Toutes les consultations et tous les processus de mobilisation officiels de Parcs Canada concernant les plans directeurs sont suspendus jusqu’à nouvel ordre

La santé et la sécurité des Canadiens et Canadiennes, des visiteurs et des membres de l’équipe Parcs Canada est d’une importance primordiale pour l’Agence. Parcs Canada suit les conseils des experts en santé publique et met en place des mesures pour appuyer les efforts du Canada visant à limiter la propagation de la COVID-19 et réduire les risques pour les visiteurs et les employés.

Par conséquent, Parcs Canada a également suspendu toutes les consultations publiques ainsi que tous les processus de mobilisation officiels des intervenants et des peuples autochtones concernant les plans directeurs jusqu’à nouvel ordre. 

Les plans directeurs sont élaborés au moyen de consultations et selon les rétroactions de diverses personnes et organisations, notamment les peuples autochtones, les résidents locaux et régionaux, les visiteurs et le public.

L’Agence concentre actuellement ses efforts sur les activités clés. Les moyens pour entreprendre des consultations approfondies et utiles sur l’élaboration des plans directeurs sont donc limités en ce moment. Parcs Canada reconnaît aussi que l’attention du public canadien, des partenaires autochtones et des intervenants porte actuellement sur la santé et la sécurité publiques ainsi que sur l’économie. 

L’Agence Parcs Canada est déterminée à reprendre toutes les activités d’élaboration des plans directeurs, notamment les consultations publiques et les processus de mobilisation avec les intervenants et les peuples autochtones, une fois que les activités seront de retour à la normale et que les moyens le permettront.

Enjeu majeur de la lutte entre la France et la Grande-Bretagne pour le contrôle de l’Amérique du Nord, Port-la-Joye a été fondé en 1720 par 300 colons français sur des terres appartenant aux Mi’kmaq depuis plus de 10 000 ans.

Il compte parmi les deux seuls lieux en Amérique du Nord où la Grande Alliance scellée entre les Mi’kmaq et les Français était célébrée annuellement avec des discours, des échanges de présents et des festins.

Lors de la Déportation de 1755, 2000 Acadiens y ont trouvé refuge. En 1758, l’île Saint-Jean a été cédée aux Britanniques, qui y ont construit le fort Amherst. Plus de 3000 Acadiens et Français ont alors été déportés. Au cours de cette déportation, plus de 2000 personnes ayant entrepris la traversée vers la France ont perdu la vie, en raison du manque de provisions sur les navires et des noyades.

Partez à la découverte de l’un des plus beaux havres que l’on puisse voir. Explorez ses sentiers, lisez les panneaux d’interprétation, contemplez les monuments, parcourez les terrassements du fort Amherst et admirez les magnifiques points de vue.