La gestion d’un système comporte deux étapes :

  • savoir ce qu’il y a là
  • vérifier son état de temps à autre

…autrement dit, inventaire et surveillance.

Inventaire

Chaque parc a une liste des espèces végétales et animales qui y sont présentes, et ces espèces font l’objet d’un suivi à l’aide de l’Explorateur Web Biotics. Des inventaires spécialisés sont faits pour suivre les espèces en péril et les groupes difficiles à identifier comme les insectes.

Parcs Canada utilise également des satellites et des drones pour mettre à jour les cartes des plantes et du relief. De plus, les activités de science citoyenne fournissent des renseignements précieux qui appuient le travail d’inventaire des espèces.

Ours et trois oursons
Un grizzli et trois oursons, parc national des Glaciers

Surveillance

La surveillance des écosystèmes permet de mesurer l’ampleur des changements dans les écosystèmes au fil du temps. À Parcs Canada, nous gérons les écosystèmes pour maintenir ou restaurer l’intégrité écologique (IE). L’Agence rend compte de l’intégrité écologique de chaque parc pour montrer où il faut déployer plus d’efforts :

Chaque parc identifie de deux à quatre écosystèmes (p. ex., forêt, eau douce, toundra) et choisit cinq des meilleurs indicateurs de l’état de chaque écosystème. Chaque écosystème doit avoir au moins :

  • un indicateur d’espèce (p. ex., nombre d’oiseaux chanteurs)
  • un indicateur de processus (p. ex., fréquence des incendies)
  • un indicateur d’un facteur de stress sur l’écosystème (p. ex., qualité de l’eau).

La plupart des indicateurs sont mesurés chaque année, bien que certains, comme le couvert forestier, changent lentement et ne sont réexaminés que tous les dix ans.

Gros plan du serpent
Couleuvre à nez plat, parc national des Îles-de-la-Baie-Georgienne.

On juge que chaque indicateur montre un état bon, moyen ou mauvais en le comparant à la caractéristique correspondante d’un écosystème sain. Par exemple, en évaluant l’indicateur des espèces, le personnel des parcs pourrait trouver beaucoup moins d’oiseaux chanteurs que ce à quoi on pourrait s’attendre pour un écosystème sain de cette région. Dans ce cas, l’indicateur obtiendrait un classement « faible ». La même comparaison est faite pour tous les indicateurs, de la qualité de l’eau à la fréquence des incendies.

Chaque écosystème surveillé est jugé en bon état, en état passable ou en mauvais état en faisant la moyenne de ses indicateurs.

Les écosystèmes qui sont en meilleur état qu’il y a cinq ans sont considérés en voie d’amélioration, tandis que ceux qui sont dans le même état sont considérés maintenus. Parcs Canada s’emploie à maintenir ou à améliorer 92 % de ses écosystèmes d’ici 2023.