L’hiver est la saison idéale pour explorer le parc national Jasper. Avant de partir en excursion, prenez le temps de vous renseigner sur les nouveautés de l’année, tant sur le plan des loisirs d’hiver que sur celui de la conservation du caribou des bois.

Dans le parc national Jasper, le caribou et son habitat sont protégés conformément à la Loi sur les parcs nationaux du Canada et à la Loi sur les espèces en péril. Les fermetures saisonnières et les restrictions d’accès ne sont que deux des mesures prises par Parcs Canada pour protéger le caribou.

Les fermetures saisonnières servent de complément aux mesures de protection de l’habitat et aux autres mesures de conservation en place à l’année. Celles qui sont imposées dans le territoire des hardes de la vallée Tonquin, de la Brazeau et de l’À la Pêche protègent près de 3 000 km2 de l’habitat hivernal du caribou dans le parc national Jasper. L’accès à ces secteurs de l’arrière-pays est interdit du 1er novembre au 15 mai.

Sans notre aide, les deux seules hardes de caribous qui vivent à l’année dans le parc national Jasper sont appelées à disparaître. Aidez-nous à protéger les populations de caribous menacées en pratiquant vos sports d’hiver dans d’autres secteurs du parc. Les visiteurs disposent de nombreuses possibilités d’exploration du parc national Jasper en hiver. Ils peuvent aussi en profiter pour visiter certaines de nos attractions les plus courues pendant une période de l’année ou l’affluence est réduite.


Contexte

La fermeture de l’habitat essentiel du caribou en hiver empêche la formation de pistes de neige tassée qui mènent aux zones de haute altitude où vivent les caribous.

En hiver, le caribou est protégé des prédateurs par la haute altitude de son habitat : la neige y est trop épaisse pour que les loups puissent s’y aventurer sans s’enfoncer profondément. Les recherches révèlent que les pistes de neige tassée que créent les skieurs de randonnée, les planchistes et les raquetteurs en se rendant du fond des vallées jusqu’aux zones de haute altitude peuvent amener les loups à chasser aux endroits mêmes où se rassemblent les caribous pour éviter les prédateurs.


Les populations de loups sont dynamiques et jouent un rôle important dans la conservation du caribou

Les populations de caribous, les populations de loups et leur mode d’occupation du territoire ont changé dans le parc national Jasper depuis la mise en place des premières fermetures saisonnières en 2009 et l’agrandissement des secteurs fermés en 2013.

Le nombre de caribous des hardes de la vallée Tonquin et de la Brazeau est très faible, et, même si la population de ces hardes s’est stabilisée depuis 2015 et ne connaît plus un fort déclin, leur survie est précaire et leur situation pourrait changer rapidement. Lorsqu’elles deviennent trop petites, les hardes de caribous sont plus vulnérables aux menaces naturelles, telles que les prédateurs, les maladies et les accidents.

Les données recueillies par les colliers émetteurs et les appareils photo de télésurveillance révèlent que les loups sont plus susceptibles d’accéder au territoire du caribou et de se déplacer dans les vallées lorsque des pistes y sont déjà tracées. Par suite des fermetures hivernales et de la baisse de la population de loups dans le parc, nous notons une diminution du nombre de loups dans l’habitat du caribou depuis 2016. Ce prédateur passe la majeure partie de son temps dans le fond des vallées, où se trouvent ses proies principales : le wapiti, le cerf et l’orignal.

Le risque de prédation du caribou par le loup est faible à l’heure actuelle, mais la répartition des loups peut changer rapidement et avoir une forte incidence soudaine sur les petites hardes de caribous. Par exemple, jusqu’à cet été, Parcs Canada n’avait pas observé la présence de loups dans les zones de haute altitude faisant partie du territoire du caribou depuis 2016. Cependant, un collier GPS indique qu’une louve de la meute Sunwapta a passé du temps dans le territoire des caribous de la vallée Tonquin en août et en septembre 2021.

La perte d’une seule des rares femelles de la vallée Tonquin et de la Brazeau nous rapprocherait d’une disparition à l’échelle locale. La prudence est de mise lorsque nous avons la possibilité d’aider les hardes à se reconstituer par l’élevage de conservation.


Détails

Parcs Canada examine et évalue continuellement les mesures de conservation en vigueur afin de s’adapter aux conditions changeantes. Pour ce faire, il a recours aux meilleurs renseignements et données scientifiques accessibles.

Cette année, les fermetures saisonnières des secteurs faisant partie du territoire des hardes de la vallée Tonquin, de la Brazeau et de l’À la Pêche seront en vigueur du 1er novembre 2021 au 15 mai 2022 dans le parc national Jasper.

La durée des fermetures saisonnières est prolongée, et des changements sont apportés aux limites des secteurs fermés dans les territoires des hardes de la Maligne et de la Brazeau :

  • Les limites du territoire de la harde de la Brazeau à l’ouest de la route 93 (dans le chaînon Winston Churchill) comprendront désormais les secteurs où la présence du caribou a été relevée au moyen d’enquêtes et de caméras actionnées par le mouvement au cours des cinq dernières années.

  • Le territoire de la harde de la Maligne ne fera pas l’objet d’une fermeture, car, selon toute vraisemblance, cette harde a disparu. Si des caribous étaient observés dans le secteur de la Maligne à l’avenir, la fermeture serait réévaluée et les anciennes limites seraient réinstaurées au besoin. L’habitat essentiel de l’espèce dans l’aire de répartition de la Maligne est toujours protégé en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada et de la Loi sur les espèces en péril. La partie nord de l’aire de répartition de la harde de la Brazeau, traditionnellement utilisée par les hardes de la Maligne et de la Brazeau, demeure fermée.

Pour obtenir une description complète des secteurs frappés de fermeture, veuillez consulter les cartes et les bulletins importants ci-dessous.

 
1. Territoire de la harde de la vallée Tonquin

Du 1er novembre au 15 mai, l’accès à l’habitat essentiel du caribou dans le territoire de la harde de la vallée Tonquin est interdit. Ce secteur englobe la route Cavell, la vallée Tonquin, le sentier Astoria/du Ruisseau-Portal (105), la vallée du ruisseau Whistlers et le sentier Whistlers (5). Le sentier du Sommet-du-Mont-The Whistlers (5a), depuis la station supérieure du téléphérique de Jasper jusqu’au sommet du mont The Whistlers, reste ouvert.

 
 
Station de ski Marmot Basin
Sentier The Whistlers
2. Territoire de la harde de la Brazeau

Du 1er novembre au 15 mai, l’accès à l’habitat essentiel du caribou dans le territoire de la harde de la Brazeau est interdit. La fermeture vise le col Maligne (160), le sentier Poboktan (132) et la boucle Brazeau (130 et 131). Tous les sentiers de la vallée de la Maligne et du lac Maligne restent ouverts. Le col Wilcox (50), le col Nigel jusqu’au camping Four Point, le sentier du Ruisseau-Beauty, les voies de glace au sud de l’auberge Beauty Creek Hostel et les couloirs d’avalanche Churchill restent ouverts.


 
 
3. Territoire de la harde de l’À la Pêche

Du 1er novembre au 15 mai, l’accès à l’habitat essentiel du caribou dans le territoire de la harde de l’À la Pêche est interdit. Ce secteur englobe le sentier du Ruisseau-Rock (153), depuis la limite du parc jusqu’au ruisseau Willow, et le tronçon du sentier de la Limite-Nord (150) situé entre le ruisseau Willow et le camping Wolverine Nord.

 
 
Renseignements

Programme de conservation du caribou
780-883-0391 
caribou@pc.gc.ca