Le Sud de l’Ontario est la région de prédilection pour les tortues. Il englobe la partie de l’Ontario située au sud du parc Algonquin, qui présente la plus forte densité de tortues et la plus grande diversité d’espèces de tortues au Canada. On trouve huit espèces de tortues en Ontario, mais elles sont malheureusement toutes inscrites sur la liste des espèces en péril.

C’est aussi dans le Sud de l’Ontario que l’on trouve la plus forte densité de routes au Canada. Il en résulte que la mortalité routière est l’une des principales menaces pour les tortues. Afin de soutenir ces espèces en péril, Parcs Canada collabore avec des partenaires à faciliter la tâche des animaux — dont les tortues — qui doivent traverser les routes achalandées des parcs.

Une carte de l’Ontario, au sud du parc provincial Algonquin, indique le nombre de tortues admises au Centre de conservation des tortues de l’Ontario. Les différentes espèces de tortues sont représentées par des points codés par couleur, qui sont les plus concentrés dans la région du Grand Toronto.
Carte montrant le nombre de tortues admises au Centre de conservation des tortues de l’Ontario (OTCC) en 2020.
Description de la carte

Les admissions de tortues sont représentées par des points de couleurs différentes représentant diverses espèces. Les points jaunes représentent les tortues mouchetées, les points verts représentent les tortues géographiques, les points orange représentent les tortues peintes, les points bleus représentent les tortues musquées, les points violets représentent les tortues non indigènes, les points noirs représentent les tortues serpentines et les points rouge représentent les tortues d’autres espèces.

Importance de sécurité routière pour les tortues

Un membre de l’équipe de Parcs Canada saisit délicatement un bébé tortue peinte qui révèle un superbe motif orange de la carapace inférieure et des marques jaunes et rouges sur le visage et le cou.
Un bébé tortue peinte révélant le motif orange distinct de la carapace inférieure.

Chez la plupart des espèces de tortues, l’espérance de vie est d’au moins de 30 à 40 ans, et les individus de certaines espèces peuvent vivre plus de 100 ans. Toutefois, le développement des individus vers la maturité est lent, prenant de 8 à 20 ans selon les espèces. Malheureusement, environ seulement 1 p. 100 des tortues naissantes et juvéniles survivent jusqu’à la maturité. La perte d’une seule tortue adulte peut avoir des effets dévastateurs sur une population.

De surcroît, non seulement les tortues traversent les routes en quête d’un habitat, elles y sont attirées par l’accotement de gravier sableux qui se prête à la ponte. Autrement dit, elles se trouvent dans des situations encore plus dangereuses pendant la saison de nidification.

Mesures de protection prises par Parcs Canada

Écopassages

L’image granuleuse de la caméra de piste capture une tortue serpentine mature alors qu’elle se déplace dans un éco-passage souterrain. De cette façon, la tortue peut traverser en toute sécurité sous la route.
Les images de la caméra de piste capturent une tortue serpentine utilisant l’éco-passage pour traverser en toute sécurité sous la route.

Parcs Canada cherche à remédier au problème à la source en modifiant l’infrastructure des routes dans les parcs nationaux de manière à assurer la sécurité de la faune. Avec l’aide des collectivités autochtones, de ses partenaires et de bénévoles, nous aménageons des écopassages et des clôtures d’exclusion aux endroits les plus propices à la mortalité routière dans les parcs nationaux situés en Ontario. Il s’agit d’endroits où un nombre élevé de reptiles et d’amphibiens ont été écrasés par des véhicules.

Les écopassages sont des tunnels destinés spécialement aux animaux sauvages afin qu’ils puissent traverser la route. En complément des écopassages, les clôtures d’exclusion servent à guider les animaux vers ceux-ci. La combinaison des clôtures et des passages permet aux animaux de traverser sous les routes très fréquentées en toute sécurité.

Parcs Canada continue de surveiller l’efficacité des mesures prises, et les résultats sont positifs jusqu’ici. Par exemple, depuis 2018, plus de 6 700 animaux ont pu traverser la route sans danger en empruntant les écopassages au parc national de la Péninsule-Bruce.

La recherche a révélé une diminution de la mortalité des animaux sauvages dans le secteur d’un tronçon d’une route du parc urbain national de la Rouge où un deuxième écopassage a été aménagé en 2019. Elle a également révélé l’absence de mortalité des animaux dans les environs d’un tronçon de route où se trouve un ponceau ayant été modernisé et clôturé.

Gestion de la circulation

Un membre de l’équipe de Parcs Canada se tient fièrement à côté de la nouvelle signalisation routière dans le parc urbain national de la Rouge. Le panneau présente une image d’une tortue sur la route et lit comme suit : Je suis lent. Donnez-moi un frein.
La campagne « Donnez-moi un frein » exhorte les automobilistes du parc urbain national de la Rouge à freiner pour les tortues.

Malgré les efforts visant à aider les animaux à éviter les routes, il y en aura toujours qui se retrouveront sur les routes des parcs nationaux. Pour diminuer ce risque, Parcs Canada met en place de nouvelles mesures de gestion de la circulation.

Ainsi, la pose de panneaux supplémentaires signalant le passage d’animaux sauvages a permis de réduire la mortalité routière chez les animaux en rendant les conducteurs plus attentifs. En 2021, le parc urbain national de la Rouge a posé plusieurs nouveaux panneaux signalant le passage d’animaux sauvages un peu partout dans le parc. Un cas au moins a été signalé où les panneaux ont permis d’éviter une collision grave avec un animal. Le parc s’est également allié à la municipalité de Pickering dans le cadre d’une campagne de sensibilisation par panneaux d’affichage invitant les conducteurs à ralentir et à donner aux animaux sauvages assez de temps pour traverser les routes. Heureusement, les conducteurs ont ralenti dans les secteurs où les panneaux se trouvaient.

Cette année, le parc national de la Pointe-Pelée prendra également des mesures visant à améliorer la sécurité routière pour les animaux (et les personnes). Ainsi, elle réduira les limites de vitesse dans le parc, augmentera le nombre de panneaux de limitation de vitesse et de panneaux signalant le passage d’animaux sauvages et installera des dos d’âne sur la route principale du parc.

Ce que vous pouvez faire pour contribuer

Vous pouvez également aider à sauver les tortues. Les tortues qui se trouvent sur la route, y compris ailleurs que dans les lieux administrés par Parcs Canada, ont besoin de notre aide. En lisant cet article, vous découvrirez comment vous pouvez aider une tortue à traverser la route sans danger.

Il y a aussi des parcs nationaux situés en Ontario qui sont à la recherche de bénévoles prêts à prendre part à des projets de conservation des tortues. Il suffit de consulter le site Web du parc national le plus près de vous pour en savoir davantage.