Faits en bref
Caribou

Taille : De 1 à 1,2 m au garrot
Poids : De 100 à 210 kg
Alimentation : Lichens, graminées, feuilles d’arbustes, herbes, champignons
Saison de mise bas : Juin
Nombre de petits : Un par année 
Période de rut : Septembre-octobre
Longévité : De 8 à 15 ans
Situation selon la LEP (2003) : Espèce menacée
Situation selon le COSEPAC (2014) : Espèce en voie de disparition

Le caribou erre dans les montagnes et les vallées du parc national Jasper depuis des siècles. Pour survivre, il a besoin du vaste habitat inviolé de ces montagnes et de ces forêts. Cet animal se nourrit des lichens qui tapissent les pentes enneigées pendant les hivers longs et froids des Rocheuses.

Le caribou des bois est une espèce indicatrice, c’est-à-dire qu’il fournit de nombreuses indications sur l’état de santé des écosystèmes alpins et forestiers où il vit. Il est également considéré comme une espèce-parapluie : en le protégeant, nous protégeons de nombreuses autres espèces qui ont besoin du même type d’habitat.

Les caribous des bois du parc national Jasper font partie d’un sous-ensemble de hardes appelé population des montagnes du Sud. L’effectif de bon nombre de ces hardes est en baisse depuis plusieurs décennies.

 
Le parc national Jasper sert d’habitat à trois hardes de caribous de la population des montagnes du Sud : celle de la vallée Tonquin, celle de la Brazeau et celle de l’À la Pêche.
  • Selon les dernières estimations, la harde de la vallée Tonquin compte 45 bêtes, et celle de la Brazeau, moins de 15 individus.
  • Les hardes de la vallée Tonquin et de la Brazeau ne comprennent pas suffisamment de femelles (10 individus ou moins dans chaque harde) pour pouvoir rétablir les hardes.
  • La harde de l’À la Pêche, qui est formée de quelque 150 bêtes, vit aux environs de la limite nord du parc. Elle est gérée et surveillée principalement par le gouvernement de l'Alberta (site en anglais seulement). Certains animaux de la harde passent l’année entière dans le parc national Jasper, d’autres restent dans les contreforts des Rocheuses, en Alberta, et d’autres encore effectuent des migrations continues entre ces deux secteurs.
  • Une quatrième harde, celle de la Maligne, a été observée pour la dernière fois en 2018 et est aujourd’hui considérée comme disparue à l’échelle locale.

Où les caribous vivent-ils?

Les caribous de la population des montagnes du Sud peuplent les régions montagneuses de l’Ouest canadien. Contrairement aux grandes hardes migratrices de caribous de la toundra qui se rencontrent plus au nord, les caribous des montagnes du Sud forment généralement de petits groupes. Ils vivent dans les milieux alpins en été et dans les forêts subalpines en hiver. En se confinant ainsi dans de vieilles forêts et dans des zones élevées et difficiles d’accès, les caribous sont mieux à même d’échapper aux prédateurs.

Dans le parc national Jasper, l’espèce est présente dans la vallée Tonquin, dans la chaîne de montagnes Brazeau près de la promenade des Glaciers ainsi que de part et d’autre de la limite nord du parc.

Carte démontrant la répartition des hardes de caribou des montagnes du Sud et des hardes disparues.

Caribou des montagnes du Sud


Pourquoi les caribous sont-ils en danger?

 

Parcs Canada a cerné cinq facteurs qui, par leur action passée, actuelle et future, menacent la survie du caribou dans le parc national Jasper. Découvrez pourquoi les hardes de caribous connaissent un déclin dans le parc.

 
Altération de la dynamique prédateurs-proies

Si les hardes de caribous ont connu un déclin dans le parc au cours du dernier siècle, c’est principalement en raison d’un déséquilibre dans les délicates relations entre prédateurs et proies. Par suite de la surabondance de wapitis et de loups créée par des pratiques de gestion antérieures, un nombre croissant de caribous sont devenus les proies d’une population florissante de loups.

Accès des prédateurs

Le caribou a évolué de manière à pouvoir survivre dans un manteau neigeux épais, qui force généralement les prédateurs à se cantonner dans des secteurs de faible altitude. Les pistes de neige tassée par les skieurs et les raquetteurs peuvent conduire les loups vers ces zones par ailleurs inaccessibles.

Perturbations d’origine humaine

Par leur présence, les humains peuvent amener les caribous à abandonner des secteurs sûrs ou de bonnes sources de nourriture. Les caribous du parc peuvent être dérangés par des skieurs, par des randonneurs accompagnés de chiens ou par des aéronefs. Ils peuvent aussi être tués dans des collisions routières.

Perte d’habitat

Les caribous ont à tout prix besoin des vieilles forêts, leur principal habitat en hiver. Les forêts matures sont plus vulnérables aux épidémies d’insectes (comme le dendroctone du pin ponderosa) et aux incendies par suite du changement climatique et des pratiques historiques de suppression du feu. L’activité humaine sur les terres avoisinantes peut également avoir un effet de cascade sur la dynamique prédateurs-proies dans des aires protégées comme les parcs nationaux.

Effets résultant de la petite taille des populations

Dans une population comptant un faible effectif, la perte d’un seul animal peut avoir de graves conséquences. Les petites hardes sont particulièrement vulnérables aux prédateurs, aux maladies et aux accidents comme les avalanches. Dans le parc national Jasper, les hardes de la vallée Tonquin et de la Brazeau sont devenues trop petites pour pouvoir se rétablir d’elles-mêmes, et leur avenir est précaire.


Que faisons-nous pour aider cette espèce?

 

Parcs Canada a pris des mesures pour réduire les menaces auxquelles le caribou est exposé et pour créer des conditions plus propices à la survie et au rétablissement de l’espèce. Les populations de wapitis et de loups sont maintenant à des niveaux où elles ne présentent plus de menace pour le caribou. Malheureusement, les hardes de la vallée Tonquin et de la Brazeau sont maintenant si petites qu’elles ne peuvent plus se rétablir d’elles-mêmes.

 
Protection de l’habitat

De novembre à la fin février, Parcs Canada interdit l’accès aux secteurs occupés par le caribou afin de prévenir la création de pistes de neige tassée qui permettent aux loups d’accéder à l’habitat hivernal de prédilection de l’espèce. Dans le parc national Jasper, l’habitat essentiel du caribou est protégé par la Loi sur les espèces en péril du Canada.

Protection contre les perturbations d’origine humaine
  • Les chiens ne sont pas autorisés dans l’habitat du caribou.
  • Au printemps, les limites de vitesse sur les tronçons de route que les caribous sont le plus susceptibles de traverser sont réduites à 70 km à l’heure.
  • Les hélicoptères, les avions et les drones doivent se conformer à des lignes directrices qui les obligent à se tenir loin de la faune.
Surveillance

Dans le cadre de son programme de surveillance continue, Parcs Canada recueille des données sur les caribous, les chevreuils, les wapitis et les loups par divers moyens, dont la tenue de recensements aériens, l’installation d’appareils photo de télésurveillance, la pose de colliers émetteurs et l’analyse génétique d’excréments.

Ces renseignements nous aident à comprendre les relations entre ces différentes espèces, leurs habitudes d’occupation de l’habitat du parc et les tendances démographiques qui se dessinent avec le temps.

Recherche

Petite taille des populations

Parcs Canada a étudié plusieurs moyens d’augmenter l’effectif des petites hardes du parc national Jasper, notamment la mise en enclos des femelles gestantes, la transplantation et l’élevage de conservation. À la lumière d’une étude et d’une évaluation approfondies, il explore plus à fond la possibilité de mettre en place un programme d’élevage de conservation.

Élevage de conservation

En collaboration avec des partenaires et des experts, Parcs Canada a ébauché une proposition de projet préliminaire visant à faire grossir les hardes de caribous du parc national Jasper par un programme d’élevage de conservation et d’augmentation de l’effectif. Il évalue actuellement si cette approche est appropriée et quelles mesures il faut prendre pour qu’elle produise les résultats souhaités. Voici ce qu’il doit faire pour y arriver :

  • évaluer les données scientifiques tirées d’autres programmes et de modèles démographiques;
  • obtenir l’appui de partenaires et d’intervenants;
  • choisir les hardes sources et les hardes bénéficiaires;
  • explorer des emplacements possibles pour l’installation d’élevage et dresser un plan conceptuel;
  • déterminer les exigences en matière de santé animale à respecter pour l’élevage de caribous;
  • élaborer un plan de consultation;
  • définir les coûts du programme et les ressources nécessaires.
Le caribou des bois et son habitat sont protégés par la loi

Dans le parc national Jasper, le caribou et son habitat sont protégés par la Loi sur les parcs nationaux du Canada et la Loi sur les espèces en péril du Canada.

  • Il est illégal de déranger un caribou ou de perturber son habitat.
  • L’accès des chiens aux secteurs occupés par le caribou est restreint. Le territoire hivernal du caribou est fermé au public en hiver.
  • Les contrevenants feront l’objet d’accusations et seront tenus de comparaître en justice. De plus, ils s’exposent à une amende pouvant aller jusqu’à 25 000 $.
  • Si vous voyez un caribou ou des randonneurs accompagnés de chiens dans l’habitat restreint de l’espèce, observez la scène, consignez les détails pertinents et transmettez-les au Service de répartition de Parcs Canada au 780-852-6155.
Pour en savoir davantage
Registre des espèces en péril – Profil d’espèce : Caribou des bois, population des montagnes du Sud

Documents relatifs au rétablissement du caribou :

Pour gérer les espèces en péril et leur habitat essentiel, Parcs Canada applique la Loi sur les espèces en péril (LEP), qui prévoit l’élaboration de plans d’action pour les espèces en péril.

Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada Jasper (2017)
Programme de rétablissement de la population des montagnes du Sud du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada (2014)