Dans le cadre du processus de planification et d'aménagement de la station de ski Norquay, Parcs Canada a rédigé les Lignes directrices pour l'aménagement et l'utilisation du territoire de la station de ski Norquay (les lignes directrices de la station de ski). Les lignes directrices de la station de ski décrivent la nature, la portée et les paramètres des projets d'aménagement et d'utilisation susceptibles d'être envisagés dans le futur et fixe des plafonds de croissance permanents qui pourraient être imposés. Parcs Canada a entrepris de mener une évaluation environnementale stratégique (EES) pour connaître l'impact des lignes directrices de la station de ski et aider les décideurs à en comprendre les conséquences possibles. 

La plupart des enjeux environnementaux qui pourraient être importants quant à l'aménagement et à l'utilisation de la station de ski Norquay ont trait aux incidences résiduelles de la suppression du feu à long terme. En effet, cette pratique a entraîné des changements significatifs de la composition et de la structure de la végétation, principalement l'empiètement de la forêt et la densification du couvert forestier, ce qui a entraîné la disparition d'une partie importante de la prairie montagnarde et des prés alpins. Le changement de la végétation a produit une concentration de la faune à la station de ski, étant donné que les pistes de ski entretenues comptent parmi les rares écosystèmes de prés et de prairies à subsister dans le secteur du mont Norquay et du mont Stoney Squaw. La disparition de prairies et de prés de qualité au fil du temps, conjuguée aux niveaux élevés de perturbations occasionnées par la présence humaine dans l'écosystème élargi, a entraîné des répercussions susceptibles de nuire aux grizzlis, à l'efficacité de l'habitat des ours, à l'efficacité des corridors fauniques et à l'équilibre prédateurs-proies. Ces répercussions primaires ont des impacts négatifs secondaires sur la végétation indigène et sur l'habitat faunique. L'augmentation non atténuée de la fréquentation à la station de ski, surtout en été, risque vraisemblablement d'aggraver les conditions et les enjeux environnementaux actuels.  

Afin que l'on puisse atteindre les résultats écologiques souhaités, la fréquentation estivale envisagée dans les lignes directrices de la station de ski doivent être assorties de mesures d'atténuation qui préservent ou améliorent les conditions écologiques en lien avec l'efficacité de l'habitat du grizzli, l'efficacité des corridors fauniques et l'équilibre prédateurs-proies. Les lignes directrices de la station de ski et l'EES comprennent un large éventail de mesures d'atténuation qui, cumulativement, sont susceptibles de donner les résultats suivants :  

  • Améliorer la qualité de l'habitat dans le territoire de la station de ski et dans ses environs, y compris l'amélioration de l'habitat faunique et des caractéristiques de déplacement de la faune dans les corridors de la Cascade et du ruisseau Forty Mile. 
  • Accroître la superficie de l'habitat faunique de qualité, et l'accès à cet habitat, à l'échelle locale et régionale.
  • Réduire le niveau de perturbations occasionnées par la circulation des visiteurs dans les corridors fauniques.
  • Gérer la fréquentation en vue de créer une distance physique entre les humains et la faune.
  • Garantir la qualité de l'habitat faunique durant les périodes importantes en réduisant les heures d'ouverture durant la journée et selon la saison (mesures temporelles). 

Les mesures d'atténuation contenues dans les lignes directrices de la station de ski et dans l'EES offrent davantage que de simples solutions conceptuelles qui permettent de prendre en compte les effets cumulatifs actuels et éventuels associés à l'utilisation et à l'aménagement de la station de ski. Les plans du parc et les stratégies approuvées, de même que les pratiques de gestion établies en matière de fréquentation, prévoient des possibilités d'amélioration réalistes et concrètes qui interagissent cumulativement avec l'aménagement et l'utilisation de la station de ski. L'aménagement des pistes de ski, la gestion de la végétation et les initiatives du programme Prévenir… Un gage d'avenir, notamment la gestion du corridor à l'extérieur du territoire et l'amélioration de l'habitat, offrent des possibilités concrètes d'améliorer l'habitat et la fonction des corridors, tout en facilitant l'adoption de stratégies de gestion du feu à plus grande échelle. La stratégie de gestion du feu du parc national Banff, quant à elle, comprend des plans et des propositions de brûlages dirigés à l'échelle du paysage et de rétablissement de l'écosystème montagnard dans les secteurs immédiatement adjacents à la station de ski. Ces plans et propositions reflètent les intentions de Parcs Canada en matière de gestion stratégique de l'écosystème, et ils fournissent des possibilités concrètes d'accroître la superficie et la qualité de l'habitat faunique à l'échelle locale et régionale.

Le plan directeur du parc est favorable à la mise en place de projets de transport en commun, en particulier d'un téléphérique à partir de la ville, qui offrent des possibilités réalistes de réduire le degré de perturbation des corridors par suite de la fréquentation estivale. L'utilisation et l'adaptation de stratégies de gestion du grizzli (et d'autres espèces fauniques) et de protocoles de gestion de la fréquentation mis en œuvre dans le cadre des programmes de fréquentation estivale de Lake Louise et de Sunshine, ainsi que d'autres pratiques exemplaires ayant été adoptées à titre de mesures opérationnelles normalisées et de mesures d'atténuation des impacts dans tous les parcs, offrent des possibilités établies et réalistes en ce qui a trait à la fréquentation et à l'éducation des visiteurs de créer une distance physique et temporelle efficace entre les humains et la faune, de concert avec d'autres améliorations.    

Les effets cumulatifs associés à l'aménagement de la station de ski envisagé dans les lignes directrices ne devraient pas compromettre l'intégrité écologique à l'échelle régionale. Des plafonds de croissance permanents sont proposés dans les lignes directrices de la station de ski, de même que la réduction de la superficie du domaine à bail, ce qui confère une garantie à long terme relativement à l'aménagement du territoire et à l'utilisation des ressources conformément aux Lignes directrices pour la gestion des stations de ski. La conception du domaine skiable et les pratiques de gestion de la végétation devraient rétablir et refléter les profils de fragmentation naturels et appuyer les efforts régionaux de gestion du feu et de la végétation.

À l'échelle locale, la composition et la structure des écosystèmes et des caractéristiques écologiques essentielles qui définissent ou soutiennent les espèces, les communautés ou les caractéristiques sensibles aux perturbations seront protégées, préservées et rétablies dans la mesure du possible. Il est à prévoir que les processus des écosystèmes aquatiques demeureront dans la gamme des variations naturelles et que les profils de débit saisonniers continueront de soutenir la faune aquatique et riveraine locale et les communautés végétales. Les effets cumulatifs de l'aménagement de la station de ski ne devraient pas conduire à la disparition d'espèces, de communautés ou de populations fauniques locales sensibles aux perturbations.

Suivant une approche prudente, les lignes directrices de la station de ski stipulent que les conditions imposées doivent être remplies avant que Parcs Canada ne puisse envisager des projets d'aménagement futurs. Dans un certain nombre de cas, il manque des données environnementales concernant des initiatives futures proposées par la station de ski Norquay. Il faudra combler ces lacunes au moment de la préparation du plan à long terme si la station de ski souhaite donner suite aux initiatives qu'elle propose.   

Dans l'ensemble, les orientations fournies au sujet des exigences relatives à la planification et à l'information dans l'EES visent à fournir les renseignements requis pour réduire l'incertitude et pour fournir des données objectives et rigoureuses sur le plan scientifique à l'appui de la prise de décisions. Il convient de souligner que les plans à long terme proposés et les évaluations environnementales subséquentes devront assurer un suivi clair par rapport aux paramètres de gestion écologique énoncés dans les lignes directrices de la station de ski et aux exigences en matière de planification et d'information de l'EES pour faire la preuve que les résultats souhaités peuvent être atteints.

S'il se fait dans le respect des paramètres des lignes directrices de la station de ski et s'il répond aux exigences en matière de planification et d'information de l'EES, l'aménagement de la station de ski devrait permettre d'atteindre les résultats prévus sur le plan de l'intégrité écologique, des ressources culturelles, de l'expérience du visiteur et de la capacité des infrastructures, conformément aux orientations contenues dans les Lignes directrices pour la gestion des stations de ski et dans le plan directeur du parc.