Les processus naturels influent énormément sur l'écosystème du parc national des Lacs-Waterton et sur celui, plus vaste, du Crown of the Continent.

Ils modèlent le paysage et, malgré leur caractère apparemment destructeur, jouent un rôle important dans le renouvellement et la variété des paysages du parc.

À Waterton, les trois phénomènes naturels les plus critiques sont les incendies, les inondations et les avalanches.

Les incendies sont aussi importants que l'eau, le soleil et le vent. En effet, ils ne font pas que détruire, ils créent également. Lorsqu'un incendie se déplace dans une forêt ou une prairie, de nombreux phénomènes importants se produisent.

Les matières végétales mortes qui s'y sont accumulées sont brûlées, et les éléments nutritifs liés dans ces matières sont recyclés en vue d'une nouvelle croissance.

Cette régénération fournit de nouvelles sources d'aliments et de nouveaux abris aux espèces sauvages. Le feu crée aussi une mosaïque de communautés végétales qui offre aux animaux un plus grand choix d'habitats.

Le feu détruit en outre les concentrations dangereuses de combustibles que constituent le bois, les branches mortes et les autres débris qui s'accumulent dans les forêts et les prairies, ce qui réduit les risques d'incendies plus intenses et plus difficiles à maîtriser qui pourraient mettre en danger les gens et les biens.

Autrefois, on éteignait complètement les incendies et on en perdait ainsi les retombées positives. Les brûlages dirigés sont une façon de réintroduire le feu dans le paysage. On allume de petits feux dirigés dans des conditions très strictes et dans diverses parties de la prairie dans le parc depuis 1989.

Ces feux réduisent l'intensité des feux irréprimés en diminuant la quantité des herbes et des arbres morts dans une zone donnée. Ils créent également une mosaïque de types d'habitat et un habitat que préfèrent les animaux qui vivent en bordure comme le pic de Lewis et le crapaud du Nord.

Depuis 2002, environ 5 025 hectares du parc national des Lacs-Waterton ont été brûlés dans le cadre d'un brûlage dirigé.

Le feu du mont Sofa (1998) et le feu de Kenow (2017) ont brûlé de grandes superficies dans le parc. Ils nous donnent une occasion inestimable d’étudier les effets permanents d’un incendie naturel à grande échelle.

Le feu de Kenow

Le feu de Kenow s’est établi dans le parc national des Lacs-Waterton le 11 septembre 2017.

Il s’est déplacé rapidement dans la vallée Cameron, le long de la promenade Akamina. Plus tard en soirée, on pouvait voir des flammes depuis le village et du côté nord du mont Crandell.

Le feu s’est propagé dans les prairies le long de la route de l’entrée du parc. Il est sorti du parc durant la nuit en avançant vers le nord et l’est dans les terres avoisinantes.

En tout, le feu a brûlé 35 000 hectares environ, dont 19 303 hectares dans le parc national des Lacs-Waterton, et il a eu une incidence importante sur les infrastructures construites du parc.

Le feu de Kenow dans le parc national des Lacs-Waterton
Le feu de Kenow dans le parc national des Lacs-Waterton.