Événements marquants reliant la maison et la politique au temps de Papineau

L'attaque de 1834

Une des premières attaques à avoir lieu à la résidence Papineau se déroule en 1834, après l'adoption des 92 Résolutions par la majorité des représentants de la population. Une vague de violence est alors apparue à Montréal, suite aux élections. Des groupes armés s'attaquèrent aux maisons des députés ayant voté pour l'adoption des 92 Résolutions. Le vendredi soir du 14 novembre, des émeutiers tories s'acharnèrent sur la résidence des Papineau et détruisirent, à coups de pierres, de bâtons et de haches, toutes les persiennes et les châssis du rez-de-chaussée.

L'attaque du Doric Club

Le 7 novembre 1837, les membres du Doric Club, opposants des Fils de la Liberté, s'attaquent à la maison de Louis-Joseph Papineau ainsi qu'au bureau du journal The Vindicator and Canadian Advertiser (qui est le journal anglophone des Patriotes), dans le but de briser la révolte des Patriotes.


Doric Club*
  • Association politique paramilitaire de jeunes tories anglophones, fondée en 1836 à Montréal. Elle succède à une première organisation qui, à cause de sa contribution armée aux tensions politiques qui règnent à Montréal dans les années 1830, est dissoute par le gouverneur Gosford. Le 6 novembre 1837, un violent affrontement entre le Doric Club et l'organisation patriote des Fils de la Liberté est le prélude des Rébellions de 1837 et 1838 au Bas-Canada. Le Doric Club est dissout lorsque bon nombre de ses membres sont recrutés par le général Colborne afin de combattre les rebelles.
Fils de la Liberté*
  • Les Fils de la Liberté est une association de 700 à 800 jeunes gens, fondée à Montréal le 5 septembre 1837. Inspirés par les idéaux de la Révolution américaine, les Fils de la Liberté publient, le 4 octobre, un manifeste où ils affirment le droit pour un peuple de choisir son gouvernement et le droit à l'indépendance pour une colonie. André Ouimet dirige la section civile et politique de ce regroupement, tandis que Thomas Storrow Brown s'occupe de la section militaire. Le 6 novembre, les Fils de la Liberté et les membres du Doric Club s'affrontent dans une violente bagarre à Montréal. L'éclatement des Rébellion de 1837 met fin à l'association.

Tiré de l'Encyclopédie canadienne