La promotion des intérêts liés à la conservation dans les Territoires du Nord-Ouest

Le gouvernement du Canada (Environnement Canada, l’Agence Parcs Canada et Affaires indiennes et du Nord canadien) a entrepris, à des fins de conservation, une initiative dans les Territoires du Nord-Ouest (T.N.‑O.). Celle‑ci vise à permettre la conservation de vastes aires naturelles et culturelles encore intactes en partenariat avec le gouvernement des T.N.‑O., les collectivités, les peuples autochtones, l’industrie et des ONGE. L’initiative appuie également la Stratégie sur les aires protégées des T.N.‑O., qui réunit les intérêts en matière de protection et de développement dans un processus de prise de décisions clairement défini visant à assurer l’équilibre entre la conservation et le développement des ressources.

Cette initiative, qui comprend à la fois l’octroi de fonds et un processus d’inaliénabilité des terres, permettra à l’Agence Parcs Canada de mener une étude de faisabilité sur l’établissement d’un parc national au bras Est du Grand lac des Esclaves, et d’aménager et d’exploiter le lieu historique national Sahyoue‑Ehdacho. Environnement Canada établira et exploitera jusqu’à huit réserves nationales de faune, dont celles d’Edéhzie, de Sambaa K’e et de Tu’ude’hliline‑Tuyetah. Ces mesures permettront à Parcs Canada de protéger la région terrestre des T.N.‑O. qui n’était pas encore représentée et à Environnement Canada de protéger des habitants fauniques ou des régions biogéographiques rares ou atypiques qui soutiennent des espèces fauniques ou des écosystèmes en péril.

Les résultats positifs de la proposition comprennent :

  1. L’établissement d’aires naturelles et culturelles qui apporteront des avantages en matière d’expérience ainsi qu’aux plans éducatif, économique et social.
  2. Le maintien de l’intégrité écologique de l’habitat, des espèces indigènes, des communautés biologiques et des processus écosystémiques.
  3. La préservation de l’intégrité commémorative par la protection des ressources culturelles, la communication de leur importance et le respect de leur valeur dans toutes les mesures de gestion.

Les effets environnementaux négatifs ont aussi été pris en considération, mais on estime qu’ils sont limités dans leur portée et leur nature. Des permis pourraient être requis pour tout travail de recherche sur le terrain et cela pourrait constituer un moyen d’atténuer d’éventuels effets négatifs.

L’évaluation environnementale stratégique a permis de conclure que le processus d’inaliénabilité des terres aura des effets positifs sur l’environnement du fait qu’il protégera la productivité et la biodiversité d’aires nordiques vulnérables et aidera à renforcer la capacité de mieux développer le réseau d’aires protégées dans les écorégions du Nord du Canada. Les stratégies et les réalisations seront surveillées annuellement par la production de rapports sur les plans et les priorités et de rapports ministériels sur le rendement.