Comment prononcer Chiix̱uu Tll iinasdll en Xaayda Kil

Ce qui signifie «Favoriser la faune marine»

Transcription

Cette forêt de laminaires se fait attaquer

Des oursins broutent les laminaires

Les forêts de laminaires sont des habitats essentiels pour plusieurs espèces marines

Pourtant, dans certaines parties de Gwaii Haanas, le fond marin est couvert d’oursins

Le plancher océanique est aussi désertique qu’une forêt coupée à blanc

Une absence de prédateurs, surtout des loutres de mer, a causé une explosion de la

population d’oursins à Gwaii Haanas

Mais le vent est en train de tourner

Le long de trois kilomètres à Gaysiigas Gwaay, on retire 75 % des oursins

Ça permettra aux forêts de laminaires de repousser et de restaurer l’habitat d’espèces marines menacées

Le projet Chiixuu Tll Iinasdll signifie « nourrir les fruits de mer pour qu’ils croissent » en langue haïda

Le partenariat est essentiel!

Les plongeurs récolteront les oursins de meilleure qualité des eaux peu profondes à des fins alimentaires

Ils utilisent un outil spécial, un râteau, pour récolter les oursins

Les oursins seront apportés dans les communautés de Haida Gwaii pour être mangés

Les oursins non récoltés se décomposeront sous l’eau et contribueront à la chaîne alimentaire

Ce projet aidera à rétablir l’équilibre fragile dans ce secteur de Gwaii Haanas

Les forêts de laminaires et la faune continueront d’être surveillées au cours des prochaines années

Les scientifiques s’attendent à ce que les laminaires repeuplent le fond marin

Et améliorent la santé globale de l’écosystème marin à Gwaii Haanas et nourrissent les fruits de mer pour qu’ils croissent

Aidons les laminaires!

Ce projet est rendu possible grâce à :

Conseil de la Nation haïda

Agence Parcs Canada

Pêches et Océans Canada

Les pêcheurs d’oursin rouges

Université de Colombie-Britannique

Université de l’Oregon

Institut Hakai/ Fondation Tula

Université de l’état de Floride

Revitalisation des forêts de laminaires à Gwaii Haanas

Comme ses forêts terrestres, les forêts sous-marines de laminaires de Gwai Haanas sont des milieux essentiels à la survie de nombreuses espèces ainsi qu’à celle des habitants de l’archipel Haida Gwaii.

Les forêts de laminaires bénéficient grandement aux collectivités et aux écosystèmes côtiers, car elles servent de nourriceries, d’habitat et d’abondantes aires d’alimentation à des espèces de poisson et de fruits de mer dont nous nous nourrissons. Elles abritent également bon nombre d’espèces protégées en vertu de lois canadiennes sur les espèces en péril. La croissance rapide des laminaires est bénéfique pour les écosystèmes côtiers, marins et même pélagiques, car elle favorise la formation de brise-lames naturels qui servent de cafétéria océanique à un grand nombre d’espèces marines, des minuscules crevettes aux poissons en passant par les grands mammifères marins. Les forêts de laminaires préviennent également l’érosion de nos côtes.

À Gwaii Haanas, de nombreuses forêts de laminaires sous-marines sont malheureusement en déséquilibre et accusent une perte de densité considérable. Il y a près de 200 ans, la kuu (loutre de mer) a complètement disparu de Gwaii Haanas en raison du commerce maritime des fourrures et depuis, les écosystèmes océaniques côtiers de la région ont subi une série de changements successifs. En effet, la loutre de mer, vorace consommatrice d’invertébrés marins comme l’oursin, le crabe et l’ormeau, est une prédatrice « clé de voute ». En l’absence de loutres pour limiter leur prolifération, les oursins se sont multipliés, ce qui a engendré une réaction en chaîne. À cause de leur broutage excessif, les oursins ont à leur tour décimé les abondantes forêts de laminaires dont dépendent plusieurs espèces menacées comme l’ormeau nordique et de nombreux scorpénidés (sébaste aux yeux jaunes, sébaste bocace, sébaste canari, sébaste à dos épineux).

Photo: Lynn Lee / MTE

Les forêts de laminaires ont diminué en quantité et en densité ce qui, par ricochet, a créé des zones appelées « déserts d’oursins ». Ce sont de vastes étendues de fonds marins dépourvues ou presque de laminaires et regorgeant d’oursins. Par endroits, le plancher océanique, devenu aussi désertique qu’une forêt coupée à blanc, n’est plus à même de soutenir un écosystème marin diversifié.

À l’été 2017, la Nation haïda, Parcs Canada, Pêches et Océans Canada, la Pacific Urchin Harvesters Association, l’Université d’État de Floride ainsi que l’Université de la Colombie-Britannique ont travaillé de concert à l’élaboration d’un plan pour la revitalisation d’une petite portion de forêt de laminaires à Gwaii Haanas.

Cette année, en s’appuyant sur le savoir traditionnel des Haïdas et sur des données scientifiques, une équipe composée d’Haïdas, de membres du gouvernement fédéral et de partenaires des secteurs académique et industriel, s’emploiera à transformer les déserts d’oursins en forêts de laminaires et à améliorer l’habitat des ormeaux et des scorpénidés avec la mise en œuvre du plus récent projet de restauration d’écosystèmes de Gwaii Haanas, Chiixuu Tll iinasdll  - Favoriser la faune marine. L’équipe de projet viendra en aide aux forêts de laminaires en récoltant au moins 75 % des oursins sur trois kilomètres de côte dans l’île Gaysiigas Gwaay (Murchison Island), en septembre 2018. Un contrôle continu de la population d’oursins et un suivi des travaux de recherche et de revitalisation des forêts de laminaires se poursuivront pendant au moins trois ans (2019 à 2021).

La revitalisation des forêts de laminaires profitera à de nombreuses espèces marines et aux personnes qui en dépendent. Les travaux de recherche et le suivi des résultats du projet Chiixuu Tll iinasdll nous aideront à mieux comprendre en quoi la revitalisation des laminaires est bénéfique à l’ormeau, au hareng juvénile ainsi qu’à de nombreuses espèces de scorpénidés et à déterminer quels seront les meilleurs moyens de restaurer les forêts de laminaires à l’avenir.

L’importance des forêts de laminaires

Photo: Lynn Lee / MTE

Les forêts de laminaires forment d’importants écosystèmes côtiers constituant des habitats essentiels à la survie de l’ormeau, de scorpénidés, du hareng et du saumon juvéniles, entre autres espèces. Les forêts de laminaires sont actuellement moins nombreuses et moins denses qu’elles ne l’étaient. Les oursins ont décimé ce qui constituait jadis de vastes forêts sous-marines de laminaires. À plusieurs endroits de la réserve de parc Gwaii Haanas, le plancher océanique est presque entièrement couvert d’oursins. Ces zones sont appelées « déserts d’oursins ».

Les oursins sont une espèce indigène du milieu océanique de Gwai Haanas, mais ils sont si nombreux qu’ils sont considérés comme « surabondants ». Rétrospectivement, le nombre d’oursins était équilibré grâce aux loutres de mer qui s’en nourrissaient. D’autres espèces comme les scorpénidés, le loup ocellé et le solaster géant peuvent également se nourrir d’oursins lorsque ces derniers sont de plus petite taille. La loutre de mer a été chassée jusqu’à sa disparition dans l’archipel Haida Gwaii et partout en Colombie-Britannique, ce qui a permis aux populations d’oursins d’augmenter de manière incontrôlée.

Les espèces dont la survie dépend des forêts de laminaires comme l’ormeau, les sébastes, le hareng et le saumon revêtent une importance culturelle aux yeux des Haïdas. Ces mêmes espèces sont également importantes pour les économies locales et régionales. L’ormeau nordique est en voie de disparition et plusieurs espèces de sébaste sont menacées ou préoccupantes.

Partenaires du milieu océanique

Les partenariats sont essentiels au succès de tout projet de restauration d’écosystèmes d’envergure. La Nation haïda, le gouvernement du Canada et la Urchin Harvesters Association sont fiers de travailler en collaboration afin d’améliorer les écosystèmes de forêts de laminaires et de récifs rocheux. Ces partenaires travailleront de concert avec l’Université d’État de la Floride et l’Université de la Colombie-Britannique à l’atteinte d’objectifs communs en matière de conservation.

Pour plus de renseignements au sujet de ce projet, veuillez communiquer avec Nadine Wilson ou Lynn Lee en composant le 250-559-8818 ou par courrier électronique nadine.wilson@pc.gc.ca ou lynn.lee@pc.gc.ca.