En 2018, un examen du plan directeur 2000 du lieu historique national de Batoche a été entrepris et s'est révélé applicable à la gestion du site sans qu'aucune révision ne soit nécessaire. Le plan directeur 2000 du lieu historique national de Batoche continuera de fournir une orientation de gestion stratégique pour le site jusqu'à la prochaine révision du plan directeur, dans dix ans ou plus tôt au besoin.

Table des matières

© Sa Majesté la reine du chef du Canada, représentée par le Directeur général de Parcs Canada, 2000.

This publication is also available in English.

Lieu historique national du Canada de Batoche : plan directeur, 2000.

  • No. de cat. R64-23112000
  • ISBN 0-662-65089-1

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le plan directeur ou des questions connexes concernant du lieu historique national de Batoche :


Addresse postale :
   Location: Lieu historique national de Batoche
     RR 1 Boîte 1040, Wakaw (Saskatchewan), Canada, S0K 4P0

Téléphone :
   Phone number: 306-423-6227

Télécopieur :
   Fax number: 306-423-5400



Avant-propos

Sheila Copps, Ministre du Patrimoine canadien

Le gouvernement du Canada s'est engagé à assurer la protection et la mise en valeur de notre patrimoine humain. En ma qualité de ministre du Patrimoine canadien responsable de Parcs Canada, il m'incombe de protéger l'intégrité de nos lieux historiques nationaux. Conformément à l'esprit de ce mandat, qui m'a été confié par le peuple canadien, je suis fière d'approuver le plan directeur du lieu historique national du Canada de Batoche, un témoignage de notre engagement envers la protection de nos endroits historiques pour le bénéfice des générations actuelles et à venir.

Batoche a été désigné lieu historique national en 1923, sur la recommandation de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Ce lieu, qui s'étend sur 955 hectares le long de la rivière Saskatchewan Sud, entre Saskatoon et Prince Albert, préserve les richesses et le paysage culturels de la communauté métisse de Batoche et renferme le souvenir de l'ultime bataille de la Rébellion du NordOuest en 1885. Batoche commémore l'histoire et les événements de la rébellion qui entraîna des répercussions importantes, tant pour les Métis que pour le développement social et politique de l'Ouest canadien et pour l'image qu'avait le Canada de lui-même. Il commémore, en outre, la communauté métisse de Batoche et ses méthodes de division des terres en lots de rivière, jadis caractéristiques de la région et dont on peut toujours voir des traces à Batoche. Enfin, une plaque commémorative rappelle également le passage de la piste Fort Garry - Fort Edmonton (la piste Carlton).

Le présent plan contribue à fixer l'orientation générale pour Batoche à l'aube du xxresiècle et insiste sur deux modifications importantes apportées à la façon dont Parcs Canada gérera les lieux historiques nationaux à l'avenir. Premièrement, le plan est conçu pour la mise en oeuvre de la nouvelle politique de Parcs Canada sur l'intégrité commémorative à Batoche. Un des éléments fondamentaux du concept d'intégrité commémorative permet de reconnaître que les points de vue sur l'histoire à transmettre au public peuvent diverger et même parfois être contradictoires. Le plan directeur cerne bien cette exigence pour Batoche.

Deuxièmement, le plan a été élaboré avec la participation de la Métis Nation of Saskatchewan, et, le 8 novembre 1998, le gouvernement du Canada et la Métis Nation of Saskatchewan ont signé un accord en vue d'une gestion concertée pour le lieu historique national du Canada de Batoche. L'établissement d'un conseil de gestion concertée pour un lieu historique national administré par Parcs Canada constituera une méthode relativement nouvelle de gestion de lieu.

Grâce aux lieux historiques nationaux, les Canadiens et les Canadiennes apprennent et partagent l'histoire de notre pays. En tant que lieux de commémoration de notre histoire et de la diversité de notre patrimoine, ils contribuent à une compréhension et à un sens collectif de l'identité nationale du Canada.

Sheila Copps
Ministre du Patrimoine canadien

Recommandation

Ce plan est recommandé par :

Tom Lee

Directeur général
Parcs Canada

Christina Cameron

Directeur général, Lieux historiques nationaux
Parcs Canada

Gaby Fortin

Directeur général, Ouest du Canada
Parcs Canada

Jim Masyk

Directeur, Unité de gestion, Sud de la Saskatchewan
Parcs Canada

Jim Durocher

Président
Métis Society of Saskatchewan, Inc.


Résumé

Le lieu historique national du Canada (LHNC) de Batoche est situé à mi-chemin entre Saskatoon et Prince Albert (Saskatchewan). Batoche a été désigné lieu historique national en 1923, même si les terres qui constituent le lieu tel qu'il est aujourd'hui ont été acquises par le gouvernement du Canada en plusieurs fois entre les années 1950 et les années 1980. Trois thèmes sont commémorés au LHNC de Batoche : le conflit armé de mai 1885 entre le gouvernement canadien et le gouvernement provisoire métis, la communauté métisse de Batoche et enfin, le mode d'exploitation des terres en lots riverains propre aux Métis à l'époque de la colonisation des Prairies. Une plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada commémore également le sentier Fort Carry-Fort Edmonton. Le LHNC de Batoche est l'une des attractions touristiques à cachet patrimonial la mieux connue en Saskatchewan. On y accueille plus de 24 000 visiteurs par an.

Le LHNC de Batoche constitue un paysage culturel impressionnant au coeur d'un cadre naturel de forêt de trembles, de vestiges de prairie de fétuque, de marais et de fermes abandonnées. Le paysage porte des traces évidentes du système de division des terres propre aux Métis en lots riverains le long de la rivière Saskatchewan Sud, de caves et de fondations de bâtiments dans le village de Batoche, de sentiers historiques, ainsi que des tranchées et trous de tirailleurs des Métis et de la Force expéditionnaire du Nord-Ouest, vestiges du conflit armé de 1885. Parmi les bâtiments historiques restaurés et aménagés conformément à l'époque commémorée au LHNC de Batoche, mentionnons l'église et le presbytère Saint-Antoine-de-Padoue, et plusieurs maisons métisses du XIXe et du XXe siècles.

Le présent plan remplace le premier plan directeur du LHNC de Batoche approuvé en 1982. Ce dernier prévoyant l'orientation nécessaire à l'aménagement des installations et à la prestation des services et programmes dont le lieu dispose aujourd'hui. Toutefois, le présent plan s'avère indispensable pour trois raisons fondamentales :

  • incorporer le concept de gestion concertée qui permet à la nation métisse de la Saskatchewan de jouer un nouveau rôle au LHNC de Batoche;
  • veiller à ce que les objectifs visant l'intégrité commémorative du LHNC de Batoche, confirmés dans l'Énoncé d'intégrité commémorative du lieu en 1996, soient représentés dans le plan directeur du lieu;
  • garantir que l'orientation de gestion du lieu est conforme aux principes et pratiques énoncés dans la Politique de gestion des ressources culturelles de Parcs Canada, approuvée par le ministre du Patrimoine canadien en 1994

Le plan directeur révisé se présente de telle sorte que les futures activités et prises de décision à avoir lieu au LHNC de Batoche s'appuieront sur l'orientation fournie ici pour garantir la protection, la mise en valeur et l'utilisation du lieu qui conviennent à la désignation d'importance nationale, tout en offrant une expérience de qualité au visiteur. Entre autres choses, le plan directeur fournit une orientation stratégique concernant les bâtiments historiques, la prestation et la diffusion externe des messages à caractère patrimonial, la gestion des terres du côté ouest, et le concept de gestion concertée au LHNC de Batoche.


1.0 Introduction

Batoche, situé au centre de la Saskatchewan entre Saskatoon et Prince Albert, a été désigné lieu historique national en 1923 et le gouvernement du Canada y a placé une première plaque en 1925 (Figure 1). À l'origine, la commémoration devait porter essentiellement sur le conflit armé ayant opposé le gouvernement canadien et le gouvernement provisoire métis en 1885. Au début des années 1950, certains membres de la Commission des lieux et monuments historiques (CLMHC), commission conseillère auprès du ministre responsable de Parcs Canada, ont voulu élargir l'objectif de commémoration pour englober l'histoire de la communauté métisse de Batoche, initiative que la CLMHC a finalement reconnue officiellement dans le message qu'elle a fait inscrire sur sa plaque en 1985.

Plusieurs autres recommanda tions de la CLMHC se rattachent au lieu historique national du Canada de Batoche. En 1972, la CLMHC recommandait la désignation de la piste Carlton (Fort Garry - Fort Edmonton) dont on peut toujours voir d'importants tronçons au LHNC de Batoche. Parcs Canada a érigé sur place une plaque commémorative. En 1989, dans le cadre d'un projet distinct visant à commémorer l'évolution de la colonisation agricole du Canada, la CLMHC a en outre recommandé que le mode de division des terres en de lots de rivière, propre aux Métis, soit reconnu d'importance historique nationale et soit aussi commémoré au LHNC de Batoche. Enfin, la demande de la CLMHC en 1970 auprès de Parcs Canada pour que l'organisme examine le programme d'interprétation de Batoche afin de voir si on y faisait suffisamment référence au rôle des Premières nations dans la rébellion du NordOuest, constituait un autre projet. En conséquence, le lieu historique national du Canada de Batoche est là pour rappeler :

  • un conflit armé opposant le gouvernement provisoire métis et le gouvernement du Canada en 1885;
  • la communauté métisse de Batoche;
  • le mode de division des terres en lots de rivières, propre aux Métis;
  • l'importance nationale de ce lieu dans l'histoire du Canada.

Il faut encore noter que les recommandations de la CLMHC visant à commémorer la piste Carlton et à interpréter certains aspects de la participation des Premières nations au conflit armé de 1885 seront prises en compte au lieu historique national du Canada de Batoche.

Figure 1. Cadre géographique du LHNC de Batoche

Cadre géographique du lieu historique national du Canada de Batoche

Figure 1. Cadre géographique du lieu historique national du Canada de Batoche - Version texte

Cette carte montre le cadre régional du lieu historique national de Batoche en Saskatchewan (Canada). Les listes de cartes comprennent :

  • Prince Albert
  • MacDowall
  • Ft. Carlton
  • Lac Duck
  • St. Isdore de Bellevue
  • St. Louis
  • Rivière Saskatchewan-sud
  • Rostern
  • Domremy
  • Petite Ville
  • Rivière Saskatchewan-nord
  • Lac Butter
  • Wanuskewin
  • Saskatoon
  • LHNC Batoche
  • LHNC Fish Creek

Un plan directeur fixe l'orientation générale à long terme pour les activités qui se déroulent sur le lieu historique national et constitue un engagement du ministre responsable de Parcs Canada envers le public canadien concernant l'utilisation, la protection et la mise en valeur de ces lieux spéciaux. Un plan directeur constitue l'expression locale des politiques générales de Parcs Canada et intègre les connaissances, l'expertise et les suggestions du public. L'orientation ainsi établie répond aux responsabilités premières de Parcs Canada qui sont de veiller à l'intégrité commémorative du lieu historique national, d'offrir un service de qualité aux visiteurs et de faire une utilisation rationnelle des fonds p ublics. Par conséquent, c'est en mettant en oeuvre le plan directeur que Parcs Canada remplit ses obligations envers la population canadienne.

Le premier et unique plan directeur de Batoche remonte à 1982. Il a été mis en oeuvre de 1982 à 1986. En 1992, Parcs Canada a entamé un examen de son plan directeur pour deux raisons :

  • le plan directeur de 1982 faisait ressortir un processus d'aménagement du lieu historique en deux phases. Bien que les projets de la phase I aient été largement mis en oeuvre, la plupart de ceux de la phase II, portant surtout sur la reconstruction du village-est, ont été mis en attente. L'examen du plan avait pour but de voir, à la lumière de nouvelles politiques, si les projets de la phase II étaient encore pertinents;
  • la Métis Society of Saskatchewan (MSS) a exprimé le désir d'affirmer son rôle à Batoche. On a jugé que l'examen du plan serait une occasion toute indiquée pour discuter de la relation à établir entre la communauté métisse d'une part, et l'aménagement et l'exploitation de Batoche d'autre part.

Les raisons principales de gérer un lieu historique national ont considérablement changé depuis 1982. On propose ici des changements à la protection, la mise en valeur et l'exploitation du LHNC de Batoche pour faire de ce plan directeur une révision du plan de 1982. Deux documents clés ont eu un effet majeur sur l'orientation établie dans ce plan directeur modifié: ce sont les Principes directeurs et politiques de gestion de Parcs Canada et l'Énoncé d'intégrité commémorative du lieu historique national du Canada de Batoche. Le présent plan illustre l'orientation stratégique et les méthodes de gestion qui conduiront le lieu historique national du Canada de Batoche dans le XXIe siècle. Parmi les éléments clés du plan directeur, mentionnons :

  • l'engagement visant à garantir l'intégrité commémorative du LHNC de Batoche et à sensibiliser davantage les Canadiens à l'importance de ce lieu;
  • l'entente formelle conclue entre Parcs Canada et la Métis Society of Saskatchewan sur la gestion concertée du LHNC de Batoche. La gestion concertée comprend la participation active des deux parties aux activités menées sur le lieu. Cette entente ne peut pas être s'il n'y a pas engagement partagé pour garantir l'intégrité commémorative de Batoche;
  • les dispositions pour rechercher et mettre en valeur d'autres points de vue sur l'histoire et les événements de Batoche, conformément aux principes et à la pratique contenus dans la Politique sur la gestion des ressources culturelles (GRC) de Parcs Canada;
  • l'utilisation élargie du paysage culturel et des ressources culturelles in situ du LHNC de Batoche, de même que du centre d'accueil pour communiquer les messages d'importance nationale;
  • la définition du processus décisionnel concernant le bien-fondé et la viabilité des reconstructions indiquées dans le plan directeur de 1982;
  • la définition du processus décisionnel en vue de l'utilisation future des terres du côté ouest qui ont été fermées au public (conformément au plan de 1982);
  • un plan de conservation de l'écosystème et du paysage culturel pour les côtés est et ouest, au lieu du programme de restauration du paysage historique décrit dans le plan de 1982.

Le concept d'intégrité commémorative constitue le principal cadre de responsabilité à l'intérieur duquel on évalue comment le LHNC de Batoche est géré. Le concept décrit l'état et la complétude d'un lieu historique national. Un lieu possède son intégrité commémorative lorsque les conditions suivantes sont réunies :

  • les ressources qui symbolisent ou représentent l'importance du lieu n'ont pas été endommagées ou ne sont pas menacées;
  • les motifs justifiant l'importance historique nationale du lieu sont bien communiqués à la population;
  • les valeurs patrimoniales de l'endroit sont respectées par tous ceux qui prennent des décisions ou des mesures pouvant avoir une incidence sur le lieu historique national.

L'énoncé de l'objectif de commémoration décrit les ressources et les messages qu'il faut prendre en considération pour définir l'intégrité commémorative. La Politique sur la gestion des ressources culturelles de Parcs Canada prévoit les principes et la pratique de gestion des ressources culturelles qui permettront de réaliser l'intégrité commémorative.

L'intégrité commémorative n'est pas forcément un état fixe qui, une fois atteint, ne change plus. L'état et la complétude du lieu sont sujets à des pressions externes (physiques, biologiques, économiques et sociales) et à des mesures internes (politique et gestion). Il est impératif d'exercer une surveillance permanente afin de déceler toute menace susceptible de compromettre l'intégrité, mais aussi de surveiller les mesures de gestion décrites dans le présent plan directeur afin qu'elles donnent les résultats désirés ou sinon, qu'elles soient adaptées, modifiées ou suspendues. Il est entendu dans le plan directeur que la surveillance et l'évaluation des pratiques de mise en valeur et de protection mises en oeuvre par Parcs Canada et ses partenaires fassent partie intégrante de la gestion du lieu.


2.0 Situation actuelle et besoins

Le plan directeur du LHNC de Batoche, approuvé par le ministre en 1982, a servi de cadre pour l'aménagement et l'exploitation de Batoche depuis une décennie et demie. Il avait pour but « d'établir un cadre politique pour la conservation et l'interprétation des ressources historiques de Batoche et de décrire l'utilisation des visiteurs et les critères opérationnels pour cet important lieu historique national au cours des dix années suivantes ». Les objectifs de ce plan directeur étaient les suivants : prévoir un éventail complet de projets relatifs à la protection des ressources allant de la simple préservation à la reconstruction totale dans le style d'époque, présenter les moyens d'interprétation grâce auxquels on atteindra les objectifs énoncés en matière d'orientation, d'intégration et de prestation d'une atmosphère d'époque et présenter les programmes de services offerts au public et indispensables pour favoriser un meilleur niveau d'aménagement et de commémoration à Batoche. Les résultats du programme de planification de 1982 sont compilés dans l'annexe A.

À la lumière de la politique actuelle de Parcs Canada et de l'orientation générale du gouvernement, on a relevé, au cours de l'exercice de révision du plan directeur, certains problèmes particuliers dont on dresse la liste ci-dessous.

Intégrité commémorative

  • Les projets de la phase II sont-ils toujours appropriés et conformes aux principes et à la pratique contenus dans la Politique sur la gestion des ressources culturelles de Parcs Canada? Sur ce point, mentionnons notamment la reconstruction de l'un ou plusieurs bâtiments du village-est. Cette question a été soulevée plusieurs fois lors des réunions publiques.
  • Quels rôles les partenaires, en particulier la Métis Society of Saskatchewan, jouentils dans la protection et la mise en valeur de Batoche?
  • La mise en valeur du patrimoine transmet-elle l'importance nationale du LHNC de Batoche et reflète-t-elle les « nombreuses voix de l'histoire »? L'Énoncé d'intégrité commémorative recommande que l'histoire de Batoche soit mise en valeur avec intégrité, c'est-à- dire qu'on y mette en valeur des points de vue ou des perspectives contemporaines divergentes éclairées par les connaissances ancestrales, ainsi que des interprétations ultérieures. L'utilisation des mots « Rébellion » et « Résistance » par exemple, en apposition l'un par rapport à l'autre, a pour but de transmettre les points de vue complexes et divergents que suscite le conflit armé du Nord-Ouest canadien de 1885. Pour le gouvernement du Canada, la levée d'armes et la déclaration du gouvernement provisoire par les Métis étaient des actes de rébellion; pour les Métis, ces actes étaient des actes de derniers recours pour tenter d'obtenir les titres de leurs terres, le respect de leurs traditions culturelles et la sécurité économique.
  • Parcs Canada peut-il influencer le public en ce qui a trait à la gestion appropriée de ressources culturelles situées sur les terres adjacentes au LHNC de Batoche et dans la région environnante? Les terres qui entourent Batoche portent des ressources patrimoniales liées à la commémoration de Batoche, en particulier la division des terres en lots de rivière et les vestiges de la piste Carlton.
  • Les terres situées sur le côté ouest tombent-elles sous le concept d'intégrité commémorative de Batoche ou peuventelles être considérées en excédent?
  • Comment gère-t-on la succession de la végétation à la fois du côté est et du côté ouest pour garantir que le paysage historique ne sera pas sacrifié, ce qui nuirait à la compréhension de l'histoire et des événements survenus à Batoche?

Répondre aux besoins des clients

  • Comment fait-on au LHNC de Batoche pour cerner les besoins du marché, y répondre et y rester sensible? Il n'y a pas en ce moment de données de référence sur les visiteurs. On répondra à ce besoin en faisant une étude de marché et des sondages auprès des visiteurs.
  • Quels sont les programmes d'interprétation et les services aux visiteurs jugés fondamentaux, ou essentiels, pour que les visiteurs aient une expérience valable? La stratégie précisera les éléments de programme et les services nécessaires à la préservation de l'intégrité commémorative et ceux qui contribueront à enrichir davantage l'expérience des visiteurs.

On traite toutes ces questions et d'autres dans la présente version révisée du plan directeur du LHNC de Batoche.


3.0 Stratégie de gestion pour Batoche

3.1 Objectifs principaux du plan directeur

Ce plan a comme objectif global de prévoir l'orientation générale pour la prochaine décennie, garantissant ainsi l'intégrité commémorative du LHNC de Batoche grâce notamment aux principes et à la pratique de gestion des ressources culturelles tels que décrits dans l'ouvrage intitulé Principes directeurs et politiques de gestion de Parcs Canada. Les objectifs principaux de ce plan directeur sont les suivants :

  • déterminer le bien-fondé des propositions non réalisées décrites dans la phase II du précédent plan directeur de 1982;

  • sensibiliser davantage le public au legs laissé par les événements qui se sont déroulés sur le lieu et à ses répercussions sur notre identité nationale;

  • faire connaître au public les « nombreuses voix de l'histoire ». L'histoire sera présentée avec intégrité, c'est-à-dire que l'on y présentera des points de vue divergents. Parcs Canada se refuse de jouer le rôle d'arbitre de l'histoire humaine du Canada. Grâce à la participation de partenaires, la programmation offrira diverses perspectives sur l'histoire et les événements d'importance nationale qui se sont déroulés à Batoche;

  • présenter le lieu comme un tout et intégrer la majeure partie des ressources et du paysage culturels du LHNC de Batoche dans la présentation du lieu. Le centre d'accueil continuera à assumer l'orientation tandis que la programmation sur place variera selon la durée de la visite;

  • faire du LHNC de Batoche un endroit important pour tous les Canadiens, et représenter la collectivité locale à Batoche (en appui à la Convention du patrimoine mondial qui recommande que le patrimoine joue un rôle dans la vie d'une collectivité);

  • faire connaître le réseau des lieux historiques nationaux.

Tout en atteignant ces objectifs, Parcs Canada doit continuer à offrir de bons services à ses clients et à gérer efficacement et rationnellement les fonds publics.


3.2 Mise en valeur du patrimoine

Dans le plan directeur de 1982, les objectifs d'interprétation portaient essentiellement sur le programme audiovisuel du centre d'accueil et la salle d'exposition du centre d'accueil, ainsi que sur des questions d'ameublement, d'animation et de démonstrations d'époque aux lieux retenus aux fins de restauration et de reconstruction. Bien que l'on ait construit le centre d'accueil et que ce dernier ait joué un rôle central dans l'interprétation, les programmes d'animation, la restauration et la reconstruction se sont pratiquement limités à l'église et au presbytère, même si on a élaboré récemment une programmation pour la zareba. Les visites se limitent pratiquement au centre d'accueil, à l'église et au presbytère. Le potentiel d'interprétation d'autres ressources culturelles, telles que la maison Caron père n'a pas été pleinement réalisé.

Afin de communiquer plus facilement l'éventail de messages à diffuser au LHNC de Batoche (figure 2), l'orientation donnée dans ce plan directeur recommande d'utiliser le lieu comme un tout, son paysage culturel et les concentrations de ressources culturelles de niveau 1. Les composantes de la programmation en matière de patrimoine et les services sur place feront l'objet d'une évaluation pour déterminer s'ils constituent des services de base de Parcs Canada (inclus dans les frais d'admission de base), s'ils sont sujets au recouvrement total ou partiel des coûts (moyennant des programmes de partenariat) ou s'ils sont suspendus. Le programme audiovisuel et les expositions seront offerts aux visiteurs dans le centre d'accueil. Avant de peaufiner la mise en valeur du patrimoine ou d'y ajouter des éléments, le LHNC de Batoche fera l'objet d'une étude de marché pour garantir que les produits de communication répondent bien aux besoins des publics existants et potentiels tout en satisfaisant aux buts fixés dans l'objectif de commémoration. La mise en valeur du patrimoine à Batoche se fera dans le cadre de Messages visant la mise en valeur du patrimoine, c'est-à-dire:

Messages d'importance nationale :
Les visiteurs sauront pourquoi Batoche a été déclaré lieu historique national du Canada et mis en réserve pour son importance nationale. Ils y acquerront «un sens du lieu» et auront un aperçu du pourquoi Batoche est important et pertinent à la fois pour eux et pour le Canada;
Messages de Parcs Canada :
Les visiteurs verront qu'il s'agit d'un lieu patrimonial de Parcs Canada, que le LHNC de Batoche représente une part d'un réseau d'aires patrimoniales protégées au niveau national (et international) et que le patrimoine culturel et naturel est notre legs en tant que Canadiens. Il s'agit d'un élément crucial de l'identité canadienne;
Messages d'accueil 1d'orientation :
On accueillera les visiteurs et on les orientera vers les services et installations du LHNC de Batoche; on répondra également aux questions de base qu'ils peuvent se poser. On leur parlera des différentes possibilités qui les attendent ici, on les informera sur la sécurité du public et on leur donnera des renseignements de base sur l'intégrité commémorative de Batoche. L'un des éléments clés à la réception de Batoche consiste en une explication claire à l'intention des visiteurs qu'ils ont l'occasion d'explorer divers messages à divers endroits sur place, et qu'il peut y avoir une ou plusieurs perspectives présentées au même endroit. On y prectsera clairement de quelle perspective il s'agit, de même qu'on y donnera des explications supplémentaires

Les messages suivants, d'importance historique nationale, constitueront le noyau de la communication et de la programmation à Batoche :


L'importance de Batoche dans l'histoire du Canada

  • le conflit armé de 1885, y compris l'établissement du camp de la Force expéditionnaire du Nord-Ouest à l'est de l'église, le quartier général du gouvernement provisoire métis dans le village-est, et l'évolution de la bataille de Batoche entre ces forces ennemies;
  • l'importance de la communauté de Batoche, notamment son rôle en tant que centre des activités sociales, religieuses et commerciales des Métis, de la fin du XIXe siècle jusqu'au XXe siècle, y compris le paysage, le mode de division des terres et le transport;paysage, le mode de division des terres et le transport;
  • l'établissement du gouvernement provisoire des Métis à Batoche en 1885;
  • les conséquences des événements de la Rébellion/Résistance sur l'histoire de la communauté, sur la région et sur l'histoire du Canada.

Les messages suivants sont indispensables à la compréhension de l'importance nationale de Batoche :

  • les raisons de l'établissement de la communauté et celles du conflit armé de 1885, ainsi que leur place dans l'histoire du Canada;
  • les conséquences du conflit armé, c.-à- d. ses répercussions sur l'histoire du pays et de la communauté (y compris sur son tissu social);
  • l'histoire, l'évolution et la continuité de la communauté métisse de Batoche;
  • les origines du mode de division des terres en lots de rivière ainsi que l'importation, l'usage et l'évolution de la méthode dans les Prairies;
  • la complexité des perspectives, à la fois historiques et contemporaines, en ce qui a trait aux événements historiques commémorés à Batoche, y compris la présentation de points de vue contemporains divergents, de perspectives éclairées par les connaissances ancestrales et d'interprétations ultérieures;
  • les valeurs symboliques et associatives (telles que l'art métis, les croyances spirituelles, la souveraineté et la langue) qui donnent aux ressources culturelles leur valeur historique;
  • l'évolution du paysage culturel au fil du temps et son identité;
  • le lieu comme site d'importance nationale, locale et régionale.

Le LHNC de Batoche possédera son intégrité commémorative lorsque le public connaîtra l'objectif de commémoration du lieu et ses valeurs historiques et lorsque tous les visiteurs comprendront ses messages d'importance nationale. « Connaître », pour le visiteur, s'entend de la connaissance fondamentale des faits principaux. « Comprendre », pour le visiteur, s'entend d'une connaissance approfondie. On ne s'attend pas à ce que tous les visiteurs atteignent ce degré de connaissance parce qu'ils auront visité Batoche. On a cependant la responsabilité de leur donner la possibilité de le faire. Tous les messages d'interprétation seront évalués et adaptés en fonction, afin que les messages d'importance nationale soient élaborés conformément aux principes suivants : valeur, intérêt du public, compréhension, respect et intégrité, et qu'ils soient communiqués efficacement au public. Les autres messages d'importance relevés dans l'Énoncé d'intégrité commémorative et susceptibles d'être communiqués à Batoche sont les suivants :

  • l'histoire antérieure à la communauté de Batoche, y compris l'histoire antérieure à l'arrivée des Européens que les sites archéologiques ont permis de mettre au jour à Batoche;
  • les rares parcelles de fétuque encore présentes sur le côté ouest du lieu;
  • l'évolution du paysage naturel à Batoche;
  • l'histoire et le rôle de la piste Carlton et ses vestiges à Batoche.

Les raisons de l'importance historique nationale de Batoche sont bien communiquées au public lorsque :

  • l'importance du lieu comme un tout est communiquée, c.-à-d. lorsque les composantes d'importance individuelle sont intégrés dans la mise en valeur de l'histoire globale du lieu;

  • le public comprend la complexité des perspectives, à la fois historiques et contemporaines, concernant les événements historiques commémorés à Batoche;

  • l'histoire du lieu est présentée intégralement, y compris la présentation de points de vue contemporains divergents, de perspectives éclairées par les connaissances ancestrales, et d'interprétations ultérieures. Parcs Canada ne jouera pas le rôle d'arbitre dans l'histoire du Canada;

  • l'évolution du lieu au fil du temps et son identité, ce qui comprend le rétablissement des relations historiques et spatiales, sont reconnues;

  • le lieu est présenté comme un endroit d'importance nationale, plutôt que d'importance locale ou régionale;

  • l'adhésion de Batoche au sein du réseau des lieux historiques nationaux est communiquée efficacement, de pair avec le contexte élargi des lieux historiques nationaux au Canada;

  • la communauté est encouragée à appuyer les activités liées aux messages d'importance nationale et à y participer, conformément aux discussions et aux négociations sur l'actuelle gestion coopérative.

Extrait de l'Énoncé d'intégrité commémorative du LHNC de Batoche

Figure 2. Plan du LHNC de Batoche

Map 2

Figure 2. Plan du LHNC de Batoche - Version texte

Cette carte montre le plan du site du lieu historique national de Batoche. Les listes sur comprennent :

  • Légend
  • Route
  • Route de service
  • Sentier de service
  • Sentier d'accéss
  • Piste historique
  • d'accueil
  • Ressources
  • Bâtiments
  • Expositions
  • Aire de pique-nique
  • Point de vue
  • Administration
  • Information
  • Secteurs
  • Secteur du centre
  • église et presbytère
  • Maison Caron-Zareba
  • Village-est
  • Village-ouest

3.2.1 Expérience des visiteurs

La mise en valeur du patrimoine du LHNC de Batoche mettra le visiteur devant un ensemble de choix éclairés. À son arrivée au centre d'accueil d'abord, et grâce au programme audiovisuel, le visiteur aura connaissance de tous les messages décrits dans l'Énoncé d'intégrité commémorative du lieu qui font du LHNC de Batoche un lieu patrimonial important. Ensuite, ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas visiter le lieu pourront recevoir plus de renseignements sur les messages à la salle d'exposition. La meilleure façon cependant de comprendre les divers messages diffusés à Batoche consiste à profiter largement des moyens de communication, personnalisés et non personnalisés, répartis le long des sentiers de longueur variable ici et là sur le lieu. Ces sentiers relient divers points d'interprétation et on y trouve différents messages. La mise en valeur du patrimoine intègre le paysage culturel et les ressources culturelles in situ. Toutes les ressources culturelles de niveau 1 groupées sur le côté est du LHNC de Batoche devraient finir par être intégrées à la mise en valeur du patrimoine. L'annexe B fait le lien entre les valeurs historiques des ressources culturelles et l'objectif de commémoration. On se servira de ces valeurs historiques pour concevoir la mise en valeur du patrimoine. Grâce à un programme de mise en valeur du patrimoine faisant participer des partenaires et fondé sur une vaste recherche, les visiteurs seront confrontés à des perspectives variées et parfois opposées sur l'histoire et les événements qui se sont déroulés à Batoche.


3.2.2 Publics sur place

D'après une analyse décrite dans Plan tactique et stratégie commerciale pour les activités de Parcs Canada en Saskatchewan (1997), les visiteurs de Batoche se répartissent en quatre groupes :

On fait une distinction entre ces quatre groupes, car on ne leur offre pas les mêmes formes de programmation et de services.

Consommateurs

Un consommateur est quelqu'un qui se rend de chez lui à une seule destination, avec retour chez lui le même jour. La visite du lieu, comprenant le temps de déplacement, peut varier de trois heures à une journée complète. Autre qu'une éventuelle escale, la visite fait partie de l'excursion complète. Les consommateurs ont des besoins et des attentes différentes de ceux des touristes. Ils disposent de temps limité, ont des intérêts opposés, cherchent à faire un usage rationnel de leur temps, et veulent une récompense immédiate. Ceci laisse entendre que leur expérience se doit d'être à caractère social et récréatif. Étant donné la proximité entre le foyer et le lieu, les consommateurs ont probablement déjà visité ce dernier et recherchent de nouveaux programmes et activités qui les inciteraient à y retourner.

Ce type de public, en plus d'y recevoir les messages d'importance nationale, devrait reconnaître et appuyer :

  • le LHNC de Batoche en tant que lieu à visiter obligatoirement avec des amis ou de la famille en visite chez eux;
  • le LHNC de Batoche en tant que partie intégrante du réseau canadien d'aires patrimoniales protégées appartenant aux générations actuelles et futures de Canadiens. C'est un endroit qui vaut la peine d'être protégé et mis en valeur avec respect et intégrité;
  • l'engagement de Parcs Canada de garantir l'intégrité commémorative de Batoche, y compris prendre les mesures nécessaires pour protéger le lieu;
  • la méthode de gestion concertée pour le LHNC de Batoche, avec la participation de la Métis Society of Saskatchewan;
  • les possibilités d'utiliser le lieu pour des activités communautaires, en particulier celles qui mettraient en valeur l'objectif de commémoration de Batoche;
  • les possibilités de revenir au lieu afin de se rendre aux divers lieux d'interprétation et de prendre part aux programmes offerts.

Touristes

Par touriste, on entend une personne qui part de chez elle avec l'intention de se rendre à plusieurs destinations, ou à une seule destination mais en plusieurs étapes, ce qui nécessitera de passer une ou plusieurs nuits loin de la maison. Les touristes de Batoche sont pour la plupart des résidents de la Saskatchewan (autres que les consommateurs), mais aussi du Manitoba, de l'Alberta ou des États du nord des États-Unis (Montana, Dakota du Nord et Dakota du Sud). Les besoins et les attentes des touristes naissent d'une disposition de l'esprit différente de celle des consommateurs. Les touristes sont en vacances, disposent de plus de temps, et voyagent dans le but de visiter des parcs et des lieux historiques nationaux. À cet égard, les touristes sont plus facilement satisfaits que les consommateurs, car ils ont peu d'intérêts opposés, c'est-à-dire que les valeurs qu'ils prêtent à l'aspect social, aux activités et aux loisirs s'inscrivent dans une expérience plus vaste.

Ce type de public, en plus de recevoir les messages d'importance nationale, devrait être renseigné :

  • sur les autres curiosités patrimoniales (appartenant à Parcs Canada ou non) de la région, qui se trouvent sur leur itinéraire de voyage;
  • sur l'engagement de Parcs Canada de garantir l'intégrité commémorative de Batoche, y compris prendre les mesures nécessaires pour protéger le lieu;
  • sur le LHNC de Batoche en tant que partie intégrante du réseau canadien d'aires patrimoniales protégées appartenant aux générations actuelles et futures de Canadiens. C'est un endroit qui vaut la peine d'être protégé et mis en valeur avec respect et intégrité.

Touristes en autobus nolisés

Bien que ces touristes répondent à la même définition que celle ci-dessus, ce sous-groupe ne dispose pas pleinement de son temps puisqu'il doit respecter un horaire préétabli par une agence de tourisme. Habituellement, la visite du lieu s'inscrit dans le cadre d'une escale d'une à deux heures qui peut comprendre le repas au restaurant et l'usage des toilettes. Ce sousgroupe est surtout composé de personnes âgées. La mobilité et le temps disponible limité sur le lieu ne permettent habituellement que la visite du centre d'accueil.

Ce type de public, en plus de recevoir les messages d'importance nationale, devrait être renseigné :

  • sur le LHNC de Batoche qui, loin de n'être qu'un centre d'accueil, constitue un vaste paysage culturel;
  • sur le LHNC de Batoche en tant que partie intégrante du réseau canadien d'aires patrimoniales protégées appartenant aux générations actuelles et futures de Canadiens. C'est un endroit qui vaut la peine d'être protégé et mis en valeur avec respect et intégrité;
  • sur l'engagement de Parcs Canada de garantir l'intégrité commémorative de Batoche, y compris prendre les mesures nécessaires pour protéger le lieu.

Groupes scolaires

On croit que les groupes scolaires comptent pour 30 pour 100 des visiteurs de Batoche. Les visites scolaires durent environ trois heures et comprennent le centre d'accueil, l'église et le cimetière. Ce public s'attend à ce que des activités éducatives et récréatives fassent partie de l'expérience patrimoniale·. À bien des égards, les objectifs éducatifs de ce groupe sont semblables à ceux des consommateurs puisque les élèves viennent des écoles locales et régionales. Cependant, les programmes et les services sont conçus pour des groupes d'âges différents. Il est encore question des écoles au point 3.2.3 Publics à distance.


3.2.3 Publics à distance

En plus des messages communiqués aux visiteurs du lieu, on veut aussi communiquer avec des publics éloignés susceptibles d'intérêt direct ou indirect pour Batoche et leur transmettre des messages (commémoratifs et promotionnels). On a élaboré, ou on se propose de le faire, bon nombre de programmes et d'activités en vue de la transmission de messages d'interprétation en dehors du lieu. Cette élaboration s'inscrit dans le programme national, et ce, dans le cadre de la Stratégie relative aux relations publiques de Parcs Canada et du Plan tactique et stratégie commerciale pour les activités de Parcs Canada en Saskatchewan. La programmation à distance a pour objectif d'offrir aux Canadiens des possibilités de s'enrichir au-delà des limites physiques du lieu. Ainsi, ils seront en mesure de mieux comprendre, de mieux apprécier et d'appuyer le patrimoine culturel et naturel du Canada. De même, leur identité nationale s'en trouvera grandie et ils en tireront plus de fierté. Voici maintenant la liste des publics-cibles visés par le programme de services à distance de Batoche et les objectifs en matière d'enrichissement pour chacun de ces publics.

Le public canadien

On espère ainsi que :

  • le public reconnaît et appuie le LHNC de Batoche en tant que guichet unique en son genre, éducatif et divertissant sur l'histoire du Canada;
  • le public reconnaît que Batoche appartient au réseau canadien d'aires patrimoniales protégées appartenant aux générations actuelles et futures du Canada. Il s'agit d'un lieu qui mérite d'être protégé et mis en valeur dans le respect et l'intégrité;
  • le public est conscient des raisons pour lesquelles Batoche a été déclaré d'importance nationale, y compris des valeurs historiques et des ressources qui confèrent à l'endroit son importance.

Pour informer le public canadien, on pourrait faire appel à l'Internet, à des messages publicitaires dans le cadre du programme de Parcs Canada et à des mesures de promotion du patrimoine de la Saskatchewan grâce à un esprit de coopération.

La collectivité de Batoche

On espère ainsi que :

  • les membres de la collectivité considèrent le LHNC de Batoche comme une expérience à partager absolument avec les invités, les amis et la famille;
  • les membres de la collectivité reconnaissent que le LHNC de Batoche fait partie du réseau canadien d'aires patrimoniales protégées appartenant aux générations actuelles et futures du Canada. Il s'agit d'un lieu qui mérite d'être protégé et mis en valeur dans le respect et l'intégrité;
  • la collectivité comprend et appuie l'engagement de Parcs Canada visant à garantir l'intégrité commémorative de Batoche, y compris les mesures nécessaires à la protection du lieu;
  • les membres de la collectivité comprennent et appuie la méthode de gestion concertée de Batoche;
  • les membres de la collectivité sont conscients des raisons pour lesquelles Batoche a été déclaré d'importance nationale, y compris des valeurs historiques et des ressources qui confèrent à l'endroit son importance.

On pourra informer la collectivité locale au cours de manifestations telles que la Journée des parcs, la Fête du Canada et les célébrations ayant pour thème « Retour à l'époque de Batoche ». L'information pourra aussi être diffusée dans les journaux, et dans les annonces de la fonction publique pour des postes liés au lieu historique.

Les écoles communautaires et régionales

On espère ainsi que :

  • les éducateurs et les élèves reconnaissent que le LHNC de Batoche fait partie du réseau canadien d'aires patrimoniales protégées appartenant aux générations actuelles et futures du Canada. Il s'agit d'un lieu qui mérite d'être protégé et mis en valeur dans le respect et l'intégrité. Les élèves sont les futurs gérants de la conservation du patrimoine;
  • les éducateurs et les élèves sont conscients des raisons pour lesquelles Batoche a été déclaré d'importance nationale, y compris des valeurs historiques et des ressources qui confèrent à l'endroit son importance;
  • les éducateurs et les élèves reconnaissent que l'histoire peut donner lieu à différentes perspectives et que le défi consiste à être informé, à comprendre et à apprécier ces perspectives divergentes et parfois même opposées.

Le personnel de Parcs Canada aura recours à l'effet multiplicateur lorsqu'il dispensera des programmes scolaires. Cela signifie essentiellement qu'on remettra les outils éducatifs entre les mains des enseignants, leur fournissant le plan de leçon, ainsi que l'information et les ressources nécessaires pour la présentation.

Les services à distance n'offriront pas seulement une programmation aux différents niveaux des écoles élémentaires et secondaires, mais chercheront également à rejoindre les collèges et universités. Batoche justifie cette intervention étant donné l'importance et la signification qu'il revêt toujours pour les Métis et aussi, la place que le lieu a joué dans l'avènement du Canada.

Les groupes d’intérêt et les partenaires

Dont en voici une liste (pas nécessairement exhaustive) :

  • le Conseil du lieu, constitué en vertu de l'entente de gestion concertée
  • la Métis Society of Saskatchewan
  • la Première nation One Arrow
  • Tourism Saskatchewan
  • les organismes ayant à coeur le patrimoine régional et oeuvrant dans le tourisme patrimonial

On espère que :

  • les groupes d'intérêt et les partenaires reconnaissent les multiples possibilités de partage pour la commercialisation et la diffusion des messages offerts à Batoche. Le LHNC de Batoche peut jouer un rôle de centre de tourisme patrimonial régional, mettant l'accent sur l'histoire des Métis et sur la Rébellion/Résistance du Nord-Ouest;
  • les groupes d'intérêt et les partenaires sont conscients des raisons pour lesquelles Batoche a été déclaré d'importance nationale, y compris des valeurs historiques et des ressources qui confèrent à l'endroit son importance;
  • les groupes d'intérêt et les partenaires reconnaissent que « les nombreuses voix de l'histoire » font partie intégrante de la commémoration de Batoche et sont essentielles à sa compréhension;
  • les groupes d'intérêt et les partenaires reconnaissent Parcs Canada comme étant un organisme crucial en matière de tourisme patrimonial;
  • les groupes d'intérêt et les partenaires comprennent et appuient le mandat et l'engagement de Parcs Canada visant à garantir l'intégrité commémorative de Batoche, y compris les mesures nécessaires à la protection du lieu.

Le plan directeur du LHNC de Batoche constituera un outil d'introduction précieux pour la communication avec les partenaires et les groupes d'intérêt. En plus des arrangements de partenariat indiqués dans ce plan, le Plan tactique et stratégie commerciale pour les activités de Parcs Canada en Saskatchewan mentionne d'autres projets de partenariat concernant des efforts concertés en matière de commercialisation.


3.2.4 Interprétation du rôle des Premières nations en 1885

En 1970, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada a recommandé qu' « on examine le matériel d'interprétation du lieu historique national de Batoche dans le but de déterminer si on y fait suffisamment référence au rôle des Autochtones ». Les connaissances ancestrales et l'histoire fournissent de nombreuses perspectives de la participation des Premières nations à la Rébellion/Résistance de 1885 et à la bataille de Batoche. Il est essentiel que ces perspectives soient compilées et étudiées par les Premières nations et Parcs Canada. Par conséquent, on organisera un forum, composé de représentants des Premières nations, des Métis et de Parcs Canada, ainsi que des chercheurs d'établissements d'enseignement, très tôt dans le processus de mise en application du plan pour y aborder le sujet. Les résultats du forum fourniront la base de l'entente sur la façon d'interpréter le rôle des Premières nations dans la bataille de Batoche en particulier et dans la Rébellion/ Résistance de 1885 en général.


3.2.5 Surveillance et évaluation

La mise en valeur du patrimoine sera surveillée et évaluée régulièrement afin de veiller à ce que Parcs Canada et ses partenaires communiquent efficacement les raisons pour lesquelles Batoche est un lieu d'importance pour le public. Parcs Canada veillera aussi à ce que les messages et l'information soient élaborés et communiqués conformément aux principes suivants : valeur, intérêt pour le public, compréhension, respect et intégrité (Politique sur la gestion des ressources culturelles de Parcs Canada). Le sondage auprès des visiteurs est l'un des moyens déjà en place pour permettre de surveiller et d'évaluer la mise en valeur du patrimoine. D'autres moyens d'évaluation (tels que groupes-cibles, examen/vérification par des pairs) seront élaborés et mis à exécution régulièrement par Parcs Canada et ses partenaires concernés par la mise en valeur du patrimoine.


3.3 Protection du patrimoine

Parmi les principaux objectifs visant la protection des ressources historiques indiqués dans le Plan directeur de 1982, on trouvait :

  • restaurer les ressources historiques qui correspondent à la période commémorée à Batoche (de 1860 à 1900 environ);
  • restaurer certaines parties sélectionnées de l'environnement historique de Batoche tout en demeurant très prudent compte tenu du manque d'expérience de Parcs Canada pour ce type de traitement de ressources;
  • reconstruire certaines structures du village de Batoche et reconstituer certains éléments du paysage associés à la bataille de Batoche, du 9 au 12 mai 1885.

Il faudrait noter que la restauration et la reconstruction dont on parle dans le plan directeur de 1982 constituent, d'après la Politique sur la gestion des ressources culturelles, une activité d'interprétation plutôt que de protection. La restauration et la reconstruction du patrimoine bâti se sont limitées en grande partie à l'église et au presbytère, tandis que les autres ressources, telles que les vestiges de fondations du villageest, ont été stabilisées. Bien que l'on ait mené des études sur le paysage de l'époque à Batoche, on n'a encore rien entrepris pour le reconstituer.

Toute future démarche ou décision adoptée en vue de restaurer ou de reconstruire des édifices au LHNC de Batoche se fera conformément aux directives de la Politique sur la gestion des ressources culturelles. Toute autre restauration de la maison Caron père sera effectuée à des fins de mise en valeur puisque la maison a été stabilisée.

Plutôt que de rendre au paysage de Batoche l'apparence qu'il avait dans les années 1880, on fera l'inventaire des traces de l'évolution du paysage, on les enregistrera et on les communiquera afin de permettre au visiteur de mieux comprendre et de mieux faire le lien entre l'environnement et la disposition actuelle et ce à quoi pouvait ressembler le paysage culturel à la fin du XIXe siècle. Finalement, l'époque à être commémorée a été révisée (de 1860 à 1900 au maximum, voir 3.3.6).


3.3.1 Gestion du paysage culturel

Un paysage culturel est une zone géographique qui a subi des modifications ou une influence, ou encore qui a reçu une signification spéciale par les hommes. Le LHNC de Batoche constitue un paysage culturel qui illustre bien le mode de division des terres en lots riverains propre aux Métis le long de la rivière Saskatchewan Sud. Il a été un champ de bataille où le relief a joué un rôle capital dans les tactiques militaires des Métis et de la Force expéditionnaire du Nord-Ouest, et a aussi été un haut-lieu de la communauté métisse. On peut voir des traces de ce paysage culturel bien au-delà des limites de Batoche, en particulier les lots riverains. Gérer le paysage culturel de Batoche en vue de sa protection et de sa mise en valeur reviendra à :

  • conserver des lignes visuelles importantes en contrôlant la végétation ou en la supprimant;
  • conserver les vestiges des lots de rivières en contrôlant la végétation ou en la supprimant;
  • conserver un relevé des changements de végétation, qu'ils soient induits par les hommes ou dus à la succession naturelle.

Les lignes visuelles importantes pour le lieu historique national du Canada de Batoche sont :

  • de la zareba aux versants abrupts des coulées au-delà de la maison Caron père, positions à partir desquelles les Métis et la Force échangèrent des coups de feu durant les deux premiers jours de la bataille;
  • de Jolie Prairie (adjacente au centre d'accueil) jusqu'à l'église, le presbytère et le cimetière : le 3e jour de la bataille, les Métis y arrêtèrent une feinte de la FENO, mais ils furent battus le 4e jour;
  • de Mission Ridge au village-est : suit l'itinéraire de l'attaque menée par la FENO le 4e jour;
  • des points d'observation situés sur le versant abrupt à côté de la maison Caron père, de Mission Ridge et du village-est à la rivière et à la rive ouest. Ces lignes sont importantes tant pour placer la bataille que la communauté métisse dans leur contexte environnemental;
  • de nombreux points d'observation dans le village-est à la piste Carlton. Ces lignes s'intègrent à la visualisation des liens de transport et à des aspects de l'économie de la communauté tels que le commerce et le transport des marchandises;
  • de Mission Ridge et du village-est aux traces encore perceptibles du système de lots riverains. Ces lignes sont capitales pour communiquer le mode de division des terres en lots riverains et les conflits qui en ont résulté et qui faisait partie intégrale du conflit armé (ce qui comprend masquer l'aire d'entreposage du matériel d'entretien à la vue des visiteurs au moyen de végétation);
  • du secteur de l'église jusqu'au villageest, associé aux interrelations historiques des aspects spirituels, commerciaux et autres de la vie communautaire.

Extrait de l'Énoncé d'intégrité commémorative du LHNC de Batoche

Le lieu historique est sauvegardé lorsque les lignes visuelles importantes, essentielles à la communication des éléments paysagers d'importance historique nationale, sont respectées et présentées au public.

Conformément aux principes de valeur et de compréhension dans la gestion des ressources culturelles, les changements reflétant l'évolution du paysage culturel seront documentés, respectés et révélés au visiteur. Essentiellement, il s'agira de la base de la mise en valeur du patrimoine par laquelle le visiteur recevra l'information et les outils nécessaires pour lier le paysage actuel aux précédentes aires. Cette démarche de programmation appuiera les objectifs suivants d'intégrité commémorative du lieu :

  • on étudie et on définit l'évolution des composantes du paysage naturel et de l'écosystème, ainsi que l'utilisation des terres au fil du temps (c.-à-d. de 1850 environ à maintenant), afin de servir de base dans le processus décisionnel;
  • le public comprend les changements apportés au paysage dans le contexte de l'histoire de Batoche;
  • l'importance de l'environnement naturel pour l'histoire du lieu est communiquée efficacement.

Des photographies aériennes, un inventaire du paysage actuel, et une évaluation de suivi des changements dans le paysage seront à la base de ce programme.

Un plan de paysage culturel sera compilé pour garantir la sauvegarde des lignes visuelles et du système de lots riverains et la protection des éléments du paysage actuel -- importants pour comprendre l'évolution du paysage. Tout ajout de bâtiments ou d'installations au LHNC de Batoche s'inscrira dans le plan de conservation pour les caractéristiques écologiques (voir 3.3.5 Gestion des caractéristiques écologiques) et traitera également de la gestion des incendies et des mauvaises herbes.


3.3.2 Gestion des ressources archéologiques

Batoche contient des ressources archéologiques de niveau 1 et de niveau 2. Peu importe leur classification, elles seront gérées selon les principes et la pratique contenus dans la Politique sur la gestion des ressources culturelles. Il faut tenir l'inventaire des ressources archéologiques à Batoche. Tandis que les sites archéologiques ont fait l'objet d'une vaste étude de surface sur toute la région, notre connaissance de l'étendue des sites (c-à-d. souterraine) est minime. Par conséquent, il faut dans la mesure du possible, évaluer la nature et l'étendue de ces vestiges archéologiques. Les objectifs qui suivent guideront la gestion des ressources archéologiques :

Les valeurs physiques des ressources archéologiques sont sauvegardées lorsque :

  • les ressources culturelles vestigiales de niveau 1 trouvées in situ dans la subsurface sont respectées et protégées selon des normes de conservation archéologique acceptées. Elles feront l'objet d'un suivi afin de repérer toute incidence connue et potentielle sur leur intégrité;

  • de potentielles ressources culturelles repérées ont été évaluées selon l'objectif de commémoration et la Politique sur la gestion des ressources culturelles;

  • les éléments et les ressources qui n'ont pas encore été étudiés ni évalués seront respectés conformément à la Politique sur la gestion des ressources culturelles; and

  • les ressources culturelles de niveau 2 ont été repérées, inventoriées, et évaluées, et les stratégies régissant leur gestion sont en place.

Extrait de l'Énoncé d'intégrité commémorative du LHNC de Batoche


3.3.3 Gestion du patrimoine bâti

Cinq bâtiments ou complexes ont été repérés comme étant des ressources culturelles et, par conséquent, ils seront gérés conformément à la Politique sur la gestion des ressources culturelles. Ces bâtiments sont : l'église Saint-Antoine-de-Padoue et le presbytère, la maison Caron père, ainsi que deux bâtiments situés sur la rive ouest. Le patrimoine bâti du LHNC de Batoche a été géré selon les objectifs du plan directeur de 1982. Les bâtiments du côté ouest ont été stabilisés, l'église et le presbytère restaurés selon les années 1890, et la maison Caron père stabilisée jusqu'à ce qu'une décision soit prise sur son utilisation à des fins d'interprétation.

L'église Saint-Antoine-de-Padoue est désignée « classée » au sens de la Politique sur les édifices fédéraux du patrimoine (EFP), tandis que le presbytère Saint-Antoine-de-Padoue et la maison Caron père sont désignés «reconnus» toujours au sens de la Politique sur les EFP. Ces bâtiments seront gérés de sorte à garantir la protection des éléments qui leur confèrent leur caractère. Les deux bâtiments du côté ouest ont été désignés « non classés » après l'évaluation effectuée selon la Politique sur les EFP. Ce sont cependant des ressources culturelles de niveau 2 d'après la Politique sur les édifices fédéraux du patrimoine.

Batoche compte aussi deux autres complexes de bâtiments sur le côté est. Ce sont les fermes Parenteau et Nogier. Bien que le BEEFP ai refusé de les classer il y a quelques années, ils doivent encore être évalués à titre de ressources culturelles selon la Politique sur la gestion des ressources culturelles. Dans le cadre du processus d'évaluation, il est recommandé de soumettre une nouvelle fois ces deux bâtiments au BEEFP afin de déterminer s'ils aident à décrire la communauté métisse et le système des lots riverains. Déterminer si les bâtiments Nogier et Parenteau sont des ressources culturelles ou non, est devenu un objectif prioritaire.

Les objectifs en matière d'intégrité commémorative qui suivent guideront la gestion d'ensemble du patrimoine bâti du LHNC de Batoche :

Les valeurs physiques des ressources bâties du lieu seront sauvegardées lorsque:

  • la taille, l'échelle, l'orientation et la forme de toutes les structures de niveau 1 (y compris l'église, le presbytère et les annexes, la maison Caron père et annexe), leurs techniques de construction, et les matériaux de construction des ressources culturelles encore existantes au-dessus du sol sont respectés, protégés et surveillés;

  • les systèmes de charpente des bâtiments de niveau 1, y compris le système d'ossature de la rivière Rouge de l'église et du presbytère, la construction à croisillons en queue d'aronde de la maison Caron et les matériaux de parement, sont respectés et préservés conformément à la Politique sur la gestion des ressources culturelles, au Code de pratique du BEEFP et aux conventions internationales de conservation.

Extrait de l'Énoncé d'intégrité commémorative du LHNC de Batoche


3.3.4 Artefacts et objets historiques

On considérera que les objets et collections historiques seront gérés de façon à garantir l'intégrité commémorative du lieu lorsque:

  • ils auront été évalués en fonction de l'objectif de commémoration du lieu;
  • les stratégies visant leur protection et leur surveillance seront en place;
  • l'accès à des fins de recherche et de mise en valeur est garanti.

L'évaluation des collections archéologiques et d'oeuvres restera en attente jusqu'à ce que Parcs Canada élabore des processus d'évaluation. Les reproductions ne seront pas gérées comme des ressources culturelles. Elles seront sans doute utilisées pour la mise en valeur du lieu, mais ne seront pas sujettes à mesures de conservation et autres exigences en matière de protection du patrimoine.


3.3.5 Gestion des caractéristiques écologiques

Conformément à la Politique sur la gestion des ressources culturelles, les éléments écologiques naturels et les ressources paléontologique seront appréciés d'une manière qui reflète le rôle de Parcs Canada en tant qu'important gérant écologique. Il faut faire un inventaire et une évaluation précise du lieu, notamment des prairies de fétuque sur le côté ouest. Un inventaire des ressources naturelles sera effectué pour déterminer l'état des éléments écologiques et des ressources paléontologique ainsi que pour repérer les éléments naturels d'importance spéciale qui devraient être protégées à Batoche. À partir de cet inventaire et de cette évaluation, on élaborera un plan de conservation des éléments écologiques de pair avec le plan de conservation du paysage culturel. Le tout s'appellera Plan de conservation de l'écosystème et du paysage culturel. Les recommandations relatives à la conservation de l'écosystème respecteront les objectifs en matière d'intégrité commémorative du lieu.

L'environnement naturel et les ressources sont sauvegardés lorsque :

  • les prairies de fétuque sont protégées et mises en valeur. Il est capital d'inventorier cet écosystème et d'autres éléments du paysage naturel et du lieu, et d'élaborer des stratégies pour en protéger des parties et les mettre en valeur, respectant ainsi les ressources culturelles et l'objectif global de commémoration du lieu;

  • la diversité des habitats, capitale pour la reproduction d'un grand nombre d'espèces animales indigènes, y compris des amphibiens, des oiseaux, des mammifères et des insectes, est protégée et mise en valeur d'une façon conforme à l'objectif de commémoration;

  • l'évolution des composantes écologiques et du paysage naturel, et l'utilisation des terres au fil du temps (de 1850 env. à aujourd'hui) sont étudiées et définies, afin de servir d'appui au processus décisionnel;

  • le public comprend les changements survenus dans le paysage dans le contexte de l'histoire de Batoche;

  • l'importance de l'environnement naturel pour l'histoire du lieu est communiquée efficacement.

Extrait de l'Énoncé d'intégrité commémorative du LHNC de Batoche


3.3.6 Évaluation des ressources culturelles

On n'écarte pas, à Batoche, la possibilité de découvrir des ressources culturelles encore inconnues ou de réévaluer des ressources existantes. Pour déterminer le niveau d'importance d'une ressource culturelle, on se servira des directives suivantes :

  • ressources culturelles datant de la période située entre 1872 et 1885 : niveau 1;
  • ressources culturelles datant d'avant 1872 : niveau 2;
  • ressources culturelles datant d'après 1885 : seront évaluées cas par cas puisque certaines de ces ressources pourraient aider à acheminer la commémoration de la communauté métisse de Batoche vers le XXe siècle.

3.3.7 Surveillance et évaluation

La protection du patrimoine nécessite la gestion adéquate des ressources culturelles et naturelles au moyen d'un inventaire adéquat et représentatif des ressources, l'examen et l'évaluation de l'état des ressources et de leur valeur patrimoniale dans le processus décisionnel et enfin, la surveillance des menaces et les mesures de gestion prises pour les protéger. Sans relevé continu des problèmes connus et de ceux que l'on perçoit, les mesures de gestion se fonderont sur la conjecture et s'appliqueront sans tenir compte de priorités.

On a fait un vaste inventaire des ressources culturelles au LHNC de Batoche et, à l'exception des sentiers et des bâtiments des fermes Nogier et Parenteau, on a évalué la valeur historique pour la majeure partie du lieu. Les menaces relevées dans le Rapport sur l'état des parcs de 1990 comprenaient la détérioration de la maison Caron père (maintenant stabilisée), l'utilisation du lieu par les visiteurs, les rongeurs, et les incidences de la végétation sur les trous des tireurs et la zareba (maintenant gérées grâce à des trottoirs de bois et un accès contrôlé, et grâce à l'abattage et à la taille d'arbres). Le Rapport sur l'état des parcs de 1994 fait mention d'une amélioration de l'état de la maison Caron et des terrassements : de médiocre, l'état est qualifié de bon.

Les ressources culturelles du LHNC de Batoche sont considérées sauvegardées lorsque les ressources ont été repérées, inventoriées et évaluées, et lorsque les stratégies pour leur surveillance sont en place, c.-à-d. :

  • la valeur historique des ressources culturelles a été bien examinée et intégrée dans la planification, la conservation, la mise en valeur et les programmes opérationnels;

  • les conséquences potentielles et les incidences cumulatives qu'auront les mesures proposées sur la valeur historique des ressources culturelles ont été étudiées;

  • les évaluations environnementales tiennent compte et traitent des conséquences négatives qu'auront les mesures proposées sur la valeur historique des ressources culturelles;

  • les décisions de gestion se fondent sur un travail d'équipe interdisciplinaire;

  • les données et les inventaires de ressources culturelles (y compris les données de base, les décisions, les mesures prises, la documentation sur le patrimoine, etc.) sont à jour;

  • les mesures qui touchent aux ressources culturelles et à leur mise en valeur font suite à recherche, consignation et exploration pertinentes;

  • la recherche et les résultats de la recherche constituent la base pour les activités qui ont des incidences sur les ressources culturelles et leur mise en valeur.

Extrait de l'Énoncé d'intégrité commémorative du LHNC de Batoche

Les conditions relatives à la surveillance de la protection du patrimoine au LHNC de Batoche devraient désormais mettre l'accent sur les domaines suivants :

  • un programme permanent de surveillance des problèmes structuraux de l'église et du presbytère jugés chroniques (ex.: bombement des murs de l'église), y compris un programme de surveillance du mouvement de la fonda tion de l'église tel que recommandé dans le Rapport définitif de l'enquête sur l'ingénierie de la conservation de la structure du rez-de-chaussée (Travaux publics Canada, mai 1996);
  • les exigences concernant la quantité de carburant et à la gestion des feux (à déterminer dans le Plan de conservation de l'écosystème et du paysage culturel);
  • les incidences de la circulation piétonnière sur les ressources culturelles et naturelles;
  • l'évaluation et la surveillance de l'environnement en vue de déceler de potentielles incidences pour les ressources culturelles et naturelles sur le côté ouest si on y permettait l'accès du public.

3.4 Propositions par domaines ou ressources

Les sections 3.2 et 3.3 prévoient les objectifs et directives d'ensemble du lieu pour la mise en valeur et la protection du patrimoine de Batoche. Celle qui suit prévoit des propositions particulières à chacun des points importants de ressources culturelles et de services.


3.4.1 Centre d'accueil

Le principal point de chute, au LHNC de Batoche, continuera d'être le centre d'accueil. Là, les visiteurs profiteront d'une orientation vers les divers services et programmes offerts sur le lieu. L'orientation ne couvrira pas seulement le côté est mais comprendra le côté ouest de Batoche, le système de lots riverains de Fish Creek à St. Laurent, d'autres lieux patrimoniaux de la Rébellion/Résistance de 1885 et d'autres lieux historiques nationaux. C'est au centre d'accueil que le visiteur paiera pour les services autres que ceux de base auxquels il souhaite avoir recours.

Au centre d'accueil, on vous propose les renseignements et services suivants :

  • la production audiovisuelle et la salle d'exposition constituent deux tremplins d'information qui permettent de faire connaître tous les messages véhiculés à Batoche, relevés dans l'Énoncé d'intégrité commémorative. Ces installations sont accessibles à tous les visiteurs et considérées comme services fondamentaux étant donné le but et les objectifs visés;
  • le visiteur sera informé des possibilités, des messages et des services offerts sur le lieu. On l'informera notamment de la longueur des divers sentiers et de l'état du lieu;
  • le visiteur sera informé du fait que la mise en valeur du patrimoine au LHNC de Batoche offre diverses perspectives sur les circonstances, les événements et les conséquences de la Rébellion/ Résistance et il est invité à explorer et à tenir compte de ces perspectives pour comprendre l'importance nationale de Batoche.

Il devient prioritaire de revoir la production audiovisuelle si l'on veut qu'elle présente au moins un niveau de sensibilisation quant aux raisons de l'importance nationale du lieu. Cette révision permettra aussi d'évaluer si le programme, tel qu'il est, offre diverses perspectives — les « nombreuses voix de l'histoire» — sur les raisons, les événements et les conséquences de la Rébellion/Résistance de 1885. Cette évaluation se fondera sur l'intégrité commémorative du lieu et sur les principes et la pratique contenus dans la Politique sur la gestion des ressources culturelles. Toute lacune sera comblée soit en modifiant le programme audiovisuel ou en améliorant les messages diffusés dans la salle d'exposition. Celle-ci complète les messages contenus dans le programme audiovisuel et est accessible aux visiteurs à besoins spéciaux.

Les valeurs physiques de l'importance de Batoche peuvent se trouver dans les ressources culturelles du lieu. L'évaluation du programme audiovisuel et de la salle d'exposition doit aborder l'efficacité de la communication des valeurs symboliques de Batoche. La communication de ces dernières est inhérente à la compréhension de l'importance nationale de Batoche. Par conséquent, l'évaluation des médias d'interprétation du centre d'accueil doit faire ressortir si chacune des valeurs suivantes, relevées dans l'Énoncé d'intégrité commémorative du LHNC de Batoche, est présentée au visiteur :

  • valeurs symboliques de Batoche importantes pour l'histoire du Canada :
    • a confirmé le contrôle du Canada du l'Ouest
    • a contribué à la montée du nationalisme québécois
    • a conduit à la colonisation à grande échelle de l'Ouest par les immigrants
    • a permis la réalisation de la politique nationale
    • a symbolisé l'affrontement des aspirations dans l'Ouest
  • sommaire des valeurs symboliques de Batoche importantes pour les Métis :
  • aspirations des Métis, au siècle dernier et aujourd'hui
  • la dispersion des Métis à partir de la colonie de la rivière Rouge
  • le climat politique de 1885
  • les répercussions de la politique nationale
  • modes traditionnels et changeants d'occupation des terres
  • gouvernement autonome métis.

3.4.2 Église, presbytère et cimetière

L'église et le presbytère Saint-Antoine-dePadoue étaient signalés en bon état dans le Rapport sur l'état des parcs de 1994 en terme de risque pour les ressources. « Bon » signifie :

  • pas de détérioration tangible dans la stabilité ou la fonction de l'une des composantes essentielles (autre que l'usure normale);
  • on veille à ce que cet état reste constant grâce à des procédures d'entretien régulières.

Malgré cette cote, l'église a besoin de travaux de conservation. Les recommandations en matière de conservation citées dans le Rapport d'enquête sur l'église Saint-Antoine-de-Padoue et le Rapport final d'enquête sur l'ingénierie de conservation des structures du rez-de-chaussée ont été intégrées dans le plan d'affaires du lieu. On mettra en place un programme permanent de surveillance des problèmes structuraux jugés chroniques.

Le cimetière est la propriété de la paroisse de Batoche. Grâce à certains arrangements avec la paroisse, les visiteurs du LHNC de Batoche peuvent visiter le cimetière soit dans le cadre d'une visite guidée, soit par eux-mêmes. Le lieu continuera à faire le lien avec la paroisse pour que les visiteurs, le personnel et les partenaires traitent le cimetière avec respect.


3.4.3 Maison Caron père

La maison Caron père a été désignée « reconnue» au sens de la Politique sur les EFP pour trois raisons : ses associations avec la reconstruction de la communauté métisse après la Rébellion/ Résistance de 1885, il s'agit de l'une des constructions encore existantes depuis la première phase de cette reconstruction, et sa valeur documentaire en tant que maison métisse rurale typique. Comme elle représente la communauté métisse à Batoche, la maison est reconnue ressource de niveau 1. Elle a été stabilisée.

La maison Caron père serait un endroit de choix pour un partenaire qui voudrait faire valoir la communauté métisse et les années ultérieures à 1885 (ou offrir des programmes spéciaux). On cherchera des possibilités grâce auxquelles des partenaires élaboreraient une programmation sur le patrimoine et se serviraient de l'intérieur de la maison Caron ou de la cour. Les propositions visant la restauration de l'intérieur de la maison seront évaluées et acceptées en fonction des dispositions de la Politique sur la gestion des ressources culturelles.


3.4.4 Zareba et trous de tireurs

Le Rapport sur l'état des parcs de 1994 indique que, bien que les sols du LHNC de Batoche soient en bon état (amélioration depuis 1990), la zareba et les trous de tireurs demeurent fragiles. Pour contrôler la circulation piétonnière et empêcher qu'elle ne nuise aux ressources, on a construit, en 1993, des trottoirs de bois à la zareba et aux trous de tireurs de la Force expéditionnaire qui dominent la rivière Saskatchewan Sud.

La zareba et les trous des tireurs des Métis et de la Force expéditionnaire sont des ressources de niveau 1 essentiels à la compréhension de la bataille de Batoche. Une large tranchée près du village-est a servi, d'après ce que l'on croit, de cachette aux femmes et aux enfants métis pendant la bataille. Il reste encore à étudier l'utilisation historique de cet endroit. Pour comprendre l'emplacement stratégique des trous de tireurs et de la zareba, il est essentiel de reconnaître la topographie environnante, l'usage des ravins comme chemins de fuite, l'emplacement des trous de tireurs au-dessous des crêtes en terrasse, et l'emplacement des pistes historiques. L'entretien des lignes visuelles et du paysage fera partie de la gestion de ces ressources culturelles.


3.4.5 Village-est

Le village-est est un complexe important de ressources culturelles pour diffuser tous les messages de niveau 1 à Batoche. En réponse à la demande du public de donner plus de vie au village, on évalue des méthodes personnalisées et non personnalisées de diffusion des messages dans le village et ce, pour une communication efficace.

On a proposé, dans le plan directeur de 1982, de reconstruire les bâtiments qui constituaient jadis le village-est, ce qui a été appuyé par certains lors des réunions publiques tenues durant l'exercice de révision du plan. Toute décision concernant le bien-fondé et la faisabilité de la reconstruction des édifices historiques à des fins de mise en valeur sera prise en fonction des directives stipulées dans la Politique sur la gestion des ressources culturelles. Les coûts de construction, d'ameublement et d'entretien feront l'objet d'une étude très approfondie dans le processus décisionnel.

Une aire d'accostage sera aménagée à l'est du passage du traversier. On donnera une orientation générale des lieux aux canoéistes. Il s'agira d'un service de base pour ces groupes de visiteurs dont le nombre semble augmenter.


3.4.6 Sentiers

Les pistes Carlton et Humboldt constituent des ressources culturelles de niveau 1. En fait, la piste Carlton est commémorée au LHNC de Batoche par une plaque de la CLMHC. Le plus grand tronçon-vestige de la piste traverse le LHNC de Batoche. D'autres pistes secondaires sillonnent les côtés est et ouest de Batoche. Bon nombre des sentiers secondaires n'étaient que des passages foulés servant de raccourcis entre les maisons et les dépendances, aires de travail et points centraux de la collectivité. Ces sentiers font entre 150 et 600 mètres et sillonnent tout Batoche. Dans la mesure du possible (grâce à la documentation historique et à l'association à des ressources culturelles connues), ces sentiers seront évalués pour savoir s'ils constituent des ressources culturelles et, si oui, de niveau 1 ou 2. À cette fin, on se fondera sur les critères indiqués au point 3.3.6.

Ces sentiers permettent aux visiteurs de circuler d'une ressource culturelle à une autre ou d'un point d'interprétation à un autre. Si les sentiers, qui ont été reconnus comme ressources culturelles, sont désignés aux fins d'accès des visiteurs sur le lieu, il faudra évaluer les incidences environnementales au niveau de la conception et de la mise en oeuvre afin de garantir que les valeurs patrimoniales de ces sentiers ne se perdent pas par suite d'incidences causées par les visiteurs ou de constructions.


3.4.7 Village-ouest

Les côtés ouest et est du LHNC de Batoche ne sont pas régis par les mêmes lois et règlements fédéraux. Alors que le côté est a été désigné comme lieu historique national en vertu de la partie II de la Loi sur les parcs nationaux, il n'en est pas de même pour le côté ouest. On veut arriver à une décision sur le statut des terres du côté ouest, ce qui permettra de gérer le LHNC de Batoche selon un ensemble cohérent de règlements. Le vaste territoire et la capacité d'offrir sur les lieux de nombreuses activités récréatives et autres nécessitent que Parcs Canada ait des moyens réglementaires qui lui permettent de gérer les ressources placées sous sa protection. Pour décider du statut futur administratif des terres du côté ouest, on suivra la démarche suivante :

  • on évaluera l'état de l'inventaire des ressources culturelles du côté ouest :
    • si l'inventaire n'est pas complet pour les terres du côté ouest administrées par Parcs Canada, on mènera une enquête sur le terrain pour le terminer;
    • si l'inventaire des ressources culturelles est complet pour le côté ouest, on évaluera ces ressources afin d'en déterminer l'emplacement et de décider si elles sont de niveau 1 ou de niveau 2.
  • tout le côté ouest sera désigné en vue d'une mise en réserve en vertu de la partie II de la Loi sur les parcs nationaux si tout le côté ouest renferme des ressources culturelles (pas de parcelles exclues sans ressources de niveau 1 ou 2). Toutefois,
  • si des lopins de terre du côté ouest ne contiennent pas de ressources culturelles, alors ces aires exclues seront évaluées aux fins d'utilisations facultatives. Cette évaluation comprendra un volet environnemental afin de déterminer les éventuelles incidences des utilisations facultatives. Cet exercice n'engendrera pas de poches de ressources culturelles séparées par des parcelles de terre pour une utilisation facultative. Par souci d'une gestion des ressources efficace, les zones qui seront gérées pour leurs ressources culturelles seront d'une taille assez grande pour incorporer les ressources culturelles, les lignes visuelles importantes au paysage culturel (voir 3.3.1), et des limites reconnaissables. On organisera un forum public et on donnera l'occasion au public et aux groupes d'intérêt de faire part de leurs intérêts pour les utilisations potentielles de ces terres à utilisation facultative. Conformément à l'évaluation environnementale et aux consultations, Parcs Canada décidera si et comment les terres renfermant des ressources naturelles et culturelles seront mises en réserve en vertu du décret sur les parcs historiques nationaux et comment seront gérées toutes les parcelles de terre restantes.

Depuis 1982, la gestion du côté ouest a essentiellement donné lieu à un accès restreint où le public n'est pas admis et où il n'y a aucun service ni installation. Par suite du présent plan directeur, on envisage maintenant de permettre l'accès du public au côté ouest et d'y faire de la mise en valeur patrimoniale. Pour définir les conditions d'accès au côté ouest, on tiendra compte de ce qui suit :

  • on évaluera les risques pour les visiteurs dans le cadre de l'évaluation des possibilités;
  • l'accès et l'utilisation ne se feront pas au détriment des ressources culturelles. Il se peut que les visiteurs aient à suivre certains passages désignés et que certains secteurs soient inaccessibles sur le côté ouest;
  • on envisagera des moyens d'interprétation personnalisés et non personnalisés;
  • l'objectif de commémoration sert de base à toute mise en valeur du patrimoine sur le côté ouest;
  • Parcs Canada n'offrira aucun service ni installation aux visiteurs sur le côté ouest. On s'attend à ce que les visiteurs soient des promeneurs d'une journée responsables d'apporter leur eau potable et autres provisions. On s'attend aussi à ce qu'ils aient leur propre moyen de transport jusqu'à l'entrée du côté ouest;
  • l'accès au côté ouest se fera par voie de terre, bien que l'on puisse autoriser les canoéistes à y accéder au niveau du passage du traversier ou à un autre endroit où il n'y a aucun risque pour le lieu historique.

Si l'accès au côté ouest est autorisé, on élaborera un programme de surveillance continue de façon à relever et à mesurer les incidences sur les ressources culturelles et les composantes écologiques, et aussi à évaluer la satisfaction des visiteurs. La gestion du côté ouest sera adaptée selon les résultats obtenus par suite de cette surveillance.


3.5 Gestion concertée

La participation de la Métis Society of Saskatchewan (MSS) à l'aménagement et à l'exploitation du LHNC de Batoche est un élément crucial du plan directeur. Par« gestion concertée », on entend le partage de la responsabilité consistant à garantir l'intégrité commémorative des lieux historiques nationaux. La gestion concertée se caractérise par la participation active continue de deux parties ou plus pour le bénéfice d'un lieu historique national.

La ministre du Patrimoine canadien et la MSS conviennent d'une entente de gestion concertée qui officialise leur participation à Batoche, pour :

  • garantir l'intégrité commémorative de Batoche;
  • renforcer les bonnes relations de travail qui se sont établies entre la MSS et ses représentants, et le personnel du LHNC de Batoche;
  • bâtir à partir des forces respectives de la MSS et du personnel du LHNC de Batoche, pour le bénéfice de Batoche.

L'entente entraînera la création d'un Conseil de gestion concertée. La participation de la MSS à Batoche sera importante dans les domaines suivants : mise en valeur du patrimoine (conception, prestation et évaluation) et gestion des ressources. Un protocole d'entente visant à cerner les objectifs de l'entente a été signé entre la ministre du Patrimoine canadien et la MSS.


3.6 Usage communautaire

Extrait de l'Énoncé d'intégrité commémorative du LHNC de Batoche

L'intégrité commémorative du LHNC de Batoche est rehaussée lorsque :

  • les traditions publiques de participation active sur le lieu et la mise en valeur se poursuivent;
  • la participation des Métis dans la protection et la mise en valeur du lieu est garantie.

Le LHNC de Batoche occupe et continuera à occuper une place importante dans la collectivité locale. À cette fin, celle-ci est représentée à Batoche, en appui donc à la Convention du patrimoine mondial qui prévoit que le patrimoine a un rôle à jouer dans la vie d'une collectivité. On étudiera des possibilités pour la collectivité voisine d'intégrer le LHNC de Batoche à ses célébrations et activités communautaires. En outre, on cherchera des possibilités qui permettront à de telles activités de rehausser l'objectif de commémoration du LHNC de Batoche (par exemple, grâce à la mise en valeur de l'histoire locale et à des services religieux spéciaux).


3.7 Utilisation des terres adjacentes

Parcs Canada continuera à coopérer pour protéger et mettre en valeur des édifices métis historiques et le mode de division des terres en lots de rivière entre Fish Creek et St. Louis. Plusieurs mesures sont prévues pour que le LHNC de Batoche participe ou puisse participer à la gestion des ressources culturelles des terres adjacentes :

  • la bande indienne One Arrow étudie une résolution de bande, approuvée à la fois par le ministre des Affaires indiennes et du Nord Canada et celui du Patrimoine canadien, qui vise à restreindre les aménagements sur les lots 47, 48, 49, 50 et 51. Cela favorise en effet le statut de réserve pour toute la région située à l'est du LHNC de Batoche et veille à ce qu'il n'y ait pas d'aménagements inacceptables adjacents à Batoche;
  • Parcs Canada dispose de renseignements sur les ressources culturelles que renferment les terres adjacentes susceptibles d'intéresser les propriétaires. Les propriétaires doivent être informés de l'importance de protéger les traces de la division des terres en lots de rivières. Dans le cadre de son engagement dans la collectivité voisine et à titre d'organisme leader en matière de patrimoine, Parcs Canada doit montrer ces valeurs patrimoniales aux propriétaires et au public en général.

3.8 Service de qualité aux clients

La garantie d'un service de qualité aux clients se reconnaîtra grâce à :

  • une meilleure compréhension de nos clients : savoir qui ils sont, connaître leurs besoins et leurs attentes, de même que leur niveau de satisfaction;
  • des changements, dans les limites des ressources existantes, de l'intégrité commémorative et de la Politique sur la gestion des ressources culturelles, pour répondre aux besoins;
  • des recherches continues sur nos clients afin d'adapter nos services selon les changements survenus au sein du public.

Le Plan tactique et stratégie commerciale des activités de Parcs Canada en Saskatchewan fera partie intégrale de la mise au point et de la prestation de services de qualité. La stratégie commerciale fournit une ébauche détaillée et un plan de travail en vue d'entreprendre des mesures de communication. L'ébauche décrit chaque produit de communication à un niveau qui permettra au LHNC de Batoche de procéder directement à l'élaboration et à la production.

Pour obtenir un service de qualité, on observera les principes suivants :

  • le centre d'accueil sera ouvert pendant les heures et saisons de pointe de façon à orienter le public. D'autres moyens d'orientation seront à la disposition des canoéistes arrivant au village-est;
  • les installations seront propres et sans danger;
  • le personnel répondra précisément, et non pas hypothétiquement, aux demandes de renseignements des visiteurs. S'il est impossible de répondre correctement à un visiteur, le personnel lui indiquera d'autres sources d'aide;
  • on offrira en permanence des expositions et des programmes audiovisuels qui permettent de comprendre le lieu et ses grandes valeurs patrimoniales, et d'en faciliter l'appréciation;
  • on affichera les horaires des programmes et des activités offertes sur le site et on les communiquera dans le cadre de l'exercice d'orientation;
  • tous les programmes, qu'ils soient autoguidés ou dirigés par le personnel du parc ou des partenaires, seront éducatifs et agréables; en outre, ils feront ressortir différents point de vue historiques.

On incorporera dans certains projets et programmes découlant du présent plan directeur, les directives contenues dans Plan d'accès pour le lieu historique national de Batoche (mars 1991) concernant l'accessibilité des personnes à besoins spéciaux.


3.9 Lieu historique national du Canada de la Bataille-de-Fish Creek

Le lieu historique national du Canada de la Bataille-de-Fish Creek est le lieu de la principale bataille de la Rébellion ou Résistance du NordOuest entre les Métis et la Force expéditionnaire du Nord-Ouest le 24 avril 1885. Fish Creek se trouve à environ 24 kilomètres au sud de Batoche. Administrés par le personnel de Parcs Canada en poste à Batoche, Fish Creek est un lieu de patrimoine important, lié à Batoche par de forts liens historiques et commémoratifs. À l'origine, Fish Creek devait faire partie du plan directeur du LHNC de Batoche. Finalement, on rédigera un plan séparé pour le lieu historique national du Canada de la Bataille-de-Fish Creek. Toutefois, en raison des liens administratifs et commémoratifs entre ce lieu et Batoche, le programme de planification de la gestion pour Fish Creek fera référence au présent plan directeur.


4.0 Mise en œuvre

Pour déterminer comment il atteindra ses objectifs, Parcs Canada se fonde sur son processus annuel de planification d'entreprise. Le plan directeur donne la direction stratégique sur laquelle le plan d'affaires d'un lieu repose. Le plan d'affaires indique quand et comment les stratégies du plan directeur seront mises en oeuvre. Les priorités y sont fixées de sorte à garantir l'intégrité commémorative du lieu, le service à la clientèle et l'utilisation rationnelle des ressources.

La mise en oeuvre de plusieurs dispositions du présent plan directeur dépend de la disponibilité des ressources financières et d'une base adéquate de recherches. L'approbation de ce plan ne constitue pas l'approbation automatique des fonds nécessaires à la mise en oeuvre. Les crédits parlementaires accordés à Parcs Canada -- affectés principalement à la réalisation des objectifs de protection du patrimoine et à la prestation des services de base aux visiteurs -- sont une source de financement à Batoche. On essaiera d'en trouver d'autres pour la mise en oeuvre de ce plan, notamment par l'entremise de projets de partenariats et de l'imposition de droits d'utilisation pour l'accès à certains services.

Par suite de l'entente de gestion concertée signée par Parcs Canada d'une part et la Métis Society of Saskatchewan d'autre part, on formera un Conseil de gestion concertée. L'un des rôles du Conseil sera de participer à l'élaboration et à la mise en oeuvre du plan directeur et du plan d'affaires du LHNC de Batoche.

La mise en oeuvre des mesures recommandées dans ce plan directeur sera la responsabilité du directeur de l'unité de gestion de Parcs Canada dont le LHNC de Batoche fait partie.


4.1 Mesures de gestion particulières

Les activités, programmes et études qui suivent sont les premières mesures de gestion à entreprendre. Ils sont organisés d'après les objectifs clés du programme de planification de la gestion :

Établir le bien-fondé des proposffions de la phase II
Activité Échéance Section
Plan de paysage culturel en vue de conserver les lignes visuelles et les vestiges de lots de rivière, et en vue de tenir un dossier des changements de la végétation au lieu de restaurer un paysage historique. Tôt dans la mise en oeuvre du plan. Partie du plan de conservation du paysage culturel et de l'écosystème. 3.3.1
Restauration de l'intérieur de la maison Caron père ou restauration de la cour extérieure, ou les deux. Seulement selon les directives de la Politique sur la gestion des ressources culturelles. Trouver des candidats en vue de partenariats 3.4.3
Reconstruction de bâtiments du village-est. Seulement selon les directives de la Politique sur la gestion des ressources culturelles. Trouver des candidats en vue de partenariats 3.4.5
Décision prise sur le statut administratif de terres situées du côté ouest. Tôt dans la mise en oeuvre du plan. 3.4.7
Présenter les nombreuses voix de l'histoire au public
Activité Échéance Section
Surveillance et évaluation de l'efficacité de la communication des messages
  • recours au sondage auprès des clients
  • mise au point d'autres outils
Permanent 3.2.3
Révision du programme audiovisuel du centre d'accueil et y apporter les changements afin de garantir que tous les messages sont diffusés, que le concept de perspectives multiples vis-à-vis de l'histoire est expliqué et que les raisons de cette présentation particulière sont expliquées. Tôt dans le plan. La mise en oeuvre est une priorité étant donné que la présentation audiovisuelle est une orientation fondamentale. 3.4.1
Présenter le lieu comme un tout
Activité Échéance Section
Délimiter des sentiers d'interprétation sur le côté est reliant les médias d'interprétation et les messages aux ressources culturelles in situ. Doit se faire après étude de marché, évaluation des ressources des sentiers historiques et plan du paysage culturel. 3.2.1
3.3.1
3.4.6
Accès des visiteurs au côté ouest. Plan de gestion du risque pour le visiteur, évaluation environnementale à terminer avant d'autoriser l'accès. 3.4.7
Surveiller les incidences causées par les visiteurs (si l'accès est autorisé). Permanent. 3.4.7
Faire de batoche un lieu important dans la collectivité locale
Activité Échéance Section
Gestion concertée du lieu entre Parcs Canada et la Métis Society of Saskatchewan. Continu. 3.5
liaison continue avec la paroisse pour garantir que les visiteurs, le personnel et les partenaires traitent le cimetière avec respect. Continu. 3.4.2
Forum pour définir l'interprétation du rôle des Premières nations en 1885. Tôt dans la mise en oeuvre. 3.2.2
Utilisation des infrastructures de Parcs Canada par la collectivité. Selon les circonstances. 3.6
Projets de gérance avec les propriétaires des terres adjacentes. Continu. 3.7
Autres activités visant les objectifs d'intégrité commémorative et de gestion des ressources culturelles
Activité Échéance Section
Gestion des composantes écologiques dans le cadre du plan de conservation du paysage culturel et de l'écosystème. Dans le cadre du plan de conservation du paysage culturel. 3.3.1
3.3.5
Tenir l'inventaire des ressources archéologiques et des sentiers. Dans la mesure du possible. 3.3.2
3.4.6
Décider si les fermes Nogier et Parenteau constituent des ressources culturelles. Présenter les bâtiments au BEEPF une nouvelle fois. 3.3.3
Conservation de l'église et programme de suivi. Immédiatemente. 3.4.2
conditions de l'Énoncé d'intégrité commémorative sont appliquées. Comme indiquées.
Autres activités visant un service de qualité aux clients
Activité Échéance Section
Étude de marché pour voir si les produits de communication répondent aux besoins du public. Doit se faire avant de remanier les programmes patrimoniaux ou d'y faire des aiouts. 3.2
3.8
Accès des personnes à besoins spéciaux. Selon les besoins. 3.8
Aire d'accostage pour les canots au village-est. Selon la demande. 3.4.5

5.0 Énoncé sur les répercussions environnementales et socio-économiques

L'énoncé de décision suivant provient de l'Examen environnemental de février 1997 du plan directeur du lieu historique national de Batoche.

Le Plan directeur du lieu historique national de Batoche 1997 a été soumis à un examen environnemental conformément à la directive du Cabinet, Processus d'évaluation en matière d'environnement pour les propositions de politiques et de programmes (Agence canadienne d'évaluation environnementale, 1993). L'examen environnemental a été effectué tôt lors du stade de la dernière ébauche du processus de planification afin de garantir que les effets environnementaux des projets contenus dans le plan soient pleinement pris en considération avant que toute décision irréversible ne soit prise. L'évaluation des incidences environnementales comprenait une prise en considération des incidences culturelles, naturelles et socio-économiques.

L'évaluation environnementale a mis l'accent sur trois projets majeurs qui pourraient entraîner des incidences sur l'environnement. Bon nombre des projets sont conceptuels de nature et nécessiteront une évaluation ou un examen plus poussé lorsque des propositions précises seront avancées. Pour bon nombre des projets qui laissent supposer des effets environnementaux néfastes, ces effets peuvent être atténués en suivant les procédures établies qui suivent. Les détails de l'atténuation demandée, la surveillance et le suivi devront être élaborés lorsque les propositions évolueront de l'état de concept à la réalisation et la mise en oeuvre.

Le plan directeur de 1997 a aussi été évalué pour tenir compte des effets cumulatifs sur l'environnement. Les stratégies suivantes ont été proposées pour mieux évaluer les effets cumulatifs sur les quelques prochaines années :

  1. déterminer les capacités de tolérance sociale et physique d'après les niveaux connus et projetés d'utilisation par les visiteurs, et établir des limites acceptables de changement pour gérer les pressions dues à l'accroissement et au changement d'utilisation du lieu, à la fois sur le côté est et le côté ouest de la rivière Saskatchewan Sud;
  2. continuer à établir des alliances avec des groupes d'intérêt, y compris la Métis Society of Saskatchewan, pour établir des objectifs régionaux visant l'intégrité des ressources écologiques et culturelles du grand écosystème;
  3. évaluer les effets cumulatifs des projets de recherche et de surveillance à la fois pour les ressources de patrimoine culturel et naturel dans le contexte du Plan de conservation du paysage culturel et de l'écosystème.

L'examen environnemental a déterminé que les éventuels effets environnementaux néfastes des propositions tels que décrites dans le Plan directeur peuvent être atténués. De nombreuses propositions seront cependant soumises à des évaluations particulières à chaque projet à mesure que les projets passent du stade conceptuel au stade de la réalisation et de la mise en oeuvre.


6.0 Glossaire

Conservation
Par conservation, on entend toutes les activités ayant pour but de sauvegarder une ressource culturelle de sorte à en préserver la valeur historique et à en prolonger la vie. Il y a des domaines de conservation appropriés pour différentes sortes de ressources culturelles. Tous ont en commun un concept élargi de conservation qui comprend une ou plusieurs stratégies qui vont de l'intervention minime à l'intervention majeure, c'est-à-dire de l'entretien à la modification de la ressource culturelle.
Évaluation environnementale
Il s'agit d'une évaluation des répercussions environnementales d'un projet exécuté conformément aux dispositions de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale et de son Règlement ou d'une évaluation du plan directeur conformément au Processus d'évaluation environnementale des projets de politiques et de programmes.
Gestion des caractéristiques écologiques
Les caractéristiques écologiques naturelles et les ressources paléontologique font souvent partie intégrante de l'histoire et du paysage des lieux historiques et des canaux historiques nationaux. La valeur de ces caractéristiques et ressources sera estimée d'une manière qui reflète le rôle de Parcs Canada en tant que gérant majeur de l'environnement.
Gestion des ressources culturelles
Ce sont les pratiques généralement acceptées en vue de la conservation et de la mise en valeur des ressources culturelles. Elles sont fondées sur des principes et menées à bien dans le cadre d'une pratique qui intègre des activités professionnelles, techniques et administratives afin que la valeur historique des ressources culturelles soit prise en compte dans des mesures susceptibles d'avoir des répercussions sur elle. À Parcs Canada, la gestion des ressources culturelles englobe la mise en valeur et l'utilisation des ressources culturelles, de même que leur conservation.
Gestion concertée
Le concept de gestion concertée s'entend du partage des responsabilités visant à garantir le respect de l'intégrité commémorative des lieux historiques nationaux, et se caractérise par l'engagement actif et continu de deux parties ou plus pour le bénéfice d'un lieu historique national.
Intégrité commémorative
L'intégrité commémorative est un concept qui décrit l'état ou la complétude d'un lieu historique national. Un lieu possède son intégrité commémorative lorsque les conditions suivantes sont réunies : les ressources qui symbolisent ou représentent l'importance du lieu n'ont pas été endommagées ou ne sont pas menacées; les motifs justifiant l'importance historique nationale du lieu sont bien communiqués à la population; les valeurs patrimoniales de l'endroit sont respectées par tous ceux qui prennent des décisions ou des mesures pouvant avoir une incidence sur le lieu historique national.
Objectif de commémoration
L'objectif de commémoration est un énoncé qui décrit les raisons pour lesquelles un lieu a été déclaré d'importance nationale, c.-à-d. les raisons pour lesquelles le lieu a été désigné lieu historique national. L'énoncé se fonde sur l'adhésion rigoureuse aux procès-verbaux de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) qui ont été approuvés par le ministre responsable de Parcs Canada. Il se peut aussi que l'on se serve d'inscriptions sur des plaques de la CLMHC approuvées pour rédiger l'énoncé de l'objectif de commémoration.
Paysage culturel
Toute étendue géographique ayant été modifiée ou influencée par l'activité humaine, ou à laquelle est conféré une signification culturelle spéciale.
Reconstruction
Il s'agit de reconstruire une ressource culturelle disparue selon la forme qu'elle avait à une période en particulier à condition qu'il n'y ait pas de vestige important méritant d'être préservé qui serait menacé par la construction, qu'on possède des données suffisantes pour reproduire une copie exacte de l'original, et que la reconstruction soit le meilleur moyen de préserver la compréhension du public d'un aspect important du passé. La reconstruction est un choix interprétatif, et non une activité de conservation. La section 3.5.2.6.3, intitulée Création d'un sens du passé, de la Politique sur la gestion des ressources culturelles contient des directives précises en matière de reconstruction.
Réhabilitation
Par réhabilitation, on entend la modification, y compris aux fins de réutilisation adaptative, d'une ressource culturelle afin de répondre à diverses exigences fonctionnelles, tout en gardant le caractère historique de la structure.
Ressource culturelle
Oeuvre humaine ou endroit présentant des signes évidents d'activités humaines ou ayant une signification spirituelle, dont la valeur historique a été reconnue. Le niveau 1 est attribué aux ressources culturelles qui transmettent une importance historique nationale (telle que définie à partir des recommandations de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada). Le niveau 2 est attribué à une ressource culturelle qui n'est pas d'importance historique nationale mais qui n'en a pas moins une valeur historique.
Restauration
La restauration d'époque est la restitution exacte d'une forme, d'un tissu ou d'un détail d'un lieu ou d'une structure, exécutée d'après des preuves recueillies lors de relevés, de recherches et d'analyses, grâce à l'enlèvement d'ajouts ultérieurs et au remplacement d'éléments manquants ou détériorés de l'époque en question. Selon l'objectif visé et le degré de l'intervention, la restauration d'époque peut être une activité de mise en valeur plutôt que de conservation.
Services de base
La politique du Conseil du Trésor précise que si l'évaluation d'un service offert par Parcs Canada indique que toute la société en profite, le coût de ce service (c.-à-d. un service de base) sera payé à partir de fonds autres que les droits perçus auprès des visiteurs. Par contre, s'il agit d'un avantage qui profite principalement à des groupes ou à des personnes précises, ce sont les droits qui doivent servir à financer le coût de ce service. Enfin, si l'évaluation détermine que la société dans son ensemble aussi bien que les usagers tirent avantage du service, le coût de la prestation de ce service sera défrayé grâce à une combinaison de fonds provenant des droits perçus et d'autres sources.
Surveillance
La surveillance suppose l'observation et le relevé des changements. Il s'agit de la pierre angulaire d'un style de gestion adaptatif. La surveillance poursuit essentiellement trois buts en matière de gestion des ressources culturelles :
  • évaluer l'efficacité des politiques ou des lois dont le but est de maintenir des conditions acceptables;
  • évaluer les règlements et les mesures de gestion;
  • déceler les changements qui s'amorcent (souvent en raison de pressions externes au lieu) en se servant d'indices (signes d'avertissement précoce).

Annexe A. État des projets décrits dans le plan directeur de Batoche de 1982

État des projets décrits dans le plan directeur de Batoche de 1982. Les projets suivis de (II) en étaient à leur deuxième stade de mise en oeuvre conformément au plan de 1982.

Objectifs Sous-objectifs Réalisés depuis 1982 Non réalisés depuis 1982
Prévoir un éventail complet de méthodes de protection des ressources historiques allant du laissez-faire à la restauration complète selon l'époque. Ne pas toucher aux ressources historiques qui ne sont pas menacées par les visiteurs ou l'aménagement du lieu, et dont on n'a pas besoin aux fins de commémoration de Batoche.
  • le village-ouest et les trous de tireurs ont été clôturés
Protéger les ressources historiques fragiles et susceptibles d'être endommagées par les visiteurs et d'autres facteurs, ou que l'on envisagerait de restaurer ou de reconstruire.
  • 2 bâtiments du village-ouest ont été stabilisés
  • Magasins Fisher et Walter & Baker demeurent stabilisés
  • Les fondations du village-est sont stabilisées
  • Résidence Carriere?
  • Résidence C. Thomas?
  • Bâtiment non identifié à côté de la résidence Carriere?
Restaurer les ressources historiques qui correspondent à la période commémorée à Batoche (de 1860 à 1900 environ).
  • Église (vers 1888)
  • Presbytère et dépendance
  • Maison Caron père (stabilisée, mais pas restaurée pour «commémorer le caractère agricole de la colonie de Batoche ») (II)
  • allée menant au cimetière et croix (ne sont pas la propriété de Parcs Canada)
Restaurer certaines parties sélectionnées de l'environnement historique de Batoche.
  • Enlèvement d'une ancienne exposition
  • Démantèlement de bâtiments récents
  • Aménagement paysager partiel de l'église et du presbytère, et de la zareba
  • village-ouest (laissez-faire)
  • Restauration des champs de bataille et des trous de tireurs autour du village-est (II)
  • Village de Batoche (y compris la ferme des Champagne) (II)
Reconstruire certaines structures du village de Batoche et reconstituer certains éléments du paysage associés à la bataille de Batoche, du 9 au 12 mai 1885.
  • Maison et magasin Letendre (II)
  • Résidence et magasin Boyer (II)
  • Magasin Fisher (II)
  • Reconstructions (II) flanc de la zareba (II)
Donner un aperçu des moyens d'interprétation qui répondront aux critères en matière d'orientation, d'intégration et de présentation d'une atmosphere d'époque. Prévoir des programmes et des expositions audiovisuelles pour orienter les visiteurs.
  • Présentation audiovisuelle
  • Exposition du centre d'accueil
  • Expositions extérieures
Prévoir l'ameublement, l'animation et des démonstrations d'époque aux bâtiments et lieux retenus aux fins de restauration et de reconstruction.
  • Ameublement d'époque de l'église et du presbytère.
  • Personnel en costume d'époque.
  • Personnel à tous les points principaux (ex. ferme Caron; village est).
  • Ameublement d'époque de la ferme Caron, de la maison et du magasin Letendre (II).
Offrir des moyens d'interprétation provisoires aux unités de ressources historiques de Batoche qui seront reconstruites ou restaurées plus tard, mais qui ne le seront d'ici un moment.
  • Expositions à la zareba et au village-est.
Prévoir d'autres moyens nécessaires à l'interprétation, tels que dépliants et publications, ce qui permettra au visiteur de se faire une idée générale de Batoche et de visiter le lieu selon ses désirs personnels.
  • Dépliants
  • Plusieurs ouvrages historiques
  • Souvenirs
  • Dépliants pour visites auto-guidées et réseau de pistes et sentiers (ex. piste Carlton, sentiers militaires) (II).
Donner un aperçu des programmes offerts par les services aux visiteurs et nécessaires au soutien du niveau accru d'aménagement et de commémoration de Batoche. Offrir aux visiteurs un système de transport efficace et sûr, permettant un bon accès aux principales unités de ressources situées sur le côté est de la rivière Saskatchewan Sud, sans toutefois empiéter sur l'environnement historique.
  • Route d'accès au village-est et accès principal au centre d'accueil.
  • Accès en fauteuil roulant possible jusqu'à l'église et jusqu'au presbytère pour les personnes à besoins spéciaux.
Offrir orientation, restaurant, installations de pique-nique, toilettes et services d'urgence pour les visiteurs. Tous ces services sont offerts au centre d'accueil.
Encourager des possibilités de loisirs qui ont un rapport avec l'histoire. Aire de pique nique aménagée près du centre d'accueil.
Garantir la sécurité à la fois du visiteur du lieu et du voyageur itinérant en déplaçant la route provinciale 225, ce qui permet aussi de protéger les attraits historiques de Batoche. Terminé comme prévu.
Donner un aperçu des critères opérationnels indispensables à la gestion et à la protection des ressources à Batoche. Prévoir les ressources et infrastructures nécessaires à la gestion, l'administration, l'entretien et l'exploitation pour répondre au nouveau niveau d'aménagement et de commémoration à Batoche. Stationnement, espace à bureaux, installation d'entretien et d'entreposage, services de sécurité et de lutte contre l'incendie, décharge d'ordures.
Gérer les ressources historiques des environs qui sont pertinentes aux thèmes commémorés à Batoche, et ce, conformément à l'entente sur les rivières Saskatchewan ou par le biais de tout autre mécanisme d'interaction régionale. <
  • Pas d'entente
  • Pas de plan directeur pour le LHNC de la Bataille-de-Fish Creek
Gérer et protéger les ressources de Batoche sans acquérir d'autres terres. Terminé tel que prévu.
Gérer et protéger Batoche en tant que parc historique national en vertu de la Partie II de la Loi sur les parcs nationaux. Terminé tel que prévu. [le côté ouest de Batoche ne relève pas de la Loi sur les parcs nationaux.]

Annexe B. Ressources culturelles du LHNC de Batache

The cultural resources of Batoche National Historic Site of Canada.
Éleménts archéologiques vestiges de paysage Description Importance historique Niveau Autres observations
Trous de tireurs des Métis on a relevé plus de 180 trous de tireurs métis répartis à 51 endroits à Batoche stratégie et tactiques des Métis, utilisation du terrain. Très important pour documenter et présenter le rôle des Métis dans le conflit 1 parmi les endroits où l'on trouve des trous de tireurs, 15 se trouvent sur le côté es et 36 sur le côté ouest. Bon nombre de ceux du côté est ont été perdus au profit des cultures
Zarebade Middleton la zareba est extrêmement importante en tant que ressource physique de la bataille de Batoche la zareba est le principal vestige des ressources culturelles associées à la FENO en 1885 1 une deuxième zareba a été construite dans le village est après la bataille. On a trouvé de vagues traces de cette zareba lors des fouilles archéologiques des magasins Fisher et Boyer.
Trous de tireurs de la Force expéditionnaire du Nord-Ouest (FENO) jusqu'à présent, on a trouvé 24 trous. Ils se trouvent sur les lots de rivière 52 et 53 et servaient probablement de ligne de défense pour la zareba associés au rôle de la Force expéditionnaire du Nord-Ouest en 1885 1 20 trous de tireurs de la Force expéditionnaire du Nord-Ouest surplombent la rivière Saskatchewan Sud
Cachettes possibles pour les femmes et les enfants métis grandes fosses le long de la piste Carlton, à l'ouest du village-est ont sans doute servi de cachettes aux familles pendant la bataille AE* *à évaluer. La fosse a servi de dépotoir au début du XXe siècle. Il faut trouver plus de renseignements sur l'usage qu'on en a éventuellement fait en 1885.
Tombe de l'artilleur Phillips tombe marquée association directe avec la bataille de Batoche 1
Cimetière de Batoche contenant les tombes des Métis tués lors de la Rébellion/Résistance de 1885. Le cimetière est une ressource qui permet de comprendre la communauté de Batoche et les événements de 1885. s.o. Il n'a pas été évalué, car il demeure la propriété de la paroisse et non de Parcs Canada.
Magasin Letendre Fondation de pierre et de mortier flanquée d'une dépression sur le côté est et d'un relèvement de terre rectangulaire sur le côté ouest. Les vestiges paysagers et archéologiques du village-est sont essentiels pour documenter et présenter l'évolution du centre commercial métis de Batoche, et l'utilisation de ces bâtiments par le gouvernement provisoire métis en 1885. 1
Dépôt de glace Branconnier Fondation en pierre du dépôt de glace construit au début du XXe siècle. 1 Situation de l'ancien arrêt Carnot qui a été démantelé avant 1915.
Magasin Boyer Dépressions et monticules à partir de fondations de rondins. 1
Magasin Fisher Représenté par une dépression. 1 Une dépression à l'arrière pourrait être la cave de la maison Fisher.
Maison Letendre Tout le système de fondation de la maison et de l'annexe est intact, de même que la semelle de la véranda. Deux caves. 1 La ressource a fait l'objet de vastes fouilles archéologiques.
Bâtiment Carriere Soulèvement de terre. Peut-être l'un des premiers bâtiments du village-est. 1 La ressource a fait l'objet de vastes fouilles archéologiques.
Ferme Champagne Vestiges de cave et de fondation. La plupart de ce qu'on a trouvé en surface date du XXe siècle. 2 Les éléments visibles sont jugés de niveau 2. Les éléments enterrés sont à évaluer.
École 1893 Ressources physiques minims. Emplacement de la première école de la paroisse. 1 L'emplacement de l'école a une valeur pour la documentation et la mise en valeur.
2e et 3e écoles Ressources physiques minims. Représentations de la communauté au XXe siècle. 2
Vestiges et autres preuves d'autres bâtiments occupés au cours du XXe siècle Varient en nature et en étendue. Association possible avec la communauté métisse de Batoche. AE* * à évaluer en fonction de l'orientation fixée dans le plan directeur.
Complexe du village-ouest Fondations et caves d'au moins 5 bâtiments. Emplacements du magasin de Walter et Baker; bâtiments de Mountour et d'Alex Fisher. 1
Passage du traversier (côtés est et ouest) Pas de preuve du passage du traversier; trouvé grâce à la piste Carlton. Notions de base sur l'endroit où Letendre avait ses operations. 1 Emplacement seulement, pas de traces de ressources physiques. Association à la piste Carlton d'importance nationale.
Bande défrichée pour le télégraphe Évidente sur le côté oust. Établie après 1885 et fait partie de la communauté. 1
Butte d'arpentage Reportée près de l'intersection de la piste Carlton et de la route 225. Importante pour le système de lots riverains et les événements qui ont conduit à la Rébellion/Résistance. 1 Emplacement précis reste à déterminer et documentation requise.
Piste Carlton Évidente sur les côtés est et oust. Commémorée à Batoche. 1
Piste Humboldt Traces le long du côté est à partir du village- est vers le sud. Piste traversant la communauté . 1
Sentiers secondaires Des deux côtés, est et oust. Liens entre les communautés. AE On ne sait pas toujours quand et pourquoi ces sentiers ont été utilisés (certains d'entre eux, côté ouest, étaient des sentiers de bétail). Sentiers à évaluer quant à leur importance conformément à l'orientation du plan directeur.
Rangées d'arbres bordant les lots riverains La valeur patrimoniale réside dans l'emplacement des rangées d'arbres plutôt que dans les arbres. Démarcation visuelle entre les lots. 1
Vestiges de modifications apportées par les hommes au paysage naturel AE Doivent être étudiés et définis; surveillance et entretien éventuel fondés sur la documentation conformément à l'orientation fixée dans le plan directeur.
Sites autochtones antérieurs à l'arrivée des Européens 2 On a trouvé plus de 93 sites et éléments antérieurs à l'arrivée des Européens à Batoche, la plupart d'après des découvertes à la surface. Dans la mesure du possible, il faudrait évaluer la nature et l'importance de ces découvertes.
Église St.- Antoine-de- Padoue Le caractère patrimonial réside dans le bâtiment restauré de 1896-1897, proportions simples, techniques et matériaux de construction, disposition et finition intérieures. L'église et le presbytère sont associés à la communauté métisse de Batoche les 2 bâtiments se trouvaient dans le champ de bataille. 1 « Classée » par le Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine (BEEFP).
Presbytère St.- Antoine-de- Padoue 1 « Reconnu » par le Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine.
Maison Jean Caron, père Forme et gros-oeuvre, l'un des rares bâtiments à avoir survécu depuis 1885. Association avec la communauté métisse après la Rébellion/ Résistance de 1885. 1 « Reconnue » par le Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine.
Maison Parenteau Jadis une maison de rondins; plus récemment, a servi de dépendance. Association possible avec la communauté métisse de Batoche. AE « Non classée », patrimoine par le BEEFP. A évaluer d'après l'orientation fixée dans le plan directeur.
Ferme Nogier Étable, cabane de rondins et maison. Association possible avec la communauté métisse de Batoche. AE « Non classée », patrimoine par le BEEFP. A évaluer d'après l'orientation fixée dans le plan directeur.
Construction sur le lot 19, côté ouest Structure en rondins d'une seule pièce à un étage avec toit à pignon. XXe siècle, mais n'est pas intégrale à la compréhension de la communauté de Batoche. 2 Bâtiment stabilisé en 1983. «non classé» patrimoine par le BEEFP.
Construction sur le lot 17, côté ouest Maison et cabane. XXe siècle, mais n'est pas intégrale à la compréhension de la communauté de Batoche. 2 Maison stabilisée en 1983. « non classée » patrimoine par le BEEFP.
Objets de l'église AE Seuls les objets particuliers au lieu et associés à l'histoire de l'église jusqu'en 1969. A évaluer selon l'orientation fixée dans le plan directeur.
Objets du presbytère AE Seuls les objets particuliers au lieu et associés à l'histoire de l'ég!ise jusqu'en 1955. A évaluer selon l'orientation fixée dans le plan directeur.
Objets d'exposition au centre d'accueil AE À évaluer selon l'orientation fixée dans le plan directeur.
Objets provenant de fouilles archéologiques faites à Batoche AE À évaluer selon l'orientation fixée dans le plan directeur.