La Transcanadienne. Le panneau routier indique « Col Rogers – Altitude : 1 330 m ».

Col Rogers :

  • Le col Rogers s’élève à 1 330 m au-dessus du niveau de la mer. Il occupe le troisième rang des points les plus élevés de la Transcanadienne.

Neige :

  • En moyenne, il neige 140 jours par année dans le parc national des Glaciers.
  • Le col Rogers reçoit en moyenne 10 m de neige à la limite forestière chaque hiver.
  • Voici les chutes de neige enregistrées au sommet du col Rogers, dans le parc national des Glaciers (à une altitude de 1 315 m) :
    • Les chutes de neige moyennes enregistrées pour 1965 à 2012 ont été de 927 cm;
    • C’est au cours de l’hiver 1966-1967 que le col a reçu ses chutes de neige les plus abondantes, soit 1 553 cm;
    • Il est tombé 1 142 cm de neige en 2011-2012.
  • Voici les chutes de neige enregistrées à la station météorologique du mont Fidelity, dans le parc national des Glaciers (à une altitude de 1 905 m) :
    • Les chutes de neige moyennes enregistrées pour 1965 à 2012 ont été de 1 433 cm;
    • C’est au cours de l’hiver 1966-1967 que le mont Fidelity a reçu ses chutes de neige les plus abondantes, soit 2 151 cm;
    • Il est tombé 1 685 cm de neige en 2011-2012.

Un nuage de neige d’avalanche s’approchant du fond d’une vallée.

Avalanches :

  • Le personnel de Parcs Canada recense environ 2 000 avalanches par année dans le couloir de la Transcanadienne.
  • En moyenne, 20 avalanches déversent des débris sur la Transcanadienne et 100 autres produisent des rafales de neige et de vent qui réduisent la visibilité pour les automobilistes. (Parcs Canada déclenche des avalanches avant qu’elles ne deviennent suffisamment grosses pour nuire à la circulation routière.)
  • Les avalanches peuvent atteindre des vitesses de 250 km à l’heure.

Des militaires des Forces armées canadiennes chargent un obus dans l’obusier. Photo : Rob Buchanan Une opération de tir.

Déclenchement préventif d’avalanches :

  • Les opérations de déclenchement préventif exigent l’apport de 12 techniciens en avalanche, prévisionnistes d’avalanche et spécialistes de la sécurité des visiteurs de Parcs Canada, de deux agents d’application de la loi de Parcs Canada, d’employés de la voirie de Parcs Canada ainsi que de deux équipes de 17 militaires des Forces armées canadiennes qui travaillent par rotation. 
  • L’opération Palaci (terme signifiant « fiabilité ») est la plus longue mission de toute l’histoire des Forces canadiennes, au pays ou à l’étranger. 
  • Depuis 1961, l’opération Palaci est la seule mission des Forces armées canadiennes au Canada qui, par des tirs réels de l’Artillerie royale canadienne, atténue la menace créée par les pentes escarpées et le manteau neigeux de la chaîne Selkirk dans le couloir stratégique de la Transcanadienne. 
  • Dans les dix dernières années, Parcs Canada et ses partenaires ont mené à bien en moyenne 20 opérations de déclenchement préventif par année. Ils en ont réalisé 41 en 2011-2012, ce qui représente un record. Le nombre le moins élevé de missions réalisées en une seule année était de 12. 
  • Des obusiers C-3 de 105 mm servent à provoquer des avalanches pendant les opérations de déclenchement préventif. 
  • Parcs Canada est chargé de la gestion des risques d’avalanche sur un tronçon d’une quarantaine de kilomètres de la Transcanadienne. Les tirs sont exécutés depuis 17 positions qui permettent d’atteindre 134 couloirs d’avalanche différents et environ 270 cibles (chaque couloir peut avoir des cibles multiples). 
  • La distance en ligne droite entre le canon et les cibles peut atteindre 5 km, et le parcours vertical peut être de 1,8 km. 

Plusieurs camions de transport font la file dans l’attente de la réouverture de la route.

Transcanadienne :

  • Pendant les mois d’hiver, environ 3 000 véhicules et de 24 à 32 trains (une longueur totale de 3 050 à 4 600 m) traversent chaque jour le col Rogers. (Remarque : Le volume de circulation annuel moyen est de 4 000 véhicules – la circulation est plus intense en été [5 000 véhicules] qu’en hiver).
  • Fermetures de route :
    • En moyenne, la route est fermée à la circulation pendant une centaine d’heures par année en raison de travaux de déclenchement préventif d’avalanches dans le col Rogers. 
    • Dans la majorité des cas, les fermetures durent moins de deux heures. 
    • Parcs Canada doit fermer la route pendant plus de 12 heures une fois tous les quatre ans en moyenne. La dernière fermeture de plus de 24 heures remonte à 2009. 
    • Depuis le début du programme de déclenchement préventif d’avalanches, il y a une cinquantaine d’années, Parcs Canada a enregistré 13 fermetures de route de plus de 24 heures. En tout, 75 % de ces fermetures sont survenues dans les années 1970. 
    • Les fermetures et les retards sont annoncés sur le site Web www.drivebc.ca (en anglais seulement).