Le mont Cascade est le pic spectaculaire qui se dresse devant vous en direction nord-est, lorsque vous êtes dans la rue principale de Banff. Il existe des parcours d’escalade de haut niveau du côté visible de la montagne, mais le parcours le plus sûr et le plus facile est caché, sur le versant ouest.

Le mont Cascade offre l’un des parcours de grimpe les plus faciles des environs de Banff. Cependant, toutes les montagnes présentent des dangers. Consultez les renseignements détaillés sur le parcours et les conseils de sécurité importants.

Important! Le mont Cascade s’escalade en été.

Le parcours est optimal quand il est déneigé (généralement de la fin de juin ou du début de juillet à septembre). Avant de partir, scrutez la crête de gauche près du sommet depuis l’avenue Banff. Si elle est enneigée, il se peut que vous soyez forcé de rebrousser chemin à cet endroit.
Point de départ

À partir de Banff, suivez la route du Mont-Norquay (route d’accès ouest à Banff) jusqu’à la station de ski Norquay. Le sentier de 7,4 km qui mène à l’amphithéâtre Cascade débute au pavillon de jour situé à la droite, au fond du premier
stationnement.

Passez devant le pavillon de jour et empruntez un chemin de desserte qui traverse la station de ski et la base des trois télésièges. À quelques mètres au-delà du télésiège Mystic, empruntez le sentier qui descend vers le ruisseau Forty Mile.

Au ruisseau, prenez l’embranchement de droite à l’intersection et suivez le sentier du Lac-Elk sur 2,5 km jusqu’à l’endroit où le sentier signalisé menant à l’amphithéâtre Cascade s’embranche vers la droite. Ce sentier boisé monte de façon soutenue sur une série de lacets escarpés jusqu’à l’amphithéâtre Cascade, un pré ouvert au bout du sentier entretenu. C’est ici que débute le parcours de grimpe décrit dans la présente section.


Description du parcours

La description qui suit s’adresse aux grimpeurs et aux randonneurs robustes.

Altitude au sommet : 2 998 m
Gain d’altitude :
1 460 m
Distance :
environ 18 km aller-retour
Durée moyenne du trajet aller-retour :
9 heures

 
La majeure partie du parcours est exigeante, et il faut monter de façon soutenue. Environ le quart du trajet se fait sur des talus d’éboulis instables. À certains endroits, vous devrez vous servir de vos mains pour maintenir votre équilibre. D’ordinaire, il n’est pas nécessaire de se munir d’équipement d’escalade de haut niveau. Il n’y a pas de sentier aménagé, mais vous trouverez des repères le long du parcours officiel au-delà de la limite forestière. Des sentiers battus sont visibles ici et là, mais certains se trouvent « hors-parcours », c’est-à-dire qu’ils vous mènent dans la mauvaise direction.

Le parcours menant au sommet du mont Cascade débute à l’amphithéâtre Cascade (voir les renseignements sur le point de départ pour savoir comment vous y rendre). Les chiffres de la description correspondent aux numéros figurant sur la photo du parcours ci-dessous.

1. Prés de l’amphithéâtre

Ces prés sont à la fois la destination des randonneurs qui empruntent le sentier et le point de départ du parcours menant au sommet. L’amphithéâtre Cascade est l’immense cuvette qui décrit un arc de cercle vers la gauche devant vous. Le parcours jusqu’au sommet suit principalement l’arête des escarpements qui forment la paroi droite de l’amphithéâtre. Prenez quelques instants pour en repérer les principales caractéristiques : le premier pic, le faux sommet et le sommet principal, que vous pouvez apercevoir depuis les prés.

2. Point de départ

Suivez le sentier qui traverse les prés jusqu’à ce que vous ayez presque dépassé la bande de forêt à votre droite. Quittez ensuite le sentier en bifurquant vers la droite et empruntez un sentier étroit qui oblique vers la droite, au pied de la pente abrupte. Au-delà des escarpements, ce sentier remonte le versant en terrain sûr pour atteindre les pentes plus douces qui bordent le sommet des parois de la cuvette. Suivez cette « bordure » jusqu’à la limite forestière de la crête. Évitez de traverser les affleurements escarpés vers la gauche, sous la crête de l’escarpement.

3. Premier pic

Une fois à la limite forestière, vous avez deux options : suivre un parcours balisé à travers les rochers pour contourner le premier pic par la droite ou poursuivre votre chemin sur la crête jusqu’à ce que vous ayez franchi le premier pic.

Conseil : À partir de cet endroit, prenez le temps de regarder derrière vous pour examiner le trajet parcouru, afin de mémoriser les repères qui pourront vous guider à la descente. Les conditions météorologiques et la visibilité peuvent changer. Reportez-vous aux rappels [Regardez derrière vous] de la description pour connaître les endroits clés.

4. Col caché

Regardez en direction du faux sommet, soit le prochain relief le long de la crête. À partir d’ici, appliquez bien vos techniques d’orientation! Ce pic porte bien son nom : une fois rendus, nombre de randonneurs ont été étonnés de constater que ce pic n’était pas le sommet et qu’une falaise abrupte bloquait la progression vers le sommet réel.

Au-delà du premier pic, l’ascension de la crête se fait facilement, sur de la mousse et de la terre lisse. Dès que la surface de la crête se transforme en roche solide, vous devez descendre un petit ressaut (2 m) à la droite. Poursuivez votre route sur le même genre de terrain facile, au pied d’une petite falaise située du côté droit de la crête. Vous atteindrez un petit col évident, demeuré jusqu’alors invisible. [Regardez derrière vous]

Cette brèche dans la crête est le point de repère depuis lequel vous devez contourner les obstacles qui se cachent au-delà du faux sommet. Ignorez le sentier bien tracé qui monte directement sur le versant devant vous. Prenez plutôt l’étroit sentier plat et balisé qui traverse une pente de 230 m de largeur jusqu’à l’arête de droite, du côté sud de la montagne, d’où vous avez une vue sur la vallée de la Bow. [Regardez derrière vous]

5. Faux sommet

[Voir la photo en encadré] Une fois du côté sud de la montagne, faites un virage et descendez une petite barre rocheuse. Suivez un sentier balisé dans le talus d’éboulis au pied de ces escarpements. S’il y a de la neige sur cette pente, songez à faire demi-tour. En quelques minutes, vous gagnerez une petite crête au bord de la dernière pente. Vous devez la franchir pour rejoindre la crête principale, au-delà du faux sommet. [Regardez derrière vous]

Cette pente forme une cuvette escarpée qui domine un précipice. Lorsque le terrain est sec, le parcours se fait en grande partie sur de la terre non durcie. Le trajet est facile, mais vertigineux. C’est également ici que la neige fond en dernier sur ce versant de la montagne. Une chute pourrait être désastreuse. S’il y a de la neige, traversez cet endroit avec grande prudence et soyez prêt à rebrousser chemin si vous doutez de votre sécurité. Un piolet d’alpiniste peut se révéler utile.

6. Sommet principal

À partir du petit col caché derrière le faux sommet [Regardez derrière vous], vous devrez grimper sur un long talus d’éboulis jusqu’au sommet principal, qui est marqué par un cairn. Admirez le superbe panorama, mais demeurez loin des corniches de neige (la plupart d’entre elles finissent par se décrocher de la montagne en été). Vous êtes à 2 998 m d’altitude.

Descente

Pour la descente, empruntez le même parcours balisé. Retracez vos pas et évitez les raccourcis! Longez la crête, en contournant le faut sommet et le premier pic. Ne déviez surtout pas du parcours (vous perdrez votre temps en vous en éloignant, et vous pourriez vous retrouver en terrain dangereux).

Depuis la crête qui domine le faux sommet, il pourrait être tentant de prendre un raccourci en descendant tout droit vers l’amphithéâtre Cascade. Cette décision pourrait vous être fatale! Examinez la photo du parcours : vous y verrez les immenses falaises qui vous attendent plus bas, même si elles sont invisibles maintenant.

L’habitude que vous avez prise de regarder derrière vous pendant l’ascension vous aidera à retracer votre parcours rapidement à la descente. Suivez le parcours balisé qui contourne le premier pic du côté gauche, ou grimpez par-dessus et descendez le long de la crête jusqu’à la limite forestière. Par beau temps, le versant sud-ouest qui descend vers la station de ski Norquay peut sembler un raccourci facile pour regagner le terrain de stationnement. Ce serait encore une fois une grave erreur que de vous y engager! Vous vous retrouveriez au pied d’escarpements infranchissables, sans aucune possibilité de regagner le sentier.