Mettre en valeur le territoire pour favoriser sa découverte tout en protégeant sa faune et sa flore représente un défi important pour les gestionnaires des parcs, lieux et canaux historiques nationaux. Cet été, c’est l’équipe du lieu historique national du Canal-de-Chambly qui a fait le pari d’y arriver, une maman tortue ayant choisi un lieu bien spécial pour mettre au monde ses petits.

Un homme tenant une petite tortue
Une petite tortue grise dans une main
Plusieurs tortues dans un bac de plastique
Une petite tortue qui nage
24 petites tortues serpentines ont vu le jour au lieu historique national du Canal-de-Chambly!

Au bord du chemin

Le 15 juin 2018, l’appel d’un visiteur signifiant avoir été témoin de la ponte d’une tortue sous un garde-corps, à proximité d’un lieu fréquenté et très passant du lieu historique national du Canal-de-Chambly, a immédiatement sonné l’alerte. Des actions étaient requises pour protéger le nid et éviter la prédation de la vingtaine d’œufs qu’il contenait.

Du sur-mesure grillagé

Rapidement, il a été convenu qu’une cage métallique ressemblant à un enclos devait être conçue afin de protéger les œufs. C’est ainsi qu’un véritable périmètre de sécurité a été déployé en bordure du canal, pour le plus grand plaisir de l’équipe de Parcs Canada, qui avait à cœur la naissance et la libération des tortues.

Une vigie quotidienne

Une fois la cage installée, c’est une pontière du Canal-de-Chambly qui a assuré la surveillance quotidienne du nid. Jour après jour durant plus de deux mois, elle s’est assurée que toutes les conditions étaient réunies pour que les œufs viennent à maturité. C’est finalement par un chaud dimanche d’août que de tout petits craquements se sont fait entendre, discrets, presque inaudibles. Quelque 24 petites tortues sont alors sorties de leur coquille, prêtes à explorer le monde. 24! D’emblée, il a été déterminé qu’il s’agissait de tortues serpentines, désignées préoccupantes en vertu de la Loi sur des espèces en péril. Il s’agit là d’un beau cadeau pour l’Agence Parcs Canada, qui multiplie les efforts de conservation des espèces menacées.

Retour aux sources

Peu après leur éclosion, les tortues ont rapidement été libérées de leur cage et guidées jusqu’à la rivière Richelieu, tout près. Et elles n’ont pas perdu de temps pour plonger tête première dans leur nouvelle vie.