La diversité des plantes de la forêt pluviale tempérée intérieure, que ce soit sur un sentier au fond d’une vallée boisée ou en haute altitude, éveille véritablement l’imaginaire. Peu importe votre âge, vos intérêts ou votre niveau de confort dans les parcs nationaux, vous trouverez de nombreuses plantes fascinantes! Cette page présente quelques exemples de ce que vous pouvez trouver si vous prenez le temps d’examiner ce qui vous entoure.


Des baies que les ours adorent

Les baies sont une source importante de nourriture pour de nombreux oiseaux et petits animaux, ainsi qu’une source d’énergie essentielle pour les ours noirs et grizzlis qui se préparent pour leur repos hivernal. Bien que de nombreux petits fruits soient comestibles pour l’être humain, il est illégal de cueillir des petits fruits dans les parcs nationaux en raison du nombre d’animaux qui en dépendent pour survivre.

Dans les forêts ouvertes, vous trouverez peut-être des bleuets membraneux reconnaissables par leur couleur bleu foncé/violet et des feuilles pointues qui poussent sur un arbuste bas. On les confond souvent avec les bleuets, qui poussent dans un habitat semblable, mais ces derniers présentent des feuilles ovales et des baies bleues et poudreuses. Le sureau noir pousse sur de gros buissons élevés; ses feuilles ont une odeur distincte de beurre d’arachide ou de teriyaki lorsqu’on les frotte! La ronce parviflore ressemble à une version plus douce, trapue et granuleuse d’une framboise, et pousse sur des arbustes à la hauteur de la taille avec de grandes feuilles douces caractéristiques. En cas de nécessité, ses feuilles remplacent bien le papier de toilette.

Bleuets membraneux (Vaccinium mebranaceum)
Bruno.karklis, CC BY 4.0, via Wikimedia Commons
Sureau noir (Sambucus racemosa var. melanocarpa)
Edal Anton Lefterov, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
Ronce parviflore (Rubus parviflorus)
Thayne Tuason, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Seulement dans une forêt humide

La forêt pluviale humide présente une abondance de lichens, de mousses et de champignons fascinants. Sur les sentiers, vous pourriez apercevoir du mertensia paniculé tombé des branches. Autrefois, les médecins utilisaient le mertensia paniculé pour traiter la pneumonie parce qu’il ressemble à nos poumons! Il est un indicateur de bonne qualité de l’air et ne survit pas là où l’air est pollué. Le polypore pousse sur les arbres morts, qu’ils soient tombés ou non. Le champignon se propage dans les arbres morts et contribue à leur décomposition. Les espèces de mousses présentent en milieu forestier humide sont trop nombreuses pour toutes les nommer, mais mentionnons tout de même le cératodon pourpre, avec ses tiges rouges distinctes. Il vaut la peine de prendre le temps de s’arrêter le long du sentier, de s’accroupir et de prendre des photos rapprochées de ces mousses d’allure extraterrestre.

Mertensia paniculé (Lobaria pulmonaria)
Bernd Haynold, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
Polypore
Cératodon pourpre (Ceratodon purpureus)

Des plantes qui ont du piquant

Il vaut mieux éviter de toucher certaines plantes en raison de leur nature défensive. Le bois piquant pousse dans les vieilles forêts avec ses épines acérées et rigides le long de toutes les surfaces, y compris le dessous de ses feuilles gigantesques. La grande ortie peut atteindre 1 à 3 m de hauteur et paraître inoffensive parmi les autres plantes, mais fera sentir sa présence si vous l’effleurez accidentellement dans la forêt. Il laisse une sensation de brûlure sur la peau et produit des gouttelettes lorsque les poils fins de la plante se brisent et libèrent de l’acide formique, le même acide que produisent les fourmis. La drosère est une plante carnivore, mais heureusement elle est si petite qu’elle ne se nourrit que d’insectes attirés par son nectar sucré. Ses glandes libèrent un jus collant qui capture les insectes, puis une enzyme pour digérer le repas fraîchement piégé. Elle pousse dans des tourbières non perturbées ou s’étend au-dessus de la sphaigne.

Bois piquant (Oplopanax horridus)
Grande ortie (Urtica dioica)
Michel Langeveld, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons
Drosère (Drosera rotundifolia)
Orchi, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Dans une classe à part

Le gingembre sauvage est courant dans les forêts à faible altitude. Il présente des feuilles plissées vert foncé distinctes en forme de cœur qui poussent près du sol. Toute la plante dégage une odeur distincte de citron et de gingembre, et les Autochtones utilisaient la racine pour traiter les maux d’estomac et les rhumes. La berce laineuse peut atteindre deux mètres de hauteur, selon son emplacement. Elle est courante de faible à haute altitude et constitue une importante source de nourriture pour les grizzlis et les ours noirs. La corallorhiza maculata est unique parce qu’elle n’est pas verte comme la plupart des autres plantes. Il ne fait pas de photosynthèse et obtient plutôt son énergie d’un champignon dans le sol. Ses jolies petites fleurs valent le détour!

Gingembre sauvage (Asarum caudatum)
Berce laineuse (Heracleum maximum)
Corallorhiza maculata

Plantes des milieux humides

Les plantes des milieux humides sont hydrophiles, donc elles poussent dans des endroits humides. Bon nombre d’entre elles sont des plantes d’apparence unique adaptées à leur habitat aquatique. Le chou puant est l’une des premières plantes à fleurir au printemps et contribue à la fonte de la neige qui l’entoure. Le chou puant est ainsi nommé pour son odeur âcre distinctive, qui est beaucoup plus agréable que l’animal dont il porte le nom. Plus tard au printemps, il produit des feuilles géantes qui peuvent atteindre jusqu’à un mètre de hauteur. Il existe aussi de nombreuses espèces de prêles, et elles remontent à l’époque des dinosaures! Les gens ont aussi utilisé la prêle pour frotter les pots et poncer le bois parce qu’il est riche en silice. Elle peut aussi bien pousser dans l’eau que sur des pentes sèches. La lenticule mineure est une autre plante d’eau intéressante. Elle se présente sous la forme d’une lentille flottant sur la surface de l’eau et formant généralement de larges tapis. La lenticule mineure est appelée « duckweed » en anglais, car c’est un des aliments favoris des canards et autres oiseaux aquatiques.

Chou puant
Prêle
Lenticule mineure