Les oiseaux sont les touristes parfaits dans le parc national des Lacs-Waterton. On a enregistré dans le parc plus de 255 espèces d'oiseaux, mais la plupart ne sont que de passage. Seules 37 espèces sont des résidentes permanentes.

De plus, 112 autres espèces sont des résidentes estivales et 149 espèces nichent (ou l'on croit qu'elles nichent) dans le parc. Bien qu'ils occupent divers habitats , les oiseaux sont généralement plus abondants dans l'écorégion montagnarde et celle de la forêt-parc des contreforts.

Le chaînon Maskinonge et celui des Lacs-Waterton sont des haltes migratoires primordiales pour les canards, les oies et les cygnes migrateurs, particulièrement à l'automne. Ce sont les nuées de foulques qu'on remarque le plus et qui arrivent souvent les premières.

Des volées de sauvagines plus communes les rejoignent, ainsi que des cygnes siffleurs, des sarcelles cannelle, des canards souchets et des harles couronnés. Des pygargues à tête blanche nichent dans le parc et on peut les observer régulièrement.

Les bernaches du Canada nichent dans les étangs et les zones humides. Un couple, qui niche à l'entrée, a déjà accaparé le nid d'un balbuzard pêcheur avant le retour de ce dernier. Les observations de grues du Canada ont augmenté récemment et ces grands oiseaux nichent maintenant dans le parc.

Gros plan d'une carouge à épaulette qui lance son cri d'un buisson Carouge à épaulettes

Les passereaux (oiseaux percheurs) préfèrent les habitats forestiers. Plus de la moitié des 60 espèces d'oiseaux chanteurs indigènes de Waterton a été enregistrée dans les forêts du parc, particulièrement dans les aires boisées montagnardes. Ces forêts de trembles et de peupliers deltoïdes abritent un grand nombre des parulines qui nichent dans le parc, telles que la paruline verdâtre et la paruline des buissons.

Bien que l'écorégion subalpine ne possède pas autant d'oiseaux nicheurs que les habitats à plus basse altitude, un grand nombre des oiseaux qui y vivent sont des spécialistes de forêts anciennes. La sittelle à poitrine rousse, la mésange à tête brune et le pic tridactyle sculptent leur nid dans des souches de conifères en décomposition.

L'écorégion alpine est celle où l'on retrouve le moins d'espèces d'oiseaux nicheurs - seuls ceux qui peuvent survivre les étés courts et durs. On peut s'attendre à voir le lagopède à queue blanche et le roselin brun, ou peut-être le bruant de Brewer ou le troglodyte des rochers.

La surveillance des oiseaux est un moyen important pour les employés du parc et les chercheurs d'avoir à l'oeil la santé écologique du parc. Depuis 1997, ils surveillent les oiseaux dans le cadre du programme intégré de surveillance écologique , dont deux volets sont axés sur la surveillance de la fréquence de nidification des oiseaux chanteurs et l'occupation des nids de rapaces dans les quatre écorégions du parc.

Le projet sur l'abondance des oiseaux nicheurs dans le parc vise à déceler les tendances et les changements dans l'abondance et la diversité des oiseaux chanteurs nicheurs. Un chercheur suit un transect, s'arrête à des endroits prédéterminés afin d'écouter et d'observer les oiseaux chanteurs.

Gros plan d'une crécerelle d'Amérique sur une branche Crécerelle d'Amérique

Il reste cinq minutes à chaque endroit. Près de la moitié des oiseaux chanteurs détectés sont des migrateurs qui viennent de leur aire d'hivernage en Amérique centrale et en Amérique du Sud et qui se déplacent pour nicher à Waterton. L'écorégion montagnarde et celle de la forêt-parc des contreforts abritent le plus grand nombre d'espèces d'oiseaux chanteurs du parc.

Le volet touchant l'occupation et la productivité permet d'enregistrer l'occupation des nids de rapaces, de déceler les changements dans les populations nicheuses et de surveiller leur productivité à long terme. L'aigle royal, le pygargue à tête blanche, le balbuzard pêcheur et le faucon des prairies sont les espèces principales surveillées.

Le programme de surveillance ne peut être analysé qu'à long terme car les conditions météorologiques et les facteurs environnementaux peuvent causer de grandes fluctuations dans la productivité des oiseaux chaque année.

L'observation d'oiseaux est une activité amusante et enrichissante, vous devez respecter la faune. Emportez un téléscope d'observation ou des jumelles afin de voir de près les oiseaux du parc sans les déranger.

Un dénombrement d'oiseaux a lieu chaque année à Noël et au printemps, organisé par la Lethbridge Naturalists Society.