Le parc national Banff abrite plus de 311 espèces d’oiseaux, 844 espèces de plantes (dont 74 sont rares), 5 espèces d’invertébrés rares ou importants sur le plan scientifique, y compris la physe des fontaines de Banff, une espèce en voie de disparition, 19 espèces de poissons (dont 9 introduites), 4 espèces d’amphibiens, 1 espèce de reptile et 53 espèces de mammifères, dont le grizzli, le loup, le couguar et le carcajou, AINSI QUE les grandes étendues sauvages dont toutes ces espèces ont besoin pour survivre. Cette étonnante diversité faunique témoigne du vaste éventail de milieux naturels que contient le parc, en raison des variations créées par l’altitude, le climat et les communautés végétales. La répartition de la faune est intimement liée aux trois écorégions du parc : la zone montagnarde, la zone subalpine et la zone alpine.

Chacune de ces écorégions abrite divers milieux naturels occupés par certains animaux à différentes périodes de l’année:

La zone montagnarde

La zone montagnarde (qui occupe environ 3 % de la superficie du parc) est la plus productive sur le plan biologique. Elle reverdit tôt et, dans l’ensemble, reçoit moins de neige en hiver. Ces conditions sont particulièrement favorables aux brouteurs, qui fournissent une source de nourriture aux prédateurs. Il s’agit également de l’écorégion où les déplacements sont les plus faciles, tant pour les animaux que pour les humains. La ville de Banff et le lac Minnewanka se trouvent dans l’écorégion montagnarde.

La zone subalpine

La zone subalpine (qui occupe environ 53 % de la superficie du parc) se caractérise par des forêts denses à certains endroits et par des couloirs d’avalanche. Le secteur de Lake Louise en est un bon exemple.

La zone alpine

La zone alpine (qui occupe environ 44 % de la superficie du parc) se trouve au-dessus de la limite forestière. Formée essentiellement de roche et de glace, elle abrite de nombreux glaciers, principalement le long de la ligne continentale de partage des eaux. Bien qu’elle soit d’une beauté spectaculaire, l’écorégion alpine représente généralement un milieu de vie hostile.

 


Pour aider Parcs Canada à conserver des populations saines d'animaux au parc national Banff, veuillez respecter les règles suivantes :
  • Ne vous approchez jamais des animaux sauvages – demeurez à au moins 30 m (longueur de 3 autobus en file) des wapitis et à 100 m (longueur de 10 autobus en file) des ours;
  • Abstenez-vous de nourrir les animaux; cette pratique est illégale dans les parcs nationaux, et elle entraîne une dépendance chez les animaux;
  • Demeurez dans votre véhicule lorsque vous observez la faune depuis la route (servez-vous d'un téléobjectif pour faire la « photo parfaite »), puis reprenez la route immédiatement après;
  • Gardez votre emplacement de camping propre en rangeant tous les objets attrayants à l'intérieur de votre véhicule. Les glacières ne sont pas à l'épreuve des ours. Même l'eau de vaisselle et la nourriture pour chiens peuvent attirer des animaux sauvages;
  • Restez sur les sentiers désignés; les animaux empruntent souvent les sentiers non officiels.
Observation sécuritaire

Si vous prévoyez vous y rendre, aidez la faune du parc à survivre :