La piste Chilkoot convient surtout aux randonneurs chevronnés. Pour faire une excursion agréable et en toute sécurité le long de la piste Chilkoot, il faut soigneusement se préparer. Vous devez posséder un bon équipement, pouvoir suffire à vos propres besoins et être en bonne forme physique, car le terrain est difficile et les conditions climatiques sont souvent très mauvaises. Les personnes qui se sont déjà blessées à la cheville, au genou ou au dos, ou qui souffrent de douleurs chroniques, éprouvent souvent une récurrence de la douleur au cours de leur randonnée sur la piste Chilkoot. Afin d’éviter tout problème inutile, mettez d’abord votre force et votre endurance à l’épreuve en faisant des excursions de plus d’une journée moins longues et moins exigeantes que celle de la piste Chilkoot. Il est préférable de se déplacer avec un compagnon ou en petit groupe.


Description sommaire de la piste

D’une longueur de 53 km (33 miles), la piste Chilkoot relie Dyea, en Alaska, à Bennett, en Colombie-Britannique (C.-B.), sur un dénivelé de plus de 1000 m (3500 pieds). À lui seul, le tronçon entre Sheep Camp et le sommet du col Chilkoot présente un dénivelé de plus de 750 m (2500 pieds) sur une distance de 5,7 km (3,5 miles).

Neige fraîchement tombée à la suite d'une rafale d'été

La traversée du col peut s’avérer fort éprouvante. Il faut souvent douze heures pour se rendre de Sheep Camp à Happy Camp en passant par le col Chilkoot, soit une distance de seulement 12,1 km (7,5 milles). L’escalier doré (nécessitant un dernier effort avant l’arrivée au sommet du col) est un parcours, et non un sentier. Même si le parcours est délimité, il peut être difficile de suivre les balises lorsque la visibilité est faible à cause du mauvais temps.

La plupart des randonneurs trouvent que le trajet entre le col Chilkoot et Happy Camp prend autant de temps que l’ascension entre Sheep Camp et le col. Veuillez donc planifier votre journée en conséquence, et prenez le temps qu’il faut pour vous reposer.

Le tronçon qui va de la station de pesée (les « Scales ») au sommet est un parcours, et non un sentier

La descente du talus du côté canadien du col peut être très difficile pour les genoux, car il faut avancer lentement et assurer chaque pas. Les bâtons de marche sont utiles. Au-delà du col, le sentier traverse un terrain avalancheux qui peut être actif jusqu’à la mi-juillet. Entre Sheep Camp et Happy Camp, les champs de neige persistent tard en été. Jusqu’à la fin de juin et au début de juillet, on peut s’attendre à devoir camper sur la neige à Happy Camp.

Au moment de planifier avant votre excursion, prenez connaissance des dangers qui pourraient se présenter et informez-vous de l’état de la piste et de la météo avant votre départ.

Saison de randonnée

Pendant la saison de randonnée de 2020, le personnel de Parcs Canada et du Service des parcs nationaux des États-Unis patrouillera le long de la piste du 1er juin au 13 septembre. Le Service des parcs nationaux des États-Unis affecte du personnel à Sheep Camp, et des employés de Parcs Canada sont en poste à Lindeman et au col Chilkoot. Cependant, il n’est pas garanti que quelqu’un s’y trouvera si vous avez besoin d’aide. Quelle que soit la saison de l’année, vous êtes responsable de votre sécurité, et vous pourriez avoir à assumer les coûts de sauvetage et de soins médicaux éventuels. Il est conseillé de souscrire une assurance pour les voyages à l’étranger qui couvre de telles dépenses.

Début juin


Conditions hivernales
Vue du col Chilkoot au début de juin


De longs déplacements dans la neige sont nécessaires et les conditions de déplacement peuvent être très difficiles. Il est recommandé de se munir d’équipement d’excursion hivernale et d’avoir une expérience des déplacements en hiver. Le camping à la neige n’est pas à écarter. À part vous, il y aura peu de randonneurs sur la piste, et les journées sont remarquablement longues. Adressez-vous au Trail Centre pour connaître les conditions saisonnières.

Risques d'avalanche. Vous devrez traverser le col Chilkoot en début de journée afin de réduire votre exposition en terrain avalancheux.

De la mi-juin au mi-juillet


Excursion pédestre de début de saison
Vue du col Chilkoot au début de l'été


Attendez-vous à des quantités importantes de neige, surtout en altitude. À mesure que la saison avance, les risques d’enfoncement augmentent, car les champs de neige forment au-dessus des ruisseaux et entre les rochers de dangereux ponts de neige et de glace qui peuvent s’effondrer à tout moment. Les conditions de déplacement varient beaucoup et reposent sur les conditions climatiques et le moment de la journée.

Les risques d'avalanches persistent jusqu'à la mi-juillet. Vous devrez traverser le col Chilkoot en début de journée afin de réduire votre exposition en terrain avalancheux.

De la mi-juillet à la mi-août


Excursion pédestre d'été
Col Chilkoot à la fin du mois de juillet


La piste n’est généralement pas enneigée, bien que quelques bancs de neige persistent. Les conditions de déplacement varient beaucoup et reposent sur les conditions climatiques. Il peut y avoir de fortes pluies ou des tempêtes de neige même au beau milieu de l’été.

Le taux de fréquentation atteint son apogée durant cette période. Les terrains de camping sont parfois achalandés. Il est fortement recommandé de réserver.

De la mi-août à la mi-septembre


Excursion pédestre d’automne
Col Chilkoot au début septembre


La piste n’est généralement pas enneigée, bien que quelques bancs de neige persistent. Le temps est pluvieux, les journées sont plus courtes et les nuits sont plus fraîches (souvent au-dessous du point de congélation). Les feuilles changent de couleur.

Il y a peu de randonneurs sur la piste à ce moment de l’année.


Basse saison

De la mi-septembre à la fin octobre

Randonnée en dehors de la saison

Il n’y a pas de patrouilles régulières sur la piste, et celle-ci n’est pas balisée. L’information à jour sur l’état des sentiers n’est pas toujours disponible. Le temps est pluvieux, les journées sont courtes et les nuits sont fraîches (sous le point de congélation). À mesure que la saison avance, la probabilité de neige augmente. Les randonneurs qui empruntent la piste durant cette période doivent être autonomes et veillez eux-mêmes à leur sécurité. Ils doivent posséder une expérience de déplacement dans des conditions hivernales ainsi que des techniques d’orientation, d’analyse des risques d’avalanche et d’autosauvetage.

Aucun droit n’est exigé pendant la basse saison, mais les randonneurs doivent communiquer avec le personnel du Service des parcs nationaux des États-Unis à Skagway (907 983-9200) ou avec celui de Parcs Canada à Whitehorse (1 800 661-0486) avant leur excursion. Les formalités douanières s’appliquent.