Le nouveau sentier polyvalent ʔapsčiik t̓ašii (prononcé ops-tchîk ta-chi) située dans le haḥuułi (territoires traditionnels et terres ancestrales) de la Première Nation Tla-o-qui-aht et des Yuułuʔiłʔatḥ, s’étendra sur une distance d’environ 25 km de la limite sud à la limite nord du secteur de la plage Long de la réserve de parc national Pacific Rim. ;

Ce sentier entièrement pavé permet d’accéder à de nombreux points d’intérêt de la réserve de parc national. Bien qu’il soit assez plat, il y a quelques petites collines abruptes et courbes raides le long du chemin.

Comment prononcer ʔapsčiik t̓ašii

Enregistrement de Kaamatḥ, Levi Martin, Aîné de la Première Nation des Tla-o-qui-aht.

ʔapsčiik t̓ašii signifie « suivre le chemin dans le bon sens » et ʔapsčiik t̓ašii a un deuxième sens « s’assurer de dire la vérité. »

 

Veuillez respecter les avis suivants :  

  • Veuillez faire preuve de prudence lorsque vous roulez ou marchez le long de la route n° 4 entre le sentier polyvalent du district d'Ucluelet et la limite sud du secteur de la plage Long de la réserve de parc national Pacific Rim et du ʔapsčiik t̓ašii.
  • Restez sur le sentier : Respectez la vie privée des communautés d’Esowista et de Ty-Histanis traversées par le sentier; n’y entrez pas et ne les traversez pas sans autorisation. Des plus, en restant sur le sentier, vous protégez les zones écosensibles.
  • Sécurité routière : Redoublez de vigilance au passage non contrôlé près de la colline Radar et sur la route Wick.
  • Respectez les travailleurs : Attendez-vous à croiser des équipes de construction isolées à n’importe quel endroit sur le sentier. Veuillez être patients et ne passez que lorsqu’ils indiquent que vous pouvez le faire en toute sécurité.
  • Attendez-vous à des conditions de préouvertures, comme des ressources d’entretien limitées et la présence d’équipes de travail et de véhicules le long du sentier.
Étiquette sur le sentier
Ce sentier récréatif polyvalent permet de pratiquer une variété d’activités. Afin d’assurer une expérience sécuritaire et agréable pour tous les usagers, veuillez respecter l’étiquette suivante sur les sentiers :
  • Partagez les sentiers :
    • Restez toujours à droite.
    • Annoncez-vous « Attention, à votre gauche! » et dépassez prudemment.
    • Déplacez-vous à une vitesse raisonnable et contrôlée.
    • Quittez le sentier pavé lorsque vous faites une pause.
  • Les cyclistes doivent céder le passage à tous les autres usagers.
  • Gardez vos animaux de compagnie en laisse, sous contrôle et sur le chemin désigné en tout temps. Assurez-vous qu’ils se trouvent du même côté du sentier que vous.
  • Ramassez les excréments de votre animal de compagnie.
  • Ne jetez rien sur le sol et ne laissez rien derrière vous. Rapportez tous vos déchets.
  • Il est interdit de ramener avec vous des objets, artefacts ou ressources naturelles.

Cycliste qui roule sur le côté droit de la piste et couple avec un chien en laisse qui se promène sur le côté gauche de la piste. Plage et Lovekin Rock en arrière-plan.

Votre sécurité
Avant de partir : 

Parcs Canada veille à la sécurité de tous les visiteurs, cependant toute activité de plein air comporte un certain niveau de risque. Rappelez-vous que vous devez assurer votre propre sécurité. Préparez-vous adéquatement pour l’activité que vous avez choisie et portez un équipement de sécurité approprié pour celle-ci.

  • Restez vigilant et soyez conscient de votre environnement.
  • La couverture de téléphonie cellulaire n’est pas toujours fiable.
  • Informez quelqu’un de vos projets avant de partir.
  • La météo peut changer à tout moment. Vérifiez les prévisions météorologiques et apportez des vêtements et l’équipement adéquats.
  • Des épisodes de vent peuvent laisser de gros débris sur le sentier. Soyez prudent et évitez de vous déplacer dans la forêt pendant ces épisodes.
  • Les ponts et les promenades en bois sont souvent glissants, surtout lorsqu’il pleut ou en cas de verglas. 
  • Les heures de clarté sont limitées en hiver; planifiez votre voyage en conséquence et prévoyez suffisamment de temps pour revenir en toute sécurité. 
Protéger la faune

Lorsque vous visitez la réserve de parc national Pacific Rim, vous êtes dans un milieu qui abrite une faune diversifiée. Votre comportement peut avoir une incidence sur la sécurité de la faune, votre propre sécurité et celles des autres visiteurs du parc national.

Respect et sécurité de la faune
  • Restez sur les sentiers désignés.
  • Gardez les animaux domestiques en laisse et sous contrôle en tout temps.
  • Maintenez une distance sécuritaire avec les animaux sauvages.
  • La pêche en eau douce est interdite.
  • Ne nourrissez pas les animaux sauvages. Les aliments des humains tuent les animaux.

Voici les numéros à composer en cas d’urgence: ou 

Signalez toute présence de loup, de couguar et d’ours au personnel de Parcs Canada au 

En cas de conflit immédiat, si vous rencontrez une espèce sauvage ou qu’elle s’approche de vous :

  • Faites tout ce que vous pouvez pour paraître plus grand
  • Faites du bruit
  • Ne courez pas

Galerie vidéo

Construction de ʔapsčiik t̓ašii - Partie 1: Créer un sentier ensemble

Transcription

[Musique]

<> Eh bien, ʔapsčiik

dans notre langue a deux sens.

apsčiik signifie suivre le chemin dans le bon sens.

Vous savez, ʔapsčiik veut aussi dire :

s’assurer de dire la vérité.

Dire la vérité était un enseignement

très important pour notre peuple.

<> ʔapsčiik t̓ašii est un sentier

polyvalent

de 25 kilomètres situé sur

les territoires traditionnels

des Premières Nations Tla-o-qui-aht et

Yuułuʔiłʔatḥ

et dans le secteur de la plage Long de la réserve de parc national

Pacific Rim.

C’est donc 25 kilomètres qui relient

toutes les collectivités de la région,

de Tofino au district d’Ucluelet,

en passant par Tla-o-qui-aht,

et les terres des Yuułuʔiłʔatḥ.

Et c’est en fournissant cette route,

et cette artère,

pour la région que les gens peuvent

découvrir ce que cette région offre,

de la terre à la mer.

C’est un sentier merveilleux

qui reliera

tout le monde.

[Musique]

<> Construire dans une réserve de parc national

n’est pas une chose facile.

Ce n’est pas comme

la construction d’une autoroute ou d’un sentier standard –

il y a tant de choses à prendre

en considération.

Nous collaborons avec nos partenaires des Premières Nations,

examinons les conséquences

environnementales

et étudions les espèces envahissantes,

les amphibiens et les sites archéologiques.

Ainsi, lorsque vous envisagez

d’éloigner le sentier ou de l’approcher d’environ

deux mètres

de l’autoroute,

vous devez vraiment prendre en compte

tous ces différents éléments et y réfléchir à l’avance,

les planifier

et consulter les spécialistes.

<> ʔapsčiik t̓ašii rapproche

les visiteurs des fondateurs de cette

région qui y résident encore aujourd’hui

et qui collaborent avec nous

depuis le premier jour sur ce projet pour nous

aider à comprendre

la voie à emprunter, qui soit non

seulement respectueuse de l’environnement

et protectrice de la région du point de vue culturel,

mais aussi qui

met vraiment le visiteur

en relation avec le vécu des Premières Nations

à même leurs terres ancestrales.

C’est le but de ʔapsčiik t̓ašii,

c’est-à-dire aider les visiteurs à vraiment voir et

comprendre

le contexte des Premières Nations qui vivent

dans cette région.

<> Il y a toujours des baies

et d’autres plantes

que l’on peut grignoter, et la plage

est

très généreuse en fruits de mer.

Vous savez, vous pouvez survivre toute la journée sans

apporter votre repas de la maison et nous tenons

à ce que cela reste ainsi.

Nous voulons que tout dans cet espace reste

aussi naturel que possible.

<> Dans 25 ans, ce projet

changera le paysage de cette

région et servira

de trait d’union entre la réserve

de parc national Pacific Rim,

les Premières Nations

et les districts de la région, ce qui permettra

d’examiner réellement la façon dont nous accueillons

les visiteurs

et protégeons notre région, parce que

que c’est ce que le projet nous a permis de faire –

c’est-à-dire former une seule équipe,

parler d’une seule voix

avec différentes parties,

et pas seulement avec Parcs Canada,

et d’avoir une seule vision.

<> Nous espérons vraiment que

c’est un projet dont un grand nombre de personnes

pourront profiter dans les années à venir... Qu’il pourra servir

à relier les destinations et à rapprocher

les collectivités.

<> Il s’agit non seulement d’avantages environnementaux

et d’occasions

économiques pour

les partenaires autochtones,

mais aussi de l’avantage que procure

une nouveauté dans la région.

<> C’est l’union entre nous, les Premières Nations,

et le parc national Pacific Rim, notre travail ensemble

et notre reconnaissance

de la terre

qui me pousse à dire « ʔapsčiik t̓ašii » – nous allons

dans le bon sens.

Nous nous soudons,

nous marchons ensemble et nous empruntons

la bonne voie.

Construction de ʔapsčiik t̓ašii – Partie 2 : Planifier soigneusement le sentier

Transcription 00:00 [Musique] 00:07 nos ancêtres 00:09 comprenez bien le cycle de la vie nous 00:14 naissons de la terre mère puis nous y 00:16 retournons à la fin de notre vie si nous 00:21 abattons un arbre nous en replante ont 00:23 une partie l'esprit de l'art dans le sol 00:26 afin qu'ils reviennent toujours et soit 00:29 toujours un mondain 00:34 [Musique] 00:46 mener des travaux de construction dans 00:49 une réserve de parc national a nécessité 00:52 plus d'études de travaux de recherche et 00:55 de soins que tous les projets sur 00:57 lesquels j'ai travaillé dans ma vie 01:13 nous tenions vraiment à respecter les 01:15 principes richaud cuche sa marque 01:17 établie par les premières nations et la 01:20 réserve de parc 01:21 tout ne fait qu'un ou à floch prendre 01:24 soin et issac respecter nous leur 01:28 apprenons dès leur plus jeune âge que 01:30 nous formons tous un avec la terre l'eau 01:33 l'air et tout ce que les éléments qu'on 01:35 tienne 01:52 la conception du sentier n'a été 01:55 parachevés qu'après que nous avons fait 01:57 le tour du parc et réaliser des études 01:59 précises 01:59 nous avons travaillé avec les premières 02:01 nations pour mener des études sur 02:03 l'utilisation traditionnelle avec nos 02:05 spécialistes de l'environnement pour 02:07 effectuer une évaluation détaillée des 02:09 incidences ainsi qu'avec des 02:11 archéologues 02:11 une fois que nous avons recueilli toutes 02:13 ces informations nous avons pu 02:15 déterminer l'itinéraire qui limite le 02:17 plus les incidences environnementales et 02:19 archéologique et offre la meilleure 02:21 expérience aux visiteurs 02:26 en orientant le sentier vers cette zone 02:29 il est important de le faire de manière 02:31 responsable et de continuer de protéger 02:34 ce refuge pour la faune tout en montrant 02:37 aux utilisateurs du pain la beauté de 02:40 ses habitats vraiment unique sans 02:43 déranger saison où il nuire pour la 02:46 préservation du patrimoine archéologique 02:47 nous suivons les lignes directrices de 02:50 lagence parcs canada 02:51 le protocole en général consiste à 02:53 toujours évité les incidences nuisibles 02:55 et les perturbations du lieu dans la 02:57 mesure du possible sinon nous récupérons 02:59 autant d'informations que possible en 03:01 vue de concevoir un sentier ayant le 03:03 moins d'incidence et de perturbations 03:05 possible sur les objets archéologiques 03:14 [Musique] 03:25 nous faisons les choses aujourd'hui 03:27 comme elle aurait dû être fait depuis le 03:29 début je pense qu'il est important que 03:33 nous partagions ses enseignements sur 03:35 l'honneur le respect et l'humilité avec 03:38 les personnes qu'ils emprunteront ce 03:39 sentier 03:45 [Musique] 04:02 [Musique] 04:02 où

Construction de ʔapsčiik t̓ašii – Partie 3 : Coexistence entre les humains et la faune

Transcription Transcript 0:00 [Musique] 0:05 un de ces lieux que mon père m'a fait 0:08 découvrir lorsque j'étais enfant il ya 0:10 un endroit où la kennedy un fleuve qui 0:13 s'appelle cloud il a dit que nous 0:16 allions dans un endroit où il ya 0:18 beaucoup de poissons et là où il ya 0:20 beaucoup de poissons les ours vienne et 0:22 les loups viennent avant d'entrer vous 0:25 parlez aux ours vous parlez hulu vous 0:28 leur demandez la permission de faire le 0:30 travail que vous devez accomplir et vous 0:33 leur dites que vous ne ferez aucun mal à 0:35 eux ou à leur territoire 0:41 [Musique] 1:07 ce projet a subi le degré le plus 1:09 rigoureux de contrôle environnemental 1:12 et pour cause car vous savez il s'agit 1:14 d'un très beau littoral et ce refuge 1:17 pour tous ces animaux le tracé du 1:20 sentier a donc était vraiment 1:22 soigneusement étudiée 1:39 nous comptons six espèces d'amphibiens 1:41 qui vivent dans le parc le long d'europe 1:44 ce chic tâche et parce que nous ne 1:46 pouvions pas les éviter qu'ils se 1:48 déplaçaient et se reproduisait dans tous 1:50 les petits bassins le long du sentier 1:52 nous avons dû mener des opérations de 1:54 sauvetage c'était la dernière chance de 1:57 récupérer ces animaux pour les protéger 2:00 nous les avons placés dans la partie du 2:02 cours d'eau non touchés par la 2:04 construction ainsi au passage du projet 2:07 il n'ya pas d'animaux et quand tout est 2:09 remis à l'état initial les animaux 2:12 seront relâchés 2:16 [Musique] 2:19 l'étape suivante consistait à installer 2:21 des ponceaux pour permettre aux 2:23 amphibiens de se déplacer en dessous 2:26 tout en leur fournissant un habitat 2:29 humide dans période sèche par exemple en 2:31 été comme il n'aime pas traverser un 2:33 sentier 5 ils pourront utiliser le 2:36 passage souterrain agréable et humide au 2:39 couvert forestier 2:41 ils pourront maintenant traverser 2:43 l'autoroute en passant sous le sentier 2:45 pour entrer dans la forêt en toute 2:47 sécurité 2:56 nous nous rendons compte que le parc est 2:58 encore plus diversifiée que nous le 2:59 pensions nous voyons des écrevisses et 3:02 des truites fardée et saumon coho à côté 3:05 dé l'art de salamanque français des 3:07 grenouilles à pattes rouges des larves 3:09 de libellules et toutes sortes d'espèces 3:11 qui cohabitent dans ces minuscules cours 3:13 d'eau c'est donc un plaisir de voir tout 3:15 ça et d'enregistrer ces informations qui 3:19 serviront le parc à l'avenir 3:22 [Musique] 3:35 [Musique] 3:42 [Musique]

Construction de ʔapsčiik t̓ašii – Partie 4 : Choisir une approche adaptative

Transcription Lorsque vous envisagez une approche adaptative, 0:26 il s’agit en fait de savoir 0:29 comment créer quelque chose de nouveau, 0:31 lui donner vie et, en même temps, 0:35 comment intégrer les pensées, 0:36 les besoins et les préoccupations de chacun, 0:39 pouvoir s’adapter et réfléchir à la façon 0:43 dont tous ces éléments peuvent aboutir à la réalisation 0:47 d’un projet. 1:08 Si nous croisons une zone 1:10 où se trouve un vieil et bel arbre 1:12 que nous pouvons contourner en apportant de 1:14 microchangements, nous l’avons absolument fait. 1:16 Il s’agissait simplement 1:18 de déplacer le sentier légèrement. 1:20 Ainsi, en faisant du vélo, une balade 1:22 ou une randonnée le long du sentier, 1:24 vous remarquerez un petit changement dans l’alignement. 1:29 Nous devancions les équipes, 1:30 juste avant qu’elles n’abattent un arbre. 1:31 En jetant ce dernier regard, 1:33 nous avons pu contourner les grands arbres, 1:35 et nous assurer qu’il n’y avait 1:37 pas à proximité des tanières d’ours, 1:39 des terres humides ou des habitats 1:41 de reproduction d’amphibiens non repérés. 1:43 C’était donc notre dernière chance de tout 1:45 revoir et d’effectuer ces quelques microajustements 1:48 de la piste. D’autres fois, 1:50 nous étions en plein milieu des cours d’eau 1:52 en train de sauver des amphibiens et des poissons. 1:55 Nous essayions de sortir les animaux des cours d’eau avec des écumoires, 1:59 juste avant l’arrivée d’une équipe dans une zone donnée. 2:09 Nous recherchions généralement tout type 2:11 d’objet culturel important abandonné. 2:13 Il pouvait s’agir de toutes sortes de choses : site autochtone, 2:16 premier contact avec les 2:17 Européens, naufrages, premiers colons, 2:20 approvisionnement précoce en ressources. 2:22 Il y avait des mines d’or ici 2:24 à la fin du 19e siècle. 2:35 Nous, les archéologues, jouons un rôle particulier, 2:37 à savoir la collecte et l’enregistrement 2:39 de données scientifiques 2:40 d’une certaine manière 2:42 pour Parcs Canada. Le rôle des surveillants 2:44 locaux des Premières Nations est de nous informer sur la partie de 2:47 leur histoire et de leur patrimoine à laquelle nous n’avons 2:49 pas accès dans 2:51 le cadre de la culture matérielle. 2:53 Il peut s’agir de l’histoire ethnographique, des récits d’aînés… 2:57 Les communautés autochtones et les surveillants locaux 2:59 des Premières Nations 3:00 ont la relation la plus intime 3:02 avec la terre et la région 3:03 puisqu’ils sont ici depuis des temps immémoriaux. 3:06 Leur rôle a été, en grande partie, négligé 3:09 dans le passé, de sorte que leur intérêt dans 3:11 ce projet et leur participation 3:14 à tous les niveaux et à toutes 3:15 les étapes ont été 3:17 incroyables. C’est le genre de 3:18 collaboration que nous envisageons 3:20 à l’avenir et dans d’autres projets. 3:35 <> Nos ancêtres faisaient beaucoup, beaucoup, beaucoup 3:39 de choses avec 3:40 le cèdre. Ils l’utilisaient 3:41 pour leurs vêtements, 3:43 pour faire des cordes, vous savez, 3:44 pour leurs 3:45 canots ou quand ils partaient à la chasse à la baleine. 3:50 Nous comptons beaucoup sur le cèdre. 3:52 Nous devons donc vraiment 3:55 être prudents avec ce que nous en faisons. 3:58 Alors, tout cela a été accompli avec le 4:00 plus grand honneur et le plus grand respect. 4:02 Cela fait environ trois ans que nous travaillons 4:06 sur ce projet et que nous passons devant chaque grand 4:09 arbre, chaque zone humide, 4:11 chaque cours d’eau unique 4:12 et chaque petit 4:13 coin de forêt. Je suis absolument 4:15 ravie 4:16 de pouvoir faire moi-même du vélo, mais aussi 4:18 de savoir 4:19 que des gens viendront de partout 4:20 dans le monde pour emprunter ce sentier 4:22 et découvrir ces habitats vraiment 4:25 uniques au lieu 4:26 de simplement passer devant en voiture.