île de Vancouver, à l’est.

Les ressources dont recèlent ce vaste océan et les forêts tempérées assurent depuis longtemps le bien-être social, culturel et économique des Nuu-chah-nulths.

Le peuple nuu-chah-nulth

Chaque nation possède un berceau et un mythe de création qui lui sont propres.

Les traditions orales des Nuu-chah-nulths racontent l’histoire d’un peuple qui a élu domicile ici il y a des siècles, un peuple né ici même, sur ce territoire.

Par le passé, les Nuu-chah-nulths ne formaient pas un seul et même peuple; ils étaient plutôt divisés en familles ou groupes locaux distincts. Chaque groupe avait en commun des aspects de la langue, des traditions et de la culture qui reposaient sur un ḥaw̓ił (chef héréditaire). Ils vivaient des ressources tirées de leur ḥaḥuułi (territoire traditionnel).

Aujourd’hui, les Premières Nations des Nuu-chah-nulths comptent 14 nations distinctes. Chacune possède un chef et un conseil élu de même que des ḥaaw̓iiḥ (chefs héréditaires). Leur culture reste profondément enracinée dans la terre et les eaux côtières de leur territoire ancestral.

Les liens économiques, spirituels et sociaux qui les unissent à la forêt pluviale, au littoral et à l’océan ont évolué, mais ils demeurent le fondement de cette culture durable de la côte Ouest.


Des employés de Parcs Canada et le poteau de maison à l’île Benson
Des employés de Parcs Canada et le poteau de maison à l’île Benson

Pour les Premières Nations Nuu-chah-nulth, les terres qui constituent la réserve de parc national Pacific Rim appartiennent à leur territoire traditionnel. Depuis 1995, l’administration du parc collabore avec ses partenaires autochtones afin de mettre en place des pratiques de conservation et d’utilisation durable des ressources naturelles et culturelles de la réserve de parc national. Ce partenariat permet aux visiteurs et aux collectivités avoisinantes de mieux saisir l’esprit de ce lieu.

La réserve de parc national Pacific Rim se trouve dans les territoires traditionnels de neuf nations nuu-chah-nulths
La réserve de parc national Pacific Rim se trouve dans les territoires
traditionnels de neuf nations nuu-chah-nulths


Collaboration

Nos relations de travail reposent sur les principes nuu-chah-nulths de Iisaak (respect) et de Hishuk ish ts’awalk (tout ne fait qu’un), deux éléments qui font partie intégrante de la gestion et de l’exploitation du parc.

La collaboration vise à atteindre les grands objectifs suivants :

  • Les Premières nations de la région sont représentées dans tous les aspects de la gestion et de l’exploitation du parc;
  • L’interprétation culturelle des Premières nations fait partie intégrante des programmes du parc;
  • La gestion du parc englobe le savoir traditionnel des Nuu-chah-nulths;
  • Le personnel du parc et les Premières nations travaillent à la cogestion grâce à la constitution de conseils de cogestion;
  • Les Premières nations comprennent et appuient le mandat de Parcs Canada.

Conseils de cogestion et groupes de travail

Membres du conseil de cogestion des Premières Nations Huu-ay-aht et de Parcs Canada lors d’une réunion
Conseil de cogestion des Premières Nations Huu-ay-aht et de Parcs Canada

Le parc collabore avec neuf partenaires de la Première Nation Nuu-chah-nulth par l’entremise de conseils de cogestion et de groupes de travail.

DÉFINITION : La cogestion est un modèle de gestion qui permet à des groupes autochtones de collaborer avec Parcs Canada à l’administration des lieux protégés par l’Agence.

Ces conseils et ces groupes de travail offrent des avis, des orientations, du soutien et des recommandations aux gestionnaires du parc sur des enjeux qui vont de la gestion des ressources à l’expérience du visiteur en passant par l’élaboration des plans directeurs et les possibilités de développement économique. L’établissement de bonnes relations de travail contribue à garantir le respect des intérêts mutuels et leur prise en compte dans le processus décisionnel et l’élaboration de politiques.


Recherche en collaboration avec les partenaires des Premières Nations

Les chercheurs qui souhaitent mener des travaux à la réserve de parc national Pacific Rim doivent présenter une demande en suivant les règles du Système de demande de permis de recherche et de collecte de Parcs Canada.

Pour respecter ses obligations juridiques, Parcs Canada doit consulter les Premières Nations dont le territoire traditionnel se situe dans les limites de la réserve de parc national Pacific Rim et respecter l’ensemble des traités et des ententes en vigueur. Des permis de recherche ne peuvent être délivrés qu’après consultation des partenaires autochtones.

NOTA : Veuillez prévoir de 30 à 90 jours pour le traitement d’une demande. Les demandes urgentes peuvent être refusées si elles ne laissent pas suffisamment de temps pour que le processus de cogestion suive son cours.


Nos réalisations

Groupe de travail des Nuu-chah-nulths au Centre d’accueil Kwisitis
Le Groupe de travail des Nuu-chah-nulths, qui a contribué au réaménagement du Centre d’accueil Kwisitis

Grâce à la collaboration du personnel de Parcs Canada et des neuf Premières Nations Nuu cha nulth partenaires, nous avons réalisé de nombreux projets :

  • Élaboration du premier plan directeur du parc (PDF, 7,32 Mo) :
    Nos partenaires des Premières Nations ont fourni une contribution précieuse en matière de conservation des ressources écologiques et culturelles ainsi que d’offre d’expériences enrichissantes et mémorables aux visiteurs du parc ;

  • Réaménagement et réouverture du Centre d’accueil Kwisitis:
    Le Groupe de travail des Nuu-chah-nulths, dont font partie des aînés, des dirigeants et des membres de la collectivité des Premières Nations, a conçu, en collaboration avec Parcs Canada, des expositions authentiques pour le nouveau Centre d’accueil Kwisitis ; 

  • Récits et activités d’interprétation offertes par des conférenciers nuu chah nulths :
    Des conférenciers racontent des récits et font des exposés sur une foule de sujets, allant du savoir traditionnel au chant et au tambour, à l’intention des visiteurs au sentier Nuu chah nulth, à la plage Wickaninnish et au Centre d’accueil Kwisitis ; 

  • Création d’une équipe de gardes et de gardiens de plage autochtones : 
    Des gardes des Huu-ay-ahts, des Ditidahts et des Pacheedahts, de même que des gardiens de plage des Tla-o-qui-ahts et des Tseshahts, accueillent les visiteurs au nom des Premières Nations et veillent à ce que ceux-ci puissent vivre en toute sécurité une expérience enrichissante tout en respectant les territoires traditionnels des Autochtones ; 

  • Protection à long terme des espèces en péril :
    L’équipe des espèces en péril de Parcs Canada collabore avec des partenaires des Premières Nations afin de surveiller et d’améliorer l’habitat des espèces en péril dans les limites du parc et des terres visées par un traité. Parcs Canada dirige des programmes de rétablissement d’un certain nombre d’espèces, notamment la limace-sauteuse dromadaire, l’abronie rose, l’autour des palombes et l’hétérodermie maritime ;

    Deux gardiens de plage mènent une patrouille à l’archipel Broken Group
    Gardiens de plage à l’archipel Broken Group

  • Intégration de la langue des Nuu-chah-nulths (en anglais seulement) et d’information les concernant aux produits de communication :
    La Charte de Parcs Canada a été traduite dans les quatre dialectes des Nuu-chah-nulths (Nord, Centre, Barkley et Sud). Nombre de panneaux et d’expositions du parc portent également des inscriptions dans cette langue.