La nation haïda célèbre plus de 10 000 ans de liens sacrés avec la terre et la mer; c’est de l’océan que les Haïdas tirent leurs récoltes traditionnelles de ressources marines et leur commerce. Les populations de saumon du Pacifique déclinent rapidement le long de la côte ouest du Canada depuis le début des années 1990, vraisemblablement en raison de la destruction de leur habitat, de la surpêche et des températures de plus en plus élevées des courants – en partie attribuables aux changements climatiques.

Les aires de frai du saumon, une importante source de nourriture pour les Haïdas, ont été endommagées par une exploitation forestière intensive avant la création de l’aire protégée. L’Agence Parcs Canada, en partenariat avec la nation haïda, oeuvre à la restauration des cours d’eau et des forêts anciennes de Gwaii Haanas pour rétablir les populations de saumon. Ce projet de restauration de l’habitat vise à améliorer les chances de survie du saumon malgré les changements climatiques, tout en préservant le mode de vie traditionnel de la nation haïda.

Excursion à Gwaii Haanas pour le rétablissement du saumon

Transcription

Séquence de titres animés : Parcs Canada

[Des étudiants sont debout devant la maison longue à la baie Windy]

Bienvenue à Gwaii Haanas!

[Montage montrant les étudiants qui se rendent de Skidegate Landing à la baie Windy, sur l’île Lyell]

[Un des pilotes du Zodiac parle]

Ces embarcations vont vite et le trajet peut être mouvementé.

[Photos des jeunes à bord d’un canot pneumatique en direction de la baie Windy]

[Texte] Employée de Parcs Canada, Jody Bissett

Je suis très ravie que nous offrions pour une troisième année d’affilée la chance à des étudiants de la région de Haida Gwaii de se rendre à Gwaii Haanas et de découvrir la beauté naturelle et les merveilles culturelles qui s’y trouvent.

[Les étudiants participent à des activités de rétablissement et de surveillance écologique à l’île Lyell.]

[Texte] Evan Garrett

J’ai probablement passé aujourd’hui la plus merveilleuse journée de ma vie. J’ai appris beaucoup de choses sur la baie Windy, sur l’habitat et sur les arbres.

[Photos d’une forêt ancienne et d’un ruisseau à la baie Windy]

[Un étudiant traverse un ruisseau]

[Les étudiants écoutent le biologiste de Parcs Canada Peter Dyment leur parler des activités de surveillance des ruisseaux et des rives.]

[Texte] Solana Hepburn

C’est la première fois que je viens à Gwaii Haanas et j’espère y revenir.

[Un groupe marche dans la forêt, en accéléré]

[Texte] Nolan O’Brien

Je dirais que le meilleur moment de la journée a été l’expérience de toute l’aventure proprement dite. Je n’ai jamais visité d’endroit aussi naturel et aussi vierge. De toute beauté.

[Les étudiants filment des otaries de Steller depuis le canot pneumatique]

[D’autres photos des jeunes qui participent à des activités de surveillance des cours d’eau]

[Texte] Caden Ives / Jack Moseley

Ce que j’ai préféré aujourd’hui, c’est quand nous faisions des « 8 » à bord du Zodiac.

[Photos des jeunes qui s’amusent dans le canot pneumatique]

[Texte] Lula Issa

J’ai fait un voyage génial et j’aimerais le refaire un jour.

[Ernie Gladstone, directeur de la réserve de parc national Gwaii Haanas, de la réserve d’aire marine nationale de conservation et du site du patrimoine haïda, et le conférencier Colin Richardson, représentant de la Nation haïda, entretiennent le groupe au sujet de l’histoire de l’île Lyell et de la protection de Gwaii Haanas]

[Texte] Tricia Jung (personne qui parle) et Rachel Fraser

J’ai beaucoup aimé aujourd’hui la présentation qu’Ernie Gladstone et Colin Richardson ont donnée. Je pense que les jeunes étaient tous très attentifs, intéressés par la riche histoire de l’endroit que nous avons visité. Je crois que c’est vraiment incroyable que toutes ces organisations travaillent ensemble afin de créer une telle occasion.

[Le groupe acquiert des connaissances grâce à des jeux.]

Selon moi, il est très important que les jeunes qui viennent à Haida Gwaii puissent établir des liens et être fiers de Gwaii Haanas et de tout ce que nous avons accompli.

[Le groupe s’apprête à monter à bord des canots pneumatiques et à quitter la baie Windy.]

[Texte] David Putterill

J’ai vécu une expérience géniale et j’espère pouvoir revenir à Gwaii Haanas.

[Séquences de clichés du trajet de retour à bord des canots pneumatiques]

[Text] : Excursion à Gwaii Haanas pour le rétablissement du saumon

[Texte] Parcs Canada et Pêches et Océans Canada travaillent de concert avec le Conseil de la Nation haïda à rétablir la terre et à souligner l’histoire de l’île Lyell.

[Texte] Autres partenaires du projet : Hecate Strait Streamkeepers; Province de la Colombie-Britannique.

[Texte] Nous remercions les écoles et les étudiants qui ont participé au projet :

École primaire Agnes L. Matthews : David Putterill

École secondaire George M. Dawson : Amy Marks, Abigale McLeod et Dora Lynn Bedard

École primaire Port Clements : Gavin Wilson et Lula Issa

École secondaire Queen Charlotte : Nolan O’Brien, Evan Garrett et Raven Ryland

École primaire Sk’aadgaa Naay : Jack Moseley, Caden Ives et Avery Robson-Brillon

École primaire Tahayghen : Brannon Bell et Solana Hepburn

École primaire Chief Matthews : Kailyn Swanson

École Living and Learning : Joelle Regier

Et merci aux chaperons : Jean Williams, Tricia Jung, Rachel Fraser et Arleigh Regier

Séquence de titres animés : Nation haïda et mot-symbole Canada.

Remise en état des terres et célébration de l’histoire de l’île Lyell

À l’île Lyell, l’équivalent de deux kilomètres de trois ruisseaux endommagés par l’exploitation forestière a été remis en état dans le cadre d’une initiative unique visant à restaurer les écosystèmes fluviaux afin que les populations de saumons reviennent s’installer dans ce secteur qui a fait l’objet d’une intense exploitation forestière et que les jeunes locaux apprennent à prendre soin de la terre et de la mer.

C’est à Tllga Kun Gwaayaay (île Lyell), en 1985, que des aînés haïdas ont tracé une ligne et bloqué le passage pour protester contre l’exploitation forestière non durable de leurs terres traditionnelles.

Mise en place de billes de bois sur l’île Lyell Mise en place de billes de bois sur l’île Lyell
© Parcs Canada

Les activités d’exploitation forestière ont commencé dès 1920 sur cette île de 19 000 ha, mais ce sont les coupes à blanc effectuées intensivement à la fin des années 1970 et dans les années 1980 qui ont mené à des glissements de terrain et à une instabilité des pentes.

À cette époque, on déplaçait les billes de bois par le lit des cours d’eau, détruisant ainsi l’habitat des saumons.

Le personnel et les partenaires de Gwaii Haanas ont construit plus d’une dizaine de structures dans les ruisseaux en déposant de gros débris de bois dans trois cours d’eau : les ruisseaux Sandy, Powrivco et Takelly.

Les terres entourant ces ruisseaux ont également été remises en état et plusieurs hectares de forêt ont été éclaircis afin d’imiter les caractéristiques des peuplements vieux et veiller à ce que la croissance des conifères fournisse une source future de débris de bois pour les cours d’eau.

Depuis trois ans, de futurs intendants ont acquis des connaissances concernant la protection de la terre et de la mer à Gwaii Haanas. En 2011, un groupe d’étudiants représentant chacune des écoles de l’archipel ont aidé à relâcher des alevins dans l’un des ruisseaux de l’île Lyell. En 2012, un groupe semblable a participé au déplacement de gros débris de bois dans le but de favoriser la création d’un habitat de
grossissement pour les saumons.

Yahguudang dlljuu: Un geste emprient de respect

Des étudiants aident à déplacer des billes de bois en 2012 Des étudiants aident à déplacer des billes de bois en 2012 © Parcs Canada

À l’automne, des géniteurs des saumons kéta (Oncorhynchus keta) sont retirés de certains cours d’eau et élevés en écloserie à des fins de frai et sont libérés au printemps dans les cours d’eau restaurés.

En 1985, la Nation haïda a désigné Gwaii Haanas site patrimonial en vertu de sa constitution.

L’exploitation forestière à Tllga Kun Gwaayaay a pris fin en 1987 lorsque la Canada et la Colombie-Britannique ont signé le protocole d’entente de Moresby-Sud.

L’année suivan-te, Gwaii Haanas a été désigné réserve de parc national, et le Canada s’est engagé à colla-borer avec la Nation haïda pour y établir une réserve d’aire marine de conservation. De nos jours, Gwaii Haanas est cogéré par Parcs Canada et la Nation haïda, et les décisions de gestion concernant la terre et la mer dépendent d’un consensus entre les deux partenaires.

En encourageant les membres de la collectivité et les jeunes à participer directement aux activités de restauration écologique et en mobilisant les écoles locales dans le cadre du programme de mise en valeur du saumon, le projet permettra une meil-leure compréhension de l’importance de l’intégrité écologique ainsi que de l’île Lyell pour les Canadiens et les gens de Haida Gwaii.

Collaboration avec les partenaires

Depuis 2004, Gwaii Haanas travaille avec différents partenaires, dont le programme des pêches du conseil de la Nation haïda, les Hecate Strait Streamkeepers, Pêches et Océans Canada, ainsi qu’avec des organismes communautaires.

Le projet est financé par le gouvernement fédéral dans le cadre du programme Agir sur le terrain de Parcs Canada, une initiative nationale de 90 millions de dollars qui vise à encourager les Canadiens et les Canadi-ennes à prendre part à différentes activités de conservation et à promouvoir l’intégrité écologique le patri-moine naturel et culturel des parcs nationaux du pays.