L'île St. Marys Sud, une des îles de la rive nord, est située dans les rapides tourbillonnants où, en d'autres temps, venaient pêcher les Ojibwe. Elle présente de nos jours deux visages distincts, soit un milieu naturel diversifié et des ouvrages techniques d'avant-garde réalisés par l'homme.

Le long du sentier Attikamek, bâtisseurs, exploitants et protecteurs du canal ont laissé les traces de leurs passage sous les arbres et dans la broussaille qui envahissent de nouveau l'île.

Des tonnes de roches et de débris provenant de la construction du canal ont été jetés sur l'île St. Marys sud qui est maintenant recouverte d'une mince couche de terre sur laquelle les plantes ont pris racine. On peut encore y voir les fondations en béton et d'autres vestiges des camps militaires de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Pendant la Première Guerre mondiale, le 51e Régiment d'infanterie, nouvellement créé, a protégé le canal de toutes tentative de sabotage tandis que des navires chargés de matériel indispensable à l'effort de guerre franchissaient l'écluse. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les militaires américains ont participé à la défense du canal. Il a fallu construire un camp pour les loger.

Environnement

Marchez le long du sentier Attikamek et découvrez par vous-même cet environnement naturel - la beauté du monde naturel au cœur de la ville.

Découvrir les éléments uniques