Certains pourraient supposer que la plupart des parcs nationaux de l’Alberta sont situés dans des régions éloignées aux paysages pittoresques de montagnes et de lacs, mais le parc national Elk Island, seul parc national entièrement clôturé, se trouve à seulement 35 minutes à l’est d’Edmonton. Fondé en 1906 en tant que réserve de wapitis pour protéger l’une des dernières grandes hardes de wapitis de la région, le parc a été le premier refuge faunique au Canada. Depuis plus d’un siècle, il attire des visiteurs dans son cadre naturel grâce à son accessibilité depuis la ville d’Edmonton et ses possibilités d’observation d’animaux sauvages en abondance.

Sixième plus ancien parc national du Canada sur quarante six, le parc national Elk Island est situé dans l’Amiskwaciy, mot cri désignant cette région, également connue en anglais sous le nom de Beaver Hills (collines Beaver). Comme ce nom l’indique, c’est une région où abondait le castor jusqu’au tournant du XIXe siècle, moment où le castor a presque disparu de la région en raison de la demande démesurée créée par la traite des fourrures. Les collines Beaver étaient surtout reconnues pour leurs bosquets de trembles qui parsemaient les prairies et assuraient fourrage et protection aux hardes de bisons l’hiver et aux populations de wapitis, d’orignaux et de cerfs durant toute l’année. Il y avait aussi de l’eau à profusion. Le mot « Island » (île) du nom Elk Island pourrait provenir des îles pittoresques qui parsèment le lac Astotin.

Plage du lac Astotin dans les années 1940 ou 1950.
Plage du lac Astotin dans les années 1940 ou 1950.

La chronologie d'Elk Island

1830s à 1900s

Les collines Beaver sont devenues un important centre de chasse pour le commerce des fourrures. En 1841, on y trouvait encore des bisons en grand nombre. Cependant, les ressources cynégétiques se sont vite épuisées. À la fin des années 1860, le nombre des gros ongulés avait diminué au point que le bison avait presque disparu et que les grands herbivores étaient très rares.

La plupart des terres situées sur les collines Beaver n'ont pas été exploitées à partir des années 1870, et pendant toute la période des concessions agricoles. Les ressources forestières vierges étaient considérées par certains comme une importante ressource en bois d'œuvre et par d'autres, comme un obstacle à l'établissement des colons. En 1895, des incendies ont dévasté la région. Cet incident a poussé le gouvernement fédéral à protéger la forêt et en 1899, la région s'est officiellement vue attribuer la vocation de « réserve forestière du lac Cooking ».

La forêt était peut-être protégée, mais les wapitis et les cerfs mulets ne l'étaient pas. La pratique de la chasse à des fins sportives ou alimentaires par les colons menaçait les populations sauvages. Les wapitis des collines Beaver étaient considérés comme l'une des dernières hardes vivant au Canada.

Début du vingtième siècle en un coup d' ceil

1906

Elk Island est d’abord fondé comme réserve de wapitis pour protéger l’un des derniers grands troupeaux de wapitis de la région. Cinq Albertains de la région de Fort Saskatchewan ont persuadé le gouvernement fédéral de créer une réserve faunique pour protéger les wapitis des collines Beaver. En réponse à cette demande, le gouvernement a adopté la Loi des réserves forestières fédérales, par laquelle le parc Elk a été établi en juillet 1906. Il s’agit du tout premier refuge faunique au Canada.

Création du parc Elk, d'une superficie de 42 kilomètres carrés (16 milles carrés). Le nouveau parc renferme 24 wapitis, deux ou trois orignaux et 35 cerfs mulets, base de la population actuelle de la partie principale du parc.

1907

Le gouvernement canadien achète l’un des derniers et des plus grands troupeaux de bisons des plaines. Des centaines de bisons du troupeau Pablo-Allard du Montana sont expédiés à Elk Island pour y être conservés avant d’être envoyés au parc national Buffalo près de Wainwright, en Alberta.

Une résidence est construite pour le premier directeur du parc, Ellsworth Simmons. La résidence du directeur est le plus ancien bâtiment du parc qui subsiste.

1908

Le parc Elk devient le parc Elk Island.

1909

Il reste une quarantaine de bisons à Elk Island lorsque le troupeau de Pablo-Allard est transféré au parc national Buffalo.

1912

Le dernier envoi d’animaux du troupeau Pablo-Allard arrive en train.

1913

Le parc Elk Island est désigné en tant que parc du Dominion et fait partie du réseau croissant des parcs nationaux du Canada.

Années 1920 cavaliers et peaux de bisons

1920s

De la fondation du parc à son agrandissement au sud, jusqu’à ce qui est maintenant la route Yellowhead, la barrière ouest sert d’entrée principale au parc.

1922

Agrandissement du parc; on y ajoute la partie située aujourd'hui directement au nord de la route 16 (la route Yellowhead); sa superficie est portée à 136 kilomètres carrés. Cette mesure réduira les effets du pâturage excessif

1923

Dans le cadre de l’aménagement d’un réseau de cabanes pour les gardes de parc, le poste de garde de parc Tawayik est construit sur l’emplacement de l’actuel centre d’accueil.

Années 1920 à 1960

La grange abrite des chevaux de trait qui patrouillent et protègent les parcs nationaux de l’Ouest canadien.

Les membres de la GRC portent des peaux de bison du troupeau du parc en guise de manteaux d’hiver.

Le parc devient une source d’approvisionnement en produits de bison, comme le pemmican. Le pemmican est un mélange de viande de bison séchée, de graisse et de baies.

Années 1930 poussières et salles de danse

1930

Elk Island devient un parc national à la suite de l'adoption de la Loi sur les parcs nationaux.

Années 1930

Pendant la crise de 1929, les chômeurs des camps de travail de secours voient à la construction d’infrastructures dans de nombreux parcs nationaux du Canada. Au parc national Elk Island, ils défrichent des terres, construisent des routes et érigent les clôtures entourant les divers bâtiments du parc, comme le pavillon historique. Ils travaillent dur pendant les rudes mois d’hiver et s’abritent sous des tentes.

Des cabines privées à louer, une salle de danse, une auberge de jeunesse et le pavillon sont ainsi construits.

1936

Le terrain de golf du parc national Elk Island est construit. Il s’agit de l’un des plus anciens terrains de golf de l’Alberta.

Années 1940 à 1960 préservation des troupeaux

1942 à 46

B.I. Love, directeur du parc et vétérinaire visionnaire, entreprend le dépistage et le transfert des bisons exempts de maladies. Le premier rassemblement de 1 200 bisons des plaines fait l’objet d’un dépistage de la tuberculose.

1942

Piégé jusqu’à sa quasi-extinction au début des années 1800 pendant la traite des fourrures, le castor est réintroduit dans le parc. La population augmente rapidement.

1943

La Commission des lieux et monuments historiques du Canada érige une plaque pour commémorer la conservation du bison des plaines

1947

On augmente la superficie du parc national Elk Island de 60 kilomètres carrés; cette nouvelle partie, située au sud de la route 16 (la route Yellowhead), est aujourd'hui appelé la zone des bisons des bois

1965

Un troupeau isolé de bisons des bois nouvellement découvert est amené au parc pour préserver la génétique unique de ces bisons.

Années 1980 un saint parmi les cygnes

1972

Les troupeaux de bisons du parc national Elk Island sont déclarés exempts de maladies et de gènes de bovins.

1984

Dans le cadre de sa tournée canadienne, saint Jean-Paul II visite le secteur Tawayik du parc.

1987

Le cygne trompette, autrefois en voie de disparition, est réintroduit dans le parc.

1988

Le bison des bois passe de la liste des espèces rares à celle des espèces menacées.

2006 et au-delà

2006

Le parc national Elk Island célèbre son 100e anniversaire.

La réserve de ciel étoilé des Collines Beaver est désignée par la Société royale d’astronomie du Canada et englobe le parc national Elk Island et les aires protégées voisines.

2016

La région des collines Beaver, qui comprend le parc national Elk Island, a été désignée réserve de la biosphère par l’UNESCO. Elle est reconnue mondialement pour l’engagement de la communauté envers la conservation et le développement durable.

Pour boucler la boucle, 87 bisons des plaines (descendants du troupeau Pablo-Allard du Montana) sont relocalisés dans la réserve de la Nation des Pieds-Noirs au Montana, près du territoire ancestral du troupeau.

2017

Le Canada célèbre le 150e anniversaire de la Confédération.

Après avoir été absents de la nature de Banff pendant plus d’un siècle, 16 bisons des plaines sont transférés avec succès du parc national Elk Island à la vallée de la Panther dans le parc national Banff.

2018

À l’occasion du Jour de la Terre, le 22 avril, le premier veau issu de la réintroduction des bisons du parc national Elk Island est né dans le parc national Banff.

Le troupeau de bisons du parc national Banff est libéré des pâturages en juillet et maintenant libre de traverser les rivières et de parcourir les vallées du parc national Banff avec le nouveau-né.

Le parc national Elk Island entreprend la restauration de l’écosystème des prairies, y compris le retour du brûlage dirigé sur le territoire.

Une entrée du journal d'un gardien de parc de janvier 1917.

Une entrée du journal d'un gardien de parc de janvier 1917.

 

Le journal des gardes de parc

Les visiteurs sont accueillis par un garde de parc.
Les visiteurs sont accueillis par un garde de parc.

Depuis plus d’un siècle, les gardes du parc national Elk Island protègent et servent cet endroit exceptionnel.

Au cours des premières années d’existence du parc, le garde de parc tenait un journal dans lequel il consignait des renseignements sur les événements de la journée, la santé des wapitis, des bisons et des autres animaux, le nombre d’espèces et leur population, ainsi que les conditions météorologiques et les phénomènes particuliers.

Du milieu des années 1970 à 2008, les gardes de parc ont joué divers rôles. Ils veillaient ainsi à la sécurité des visiteurs, à l’application de la loi, à la conservation des ressources, au règlement des conflits entre les humains et les animaux sauvages ainsi qu’à la surveillance scientifique et à la gestion des incendies. En 2008, le rôle de garde de parc s’est spécialisé pour se consacrer à l’application de la loi.

Pour en savoir plus, consultez certaines des entrées du journal original tenu par les gardes du parc national Elk Island au centre d’accueil.