À Waterton, survivre au froid des longs hivers peut constituer un défi de calibre mondial. Nous avons cru bon mettre en vedette certains de nos champions de la faune qui survivent aux éléments.

Nos champions en migration

Certaines espèces s’échappent des rigueurs de l’hiver en visant des climats plus chauds. Cela comprend plusieurs espèces d’oiseaux, mais aussi un grand nombre de nos chauves-souris. Même si cela semble trop facile, il est important de savoir que certaines espèces parcourent des distances qui impressionneraient n’importe quel olympien!

La grue du Canada est un touriste à parc national des Lacs-Waterton
Les chercheurs se servent des données provenant des détecteurs de chauve-souris pour déterminer leur abondance et leur diversité ainsi que leur utilisation de l'habitat dans le parc

Nos champions en adaptation

De nombreux animaux restent à Waterton et mènent une vie active pendant tout l’hiver. Ces animaux s’adaptent aux fluctuations météorologiques et ce faisant, subissent des changements morphologiques, physiologiques et comportementaux pour survivre. Pour se garder au chaud, de nombreuses espèces se développent des poils d’hiver ou un pelage hivernal.

Chez certaines espèces, la nouvelle fourrure est blanche, ce qui leur procure également du camouflage dans la neige (comme la belette et le lièvre d’Amérique). Étant donné que la nourriture se fait rare l’hiver, certains animaux cachent de la nourriture pendant l’été et l’automne pour mieux passer l’hiver (comme les écureuils, les souris, les picas et les castors). La pénurie de nourriture oblige de nombreux animaux à modifier leur alimentation au fil des saisons. Par exemple, le printemps, l’été et l’automne, le renard roux mange des fruits et des insectes, mais l’hiver, il doit se nourrir de petits mammifères pour survivre.

L’hiver, le renard roux se nourrit de petits mammifères pour survivre
Voyez-vous le lièvre?

Nos champions en raquette

Physiquement, certaines espèces sont bien équipées pour survivre à l’hiver. Le lynx, le lièvre d’Amérique et le carcajou sont dotés de gros pieds qui font office de raquettes. Cela leur permet de se déplacer beaucoup plus facilement dans la neige épaisse et d’avoir accès à des ressources qui sont hors de la portée des autres espèces.

Depuis longtemps, le carcajou constitue un symbole de nature sauvage
Le lynx peut facilement tolérer des températures extrêmement froides

Nos champions du sommeil

Une autre stratégie qui permet de survivre à l’hiver prend la forme de la dormance (l’hibernation ou la léthargie). Ces animaux perdent de leur chaleur animale, puis leur rythme cardiaque et leur respiration ralentissent. Grâce à la réduction régularisée du métabolisme du corps, ils survivent à l’hiver en conservant leur énergie.

La tempête fait rage pendant qu’un grizzli sort de son hibernation
L’hibernation du spermophile du Columbia peut durer jusqu’à sept mois