Il y a beaucoup de gens qui se sentent dépassés par le défi des changements climatiques. Qu’est-ce qu’une personne, ou même une collectivité, peut faire devant un problème aussi immense?

Nous avons décidé de réunir 10 conseils et idées, à la fois pratiques et inspirants, que monsieur et madame Tout-le-Monde peuvent suivre pour lutter contre les changements climatiques. Chaque suggestion est assez courte pour figurer sur un t-shirt. En fait, vous pourrez peut-être toutes les inscrire sur un t-shirt, en les entassant sérieusement.

Donc, soyez le changement que vous portez à la plage! Nous pouvons tous, chacun d’entre nous, diminuer notre empreinte en nous orientant vers quelque chose de plus durable.

1. Célébrez les aires protégées. Elles nous appartiennent à nous tous.

Deux personnes debout devant une tente dans un paysage arctique.
Des visiteurs établissent leur camp aux lacs Omega, au parc national Quttinirpaaq.

Comme ils sont gérés de manière à conserver la biodiversité et à garder les écosystèmes fonctionnels, les parcs nationaux et les aires marines protégées font partie d’une solution naturelle aux changements climatiques. Apprenez comment nos aires protégées peuvent aider les écosystèmes et les gens à s’adapter aux impacts des changements climatiques.

2. Débarquez du tapis roulant de l’énergie.

Des vêtements qui sèchent sur une corde.]
Exploitez l’énergie de la nature pour accomplir les tâches quotidiennes.

Utilisez l’énergie verte – ou l’énergie réduite – pour les petites et les grandes corvées.

  • Faites sécher vos vêtements et vos cheveux à l’air libre.
  • Lavez vos vêtements à l’eau froide.
  • Informez-vous au sujet des programmes d’énergie solaire ou éolienne auprès de votre fournisseur local de services publics ou de votre municipalité. Devenez votre propre producteur d’énergie!
  • Utilisez des minuteries pour les appareils d’éclairage et les prises électriques afin d’économiser de l’énergie lorsque vous dormez ou quand vous vous absentez de la maison.
  • Contrôlez la température des pièces en ouvrant et en fermant les rideaux au gré des saisons.

Débarquer du tapis roulant de l’énergie ne veut pas seulement dire surveiller sa consommation d’énergie. Cela signifie aussi éliminer adéquatement les appareils électriques comme les réfrigérateurs et les climatiseurs. Certains produits chimiques utilisés dans ces appareils émettent des gaz à effet de serre qui sont des milliers de fois plus puissants que le dioxyde de carbone.

Jetez un coup d’œil sur les cinq astuces vertes de Parcs Canada afin de découvrir notre quête de solutions pour réduire notre propre empreinte environnementale.

3. Roulez vert.

Trois personnes à vélo le long d’une rivière.
Une famille fait du vélo le long de la rivière Saskatchewan Nord, au lieu historique national Rocky Mountain House.

Essayez de marcher, de pédaler, de covoiturer et d’utiliser le transport en commun afin de diminuer votre empreinte carbonique. La marche ou le vélo est le moyen idéal pour décompresser après une journée bien remplie!

  • Parkbus (en anglais seulement) tisse des liens entre les citadins et les parcs nationaux et provinciaux.

4. Le pilote automatique ne vous mènera nulle part. Prenez les commandes!

Un homme aux commandes d’une machine à voler en bois.
Un pilote met à l’essai les commandes d’une réplique du Silvert Dart au lieu historique national Alexander-Graham-Bell, en Nouvelle-Écosse.

Nous utilisons souvent des ressources, comme les aliments, l’eau, le carburant et l’électricité, sans y penser. Portez attention à votre consommation. Sachez ce que vous utilisez afin de pouvoir vous en servir moins. Une bonne façon pour commencer consiste à se servir d’un calculateur de carbone afin de mesurer votre empreinte carbonique.

Vous pourriez aussi songer à réduire votre empreinte au minimum à l’aide des compensations des émissions de carbone. Ces compensations contribuent à éviter et à diminuer les émissions de gaz à effet de serre grâce à des initiatives comme la plantation d’arbres et des projets orientés sur l’énergie propre.

5. Protégez la biodiversité là où vous la trouvez.

Une jeune fille s’amuse dans un pré entouré de montagnes.
Une jeune fille joue à l'extérieur au camping du Mont-Crandell, parc national des Lacs-Waterton.

Lorsqu’un système vivant est diversifié, il peut mieux réagir aux perturbations. Une forêt en santé qui compte plusieurs essences d’arbres, par exemple, peut mieux se remettre des méfaits causés par les insectes nuisibles. Un monde biodiversifié sera mieux en mesure de s’adapter aux perturbations des changements climatiques.

Protéger la nature dans toute sa variété, c’est aussi protéger les « services écosystémiques » qui purifient l’air, qui captent le carbone, qui maîtrisent les inondations et qui accomplissent d’autres tâches vitales.

Vous pouvez suivre ce conseil en commençant dans votre propre cour, car la biodiversité se trouve partout, allant de votre potager à votre continent.

  • Sortez et commencez à explorer!
  • Impliquez-vous en conservation à Parcs Canada.
  • Joignez-vous à iNaturalist.ca afin de consigner et de partager vos observations du monde naturel.
  • Protégez les puits de carbone de la nature comme les forêts et les les milieux humides.
  • N’oubliez pas la bonne vieille méthode qui consiste à planter un arbre… ou une douzaine. Des espèces indigènes, de préférence!

6. Mangez intelligemment : achetez localement et évitez le gaspillage.

Deux hommes et une fille dans un potager.
Lieu historique national de la Villa-Bellevue, Ontario.

Acheter des aliments produits localement est un bon moyen pour réduire les coûts énergétiques (et les émissions de gaz à effet de serre) liés au transport.

Manger intelligemment veut aussi dire réduire le gaspillage alimentaire. Lorsque nous jetons la vieille lasagne ou le yogourt avarié, nous gaspillons l’énergie qui a été utilisée pour les produire. De plus, le gaspillage alimentaire dans les sites d’enfouissement produit du méthane – un puissant gaz à effet de serre lorsqu’il se libère directement dans l’atmosphère.

7. Bâtissez vert.

Gros plan sur une personne qui tient un modèle de maisonnette.
C’est payant de bâtir vert, que ce soit en construisant de A à Z ou en rénovant.

Selon le Conseil du bâtiment durable du Canada, les bâtiments pourraient être à la source de 35 pour cent de tous les gaz à effet de serre. C’est payant de bâtir vert, que ce soit en construisant de A à Z ou en rénovant.

Et l’écologisation des bâtiments ne s’arrête pas aux constructions nouvelles. Vous pouvez littéralement économiser des kilogrammes d’émissions de gaz à effet de serre chaque année en apportant des améliorations éconergétiques résidentielles et en prenant des mesures simples pour économiser l’énergie – notamment en isolant une fenêtre qui laisse passer les courants d’air pour l’hiver. Découvrez les programmes de vérification de l’efficacité énergétique qui sont offerts dans la région où vous habitez.

Nous examinons aussi les moyens que nous pouvons prendre pour nous préparer à lutter contre les changements climatiques dans les lieux de Parcs Canada. Depuis 2017, nous tenons une série d’ateliers internes qui explorent les impacts des changements climatiques (et les mesures d’adaptation) pour nos lieux et nos structures.

8. Diminuez la lumière artificielle, le jour et la nuit… mais surtout la nuit.

Un ciel étoilé dans un pré à l’avant-plan.
Fête de la réserve de ciel étoilé du lac Annette au parc national Jasper.

Si nous pouvions diminuer la quantité de lumière artificielle, en plus d’économiser de l’énergie – nous épargnerions le ciel la nuit. Nous ramènerions les étoiles ainsi que les espèces (y compris les humains) qui ont besoin de noirceur.

Les amateurs de ciels étoilés doivent évidemment éclairer leur maison. Pour l’éclairage de votre demeure, songez aux ampoules DEL (à diodes électroluminescentes), surtout à celles qui possèdent la certification ENERGY STAR. Selon Ressources naturelles Canada, elles durent au moins 15 fois plus longtemps que les ampoules incandescentes.

9. Ne vous laissez pas décourager par l’impression de n’être qu’une seule personne…

Une personne marche seule dans un paysage vallonné composé de prairies.
Une prairie à graminées courtes au parc national des Prairies, en Saskatchewan.

Oui, vous n’êtes qu’une seule personne, mais vous pouvez agir, vous formez une communauté.

Les gestes individuels se répandent comme les ondulations d’un galet lancé dans un étang et ils peuvent même atteindre une autre génération à l’occasion. Alors, plantez cet arbre, enfourchez ce vélo et continuez de remettre votre cours à l’état sauvage. On vous imitera! Et chaque geste que vous posez peut contribuer à réorienter la culture axée sur la consommation vers l’extrémité verte du spectre.

10. Sortez dehors… et laissez-vous inspirer.

Une adulte et une enfant admirent une baleine qui refait surface.]
Observation d’une baleine dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, au Québec.

Les données probantes et grandissantes montrent que les gens ont tendance à être plus heureux et en meilleure santé (ainsi que plus créatifs) quand la nature occupe une place importante dans leur vie. Ils sont également plus susceptibles d’en prendre soin.

Et la nature peut alimenter l’inspiration – un élément essentiel pour s’attaquer aux grands problèmes sociaux comme les changements climatiques.

Parcs Canada joue un rôle de premier plan dans #NaturePourTous, Jetez un coup d’œil sur les ressources de #NaturePourTous afin de trouver des idées sur les moyens que vous pouvez prendre pour transmettre votre amour de la nature et pour contribuer à bâtir une culture orientée sur la conservation, une personne à la fois.