Lieu historique national du Canada de la Piste-Chilkoot est fermé pour toute la saison de randonnée 2020

L’accès au Lieu historique national du Canada de la Piste-Chilkoot est strictement interdit.

Pour les visiteurs qui sont en forme et déjà familiers avec la piste Chilkoot, le défi à relever est l'excursion d'une journée jusqu'au col Chilkoot. La distance aller-retour entre Dyea et le col est de 53,2 km / 33 milles. Les athlètes d'élite peuvent considérer parcourir la piste au complet en une seule journée. La distance de Dyea à Bennett est de 53,1 km / 33 milles.

En raison des distances à parcourir et de l'isolement de la piste, une excursion jusqu'au col Chilkoot ou la traversée de toute la piste en une seule journée ne devrait être entreprise que par des personnes en excellente forme physique et déjà familières avec les lieux.

Passage à la frontière | Permis | Pour sortir du sentier | Une longue journée | Ours | Difficulté de la piste | Risque d'avalanche | Météo | Équipement recommandé


Passage à la frontière

Les mêmes exigences douanières s'appliquent aux coureurs et aux randonneurs d'une journée qu'aux autres randonneurs de la piste Chilkoot. Vous devez avoir en main les pièces d'identité et les documents nécessaires pour traverser la frontière, et vous conformer à toutes les formalités douanières.

Haut de la page

Permis

Les randonneurs d'un jour qui demeurent du côté américain de la piste (randonnée aller-retour entre Dyea et le col Chilkoot) n'ont pas besoin de permis. Un permis d'une journée est requis pour les randonnées ou les courses d'une journée réalisées du côté canadien du 1 juin au 13 septembre. Les groupes ne doivent pas comporter plus de 12 membres.

Des délais peuvent être occasionnés par de nombreux facteurs, notamment la fatigue, une blessure, l'état de la piste, la fermeture de certains secteurs et d'autres restrictions quant aux déplacements causées par des catastrophes naturelles ou par la présence d'ours. Si, pour quelque raison que ce soit, des randonneurs possédant un laissez-passer d'une journée doivent passer la nuit sur la piste, ils auront à payer un permis de camping. La somme manquante sera exigée à la fin de l'excursion. Ces randonneurs sont tenus de passer la nuit à un emplacement de camping désigné et de respecter les mêmes règles relatives au camping et à la manipulation de la nourriture que les autres randonneurs.

Idéalement, vous devez passer payer et prendre votre permis au bureau de Parcs Canada à Whitehorse (300, rue Main, bureau 205) ou au Maison Skookum Jim à Carcross (Carcross Commons) au Centre d'accueil (Trail Centre) de Skagway (520, rue Broadway) le jour précédant votre excursion. À noter : À compter de midi, le Centre d’accueil ne délivre plus de permis d’une journée pour les départs le même jour.

Haut de la page

Pour sortir du sentier

À ceux qui partent faire une course ou une randonnée d’une journée de Dyea à Bennett, Parcs Canada recommande de camper à Bennett et de par train ou par hydravion repartir le lendemain. Vous pourriez demander à quelqu'un de vous rencontrer et camper à Bennett et/ou de se joindre à vous pour la dernière étape de la randonnée (il lui faudrait se procurer un Permis de camping canadien).

Haut de la page

Une longue journée

Les personnes qui décident de parcourir la piste Chilkoot en une seule journée doivent s'y prendre très tôt le matin. En août, le soleil se lève plus tard et se couche plus tôt, ce qui réduit la période d'ensoleillement dans les parties boisées de la piste.

Les coureurs et les randonneurs d'une journée doivent être autonomes et équipés de façon adéquate pour faire face aux conditions et aux dangers de la piste Chilkoot. Le fait de se déplacer rapidement augmente les risques de blessure. En s'arrêtant soudainement après avoir fait de gros efforts physiques, il est facile de se refroidir, et cela peut transformer un petit accident en situation de vie ou de mort si le randonneur ne dispose pas de l'équipement nécessaire. La fatigue peut également rehausser le risque de blessure.

Remettez votre itinéraire à un ami ou à un membre de votre famille et assurez-vous que cette personne sait avec qui communiquer si vous ne terminez pas votre excursion dans les délais prévus.

Blessures et évacuations

La piste Chilkoot traverse une région éloignée difficile d'accès, et les secours peuvent prendre beaucoup de temps à arriver. Tout comme les randonneurs qui campent sur la piste, les coureurs et les randonneurs d'une journée pourraient avoir à assumer les coûts de services d'évacuation sanitaire. Une évacuation en hélicoptère peut coûter plus de 2 000 dollars. Vérifiez que votre régime d'assurance-maladie couvre ces coûts.

Haut de la page

Ours

Rappelez-vous que les ours sont plus actifs tôt le matin et en soirée. Les coureurs et les randonneurs d'une journée doivent traverser des régions qui sont habituellement fréquentées par les ours à ces heures de la journée. Le fait de se déplacer rapidement augmente les risques de faire une rencontre inattendue. Afin d'accroître votre marge de sécurité, voyagez en groupe, faites du bruit, ayez un vaporisateur de gaz poivré sous la main et renseignez-vous sur les principes et les pratiques à observer pour voyager en toute sécurité au pays des ours.

  • Lisez le dépliant intitulé « Vous êtes au pays des ours »
  • Lors de votre visite à Skagway avant votre excursion, visionnez la cassette-vidéo « En sécurité au pays des ours »
  • Parcs Canada recommande aux coureurs de transporter un vaporisateur de gaz poivré
Haut de la page

Difficulté de la piste

Profil de la piste Chilkoot
Profil de la piste Chilkoot

Le terrain que traverse la piste Chilkoot est rocheux et parfois enneigé et très escarpé. La piste est raboteuse et souvent couverte de boue épaisse, inondée et semée de pierres instables, de racines et de cailloux glissants qui rendent la marche difficile. Le tronçon qui va de la station de pesée (les « Scales ») au sommet du col Chilkoot est un parcours, et non un sentier. Même s'il est balisé, il peut tout de même être difficile de s'y orienter lorsque le temps est extrêmement mauvais. Entre les « Scales » et Happy Camp, les champs de neige persistent tard en été. Il est généralement plus facile de se déplacer en matinée, quand le manteau neigeux est plus stable.

Haut de la page

Risque d'avalanche

Il y a un risque d'avalanche entre Sheep Camp et Happy Camp jusqu'à la mi-juillet. En début de saison, tous les randonneurs, y compris les coureurs et les randonneurs d'une journée, doivent éviter de traverser les zones d'avalanches en après-midi et de s'arrêter dans les couloirs d'avalanche.

Secteurs avalancheux du col Chilkoot

Côté américain

Version imprimable (PDF, 629 Ko)

Printemps et été

Il peut se produire des avalanches sur ce tronçon de la piste Chilkoot jusqu’à la mi-juillet.

Réduisez votre exposition en terrain avalancheux :

  • Renseignez-vous sur les conditions actuelles auprès des gardes de parc;
  • Quittez Sheep Camp tôt le matin;
  • Avancez rapidement et évitez de vous attarder dans les zones d’avalanches; et
  • Arrêtez-vous au col Chilkoot pour vous reposer avant de poursuivre votre route.
L’avalanche du dimanche des Rameaux

Le 3 avril 1898 s’est produit l’accident qui a fait le plus de morts dans toute l’histoire de la ruée vers l’or, lorsque des avalanches dévalèrent les montages entre Sheep Camp et la station des pesées. Au moins 70 personnes ont perdu la vie sur la piste Chilkoot lorsque le lourd manteau de neige s’est fragilisé sous l’effet des vents chauds soufflant du sud.

Côté canadien

Version imprimable (PDF, 653 Ko)

Printemps et été

Il peut se produire des avalanches sur ce tronçon de la piste Chilkoot jusqu’à la mi-juillet.

Réduisez votre exposition en terrain avalancheux :

  • Déplacez-vous tôt dans la journée;
  • Arrêtez-vous au col Chilkoot pour vous reposer; puis
  • Avancez rapidement et évitez de vous arrêter dans les zones d'avalanche.

Cinq personnes ont trouvé la mort en décembre 1897, durant la ruée vers l’or, lorsqu’une avalanche a enseveli leur tente sous dix mètres de neige.

Le couloir d’avalanche de l’arête Stone est l’un des secteurs les plus actifs de la piste, et il s’y produit des avalanches régulièrement en hiver. Une importante avalanche y a été déclenchée au cours de l`été, soit en juillet 1987.

Haut de la page

Météo

En région montagneuse, le climat est tout à fait imprévisible et peut changer rapidement. Quelle que soit la saison, les randonneurs doivent être prêts à affronter de la pluie, des températures froides, du vent ou des voiles blancs, et parfois plus d'un de ces éléments à la fois; il peut y avoir de fortes pluies ou des tempêtes de neige même au beau milieu de l'été. Le climat peut influencer de façon considérable le degré de difficulté de la randonnée et la vitesse de déplacement, et contribuer aux risques d'hypothermie, de déshydratation, de coup de chaleur, d'avalanche, etc.

Les conditions météorologiques sur la piste peuvent être très différentes de celles qui prévalent à Skagway, à Whitehorse ou à Carcross, et peuvent même être différentes selon l'endroit où on se trouve sur la piste. Il n'y a pas de prévisions météorologiques précises pour la piste Chilkoot.

Haut de la page

Équipement recommandé

Vous avez plus de chances de terminer votre excursion en toute sécurité si vous avez le bon équipement. Il est fortement recommandé que vous transportiez avec vous l'équipement nécessaire pour survivre à une nuit passée sur la piste ou pour faire face aux intempéries ou à une blessure. Nous suggérons l'équipement suivant :

  • pièces d'identité (pour traverser la frontière)
  • vêtements à l'épreuve du vent et de la pluie
  • protection solaire 
  • couches isolantes supplémentaires 
  • bonnet de laine
  • abri d'urgence
  • allumettes et chandelle
  • bouteille d'eau et équipement pour purifier l'eau 
  • provisions 
  • trousse de premiers soins 
  • couteau de poche ou outil multifonction 
  • lampe frontale (en août)
  • carte
  • vaporisateur de gaz poivré contre les ours

Passage à la frontière | Permis | Pour sortir du sentier | Une longue journée | Ours | Difficulté de la piste | Risque d'avalanche | Météo | Équipement recommandé