Lorsqu’il est devenu clair que la Transcanadienne devait être élargie à quatre voies dans le parc national Banff, nous avons dû chercher le meilleur moyen de le faire tout en limitant le plus possible les effets sur la faune. Nous espérions aussi réduire le nombre élevé de collisions véhicules-animaux sur la route.

Pour résoudre ce problème, nous avons consulté des planificateurs en transport et des scientifiques qui ont trouvé une solution double :

  • Installation de clôtures de part et d’autre de la route élargie à quatre voies pour empêcher les animaux d’accéder à l’emprise routière. 
  • Construction de passages pour animaux au-dessus et au-dessous de la Transcanadienne, afin de relier les parcelles d’habitat essentiel et de contribuer à la survie et à la santé des populations fauniques.

Nous avons ensuite entrepris de suivre les déplacements des animaux dans les passages nouvellement construits. Ces travaux de surveillance, auxquels nous accordons une importance prioritaire, se poursuivent dans le parc depuis 1996. Aucun autre programme d’étude et de surveillance de la faune n’est exécuté depuis aussi longtemps ailleurs sur la planète.

Foire aux questions

Recherche et surveillance des passages pour animaux