Facteurs de stress | Surveillance | Constatations

Vue d’ensemble

Les chauves-souris sont un élément important d’un écosystème sain. Dans la réserve de parc national (RPN) Pacific Rim, les chauves-souris jouent un rôle essentiel en tant que mangeurs d’insectes voraces, et peuvent en consommer une quantité supérieure au poids de leur corps chaque nuit.

Insectivores, les chauves-souris ont besoin d’aires d’eau douce productives comme habitat d’alimentation. La recherche montre que l’activité des chauves-souris augmente en fonction de la proximité des écosystèmes d’eau douce parce que les milieux humides et les ruisseaux servent à la reproduction de nombreux insectes. En surveillant leurs prédateurs, par exemple les chauves-souris qui se nourrissent de ces insectes, nous obtenons un meilleur aperçu de la santé de nos écosystèmes d’eau douce.

Parmi les petits mammifères, les chauves-souris sont uniques en raison de leur longévité, de leur faible taux de reproduction et de leur dépendance à l’égard de caractéristiques et d’habitats précis – tous ces facteurs faisant des chauves-souris des espèces idéales pour surveiller et mieux comprendre les changements dans les écosystèmes. Durant les relevés estivaux des deux dernières années, nous avons détecté huit espèces de chauves-souris. Cela représente une diversité supérieure à tout autre groupe de mammifères dans la RPN Pacific Rim.


Facteurs de stress

Syndrome du museau blanc
L’espèce de chauve-souris la plus répandue dans la RPN Pacific Rim est la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus), une espèce inscrite en annexe de la Loi sur les espèces en péril en tant qu’espèce en voie de disparition. Cette espèce est en péril en raison d’une menace imminente causée par un pathogène fongique, couramment appelé le syndrome du museau blanc. Malheureusement, cette maladie est en train de dévaster les populations de chauves-souris partout en Amérique du Nord. Le champignon se développe sur les chauves-souris durant leur hibernation et, une fois établi, il peut causer plus de 90 % de mortalité dans une population. Le syndrome du museau blanc provoque un éveil plus fréquent et plus hâtif que la normale chez les chauves-souris, ce qui entraîne une réduction de leurs réserves de graisse hivernale et les fait sortir de leur site d’hibernation plus tôt que prévu. Au cours de la dernière décennie, le syndrome du museau blanc a décimé des millions de chauves-souris dans l’ensemble de l’Amérique du Nord.

white-nose syndrome

Syndrome du museau blanc (photo : Hugh Broders)


Comment Parcs Canada surveille-t-il les populations de chauves souris?

Il est reconnu que les chauves-souris sont difficiles à étudier et beaucoup d’espèces de la région sont également migratrices. Elles sont actives la nuit et se reposent dans des endroits sombres et bien dissimulés durant le jour. Dans la RPN Pacific Rim, nous avons mis en place un programme novateur de surveillance des chauves-souris faisant appel à des détecteurs à ultrasons qui enregistrent les chauves-souris pendant qu’elles volent la nuit.


Détecteurs à ultrasons
instruments sur un terrain herbeux

Les ultrasons renvoient à des sons faisant partie d’une gamme de fréquences supérieures à celles que peut entendre l’oreille humaine normale, soit au dessus d’à peu près 20 kHz. Chaque espèce de chauve-souris a une séquence de clics qui lui est propre. Par la suite, nous utilisons un logiciel d’autoidentification pour déterminer quelle espèce de chauve-souris est passée près du détecteur. Au cours des deux derniers étés, nous avons enregistré plus de 30 000 passages de chauves-souris à 33 sites d’eau douce différents un peu partout dans la réserve de parc national. Les enregistrements nous indiquent quelles espèces de chauves-souris sont présentes ainsi que le moment où elles sont le plus actives et les conditions dans lesquelles elles le sont. Cela nous fournit de l’information de base qui nous permet de surveiller les changements futurs.

Collaborateurs

À la RPN Pacific Rim, nous diffusons nos protocoles et nos données de recherche à d’autres lieux de Parcs Canada ainsi qu’au programme nord américain de surveillance des chauves-souris (North American Bat Monitoring Program).


Constatations

À ce jour, le syndrome du museau blanc n’a pas encore été détecté sur l’île de Vancouver, et nos populations de chauves-souris sont encore jugées saines. Nos activités de surveillance arrivent à un moment crucial, car en 2017 et en 2018, le syndrome du museau blanc a été détecté dans l’État de Washington, à distance de vol de la RPN Pacific Rim.