Les colons allemands, anglais et ukrainiens sont arrivés dans la région au cours des années 1881 et 1882. Ils ont aussitôt commencé à défricher les terres et à y établir leurs cultures. Les collines Beaver étaient jugées trop escarpées et humides, et de façon générale peu propices à l'agriculture. Aussi, peu d'efforts ont été faits pour défricher et cultiver ce secteur. La plupart des concessions situées sur les terres qui allaient plus tard constituer Elk Island étaient avant tout utilisées à des fins spéculatives.

À la fondation du parc, de nombreux homesteaders vivaient dans les limites de ce nouveau parc, notamment les familles Hayburger, Reid, Moss et Oster. La plupart d’entre eux ont vendu leurs terres et ont quitté les lieux en 1909 pour faire place au nouveau parc. Carl Oster, cependant, a refusé de partir. Il a finalement renoncé à son titre foncier en échange du droit de demeurer sur sa propriété à vie et de servir de gardien du parc jusqu’à sa retraite.

Daniel Jordon était un squatter qui vivait dans le parc. En 1909, lorsque les droits des squatters ont été abolis, M. Jordon a reçu 900 dollars et a quitté les lieux. Le lac qui se trouve sur les terres qu'il occupait porte aujourd'hui son nom.