Façonnée au fil des siècles 

Même cent vies humaines n’auraient pas suffi à façonner toute la beauté de la voie navigable. Il y a environ 11 000 ans, le Centre de l’Ontario commence à émerger des derniers glaciers en recul de la période glaciaire. Il est alors soumis aux processus naturels de gel et de dégel, de soulèvement et de dépôt, qui font naître les bassins hydrographiques de la Trent et de la Severn. 

Par la suite, les peuples autochtones joueront un rôle vital en influençant la formation et l’équilibre naturel de la voie navigable. En 1615, Champlain, premier Européen à emprunter la voie navigable, pénètre dans un territoire où les Autochtones sont déjà profondément enracinés. 

Dès le tournant du dix-neuvième siècle, Britanniques et Irlandais font partie des premiers immigrants à s’installer le long des voies navigables très convoitées du Haut-Canada. La fourrure, en tant que marchandise, est supplantée par le bois. La domestication de l’énergie hydraulique se traduit par la construction de moulins et entraîne la création de nombreuses villes le long de la Trent-Severn. La voie navigable s’étend au fur et à mesure que les magnats du bois, les agriculteurs, les marchands et les voyageurs de commerce achètent les liens de communication qui relient les villes entre elles.