Créature du mois

Découvrez quels animaux pourraient être proches de vous lors de votre visite.

Chaque mois, il se passe quelque chose de nouveau dans la réserve de parc national. Selon la période de votre visite, certaines créatures seront plus actives que d’autres.

Apprenez-en davantage : Vivre avec la faune


Janvier — Loups 
La timidité et la discrétion peuvent être des atouts.Photo de deux loups prise par un appareil actionné par le mouvement

Les loups ont besoin d’espace, et ils en veulent beaucoup! Une balade de Tofino à Ucluelet pourrait faire partie d’une journée normale. En hiver, les loups s’approchent du village pour chasser leurs proies comme le cerf, le raton laveur et même les animaux domestiques. Il est important pour les loups et les humains de maintenir de saines limites entre eux. Si nous nous approchons trop de ces animaux, le danger s’accroît pour toutes les parties concernées.


Février — Amphibiens
Froids, humides, petits et cachés.
Grenouille à pattes rouges bien camouflée

Les grenouilles, crapauds, salamandres et tritons sont des amphibiens. Même si vous passez beaucoup de temps à chercher ces créatures, vous pourriez n’en trouver aucune. Elles se cachent bien, alors écoutez attentivement. En cette période de l’année, vous pourriez entendre l’appel des grenouilles mâles aux femelles.

Une population d’amphibiens saine est indicateur d’une forêt en santé. La peau des amphibiens est poreuse, et les polluants présents dans les plans d’eau sont rapidement absorbés.

Les amphibiens peuvent aussi nous donner des indices sur les changements climatiques. L’accouplement et la ponte des œufs surviennent un mois plus tôt qu’il y a à peine une dizaine d’années!


Mars – Baleines grises
Bon retour, baleines grises!
Deux baleines grises émergeant pour respirer

C’est maintenant le parfait moment d’observer 20 000 baleines grises tandis qu’elles effectuent leur migration, de leurs aires de reproduction hivernales près de la péninsule Baja, au Mexique, vers leurs aires d’alimentation estivales dans les mers de Béring et des Tchouktches. Célébrez leur retour en participant au Festival de la baleine de Pacific Rim. Joignez-vous aux activités du festival ou à une excursion d’observation des baleines, ou encore rendez-vous au Centre d’accueil Kwisitis pour observer le souffle en forme de cœur de ces baleines lorsqu’elles se déplacent le long du littoral!


Avril — Ours
Les ours sont toujours dans les parages.
Ourse et ses deux oursons

L’île de Vancouver compte l’une des populations d’ours noirs les plus denses du monde. Même si vous ne croisez pas d’ours lors de votre visite, il reste que vous êtes au pays des ours. Durant l’hiver, tous les ours n’hibernent pas, et ceux qui le font peuvent se réveiller occasionnellement pour casser la croûte. Assurez-vous de ne jamais laisser un ours manger de la nourriture destinée aux humains, et sachez quoi faire si vous en rencontrez un.


Mai — Oiseaux de rivage
De tout petits oiseaux qui parcourent des distances phénoménales.
Bécasseaux sanderling se nourrissant dans les vagues

Certains oiseaux de rivage arrivent de l’Amérique du Sud, demeurent seulement quelques jours sur nos plages, puis s’envolent vers l’Arctique. Pour effectuer un tel périple, ils ont besoin de consommer une énorme quantité de nourriture. Veuillez leur laisser beaucoup d’espace. S’ils n’en ont pas assez pour chercher leur nourriture, ils poursuivront leur chemin le long du littoral sans avoir mangé ou s’être reposés suffisamment et ne pourront pas se reproduire. Participez au Festival des oiseaux de rivage de Tofino pour mieux connaître et célébrer cette migration fantastique.

Juin — Pinnipèdes
Curieux, enjoués, mais pas des jouets.
Nombreuses otaries de Steller curieuses

Les phoques et les otaries sont deux types de pinnipèdes que vous pourriez apercevoir dans cette réserve de parc national.

Certains trouvent les phoques et les otaries très mignons. Il vaut mieux les traiter comme s’ils étaient des ours dotés de nageoires, et demeurer à une saine distance de ces animaux.

Ce n’est jamais une bonne idée, pour vous ou pour votre animal domestique, de les approcher sur la plage, les rochers ou dans l’eau. Renseignez-vous sur notre page sur la vie marine.


Juillet — Chauves-souris
Petites, discrètes et actives seulement la nuit.
Chauve-souris solitaire en vol

Les soirées de la fin juillet offrent un excellent moment pour observer des chauves-souris. La majorité des chauves-souris sont petites, discrètes et actives uniquement la nuit et, par conséquent, votre meilleure chance d’en observer une est juste après le coucher du soleil, lorsque le ciel n’est pas encore complètement noir. Attendez et observez.

Même dans la noirceur, les chauves-souris utilisent l’écholocation pour naviguer dans la forêt à des vitesses élevées, et chasser les insectes sans se heurter aux arbres… ou à vous. Le jour, les chauves-souris se cachent sous l’écorce de vieux arbres, dans les grottes ou dans des lieux semblables où elles peuvent trouver obscurité et refuge.


Août — Couguars
Paraissez le plus grand possible. Faites du bruit. Ne courez pas.
Photo de couguar prise par un appareil actionné par le mouvement

Dans l’éventualité peu probable où vous apercevriez un couguar, ne courez pas. C’est un félin. Si vous courez, il pourrait vous pourchasser. On décrit parfois les couguars comme des animaux timides, mais en réalité, ce sont des chasseurs très habiles, qui se laisseront rarement voir. Les couguars évitent généralement les humains, mais ce n’est pas toujours le cas. Soyez prêt en gardant vos enfants et vos animaux domestiques près de vous. Où que vous soyez, un couguar pourrait rôder dans les parages.

Septembre — Ours
Un régime rapidement engraissant.
Ourse et ses deux oursons

L’hiver approche! Et pour la majorité des ours, cela signifie qu’il est temps d’hiberner. Les ours de la région ne dorment habituellement pas aussi longtemps ou aussi profondément que les ours vivant dans des endroits où l’hiver est plus rigoureux, car ici, la nourriture est disponible toute l’année. Cependant, certains ours feront de longues siestes. Cela signifie qu’à l’automne ils peuvent devenir de formidables machines à manger. En septembre, leur objectif alimentaire est d’engraisser rapidement! Cet accent extrême mis sur la nourriture est connu sous le nom d’hyperphagie. Dans ce cas, les ours peuvent accumuler jusqu’à 20 000 calories par jour. Ne vous interposez pas entre un ours et la nourriture qu’il convoite, et ne le tentez jamais avec des aliments destinés aux humains!

Octobre — Saumons
Les saumons contribuent à nourrir la forêt.
Deux saumons sockeye

Les saumons naissent dans un cours d’eau forestier, atteignent la maturité dans l’océan, puis retournent dans leur cours d’eau natal pour se reproduire et mourir. En octobre, vous pouvez observer des saumons en période de fraye dans les rivières et les ruisseaux de la région. La majorité des poissons ne peuvent survivre à un déplacement d’un milieu d’eau douce à un milieu d’eau salée. Non seulement les saumons survivent à un tel changement, mais ils établissent aussi un lien entre la forêt et l’océan, car ils font partie du réseau trophique des deux milieux. Les arbres prospèrent grâce aux saumons, qui contribuent au déplacement de nutriments comme l’azote, le soufre, le carbone et le phosphore des océans vers la forêt.

Novembre — Cerf mulet
Un petit nouveau dans le voisinage!
Cerf couché dans l’herbe

Le cerf mulet s’accouple en novembre. Pendant la majorité de l’année, si vous observez un individu, il est probable que ce soit une femelle, car le mâle tend à être plus discret. Mais pas en novembre. Durant ce mois, on peut apercevoir un mâle, ignorant sa timidité naturelle, qui part à la recherche d’une femelle. Les mâles se battent pour conquérir les femelles et adoptent alors un comportement beaucoup plus actif et agressif en période de rut. C’est vraiment un mauvais moment de s’en approcher.

Décembre — Aigles
Un oiseau majestueux.
Aigle solitaire en vol

Étendez vos bras de chaque côté de votre corps. Même si vous êtes un adulte, l’envergure des ailes d’un pygargue à tête blanche adulte dépasse probablement légèrement la longueur de vos bras ouverts. Fixez un point très loin devant vous. Le pygargue à tête blanche peut voir de trois à quatre fois plus loin. Maintenant, mettez-vous en boule sur un canapé et imaginez que c’est votre nid. Même si vous avez un énorme canapé, un nid de pygargue à tête blanche est probablement beaucoup plus gros et plus lourd — certains peuvent peser plus d’une tonne!
Si vous souhaitez observer cet oiseau à cette période de l’année, cherchez une rivière à saumons. C’est là que les pygargues à tête blanche se nourrissent.