Le premier fort

Le premier fort à occuper le haut de la falaise de Québec est celui que Champlain a fait construire en 1620. Il ne s'agit que de quelques bâtiments de bois entourés d'une palissade.

Le deuxième fort

Dès 1626, Champlain agrandit ses installations. Ce deuxième fort est ceinturé de remparts faits de terre et de bois.

Le troisième fort

Le troisième fort est construit en 1636 par Charles Huault de Montmagny, qui fait revêtir en maçonnerie les remparts de terre du deuxième fort de Champlain. Ces travaux s'échelonnent sur une période de 24 ans et se terminent en 1660.

Description du fort de Québec Description du fort de Québec en 1635, par Jean Bourdon
© Bibliothèque et Archives Canada, H12/340, Québec 1635

Le quatrième fort

La construction du quatrième fort Saint-Louis est entreprise en 1692 par le gouverneur Frontenac, une fois passé le siège de Québec par l'amiral Phips. L'enceinte est terminée en 1693 et elle ne changera pas jusqu'en 1759, quand l'armée britannique assiégera de nouveau Québec. Depuis la fin des années 1680 et jusqu'à la fin du Régime français, le fort Saint-Louis abrite une petite garnison d'au plus 25 hommes de même que la garde personnelle du gouverneur, composée de 17 soldats.

En 1762, le gouverneur Murray précise que le fort Saint-Louis n'a plus de valeur défensive. Rien n'est donc entrepris pour le renforcer. On se contente de stabiliser la partie donnant sur la falaise.

Entre 1779 et 1783, c'est-à-dire pendant la guerre d'Indépendance américaine, les militaires britanniques vont plutôt construire sur le cap Diamant une citadelle temporaire à l'emplacement de la citadelle actuelle. Le fort Saint-Louis perd ainsi complètement sa dimension défensive. D'ailleurs, en 1782, les boulets et canons entreposés dans sa cour sont déplacés vers la citadelle temporaire.