Que signifie le retour des kuu ( « les loutres de mer » en langue haïda) pour les habitants de Gwaii Haanas et de Haida Gwaii?


Plongez dans ces eaux bleu-vert, à un jet de pierre du rivage rocheux, où le varech se trouve en masse à la surface.

Les forêts de varech florissantes sont beaucoup moins courantes qu’autrefois sur ces îles, mais celle-ci est une forêt de nereocystis de Lutke en bonne santé. La lumière du soleil descend à travers les lames de varech ondulantes. Parmi eux, des bancs de jeunes harengs, de sébastes et de saumons.

Deux poissons sur un fond de varech.
Les forêts de varech en bonne santé servent de pouponnière à de nombreux crustacés et poissons, y compris ces jeunes sébastes à queue jaune/noir, et à de nombreuses espèces marines en danger, dont l’ormeau nordique. Photo : Ryan Miller/Millermarine.ca

Du rivage jusqu’au fond de la mer, on trouve des chitons, des escargots, des crevettes, des ormeaux, des crabes et des oursins.

D’un seul coup, une forme légère, cou long, tête plate, pieds palmés, s’engouffre dans les crampons à varech pour ramasser un oursin. 

Les Kuu (loutres de mer) reviennent dans ces eaux après une longue absence, et leur retour provoque des changements dans l’écosystème et la communauté.

Une espèce clé

Autrefois communs le long de la côte de la Colombie-Britannique, les kuu ont été chassés jusqu’à l’extinction écologique locale à la fin des années 1800 pour leur riche fourrure.

Par conséquent, les écosystèmes côtiers ont subi des changements majeurs. Un effet significatif a été l’explosion de la population d’oursins, un des aliments préférés des kuu.

Les oursins adorent manger du varech, un habitat essentiel pour de nombreuses espèces marines. Sans kuu pour les contrôler, les oursins ont brouté les forêts de varech.

Il en résulte des « landes d’oursins » que l’on trouve fréquemment ici, des étendues de fonds marins qui contiennent des oursins et peu d’autres choses.

Mais à la fin des années 1960 et au début des années 1970, 89 kuu d’une population de l’Alaska ont été déplacés sur la côte ouest de l’île de Vancouver.

Ils ont naturellement étendu leur aire de répartition, tout comme leurs cousins d’Alaska au nord. Aujourd’hui, plus de 150 ans après l’extinction locale, on observe des kuu à Gwaii Haanas et dans d’autres parties de Haida Gwaii.

Une baie entourée de montagnes avec une étoile de mer violette et du varech au premier plan.
Une scène intertidale de Gwaii Haanas, qui se trouve dans les îles méridionales de Haida Gwaii, à environ 100 kilomètres au large de la côte nord de la Colombie-Britannique. (Photo : Stephanie Fung.)

Que se passe-t-il lorsqu’une espèce clé retourne dans un écosystème après une longue absence?

C’est une question essentielle pour le Conseil de la Nation Haïda qui, avec Parcs Canada et Pêches et Océans Canada, gère Gwaii Haanas par l’intermédiaire du Conseil de gestion de l’archipel. Deux projets multipartenaires explorent les résultats potentiels.

Aide pour le varech

Si vous aviez eu une vue des eaux côtières peu profondes au large du littoral de Gaysiigas Gwaay en 2018 et 2019, vous auriez vu des plongeurs dériver au-dessus du fond de la mer, utilisant de courts râteaux pour ramasser les oursins et les faire tomber dans des filets.

Un oursin fendu dans une main

Guuding.ngaay (oursin rouge) est un mets délicat dont les Haïdas se régalent depuis des millénaires. Photo : C. Houston/Parcs Canada

Le guuding.ngaay (oursin rouge) est un aliment traditionnel sur ces îles. Les oursins collectés ont été partagés avec les communautés locales et les écoles.

Ce projet, appelé Chiixuu Tll iinaasdll (élever les fruits de mer pour grandir), a essentiellement imité la présence des loutres de mer en éliminant au moins 75 % des oursins dans la zone de restauration de 3 km de long

Lorsque Jaasaljuus Yakgujanaas, biologiste junior pour le Conseil de la Nation Haïda, a traversé le site de Gaysiigas Gwaay six mois après la récolte des oursins, elle a été stupéfaite.

« C’était incroyable de voir comment le varech s’était rétabli », dit-elle.

Transcription

Cette forêt de laminaires se fait attaquer

Des oursins broutent les laminaires

Les forêts de laminaires sont des habitats essentiels pour plusieurs espèces marines

Pourtant, dans certaines parties de Gwaii Haanas, le fond marin est couvert d’oursins

Le plancher océanique est aussi désertique qu’une forêt coupée à blanc

Une absence de prédateurs, surtout des loutres de mer, a causé une explosion de la

population d’oursins à Gwaii Haanas

Mais le vent est en train de tourner

Le long de trois kilomètres à Gaysiigas Gwaay, on retire 75 % des oursins

Ça permettra aux forêts de laminaires de repousser et de restaurer l’habitat d’espèces marines menacées

Le projet Chiixuu Tll Iinasdll signifie « nourrir les fruits de mer pour qu’ils croissent » en langue haïda

Le partenariat est essentiel!

Les plongeurs récolteront les oursins de meilleure qualité des eaux peu profondes à des fins alimentaires

Ils utilisent un outil spécial, un râteau, pour récolter les oursins

Les oursins seront apportés dans les communautés de Haida Gwaii pour être mangés

Les oursins non récoltés se décomposeront sous l’eau et contribueront à la chaîne alimentaire

Ce projet aidera à rétablir l’équilibre fragile dans ce secteur de Gwaii Haanas

Les forêts de laminaires et la faune continueront d’être surveillées au cours des prochaines années

Les scientifiques s’attendent à ce que les laminaires repeuplent le fond marin

Et améliorent la santé globale de l’écosystème marin à Gwaii Haanas et nourrissent les fruits de mer pour qu’ils croissent

Aidons les laminaires!

Ce projet est rendu possible grâce à :

Conseil de la Nation haïda

Agence Parcs Canada

Pêches et Océans Canada

Les pêcheurs d’oursin rouges

Université de Colombie-Britannique

Université de l’Oregon

Institut Hakai/ Fondation Tula

Université de l’état de Floride

Ensembles de données et connaissances traditionnelles

Tandis que les forêts de varech bénéficieront du retour du kuu, les animaux sont toujours considérés comme une bénédiction mixte ici

Les kuu mangent beaucoup d’autres sortes de mollusques et de crustacés en même temps que les oursins, et constituent donc une menace pour les pêcheurs locaux, et pour le mode de vie des Haïdas.

« Les fruits de mer font partie intégrante de notre sécurité alimentaire », déclare Niisii Guujaaw, technicienne en gestion des ressources marines à Parcs Canada et citoyenne haïda.

Ils sont mignons... et aussi de gros mangeurs

Une loutre de mer mature sur le dos

Les kuu semblent se prélasser dans l’eau comme des nageurs paresseux, allongés sur le dos, les pieds tournés vers le haut. Lorsqu’ils mangent, ils placent leur nourriture sur leur estomac, comme s’ils prenaient leur déjeuner au lit. Ils utilisent également des outils, en se servant de pierres pour ouvrir les coquillages.

Faute d’isolation de la graisse, les kuu dépendent de l’énergie alimentaire pour se maintenir au chaud. Ils peuvent manger jusqu’à 25 à 30 % de leur poids corporel par jour. Pour un gros mâle, cela peut se traduire par 11 kilos de crustacés par jour, soit la même chose que de manger sept poulets à rôtir avec quatre kilos de purée de pommes de terre comme accompagnement!

C’est ici qu’une réunion des partenaires et des perspectives peut être en mesure de fournir une voie à suivre. .

Le Xaayda Gwaay.yaay Kuugaay Gwii Sdiihltl’lxa Projet de retour des loutres de mer à Haïda Gwaii va créer un modèle d’écosystème interactif, grâce à la contribution des partenaires du projet et des communautés de Haida Gwaii, afin d’explorer les répercussions du retour des kuu sur ces îles. .

Rassemblant trente-neuf partenaires des Premières Nations, des universités, des gouvernements, de l’industrie de la pêche commerciale et des organisations non gouvernementales, le projet s’appuiera sur les connaissances traditionnelles, les connaissances locales et les données scientifiques déjà documentées.

Le projet Haida Gwaii Kuu explorera également les stratégies de gestion du retour des kuu. « Dans le passé, les gens coexistaient avec la loutre de mer », dit Mme Guujaaw. « Il y a un intérêt à ce que la gestion traditionnelle soit à nouveau encouragée ».

À mesure que la gestion traditionnelle et d’autres stratégies seront envisagées et élaborées, l’approche globale suivra les principes de gestion de Gwaii Haanas où les cultures et les écosystèmes, du fond des océans aux sommets des montagnes, sont considérés comme un tout.

Il s’agit de Giid tlljuus (« équilibre ») et de Gina ‘waadluxan gud ad kwaagid (« interdépendance »), deux des six principes de gestion de Gwaii Haanas.

« Tout dépend de tout le reste »

Dessin traditionnel haïda représentant une loutre de mer et un oursin
L’écusson du conseil d’administration de l’archipel de Gwaii Haanas, une création unique de l’artiste haïda local Giitsxaa, représente la loutre de mer et l’oursin.

Le peuple Haïda a longtemps dépendu de la mer pour sa subsistance et a géré ses ressources selon le principe de Gina ‘waadluxan gud ad kwaagid – « tout dépend de tout le reste ».

À Gwaii Haanas, les projets sont dirigés à la fois par les principes directeurs culturels des Haïdas et par les objectifs écologiques définis dans le plan de gestion du peuple terre-mer de Gwaii Haanas Gina ’Waadluxan KilGuhlGa, co-rédigé par la Nation Haïda, Parcs Canada et Pêches et Océans Canada.