Vue d’ensemble | Îlots à chêne de Garry | Parcs à myes | Rivières à saumon | Sables côtiers | Bénévole

Écosystème rare

Engoulevent d’Amérique couvant sur un nid dans le sable, juste à côté de deux œufs.
L’écosystème des sables côtiers, un milieu rare, a besoin d’espaces ouverts pour bien fonctionner. Les plantes et les animaux qui vivent sur les dunes et les flèches de sable dépendent de la mouvance continue du sable pour conserver les plaques de sable ouvertes et favoriser une croissance exempte de compétition. L’engoulevent d’Amérique, une espèce en péril, niche dans ces milieux ouverts.

Plantes étouffantes

Buissons de genêts à balais avec fleurs jaunes poussant sur la flèche de sable.
Le genêt à balais et l’ammophile des sables ont envahi les flèches de sable de l’île Sidney dans la réserve de parc. Ils étouffent les plantes et les animaux indigènes et maintiennent le sable trop fermement avec leurs racines. Souvent involontairement, les gens et les chiens piétinent les plantes rares et effraient les oiseaux sur la flèche de sable.

À la rescousse

Vue aérienne de l’extrémité nord de la flèche de sable de l’île Sidney.
Pour protéger les espèces en péril dans l’écosystème des sables côtiers, Parcs Canada a lancé un projet de restauration. Les premières activités du projet ont eu lieu à l’extrémité de la longue flèche de sable sur l’île Sidney, qui rappelle la forme d’une larme, d’où son surnom anglais de « teardrop ».

Beaucoup de plantes et d’animaux rares dépendent de cette flèche de sable : l’engoulevent d’Amérique, l’onagre à fruits tordus, la noctuelle d’Edwards, la gesse littorale, l’abronie à feuilles larges et la gléhnie des plages.

La puissance du bénévolat

Trois personnes utilisant une bâche en plastique pour envelopper un tas de plantes envahissantes.
Le personnel du parc a coordonné des équipes de bénévoles provenant de clubs, d’écoles, d’universités et de groupes communautaires. Ces personnes dévouées ont donné des milliers d’heures à la lutte aux plantes envahissantes et à l’aménagement d’espaces pour les plantes et les animaux indigènes. Ils ont éliminé tous les genêts à balais à maturité de la flèche de sable de l’île Sidney.

Petite plante, grand rétablissement!

Une biologiste du parc lève les bras dans un geste de célébration près d’un tapis de petites fleurs jaunes poussant sur le sable.
Une espèce en voie de disparition, l’onagre à fruits tordus, vit uniquement dans quelques rares endroits au Canada. Elle a eu besoin d’aide supplémentaire pour se rétablir sur la flèche de sable de l’île Sidney, et le personnel du parc a planté des graines germées en pépinière dans les aires qui venaient d’être dégagées. Cette minuscule plante a connu un rétablissement majeur. Plus de 30 000 nouvelles plantes ont germé, ce qui représente une augmentation de 980 % par rapport au relevé annuel de la population des années précédentes.

Notre engagement : protéger

Gros plan sur une abronie à feuilles larges poussant sur le sable.
Nos efforts continus pour protéger cet écosystème rare consistent notamment à installer des panneaux et des clôtures, à surveiller les espèces indigènes et à enlever les plantes envahissantes. Dans la réserve de parc national Pacific Rim, à proximité, des projets de restauration sont également en cours pour protéger les plantes et les animaux des dunes. Apprenez en plus.

Pour en savoir plus sur le bénévolat dans le cadre de ce projet.