Projet des passages pour animaux sur la route 93 Sud

L’intensification de la circulation sur la route qui traverse le parc national Kootenay engendre des collisions animaux-véhicules qui compromettent la sécurité de la faune et des voyageurs. De 2013 à 2015, neuf passages inférieurs pour animaux ont été construits dans le parc, et des clôtures ont été installées sur un tronçon de 15 km de route. Les animaux ont commencé à se servir des passages inférieurs quelques mois après leur construction. Nous prévoyons une amélioration marquée de la sécurité sur la route.

Version imprimable (PDF, 1,1 Mo)


Quels travaux ont été exécutés?

Ours sur la route Ours sur la route

En 2013, Parcs Canada a clôturé un tronçon de plus de 4,5 km de route et construit un gros passage inférieur elliptique et deux petits passages rectangulaires dans une zone du parc où les risques de collisions animaux-véhicules étaient élevés. En 2015, un passage rectangulaire et cinq passages elliptiques ont été construits, et des clôtures ont été installées sur un autre tronçon de plus de 10 km.

Parcs Canada a mis en œuvre d’autres mesures pour réduire la mortalité faunique sur la route, par exemple l’imposition de limites de vitesse temporaires, l’installation de nouveaux panneaux d’avertissement dans les secteurs où la faune fréquente le bord de la route et l’utilisation de panneaux électroniques recommandant aux automobilistes de ralentir lorsque des animaux sauvages sont présents dans le secteur.

Le Projet des passages pour animaux prévoit également des améliorations aux installations pour les visiteurs. Le printemps dernier, une exposition d’interprétation a été montée aux piscines des sources thermales Radium. En 2016, l’aire de pique-nique Dolly Varden fera peau neuve et sera pourvue d’une nouvelle toilette sèche, d’un abri de pique-nique et d’une aire d’interprétation pour les familles.

La route entière sera-t-elle clôturée?

Nous examinons actuellement la possibilité d’installer des clôtures et des passages inférieurs dans d’autres secteurs du parc. Nous n’avons pas encore les fonds nécessaires pour les prochaines phases du projet.

Pourquoi installer des clôtures plutôt que de se concentrer sur la sensibilisation et l’application des limites de vitesse?

Les recherches révèlent que les mesures de sensibilisation et d’application de la loi ont une efficacité optimale lorsqu’elles viennent appuyer d’autres mesures de réduction des collisions animaux-véhicules.

Pourquoi des passages inférieurs plutôt que des passages supérieurs?

Les passages inférieurs sont des ouvrages efficaces qui répondent aux besoins de la faune.

Le projet produira-t-il les résultats escomptés?

Les clôtures installées dans d’autres secteurs, notamment sur la Transcanadienne, dans le parc national Banff, réduisent d’au moins 80 % les collisions animaux-véhicules. Nous nous attendons à des résultats semblables pour les tronçons clôturés du parc national Kootenay.

Les travaux de surveillance qui ont débuté en 2013 nous permettent de vérifier l’efficacité des clôtures routières et des passages inférieurs. Les trois premiers passages pour animaux sont utilisés régulièrement par les cerfs de Virginie, occasionnellement par les loups et sporadiquement par les orignaux, les cerfs mulets et les ours noirs.

La clôture nuit-elle à l’esthétique?

La clôture est beaucoup moins élevée que les arbres environnants, et la vue sur les montagnes n’est pas obstruée. Avec le temps, les intempéries rendront la clôture moins évidente.

Combien le projet a-t-il coûté?

Le coût des services d’ingénierie et de construction s’élevait à quatre millions de dollars pour la première phase. La seconde phase s’assortit d’un budget de 9,6 millions de dollars.

N’est-ce pas une somme importante pour quelques kilomètres de route?

Remote camera image of white-tailed deer using an animal underpass on Highway 93 South
Les passages pour animaux du parc Kootenay produisent les résultats souhaités : ils améliorent la santé de l’écosystème et accroissent la sécurité de la faune et des automobilistes.

Les mesures éprouvées ont un coût, qui est toutefois contrebalancé par divers avantages. Les collisions avec la faune sont coûteuses elles aussi – elles engendrent des dépenses liées aux interventions d’urgence, aux soins hospitaliers, aux réparations de véhicules, à la perte d’espèces sauvages et à la manipulation d’animaux morts ou blessés. Même lorsqu’ils ne font aucun blessé du côté humain, ces accidents peuvent être traumatisants.

Ces passages pour animaux sont essentiels au maintien de la connectivité de l’habitat faunique dans la vallée de la Kootenay. 

Pourquoi se concentrer sur la réduction des collisions avec les chevreuils plutôt qu’avec les orignaux ou les ours?

Collision mortelles confirmées Parc national Kootenay 2003 - 2012
Plus de 530 animaux de moyenne et de grande taille ont été tués sur la route dans la décennie qui a précédé l’installation des clôtures et des passages pour animaux.

Dans le parc Kootenay, ce sont les chevreuils, surtout les cerfs de Virginie, qui sont victimes du plus grand nombre de collisions routières. Les orignaux et les ours sont relativement dispersés. Il n’existe aucune zone de passage bien définie où les collisions avec ces deux espèces sont fréquentes. Par contraste, les chevreuils se rassemblent dans des zones prévisibles au bord de la route, par exemple à l’aire de pique-nique Dolly Varden. Le nombre de collisions avec les chevreuils est élevé dans le secteur visé par le projet. Cependant, des wapitis, des orignaux, des loups, des renards, des coyotes et d’autres animaux ont aussi été frappés dans ce secteur. À long terme, la plupart des espèces tireront parti des clôtures et des passages pour animaux.

Ne pouvez-vous pas créer un meilleur habitat ailleurs pour éviter que les chevreuils ne soient attirés par la route?

Parcs Canada continue de planifier et d’exécuter des travaux de régénération de l’habitat. Cependant, la végétation qui pousse au bord des routes est extrêmement alléchante au printemps, ce qui explique les concentrations de chevreuils au bord des tronçons de route non clôturés.

Que faites-vous des extrémités des clôtures?

Remote camera image of a bear using a jump-out to exit the fenced area of Highway 93 South Des brèches pratiquées intentionnellement dans la clôture permettent aux animaux qui ont pénétré dans la zone clôturée de s’en échapper.

Pour empêcher les animaux de pénétrer dans les secteurs clôturés, des rochers de forme angulaire ont été empilés près des extrémités. Il s’agit du meilleur outil de dissuasion des ongulés. Un tapis électrique a aussi été installé à Kootenay Crossing. Les tapis électriques donnent une décharge désagréable mais inoffensive aux animaux sans toutefois avoir d’effet sur les véhicules, les cyclistes ou les piétons qui portent des chaussures.

Pourrai-je traverser la clôture?

Parcs Canada a installé des barrières pour les piétons aux endroits nécessaires.

Pourquoi y a-t-il un câble au-dessus de la clôture?

Ce câble robuste protège la clôture en cas de chute d’arbre.