Les amphibiens et les reptiles ont généralement reçu beaucoup moins d'attention que les autres espèces sauvages. Leur comportement des plus discrets& contribue sans doute à ce manque d'attention et d'intérêt, mais la perception souvent négative que l'on a d'eux a également donné lieu à bien des malentendus et favorisé cette absence d'appréciation affichée à leur endroit. Pour réellement préserver les espèces sauvages, il faut protéger toutes les espèces. Des efforts concertés s'imposent donc pour sensibiliser davantage les gens à ces espèces sauvages méconnues.

Julie Fukumoto
Spécialiste de la salamandre, 1995

Il n'y a que 10 espèces de reptiles et d'amphibiens dans le parc national des Lacs-Waterton, mais elles n'en sont pas moins importantes que d'autres espèces plus grosses et plus visibles.

Les écorégions de la montagne et de la forêt-parc des contreforts possèdent la plus grande diversité et densité de reptiles et d'amphibiens.

Le parc abrite six espèces d'amphibiens :

  1. la salamandre à longs doigts
  2. le crapaud de l'Ouest
  3. la grenouille léopard (disparue) 
  4. la salamandre tigrée
  5. la rainette faux-grillon boréale
  6. la grenouille maculée

On y trouve en outre quatre espèces reptiles :

  1. la couleuvre de l'Ouest
  2. la couleuvre rayée à flancs rouges
  3. la couleuvre des Plaines
  4. la couleuvre à nez mince

Grenouilles et crapauds

Les grenouilles et les crapauds sont des amphibiens, ce qui signifie qu'ils passent une partie de leur vie dans l'eau et une partie sur la terre. Les crapauds passent plus de temps plus loin de l'eau que les grenouilles. Ils pondent tous deux leurs œufs dans l'eau ou à proximité. Les Sufs donnent des larves, ou têtards, munies de branchies, qui finissent par se transformer en jeunes adultes munis de poumons et de pattes.

Le parc ne serait plus le même sans leur chant nuptial nocturne. Le chant de la grenouille faux-grillon boréale est le premier à se faire entendre au printemps. Le crapaud de l'Ouest lancent son trille aigu en été. Les grenouilles sont nombreuses dans les secteurs d'eau peu profonde, comme le lac Maskinongé , l'étang de castors Blakiston et le petit lac Akamina. L'observateur aux aguets trouvera des crapauds près des milieux humides et le long des nombreux sentiers forestiers du parc (notamment dans le sentier Rive-du-lac).

Rainette faux-grillon du nord sur une branche
Rainette faux-grillon du nord

Rainette faux-grillon du nord (Pseudacris triseriata) - Ce petit amphibien nocturne a un cri qui s'entend de loin et ressemble au bruit que l'on fait en passant le doigt le long des dents d'un peigne. Les rainettes faux-grillons adultes vivent surtout dans la prairie ouverte et les forêts-parcs de feuillus où elles se nourrissent de divers invertébrés. Elles se reproduisent dès que la neige fond dans les étangs et les marais peu profonds. Elles hibernent dans des terriers. Elles gèlent entièrement l'hiver, puis dégèlent et reprennent leurs activités au printemps.


Grenouille Léopard dans l'étang
Grenouille Léopard

Grenouille léopard (Rana pipiens) - Auparavant l'espèce de grenouille la plus répandue en Amérique du Nord, la grenouille léopard n'avait pas été observée à Waterton depuis 1980, jusqu’à ce que Parcs Canada déplace des œufs de cette grenouille dans le parc en 2015. Comme son nom l'indique, elle porte des taches sombres irrégulières entourées de halos clairs. On la trouve généralement dans les endroits humides le long des cours d'eau et des étangs dans les prés ou les aires légèrement boisées. Le meilleur moyen de la trouver est d'écouter son cri distinctif qui évoque une porte qui grince en s’ouvrant. Les efforts déployés auparavant pour aider cette espèce en péril à se rétablir dans le parc avaient échoué. Le projet actuel donne des résultats prometteurs. Nous avons observé le développement et l’éclosion des œufs déplacés et la reproduction d’une nouvelle génération de grenouillettes à Waterton en 2017 et en 2018. Ceci représente une étape importante vers le rétablissement d’une population autosuffisante dans le parc. La grenouille léopard figure sur la liste des espèces préoccupantes en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada et est désignée comme espèce menacée en vertu des règlements de la Loi sur la faune de l’Alberta.

Grenouille maculée dans l'eau
Grenouille maculée

Grenouille maculée (Rana luteiventris) – Peu courante à Waterton, la grenouille maculée se retrouve dans les régions allant de la forêt-parc des contreforts à la région subalpine inférieure. Elle ressemble à la grenouille léopard mais n'a pas de rayures claires sur le dos et d'anneaux clairs autour de ses taches. Son ventre et ses cuisses sont généralement roses ou rouges et elle peut avoir un masque facial sombre. Au printemps, le mâle se laisse flotter sur les étangs des forêts et émet un cri sourd qui rappelle le son d'un hélicoptère à distance.

Gros plan d'un crapaud
Crapaud de l'Ouest

Crapaud de l'Ouest (Bufo boreas) - La population de crapaud de l'ouest semble avoir décliné à Waterton depuis 1995, peut-être en raison des changements d'habitat causés par les inondations cette année-là. Au printemps, la femelle peut déposer jusqu'à 16 500 oeufs dans un étang ou un lac peu profond, généralement dans des régions boisées. Les oeufs éclosent et les têtards se nourrissent surtout d'algues et de plantes pendant six à huit semaines. Les crapauds atteignent la maturité relativement rapidement car les oeufs, les têtards et les juvéniles sont une source importante de nourriture pour les oiseaux, les mammifères et d'autres amphibiens.

Salamandres

Waterton accueille deux espèces de salamandre : la salamandre à longs doigts et la salamandre tigrée. Elles sont toutes deux peu courantes discrètes. Elles trouvent refuge sous des rochers et des branches en décomposition et dans des crevasses naturelles. Au printemps, elle migre vers les plans d'eau avoisinants afin de se reproduire et de pondre ses oeufs. Elle passe de larve à juvénile et retourne alors dans son territoire ancestral. Un grand nombre de salamandres peuvent être tuées si leur voie de migration traverse une route.

Salamandre à longs doigts sur une roch
Salamandre à longs doigts

Salamandre à longs doigts (Ambystoma macrodactylum) – Les adultes vivent dans les régions boisées. Pendant les nuits froides et humides au printemps, dès que la neige et la glace ont fondu, elles migrent en masse pour se reproduire dans les eaux peu profondes des étangs et des petits lacs. Elles passent deux à quatre semaines à se reproduire et à pondre leurs oeufs avant de retourner dans leur territoire. Les larves se métamorphosent en juvéniles, qui retournent à l'endroit d'où viennent leurs parents et atteignent la maturité en deux à trois ans. On a observé des salamandres à longs doigts le long du sentier Wishbone, dans l'aire de pique-nique de Maskinongé , sur le sentier Akamina, au lac Linnet et dans les étangs près du mont Sofa. C'est la nuit ou après la pluie, pendant la saison de reproduction au printemps, qu'on peut les observer le mieux. Une histoire fascinante de la salamandre à longs doigts a débuté un soir pluvieux de printemps à Waterton.

Salamandre tigrée sur le gravier
Salamandre tigrée

Salamandre tigrée ( Ambystoma tigrinum ) – La salamandre tigrée peut être active le jour et la nuit. Elle vit dans des terriers, dans les régions allant de la prairie à graminées courtes à la région subalpine. Elle se nourrit d'insectes, d'invertébrés, de petits amphibiens et d'autres salamandres. Au printemps, elle migre jusqu'aux étangs avoisinants pour se reproduire. La femelle dépose les oeufs fécondés sur la végétation ou sur des rochers dans l'eau. Les oeufs éclosent et les larves possèdent de grandes branchies externes. Lorsque les conditions sont favorables, elles peuvent arriver à maturité sans se métamorphoser en adultes et elles conservent alors leurs branchies tout en développant des poumons.

Le récit de la salamandre

Reptiles

Les reptiles sont des vertébrés terrestres à sang froid. Exception faite de la couleuvre à nez mince, qui est considérée comme rare et occasionnelle dans le parc, tous les reptiles de Waterton sont des couleuvres. Il est inhabituel de voir une couleuvre à Waterton, et aucune n'est venimeuse.

Les serpents et autres reptiles et amphibiens sont ectothermes, ce qui signifie qu'ils dépendent de sources externes de chaleur pour maintenir la température de leur corps. Lorsqu'on observe des couleuvres dans le parc, elles se prélassent en général au soleil sur une pierre, s'imprègnent de la chaleur de la chaussée sur une route ou à proximité, ou nagent dans un étang ou un ruisseau. Malheureusement, lorsque les serpents se réchauffent sur les routes, un grand nombre d'entre eux se font écraser.

Couleuvre à nez mince enroulée
Couleuvre à nez mince

Couleuvre à nez mince (Pituophis melanoleucus) – La couleuvre à nez mince est rare à Waterton. Sa couleur va du brun jaunâtre au brun avec des marques noires et elle peut mesurer jusqu'à 1,5 mètre. Bien que non venimeuse, elle peut s'enrouler, lever la tête et siffler en secouant la queue comme un serpent à sonnettes lorsqu'elle se sent menacée. Elle mange des mammifères fouisseurs, des oiseaux qui nichent à terre et des oeufs. Elle tue sa proie par constriction, puis l'avale entière. Des ligaments extensibles spéciaux lui permettent d'ouvrir sa mâchoire de sorte qu'elle peut avaler des animaux jusqu'à cinq fois plus grands que sa tête. Son acide gastrique puissant digère la proie sans qu'elle aie besoin de la mâcher.

Couleuvre de l'ouest sur des roches
Couleuvre de l'ouest

Couleuvre de l'ouest (Thamnophis elegans vagrans) - Lorsqu'on observe une couleuvre dans le parc, il s'agit habituellement d'un thamnophis errant. Cette couleuvre fréquente une variété d'habitats, notamment à proximité des milieux humides, des étangs, des lacs et des îlots. Elle se distingue par ses rayures dorsales jaunes et les dessins foncés en damier de ses flancs. La couleuvre de l'ouest mange des insectes, des vers, des poissons, des amphibiens, des oiseaux et des petits mammifères. Elle nourrit à son tour d'autres animaux comme le faucon, le grand corbeau, le coyote et le furet. Les couleuvres passent l'hiver en groupes importants dans des terriers. Ceux-ci peuvent être utilisés par de nombreuses générations et par différentes espèces de serpent en même temps.

Gros plan d'une Couleuvre des Plaines
Couleuvre des Plaines

Couleuvre des Plaines ( Thamnophis radix) – La couleuvre des Plaines est courante dans la prairie à l'extérieur du parc, mais rare à Waterton. Elle habite dans les zones humides et les cours d'eau où elle se nourrit de poisson, d'amphibiens, de petits mammifères, de vers et d'insectes qu'elle détecte par la vue ou l'odorat. Comme la plupart des serpents, elle se sert de sa langue pour goûter l'air et transporter des particules d'odeur à un organe sensoriel spécialisé sur leur palais.


Couleuvre rayée

Couleuvre rayée (Thamnophis siralis) – La couleuvre rayée à flancs rouges, rare elle aussi, se retrouve habituellement près des milieux humides et le long des routes dans les écorégions montagnarde et de la forêt-parc des contreforts dans le parc. Ce serpent se retrouve partout en Amérique du Nord. Comme son l'indique, il porte généralement (mais pas toujours) une longue bande étroite rouge de chaque côté du corps.