Histoire

Woodside a été construit en 1853 par James Colquhoun, notaire anglais récemment arrivé au Canada. Après la mort de Colquhoun en 1877, divers locataires ont occupé la maison, notamment la famille King.

Au début des années 1940, Woodside a failli être démoli pour faire place à un ensemble résidentiel. Un groupe de citoyens a créé la fondation Woodside pour préserver et restaurer la maison en l'honneur de Mackenzie King. La famille King n'a occupé la maison que pendant sept ans, mais l'importance de ces années pour le jeune Mackenzie King est révélée dans ses réflexions ultérieures : " les années qui ont le plus marqué ma vie, surtout à cause des rapports familiaux, sont celles que j'ai vécues à Woodside ". Woodside a maintenant été reconstruit et restauré pour représenter la période où les King y ont vécu, de 1886 à 1893.

La famille King
Les enfants de la famille King (Bella, Willie, Jennie et Max)
Les enfants de la famille King
© Archives national du Canada

Pendant sept ans (1886-1893), un garçon qui allait devenir le 10e premier ministre du Canada a vécu à Woodside. Il s'appelait William Lyon Mackenzie King. Willie, comme le surnommaient affectueusement sa famille et ses amis, y vécut avec son père, John, un avocat, et sa mère, Isabel, hôtesse renommée dans la collectivité.

Il avait deux soeurs, Isabel (Bella) et Janet (Jennie), et un frère Dougall McDougall (Max). La famille possédait également un chien nommé Fannie qu'elle affectionnait tout particulièrement.

John King
John King
John King
© Archives national du Canada

John King a été élevé par sa mère et un oncle à Berlin, en Ontario. Excellent étudiant, il a obtenu une maîtrise de l'Université de Toronto en 1865 et un diplôme en droit trois ans plus tard.

John King était du genre insouciant et cette attitude transparaissait dans sa gestion des finances familiales. La famille King a quitté Berlin pour Toronto en 1893 et John King est devenu chargé de cours à l'Osgoode Hall Law School. Son étude juridique n'était pas prospère et pour cette raison, la famille King a continuellement vécu au-dessus de ses moyens. Cette situation n'a été corrigée qu'après la solide reconnaissance de Mackenzie King en politique et lorsque celui-ci fut en mesure d'aider sa famille.

John King est décédé en 1916.

Isabel Grace Mackenzie King
Isabel Grace Mackenzie King
Isabel Grace Mackenzie King
© Archives national du Canada

William Lyon Mackenzie et Isabel Grace Mackenzie ont eu 13 enfants dont la plus jeune, Isabel Grace, est née à New York pendant l'exil de la famille.

Isabel Grace Mackenzie s'est fiancée à John King pendant qu'il était encore étudiant en droit à Toronto. Cinq ans plus tard, en 1872, quand John King a fondé son étude juridique à Berlin, en Ontario, ils se sont mariés. Tous deux avaient 30 ans.

Isabel Grace Mackenzie était une femme vive, pleine d'humour et affectueuse qui entretenait de grands espoirs pour son fils aîné. La vie difficile de son enfance et l'image de son père qui avait été un héros national et qui avait souffert pour une juste cause étaient décrites dans les moindres détails aux enfants.

Mme King est décédée en 1917. Sa mort a porté un dur coup à Mackenzie King et a constitué une étape importante dans ses croyances de plus en plus marquées par le spiritualisme.

William (Willie) Lyon Mackenzie King
 La photo du graduation de l'école secondaire, William Lyon Mackenzie King
William Lyon Mackenzie King
© Archives national du Canada

« Willie » était l'aîné des fils de John et Isabel. Enfant énergique, il traversait la ville au galop sur le dos de son poney et cultivait le potager de sa mère pour se faire des sous. Comme ses frères et soeurs, Willie apprit à jouer du piano, à danser, à pratiquer des sports et à camper sur les terres boisées de Woodside. Il étudiait avec application, encouragé par ses parents qui lui ont aussi fait découvrir le milieu de la politique et les affaires publiques. Comme le reste de sa famille, Willie a embrassé avec dévotion la foi presbytérienne, envisageant même pendant un moment de faire carrière comme ministre du culte. La morale et la conscience sociale que Mackenzie King a développées pendant son séjour à Woodside ont marqué le reste de sa vie. Bien qu'il ait connu la gloire sur la scène universitaire et politique, Willie s'est toujours souvenu des années passées à Woodside - entouré de sa famille bien-aimée et dégagé de toutes responsabilités financières et professionnelles - comme comptant parmi les plus heureuses de sa vie.

Naissance : 17 décembre 1874, Berlin (Kitchener), en Ontario

Décès : 22 juillet 1950, Kingsmere, au Québec

Éducation :

  • Université Harvard (Maîtrise en économie 1898, Ph.D. 1909)
  • Université de Chicago (1896-1897)
  • Université de Toronto (B.A. 1895, LL.B. 1896, M.A. 1897)

Achievements :

  • Premier ministre du Canada
  • 29 décembre 1921 - 28 juin 1926
  • 25 septembre 1926 - 7 août 1930
  • 23 octobre 1935 - 15 novembre 1948

  • Chef du parti liberal, 1919-1948
  • Premier sous-ministre du Travail du Canada, 1909-1911
  • Chef du Département des relations industrielles, Rockefeller Fondation, 1914
  • Expert-conseil en matière de travail, Rockefeller Fondation, 1917-1919
  • Auteur
Isabel (Bella) Christina Grace King
Isabel (Bella) Christina Grace King
(Bella) Christina Grace King
© Archives national du Canada

« Bella » était l'aînée des enfants King. Sa nature sérieuse et généreuse était également empreinte du sens de l'humour des King. En 1898, elle entama une formation d'infirmière à Boston, contre la volonté de ses parents. Elle n'a jamais terminé cette formation et ne s'est jamais mariée. Sa vie semble avoir tourné autour de l'église, des activités sociales et du soin de ses parents vieillissants. Bella est décédée en 1915 à l'âge de 42 ans.

Janet (Jennie) Lindsey King
Janet (Jennie) Lindsey King
Janet (Jennie) Lindsey King
© Archives national du Canada

« Jennie » King était plus espiègle, enjouée et rieuse que Bella ou Willie. Ses lettres à son frère aîné à l'université étaient un heureux mélange de gravité moqueuse et de fierté véritable pour ses réalisations. Jennie a épousé Harry Morrison Lay en 1906. Ils ont eu cinq enfants.

Au moment de l'ouverture de Woodside dans les années 1950, Jennie était le seul enfant survivant de la famille King. Elle a donné des photos et des objets que la famille avait utilisés à Woodside vers la fin des années 1880.

Dougall McDougall (Max) King
Dougall McDougall (Max) King
Dougall McDougall (Max) King
© National Archives of Canada

« Max » était le cadet de la famille King. Il a payé lui-même ses études de médecine en servant dans le corps médical en Afrique du Sud en 1902. En 1911, Max a épousé Mae Ingleson Wookey, fille d'un ministre congrégationaliste anglais dont la famille avait vécu en Jamaïque avant de s'établir à Toronto. Max et Mae King ont eu des jumeaux en 1913 à Ottawa. La même année, Max a contracté la tuberculose et a déménagé à Denver, au Colorado. Son expérience personnelle de la maladie et ses connaissances en tant que médecin l'ont amené à écrire un livre intitulé The Battle with Tuberculosis and How to Win It, qu'il a publié en 1917 quand il a recouvré la santé. Moins de deux ans après cependant, il a souffert d'une maladie musculaire qui l'a paralysé. Avant sa mort en 1922, il a dicté un deuxième livre, Nerves and Personal Power. Quand Max est décédé, le premier ministre King n'a pas seulement perdu un frère, mais un ami et un franc critique. L'un des fils de Max, qui portait le nom de son oncle célèbre, a été tué au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La désignation

Le lieu historique national Woodside est un endroit d'importance historique nationale parce que William Lyon Mackenzie King, dixième Premier ministre du Canada, y a habité pendant les années déterminantes de sa jeunesse, de 1886 à 1893.