Les ateliers du Canal-de-Chambly

Les ateliers du lieu historique national du Canal-de-Chambly, situés dans le Vieux-Chambly entre les écluses nos 3 et 4, forment un ensemble de six bâtiments construits entre 1883 et le début des années 1960.

Atelier au Canal de Chambly
Les ateliers du lieu historique national du Canal-de-Chambly.

Le plus vieux d’entre eux, que l’on nomme « le vieil atelier », a été construit en 1883. Il est désigné édifice patrimonial depuis 1989. Son importance patrimoniale découle non seulement de son architecture d’époque, mais aussi des activités qui s’y sont déroulées et de l’évolution technologique qui lui est associée. Au fil des ans, cinq autres bâtiments ont été ajoutés aux alentours du vieil atelier afin de répondre aux besoins des différents corps de métier. 

Les ateliers ont toujours été reliés au bon fonctionnement du canal. C’est à cet endroit, particulièrement, que nous effectuons divers travaux de charpenterie et de menuiserie nécessaires à l’entretien et à la réparation des équipements. Lorsqu’un bris survient, la proximité du canal et des ateliers permet de réduire la période d’arrêt de la navigation. Anciennement, on y fabriquait les portes d’écluse, les écluses elles-mêmes et les nombreux ponts enjambant la voie navigable. 

De nos jours, les menuisiers de Parcs Canada y préparent une multitude de matériaux utilisés dans les différents canaux historiques du Québec. Leurs tâches sont très variées. Ils peuvent travailler sur d’énormes pièces de bois, faire de la finition, créer du mobilier urbain à partir de pièces de bois recyclés, construire des cages pour protéger des œufs de tortues, et plus encore.

Le vieil atelier : une architecture pratico-pratique

Malgré son âge vénérable et les nombreuses transformations effectuées sur les cloisons intérieures, le vieil atelier a gardé sa fonction d’origine.  

Le viel atelier au Canal-de-Chambly, 1904.

Son toit mansardé recouvert de tôle à la canadienne vous permettra de repérer facilement ce mythique bâtiment lors de votre prochain passage sur la piste du canal.

Bien que le style de ce bâtiment s’apparente à l’architecture domestique de l’époque, plusieurs éléments de son architecture démontrent qu’il a été conçu avant tout pour faciliter le travail des employés. En analysant les photos d’époque, on remarque que les concepteurs ont ajouté de nombreuses fenêtres au bâtiment. À une époque où l’électricité n’était pas encore utilisée dans l’atelier du canal, l’éclairage naturel était primordial sur l’aire de travail intérieur.  

Toit du vieil atelier au canal de Chambly
Espace au deuxième étage du vieil atelier.

La construction d’un toit mansardé était tout à fait logique puisque ce dernier crée un deuxième étage carré et ainsi, beaucoup d’espace supplémentaire pour remiser différents matériaux et outils tels des barils de clous, de la colle, de l'huile, des barres de fer et des pompes. Entre les années 1950 et 1973, cette section de l’atelier a été utilisée comme atelier de peinture avant de retrouver sa fonction de remise par la suite.  

L’utilisation de fenêtres à guillotine avec plusieurs carreaux de verres surprend un peu, car les fenêtres de style Second Empire sont souvent associées à des carreaux plus grands. Celles de l’atelier répondaient peut-être au courant « revival » qui, aux États-Unis, valorisait l’architecture coloniale.

Atelier de menuiserie et scierie, 1904.

Toutefois, on soupçonne que les petits carreaux aient été choisis pour un objectif pratique : dans un atelier, il est toujours plus simple et plus économique de remplacer un petit carreau de verre brisé en cours de travail qu’un grand. 

Les premiers ateliers du canal

Bien qu’ils soient très anciens, ces ateliers sont en fait les deuxièmes ateliers du canal de Chambly. Le premier atelier du canal était situé à proximité du bassin de Chambly, près de la maison du Surintendant et des écluses nos 1, 2 et 3. Il a été en fonction de 1847 à 1883, soit l’année de la mise en service de l’atelier actuel.

Bien que les dimensions du terrain ne permettaient pas l’expansion du premier atelier, le surintendant de l’époque souhaitait avoir un atelier pour pouvoir y faire les réparations nécessaires le long du canal. Déjà, à ce moment, on trouvait que les murs du canal étaient minces et que certaines structures de bois étaient défaillantes. On avait besoin d'un atelier pour faire des choses essentielles, comme des réparations de portes et d’écluses, créer des portes de réserve, et aussi travailler sur des ponts mobiles qui sont situés le long du canal de Chambly. 

Photo ancienne du vieil atelier du Canal-de-Chambly
Envie d’en apprendre plus ? Consultez ces capsules historiques.