Les processus naturels influent énormément sur l'écosystème du parc national des Lacs-Waterton et sur celui, plus vaste, du Crown of the Continent.

Ils modèlent le paysage et, malgré leur caractère apparemment destructeur, jouent un rôle important dans le renouvellement et la variété des paysages du parc.

À Waterton, les trois phénomènes naturels les plus critiques sont les incendies, les inondations et les avalanches.

Inondation

Eau dévalant une cascade pendant une inondation
Eau de crue aux chutes Cameron

Les inondations sont d'importants phénomènes naturels qui contribuent à former et à modeler le paysage.

Par exemple, après chaque inondation, petite ou grande, les cônes alluviaux créés par les ruisseaux Blakiston et Cameron grandissent et refont le plein d'éléments nutritifs. Les grandes inondations du siècle dernier siècle ont eu lieu en 1908, 1923, 1937, 1953, 1964, 1975, 1995 et 2013.

Le cône alluvial du ruisseau Cameron constituait un emplacement idéal pour le lotissement urbain au bord du lac. Mais, bien qu'elles profitent aux habitats naturels, les inondations peuvent s'avérer destructrices pour les habitats humains.

Parcs Canada s'efforce donc de réduire les risques d'inondation dans le lotissement urbain en redressant et en renforçant les berges du ruisseau Cameron à l'endroit où il s'écoule dans le village. Par contre, il n'empêche pas les inondations de procéder à la régénération naturelle des écosystèmes naturels sur le cône du ruisseau Blakiston, un important habitat pour les ongulés.

L'histoire des cônes alluviaux des ruisseaux Blakiston et Cameron soulève plusieurs enjeux administratifs et écologiques dans le parc. On lira à ce sujet la Le récit de deux cônes.

Avalanche

Avalanche
Les risques d'avalanches sont constants dans les parcs nationaux des montagnes

Les avalanches aussi sont habituellement considérées comme des phénomènes destructeurs.

En dévalant les montagnes, elles peuvent effectivement, en quelques secondes, briser de gros arbres, déplacer d'énormes pierres et boucher les cours d'eau, mais d'un autre côté elles préparent aussi le terrain pour de nouvelles poussées végétales et créent un habitat de qualité pour les grizzlis et d'autres espèces sauvages.