Le rétablissement des lieux perturbés Le rétablissement des lieux perturbés © Parcs Canada

Waterton est déterminé à réduire l'incidence de ses activités et de ses installations opérationnelles en rétablissant les lieux perturbés du parc. Comme visiteur, vous pouvez aussi contribuer au rétablissement des lieux perturbés.

Par exemple, certains emplacements du terrain de camping Crandell ont été mieux définis à l'aide de clôtures basses. On a planté des plantes indigènes dans les zones piétinées, ainsi que dans les sentiers de raccourcis entre les emplacements et les installations au terrain de camping, au Canyon Red Rock, et au centre d’accueil.

Le rétablissement de ces aires aidera à maintenir le milieu naturel du terrain et à minimiser la propagation de plantes non indigènes. Il est également essentiel d'encourager les visiteurs à rester sur les sentiers établis pour assurer la réussite de ces projets.

Le parc national des Lacs-Waterton encourage aussi les résidents et les visiteurs à vivre une expérience particulière dans le parc en profitant des occasions de bénévolat.

Depuis quelques années, le parc a réduit son empreinte écologique en:

  • Enlevant plusieurs résidences du parc qui se trouvaient hors du lotissement urbain;
  • Consolidant diverses fonctions opérationnelles dans un bâtiment;
  • Retirant les bâtiments non nécessaires dans le complexe des travaux;
  • Enlevant l'arrière du bureau du lotissement urbain et en le remplaçant par un jardin de démonstration des plantes indigènes;
  • Créant un deuxième jardin de démonstration des plantes indigènes aux Théâtres des Chutes; et,
  • Le regroupement des aires d'entreposage du parc.
Créant un deuxième jardin de démonstration des plantes indigènes aux Théâtres des Chutes
Créant un deuxième jardin de démonstration des plantes indigènes aux Théâtres des Chutes © Parcs Canada

Les projets de restauration de la fosse des déchets industriels et de l'aire d'entreposage du parc ont été plus exigeants. L'aire visée dans chaque cas était relativement petite, de la taille d'environ deux pâtés de maisons, mais elle était très importante car elle se trouve dans l’écorégion de la forêt-parc des contreforts.

Dans l'aire d'entreposage du parc, on a enlevé le sol contaminé et fermé la route. Les phénomènes naturels sont maintenant libres de transformer cet endroit. Les bosquets de peupliers faux-trembles autour du lieu se reproduisent rapidement en lançant des pousses de leurs racines. Ces arbres indigènes commencent à reprendre possession de l'endroit.

Le rétablissement de la fosse à déchets industriels fournit également l'occasion de perfectionner nos techniques de rétablissement de la prairie de fétuque. On ramasse des graines dans la prairie avoisinante et la pépinière de plantes indigènes du parc national Glacier (aux É.-U.) renvoient des semis qui sont plantés à Waterton. On a également ramassé des graines de graminées indigènes dans le parc et on les a plantées dans cette aire.

Le parc travaille avec des chercheurs, dirigés par Anne Naeth, de l'Université de l'Alberta dans ce domaine. L'aire a été divisée en 60 parcelles contenant différentes combinaisons de plantes, de graminées, d'engrais et de paillis. On surveillera les parcelles au cours des années pour déterminer quelles méthodes produisent les meilleurs résultats.