Chaque parc national doit se doter d’un plan directeur qui décrit sa vision et son orientation générale. Ce plan doit être revu tous les dix ans, et le processus d’élaboration comporte les étapes suivantes : évaluation de l’état actuel des ressources du parc; détermination des principales tendances, des pressions et des possibilités; choix des priorités; consultation de la population canadienne en général. Une approche normalisée permet à Parcs Canada de comparer les parcs et les lieux de l’ensemble de son réseau.

Comme les parcs nationaux évoluent avec le temps en réponse à de nombreux facteurs, l’évaluation de l’état du parc représente la première étape du processus d’élaboration du plan directeur. Cette évaluation est en quelque sorte un « bulletin de notes » sur l’état de ressources naturelles et culturelles particulières et sur certains aspects du travail de Parcs Canada dans un parc national. Elle précise si cet état s’améliore, s’aggrave ou reste stable. Les cotes d’état sont déterminées à la lumière de données de surveillance continue, de résultats de sondages et d’autres formes de rétroaction obtenus depuis l’approbation du dernier plan directeur du parc national Kootenay, en l’occurrence en 2010.

Les indicateurs clés sont répartis en six thèmes : l’intégrité écologique, les ressources culturelles, les relations externes, les relations avec les Autochtones, l’expérience du visiteur et les biens bâtis. Ils se voient attribuer l’une des cotes suivantes :  BonPassableMédiocre

Pour évaluer l’état du parc, Parcs Canada se sert de données provenant d’une gamme variée de sources, telles que les données de surveillance écologique, les résultats de sondages auprès des visiteurs, les relevés d’affluence et les inspections des biens bâtis. Voici les résultats obtenus pour le parc national Kootenay à la lumière d’un examen des principaux indicateurs :


Intégrité écologique

Parcs Canada protège les lieux naturels. Lorsque nos lieux ont atteint l’intégrité écologique, nous considérons que nous avons réussi. Nous avons évalué divers paramètres pour trois écosystèmes importants du parc national Kootenay afin d’attribuer une cote d’état globale.

Forêt Bon

D’après les données de surveillance, les mammifères et les oiseaux forestiers se portent bien. Les feux de forêt et les brûlages dirigés qui ont eu lieu récemment ont contribué à diversifier l’habitat forestier. Il y a encore du travail à accomplir pour rétablir le feu dans les zones clés. Les plantes non indigènes vivant près des zones perturbées comme les routes et les installations du parc font concurrence aux espèces qui sont normalement présentes dans le parc.

Toundra alpine Bon

Les populations d’oiseaux, de petits mammifères et de plantes indigènes sont toutes en bon état. Les populations de chèvres de montagne et la quantité d’habitat alpin disponible feront l’objet d’une surveillance et une cote d’état leur sera attribuée dans le prochain rapport.

Écosystème aquatique Médiocre

Les populations de grenouilles, de crapauds et de salamandres ainsi que la qualité de l’eau sont en bon état. Toutefois, la cote globale est « Médiocre », en raison de la présence de poissons non indigènes et de vieux ponceaux sous les routes qui bloquent le déplacement des poissons. Ces problèmes sont attribuables à l’ensemencement historique de poissons non indigènes et aux anciennes techniques de construction de routes qui ne permettaient pas d’assurer la connectivité de l’habitat aquatique.


Ressources culturelles Passable

Les sites archéologiques sont dans un état passable. Des travaux de restauration dans les lieux abritant des édifices patrimoniaux sont en cours au complexe de bain des sources thermales Radium afin d’améliorer l’état de cet édifice patrimonial. D’autres édifices patrimoniaux dans le parc doivent être examinés par des spécialistes avant qu’on leur attribue une cote. L’état des objets archéologiques de la collection de Parcs Canada obtient la cote « Passable » en raison de la corrosion ou de la détérioration survenues avant que ces objets soient recueillis. Aucun de ces objets ne risque de se détériorer davantage.


Relations externes Bon

La diffusion externe a obtenu la cote « Bon ». Le personnel de Parcs Canada a amené les Canadiens à connaître les récits du parc national Kootenay à différents endroits de Calgary, Vancouver et Toronto à l’occasion de divers événements. Le nombre de contacts établis lors de ces événements a augmenté de 40 % depuis 2016. L’appui à l’égard du parc, tel que mesuré par les heures de bénévolat, est également jugé « Bon ». Le nombre d’heures de bénévolat allouées aux projets du parc a augmenté considérablement depuis 2016.


Expérience du visiteur Bon

Le nombre de visiteurs du parc a augmenté de 24 % depuis 2011. Dans un sondage réalisé en 2011, les visiteurs attribuent la cote « Bon » à leur appréciation et à leur satisfaction globale. Ils étaient moins satisfaits à l’égard des renseignements sur la planification de séjour et de la valeur par rapport aux droits d’entrée payés. Le contenu en ligne sur la planification de séjour s’est amélioré depuis 2011.


Relations avec les Autochtones 

Le parc national Kootenay fait partie du territoire traditionnel des peuples Secwepemc et Ktunaxa. Parcs Canada est à établir des rapports constructifs avec la Nation Secwepemc et le Conseil national Ktunaxa qui représente les bandes des collectivités d’Akisq’nuk, d’Aq’am, de Tobacco Plains et de Lower Kootenay. Ces relations commencent à peine à se développer. Les indicateurs pour les relations avec les Autochtones n’ont pas encore été évalués.


Biens bâtis Passable

L’état des biens bâtis dans le parc national Kootenay est jugé « Passable », bien que les routes obtiennent la cote « Médiocre ». Des travaux importants sont en cours pour améliorer les biens du parc. En particulier, des travaux routiers majeurs déjà amorcés sont en voie d’être achevés. Lorsqu’ils seront terminés, la cote d’état de ces biens devrait s’améliorer.


Principaux enjeux à prendre en considération dans l’examen du plan directeur du parc

Le rapport sur l’état du parc recense les principaux éléments qui requièrent une attention particulière durant l’examen du plan directeur du parc :

Remise en état de l’écosystème aquatique :

L’état de l’écosystème aquatique est jugé « Médiocre ». L’ensemencement historique de poissons non indigènes dans les rivières et les lacs continue d’avoir un effet important sur les écosystèmes aquatiques. Les vieux ponceaux sous les routes qui bloquent le déplacement des poissons demeurent également problématiques. L’amélioration des écosystèmes aquatiques nécessitera plus de temps et d’efforts, car les initiatives comme le remplacement de ponceaux durant les travaux d’élargissement à quatre voies de l’autoroute exigent beaucoup de temps et de ressources.

Remise en état de l’écosystème forestier :

Les forêts sont en bon état. La suppression des feux de forêt au cours du XXe siècle a transformé les écosystèmes forestiers. Les récents feux de forêt et les brûlages dirigés menés au cours des dix dernières années ont commencé à remédier au problème, mais d’autres travaux seront nécessaires pour rétablir le cycle du feu dans plusieurs secteurs clés. La protection du pin à écorce blanche et la lutte contre la végétation non indigène permettront également d’améliorer la santé de l’écosystème forestier.

Relations avec les Autochtones :

Les peuples autochtones ne sont pas très impliqués dans le parc. Parcs Canada s’efforce de favoriser la réconciliation et d’instaurer des relations avec les groupes autochtones qui ont des liens traditionnels avec le parc national Kootenay.

Durabilité des biens bâtis :

Les biens bâtis du parc sont en bon état. Un investissement continu est requis pour améliorer leur état.

Inventaire des ressources culturelles :

L’information sur l’état des édifices et des objets patrimoniaux dans le parc national Kootenay est limitée. D’autres évaluations seront nécessaires pour soutenir la restauration et l’entretien du caractère patrimonial de ces édifices et objets.