Le parc est habité par deux espèces d'ours : le grizzli et l'ours noir. Les deux membres de cette famille sont charognards et omnivores, c'est-à-dire qu'ils mangent à la fois des végétaux et de la chair. Les plantes, surtout les baies et les racines, demeurent toutefois leur principale source de nourriture, à laquelle viennent s'ajouter la charogne (carcasse d'animal tué par un prédateur ou mort de causes naturelles) et tout autre petit animal qu'ils parviennent à tuer. Même si l'ours n'hiberne pas vraiment (la température de son corps demeure élevée), il est inactif en hiver, habituellement tapi dans une tanière ensevelie sous la neige, où la femelle donne naissance à une portée pouvant compter jusqu'à 4 oursons avant l'arrivée du printemps.

Ours noir

Ours noir © Parcs Canada / R. Bray

L'ours noir est souvent aperçu dans les régions boisées, le long des routes et dans les campings. Plus petit que le grizzli (il pèse autour de 100 kg), l'ours noir n'a pas de bosse sur la nuque et a un museau droit de couleur brun roux. La couleur du pelage varie du noir au cannelle, et il n'est pas rare de voir des individus au poitrail tacheté de blanc. L'ours noir est muni de petites griffes incurvées qui en font un grimpeur agile. Il se nourrit à environ 77 % de végétaux, c'est-à-dire de graminées, de racines et de baies (il affectionne particulièrement les pissenlits et les baies de la shépherdie argentée). La charogne et les insectes représentent environ 22 % de son régime alimentaire, et les petits mammifères, 1 %.

Les ours noirs peuvent parcourir des superficies allant jusqu'à 200 km2, de sorte que leurs territoires se chevauchent. Les mâles sont généralement solitaires, sauf en période d'accouplement, tandis que les femelles se déplacent avec leur progéniture. L'ours noir est plus à l'aise autour de l'être humain que son cousin le grizzli, si bien qu'il est plus souvent aperçu. Les visiteurs ont le plus de chances de voir des ours au printemps (avril-juin) et en automne (septembre-octobre) le long des routes et dans les parcelles où les baies sauvages sont nombreuses, comme celles du camping Whistlers.

Veuillez prendre soin de ranger votre nourriture et vos déchets dans votre véhicule lorsque vous faites du camping. Les ours qui prennent goût à la nourriture et aux déchets humains doivent souvent être abattus. Pour votre propre sécurité et pour le bien-être des bêtes, tenez-vous en tout temps à au moins 100 m d'un ours (l'équivalent de 10 autobus en file).

Grizzli

Grizzli © M. Bradley

Le grizzli, roi de Jasper, ne ressemble à nul autre. On le reconnaît immédiatement à l'imposante bosse qui lui orne la nuque, au profil concave de sa figure et à sa taille imposante (il peut peser jusqu'à 250 kg). Son pelage long et épais peut prendre différents tons, mais il est habituellement de couleur brun pâle et parsemé de poils blonds ou blancs qui donnent à la bête une apparence grisonnante ou argentée. Le grizzli est pourvu de griffes jaunes ou brunes, qui atteignent en moyenne 15 cm de longueur et dont il se sert pour creuser, afin de dénicher les petits mammifères de leur terrier ou d'extraire des racines. En général, le grizzli adulte ne grimpe pas aux arbres, mais il peut quand même faire appel à sa grande force pour se hisser d'une branche à l'autre. Les végétaux font partie intégrante de son régime alimentaire : graminées, prêles, baies et racines de l'érythrone à grandes fleurs, de la claytonie de Virginie et du pois sauvage sont sa principale source de nourriture. L'automne venu, le grizzli peut manger jusqu'à 200 000 baies de shépherdie argentée par jour, car il tente alors d'accumuler suffisamment de matières grasses pour survivre à l'hibernation. Les carcasses d'animaux morts pendant l'hiver représentent une précieuse source de nourriture au printemps. En outre, le grizzli chasse occasionnellement de gros animaux comme le wapiti et les petits faons, mais l'énergie qu'il doit déployer pour le faire en vaut rarement la peine.

Le grizzli effectue de grandes migrations saisonnières : il passe l'été dans les régions alpines et descend dans les vallées au printemps et à l'automne lorsque la nourriture se fait rare. L'espèce a besoin d'un vaste territoire qui peut s'étendre sur 4 000 km2 et déborder des limites du parc. Le grizzli est particulièrement sensible à l'influence humaine, et c'est la raison pour laquelle il fait l'objet d'une étroite surveillance. Comme l'espèce se trouve au sommet de la chaîne alimentaire, les chercheurs peuvent évaluer la santé de l'écosystème tout entier en analysant la santé du grizzli. Jasper soutient actuellement une population viable de 100 à 120 bêtes, mais la survie de l'espèce dépend des efforts que nous déployons pour préserver de vastes étendues à l'état sauvage.

Les randonneurs et cyclistes sont priés de se familiariser avec la brochure Ils sont sauvages... c'est dans leur nature avant d'entreprendre leur excursion et devraient toujours faire du bruit lorsqu'ils sont sur les sentiers.