L’herpétofaune regroupe les amphibiens et les reptiles. Selon la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature, 40 % des espèces sont menacées d’extinction chez les amphibiens, et 70 % le sont chez les reptiles.

Les amphibiens et les reptiles fréquentent les milieux humides, aquatiques et terrestres pour se reproduire, s’alimenter et hiberner. Afin d’approfondir ses connaissances sur leur présence au lieu historique national du Canal-de-Chambly et planifier adéquatement de futurs travaux de réfection, Parcs Canada procède à un inventaire faunique de ces espèces dans des secteurs ciblés aux abords du canal.

Les espèces observées

Les tortues
Tortue peinte
Tortue serpentine
Tortue molle à épines
 

Quelle sont les espèces de tortues recensées au Canal-de-Chambly ou à proximité? 
Tortues serpentines, tortues peintes, tortues molles à épines, tortues géographiques et potentiellement  la tortue des bois. 

Quand observer les tortues au Canal-de-Chambly?
Au printemps et en été lorsqu’elles s’exposent au soleil sur des billots de bois flottants pour se réchauffer.

Quand peut-on observer la ponte des tortues au Canal-de-Chambly?
Début juin, on peut observer des tortues creuser des nids dans des matériaux granulaires ou sablonneux pour y pondre leurs œufs.

Saviez-vous?

Une tortue utilise toute son énergie vitale pour creuser son nid; il est alors très important de ne pas s’approcher et de ne pas la déranger pendant qu’elle s’affaire à cette tâche, car cela pourrait engendrer sa fuite et la perte des œufs.

Les tortues sont très fidèles au site de ponte qu’elles ont soigneusement choisi pour des raisons très spécifiques de température et d’humidité. Elles y reviennent tous les ans y pondre, à moins d’une modification à l’habitat. Malheureusement, chez les tortues serpentines, le taux de survie des bébés est inférieur à 1 % lors de la première année et près de 100 % des nids sont pillés par des ratons laveurs, des renards roux et autres prédateurs à proximité des milieux urbanisés.

Les tortues ont plusieurs fonctions écosystémiques; elles contribuent à l’équilibre de la biodiversité du Canal-de-Chambly et c’est pourquoi il est important de protéger leurs nids.

Les anoures
Grenouille verte

Quelle sont les espèces d'anoures recensées au Canal-de-Chambly ou à proximité? 
La grenouille verte et le ouaouaron fréquentent le site du Canal-de-Chambly, mais aussi la rainette faux-grillon peut s’y retrouver.

Quand observer les anoures au Canal-de-Chambly?
Dès la fonte des neiges, particulièrement dans le secteur de l’île Fryer.


Saviez-vous?

Ces espèces sont très utiles à l’humain, elles limitent le nombre d’insectes nuisibles et leurs sécrétions sont utiles et très étudiées dans le domaine de la médecine pour développer des vaccins.

Les couleuvres
Couleuvre rayée

Quelle sont les espèces de couleuvres recensées au Canal-de-Chambly ou à proximité? 
Des couleuvres rayées sont présentes le long du canal. Les couleuvres tachetées, vertes et à collier fréquentent potentiellement certaines zones du canal.

Pourquoi les couleuvres sont des reptiles si utiles à l'écosystème?
Les couleuvres du Québec sont totalement inoffensives et ne possèdent pas de crochet à venin. Elles sont très utiles à l’équilibre d’un écosystème, car elles sont à la fois des proies et des prédateurs en plus d’être des exterminateurs de rongeurs parfois nuisibles ou en surpopulation.

Où retrouve-t-on les couleuvres au Canal-de-Chambly ou à proximité?
Elles préfèrent les endroits où il y a abondance d’abris comme des planches, des roches plates et des bûches au sol pour s’y réfugier. Elles ont, besoin de se réchauffer au soleil ou sous des éléments accumulant la chaleur comme des bardeaux d’asphalte ou des feuilles de tôle. Elles peuvent même y pondre leurs œufs. Sinon, elles préfèrent pondre dans des souches, des terriers de mammifères, des tas de feuilles, sous des débris au sol ou dans le sol directement s’il est meuble.

Saviez-vous?

Les femelles couleuvres cessent de se nourrir quelques semaines avant de pondre afin de conserver leur énergie au développement des œufs et non à la quête de nourriture.