Résumé de l’évaluation environnementale stratégique visant l’établissement du parc urbain national de la Rouge

Dans son discours du Trône de 2011, le gouvernement du Canada a annoncé son engagement à travailler à la création d’un parc urbain national dans la vallée de la Rouge, qui serait géré par Parcs Canada. Dans l’annonce du budget suivant de 2012, le gouvernement du Canada s’est engagé à préserver la beauté naturelle du Canada et à prendre des mesures pour créer le premier parc urbain national du pays, dans la vallée de la rivière Rouge, en Ontario. En conséquence, 143,7 millions de dollars ont été accordés sur 10 ans pour le développement et l’exploitation provisoire du parc, et 7,6 millions par année par la suite pour son exploitation permanente.

La création du parc urbain national de la Rouge, le premier parc urbain national de Parcs Canada et l’un des plus vastes parcs urbains de l’Amérique du Nord, a été rendue possible grâce à la prévoyance, au dévouement et à l’engagement de divers visionnaires et intendants locaux pendant plus de vingt ans. La vision de Parcs Canada à l’égard de la création d’un parc urbain national gravite autour du concept de « parc pour tous », un vaste lieu où les différentes communautés du Grand Toronto pourront se rencontrer et profiter du plein air. Le parc comprend des terres publiques d’une superficie d’environ 47 kilomètres carrés dans le secteur est de la région du Grand Toronto (bordant les municipalités de Toronto, Markham et Pickering). Le parc urbain national couvre globalement l’ancien parc de la Rouge et est constitué de terres à vocation naturelle, culturelle, agricole et récréative ainsi que de corridors d’infrastructures municipales et provinciales. Sa superficie est augmentée de 20 % par rapport aux terres du parc d’origine et fait plus de treize fois celle du parc Stanley, à Vancouver.

Les différents environnements du parc urbain national de la Rouge (marais d’eau douce côtiers, rivières, forêts, terres humides, terrains vallonnés, terres agricoles, etc.) tout comme l’histoire de leurs multiples utilisations passées et présentes (utilisation à des fins récréatives, agricoles et résidentielles, et corridor de transport pour les peuples autochtones et pour la traite des fourrures) ouvrent tout un éventail de possibilités aux visiteurs et aux résidants qui souhaitent en faire l’expérience. Le parc offrira des occasions d’apprentissage enrichissantes et accessibles, exemptes de droits d’entrée, qui seront à l’image des normes nationales de produits et services fournis par Parcs Canada et ses partenaires. La possibilité d’établir le parc de la Rouge se présente à une période charnière dans les relations qu’entretiennent les Canadiens avec leur monde naturel et leur patrimoine culturel, et vient combler une lacune dans la capacité de Parcs Canada à établir des liens significatifs avec la population urbaine de plus en plus diversifiée au Canada. À cet égard, l’établissement du parc urbain national de la Rouge représente une occasion sans précédent de sensibiliser 20 % de la population canadienne située dans la région du Grand Toronto.

Une évaluation environnementale stratégique (ESS) a été réalisée pour l’établissement du parc urbain national de la Rouge en vertu de la Directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes (2010), selon laquelle les ministères et organismes fédéraux doivent tenir compte, lorsqu’il est approprié de le faire, des conséquences environnementales qui pourraient découler de la mise en œuvre de tous les projets de politiques, de plans et de programmes. Cette EES a également pris en considération les buts et les cibles de la Stratégie fédérale de développement durable, en particulier le thème 3 (Protéger la nature) et l’objectif 6 (Conservation et protection des écosystèmes et habitats). Le but de l’EES est d’incorporer des considérations environnementales à l’élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics pour appuyer une prise de décisions éclairées du point de vue de l’environnement.

Le gouvernement fédéral est fier d’assurer l’intendance du parc urbain national de la Rouge et, dans cet esprit, Parcs Canada s’engage à livrer des résultats concrets en ce qui concerne la conservation de ce joyau national. L’Agence a pris en charge un rôle important, celui qui consiste à mener de vastes consultations sur le concept du parc auprès des Canadiens afin de les encourager à participer à la création du premier parc urbain national. Le concept du parc urbain national de la Rouge a été élaboré à la suite d’un processus de planification solide et inclusif, dirigé par Parcs Canada et mettant à contribution une centaine d’intervenants provinciaux, municipaux, autochtones et communautaires. Ce processus a fait appel à bon nombre d’intendants chevronnés du parc afin que le concept soit fondé sur leur longue expérience. Parcs Canada a présenté le concept sous la forme d’un document général et visionnaire dans le cadre d’un vaste programme de mobilisation publique au cours de l’été et de l’automne 2012. Des milliers de commentaires ont été envoyés, et les personnes interrogées à ce sujet ont dans l’ensemble exprimé leur soutien. Les commentaires du public serviront de point de départ à l’élaboration du plan directeur stratégique pour le parc urbain national de la Rouge.

Parcs Canada est fier de cette approche novatrice qui consiste à créer un parc dans un endroit où la nature, l’agriculture durable et un riche patrimoine culturel peuvent être combinés dans une même expérience tant pour les Canadiens que pour les autres visiteurs. Un parc urbain national constitue une offre tout à fait nouvelle et originale pour les Canadiens; il n’existe actuellement aucun endroit comparable ailleurs au Canada.

Les avantages les plus importants que la création du parc peut apporter à l’environnement seront obtenus grâce à l’engagement pris par Parcs Canada de maintenir et d’améliorer la santé écologique du parc. Des critères écologiques scientifiques reconnus (p. ex. reproduction naturelle, populations autosuffisantes d’espèces indigènes, restauration naturelle, élimination des espères envahissantes) seront utilisés pour évaluer les activités de restauration des écosystèmes et en établir l’ordre de priorité. Les liens entre les habitats terrestres et aquatiques de la vallée de la Rouge seront maintenus afin de favoriser la connexion entre le lac Ontario et la moraine d’Oak Ridges. Le parc urbain national sera géré conformément au principe de conservation des écosystèmes indigènes et de maintien de la diversité des espèces. En outre, l’établissement du parc entraînera des besoins permanents d’interventions de gestion afin de maintenir et d’améliorer la santé écologique et l’intégrité scientifique (p. ex. la surveillance et la protection des populations d’espèces en péril). La protection à long terme de la santé écologique du parc urbain national de la Rouge est une priorité pour Parcs Canada.

La création du parc aura d’autres avantages, notamment une meilleure accessibilité pour les visiteurs, des installations améliorées, à long terme, ainsi qu’une capacité accrue de mettre en valeur le caractère naturel et culturel unique de l’endroit. Les possibilités d’observation de la faune seront certainement améliorées, et les programmes et le matériel de communication seront élaborés de manière à mettre en évidence le patrimoine naturel et culturel de la région. Par la même occasion, l’établissement du parc contribuera à l’atteinte des objectifs de Parcs Canada pour ce qui est de faire connaître davantage nos aires protégées et leur patrimoine naturel et culturel auprès des collectivités urbaines, et de rendre ces lieux plus pertinents à leurs yeux. Bien que la fréquentation risque d’augmenter et d’entraîner des conflits, il est prévu qu’une fréquentation accrue et plus ciblée sera bénéfique. Une augmentation du nombre de visiteurs favorisera le développement d’expériences éducatives, d’un esprit d’intendance et d’une meilleure sensibilisation. Les projets d’aménagement futurs seront examinés et autorisés sous réserve de l’application de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (2012), de la Loi sur les espèces en péril et de la Politique sur la gestion des ressources culturelles de Parcs Canada.

L’établissement du parc urbain national de la Rouge aura beaucoup d’effets positifs sur l’environnement. Aucun effet environnemental négatif important n’est prévu.